Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 Les voiliers

Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Les voiliers   Jeu 3 Avr - 22:28

Comment ne pouvais-je pas consacrer un topic réservé à ces superbes navires que sont les voiliers..

Frégates, trois mâts barques, trois mâts carrés, deux mâts, galions espagnols, Ketsch, goelettes, youyou, brigantins, vaisseaux de guerre, ou simples voiliers de plaisance... et encore bien d'autres...

Ils seront les vedettes de ce topic, avec des fiches, des explications, des découpes et des détails ..
Mais surtout des photos, et elles ne sont pas facile à trouver ces photos de ces navires exceptionnels!

Si vous voulez en rajouter quelques unes ^^, sachez que je suis prenneuse..lol.

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Les voiliers   Sam 5 Avr - 10:11

un peu d'histoire pour commencer

Les débuts de la navigations.. premières embarcations..


L’histoire des bateaux est parallèle à l'aventure humaine. L'invention du bateau remonte au Néolithique, il y a environ 10.000 ans. Ces premiers bateaux ont une fonction simple, qui est de pouvoir se déplacer sur l'eau, essentiellement pour la chasse et la pêche. Les plus anciennes pirogues monoxyles découvertes lors de recherches archéologiques sont la plupart du temps taillées dans des arbres résineux, à l'aide de simples outils en pierre.

Il y a environ cinq mille ans, des constructeurs vivant au bord de la rivière Åmose au Danemark inventent le bordage cousu, qui permet progressivement d'augmenter la taille des embarcations. De la pirogue monoxyle, il ne reste bientôt que la quille des bateaux, qui perdure encore aujourd'hui dans les constructions en bois.

Parallèlement, les premiers navigateurs constatent qu'en déployant une peau de bête ou une toile végétale tressée, tendue au bout d'une perche plus ou moins verticale fixée au fond de l'embarcation, ils peuvent utiliser la force éolienne: la voile est née. C'est ainsi que débute le peuplement de l'Océanie il y a trois mille ans sur des pirogues pouvant embarquer jusqu’à une cinquantaine de passagers.

Les Égyptiens ont une parfaite maîtrise de la construction des voiliers, dont on a retrouvé un exemplaire remarquable, la célèbre barque solaire, devant la pyramide de Gizeh. D'après Hérodote, les Égyptiens réalisent vers 600 avant notre ère une première circumnavigation autour de l'Afrique. Les Phéniciens et les Grecs achèvent progressivement de maîtriser la navigation en mer à bord des trières, explorent puis colonisent toute la Méditerranée à bord de leurs navires. Vers 340 avant J.C., Pythéas atteignit Thulé qu'il ne put dépasser, bloqué par la banquise.

Avant l'introduction de la boussole, la navigation en mer se fait principalement par la navigation astronomique. L'usage de l'aiguille aimantée est mentionné en Chine dès le IIe siècle av. J.-C. et elle y est d'usage pour la navigation entre le IVe et le VIe siècle. Cette utilisation est transmise aux Arabes qui, quelques siècles plus tard, la révèlent aux Européens du Moyen-Âge.

* * *

( maquette d'une barque solaire)


_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Les voiliers   Mar 15 Juil - 4:38

Je vous ferai partager des textes de grands auteurs, des articles volés à un précieux magazine dont le thème principale reste:
les Cathédrales des mers.


voici pour commencer, mon propre hommage à leur beauté.


Il faut bien du Vangelis pour ambiance!!

Ils sont fiers et élégants, grandioses, et si impressionnants avec leurs mâts qui essayent de toucher le ciel. On se laisse bercer par ce rêve, ce rêve qui nous accompagne depuis très longtemps.

Je ne les avais jamais vu pour de vrai, mais cela faisait longtemps que j'en imaginais le spectacle et si je devais ressortir le premier de mes dessins que je leur avais dédié, il date je crois d'avant 1984... coups de crayons maladroits, mais le sujet est là, c'est un trois mât!

Las, ils sont rares et seuls quelques films réveilleront l'image de ces navires magnifiques. Jusqu'au jour, où la passion rejoint le rêve, le rêve rejoint la réalité.. alors il ne reste plus qu'une grande émotion, ce moment où je les ai vu pour la première fois, le Stad Amsterdam, le Christian Radich et enfin, l'impressionnant Mir resteront à jamais gravés dans ma mémoire.. Ils se sont pavanés sous mes yeux éblouis, ils ont été applaudis des spectateurs, mais moi je restais figée, mes sens concentrés dans le regard que je leur portais. J'en oubliais pour un temps de fixer ces images dans la mémoire de mon appareil photo..

Et puis le voyage, la sirène qui vibre jusque dans mes tripes, le vent qui n'est plus seulement imaginé, soufflant sur mon visage comme une énergique caresse, dans mes cheveux, revigorant de sa fraîcheur mon pauvre corps habitué à la seule lumière de mon ordinateur. Cette fois ce n'est plus juste un rêve ou le fruit de mon imagination, c'est la réalité mais elle est si belle que je crois rêver.

Ma tête se penche en arrière si souvent pendant ces sept heures de voyage, et mon regard se perd dans les vergues puissantes, les mâts majestueux, et cette incroyable toile d'araignée que forment les haubans, drisses, écoutes, balancines, marche-pieds, et halebas.
Les cadets russes découvrent les rives de la Seine et les photographient, mais moi je n'ai que peu d'attention pour le paysage, car elle est toute acquise à ce trois mât barque sur lequel je me trouve..
Il est si grand, je craignais de me sentir mal, ma mère m'ayant dit qu'elle avait été malade à chaque fois qu'elle était montée à bord d'un navire.. Mais rien.. non rien, je suis juste terriblement et véritablement bien..heureuse..

J'apprécie l'instant présent, car ces moments magiques ne dureront pas. Il est si proche, si grand qu'il me donne cette étrange impression d'avoir une âme, et c'est avec grand respect que je le considère, lui et ses frères..

Le rêve se termine, mais jamais je ne les oublierai.



* * * * * * * *

Le Sedov vu depuis le Fryderyck Chopin au départ de la régate Colombus
juillet 1992
par A.Komenda

...

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Les voiliers   Mer 16 Juil - 15:26

Le Stad Amsterdam

trois mâts carré,
néerlandais
à la carène de 76 mètres.




Les sept couleurs

" Les aubes se lèvent avec des lueurs incendiaires surmontées d'arcs-en-ciel
qui culminent presque jusqu'au zénith;
les crépuscules marbrent de rose la mer pourpre,
alors que les derniers rayons du soleil montent,
divergents, dans le ciel avec les reflets du bleu le plus pur.
Le long du bord, dans la journée,
la mer semble d'un satin azuré, pénétré par les rayons lumineux du soleil.
En arrière, lorsqu'il y a du vent,
s'agitent en profondeur des cohortes de fantômes turquoises,
voilées par l'écume laiteuse,
foulée par la carène du Snark à chacun de ses passages dans la lame."

Extrait de La croisière du Snark
par Jack London.



* * * * * * *

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Les voiliers   Dim 20 Juil - 10:57

Au commencement, il y a l’île au trésor. La malle de Billy Bones, et la jambe de bois de Long John Silver claquant sur le pavé dans la brume qui monte du port, l’odeur du sel et du goudron; les vieux marins aux visages balafrés qui portent des anneaux aux oreilles, des favoris frisées, et dont les profils semblent avoir été taillés à la serpe pour servir de figure de proue à une goélette. Il y a la course de l’Hispaniola sur l’immensité de la Mer, le soleil éclatant, les voiles blanches qui palpitent sous le vent, tendues vers l’horizon; les parois d’acajou de la cabine arrière où le squire Trelawney et le docteur Livesey tiennent conseil en tirant sur leur pipe avec le capitaine Smolett; les silhouettes inquiétantes des pirates qui s’enivrant, la nuit, autour d’un feu de camp en chantant: « yo-ho-ho, et une bouteille de rhum! »

« Une fois qu’on est marin » écrit Jack London, « on le reste toujours. La saveur de l’air salin ne s’évente pas. Un marin ne vit jamais assez vieux pour n’avoir plus le désir de lutter encore contre le vent et les nuages. »

Nous n’avons pas tous eu le privilège de cette initiation et nombre d’entre nous n’ont d’autres souvenirs d’équipée à la voile que celui d’un après-midi sous la bruine, où la grande affaire était de baisser la tête pour éviter la baume, de faire bonne figure sous les paquets de mer pendant qu’un oncle, un père, un ami de passage insultait les mousses d’occasion qu’il avait eu l’idée saugrenue de faire monter à bord:
« Le bout’ ! Nom de nom! Le bout’! Qui m’a fichu des abrutis pareils? »

Nous n’avons pas toujours le pied marin, n’empêche: pour rester insensible au charme qui émane des voiliers fabuleux que ramènent sur nos côtes les grands rassemblements de l’été, il faut n’avoir pas lu Robinson Crusoé, Lord Jim ou Moby Dick; Il faut n’avoir pas vu Master and Commander. Il faut ne rien savoir des mutins du Bounty, du nègre du Narcisse ou des aventures d’Arthur Gordon Pym; n’avoir jamais voulu prendre le quart sous les ordres d’un capitaine de quinze ans, jamais espéré retrouver le père des enfants du capitaine Grant; jamais songé à prendre sur une île deux ans de vacances, pour y faire le coup de fusil contre la bande de Donovan. N’avoir jamais subi de tempête avec Chateaubriand, jamais pillé d’épaves avec Stevenson, jamais vidé un verre sur le port aux côtés d’Henri Queffelec ou de Pierre Mac Orlan.
Il faut n’avoir pas bourlingué avec Joseph Conrad en compagnie des Frères de la Côte, pas rêvé d’îles, de détroits, de récifs, de batailles, jamais passé le canal du Mozambique, longé la côte de l’Inde, contemplé l’Océan sans fin. Ignorer Melville et Monfreid, Cendrars et Edgar Poe. Etre « insoucieux de tous les équipages, porteurs de blé flamand ou de coton anglais ».
Il faut être insensible à la poésie d’un vocabulaire dont la seule énumération résonne comme un poème: grand hunier, cacatois, mât de misaine, mât de beaupré ou d’artimon. N’avoir jamais admiré les lueurs incendiaires de l’aube, les feux du crépuscule sur une mer pourpre et d’or; jamais observé, à l’école d’Ulysse, le scintillement des étoiles sur le miroir de l’eau.

Construits sur les chantiers de Gdansk, de Rotterdam, de Castellammare ou de Bilbao, ces immenses voiliers ont tenu lieu d’écoles à de jeunes marins qui rêvaient d’îles lointaines; des cadets qui croyaient asservir la mer et le vent. Bricks du XVIII siècle, galions espagnols, trois mâts barque, trois mâts carrés, goélettes, clippers, terre-neuvas, cap-horniers, ce sont les cathédrales des mers, vestiges majestueux d’un patrimoine maritime qui n’a rien à envier à celui de la terre ferme; les grands mâts leur tiennent lieu de flèches, les haubans d’arcs-boutants.

Il y a trente ans, à peine, la France ne connaissait que les phares carrés du Belem, son seul grand voilier. Il a fallu toute la passion, toute l’obstination des fondateurs des grandes fêtes maritimes de Bretagne et de Normandie pour qu’il nous soit donné d’admirer, le temps d’un été, les coques altières, les proues colorées, les hautes vergues et les puissants cordages des grands voiliers du monde.

Comme en parade féerique ils seront cette année encore des dizaines à jeter l’ancre sur les côtes de la France. Des millions de passionnés viendront les admirer sur les quais de Rouen, dans la rade de Brest et dans le charmant port de Douarnenez.

Il y a dans la passion dont-ils font aujourd’hui l’objet, en dépit de l’oubli auquel semblaient les condamner les progrès de la technique, la robotisation des tâches, la standardisation de tout, plus qu’une mode, une passade, l’attrait pour un spectacle: la nostalgie d’un temps où la maîtrise des éléments n’interdisait pas le contact de l’homme avec la nature; où l’aventure se conjuguait avec le compagnonnage; où l’utile se mariait avec le beau.

Par Michel de Jaeghere.
Le Figaro
Edition hors-série « Les cathédrales des mers ».

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Les voiliers   Dim 20 Juil - 10:58

Brest 1996

Navire inconnu




L'invincible Armada


"Combien sont-ils, bateaux glissant belle allure,
ou roulant sur bord, pêchant, guettant des lumières.
Bateaux qui gagnent et qui laissant Hambourg, Londres,
Anvers, Edimbourg ou Gdynia,
Ijmuiden, ou le Havre, Stavanger ou Leningrad,
Dunkerke ou Gothembourg,
un, plusieurs des caravansérails aux plis profonds
qu'offre ici l'Europe à leurs cargaisons et à leurs rêves,
bateaux de tout tonnage, de toute couleur;
de tout pavillon, les luxueux, les crasseux, les vieux,
les neufs, les nerveux, les limaces, les allègres,
les repus, les familiers, les inquiétants.

Des milliers, des milliers et des milliers..."

Etrait des Frères de la brume,
par Henri Queffélec.

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Les voiliers   Dim 20 Juil - 11:38

Voici les gabiers du Cuauhtémoc..

Ce nom vous dit quelque chose?
oui vous avez raison, je l'ai utilisé dans mes rp
comme vous le savez, j'aime l'histoire des Mayas, Aztèques, et Incas..
Donc j'avais lu l'histoire du dernier des empereurs Atzèques: Cuauhtémoc
qui signifie en langue Nahuatl: L'aigle tombant.

Ainsi quand j'ai découvert le nom du navire mexicain, amarré sur les quais de Rouen,
je vous dis pas ma tête..lol. Je vous montrerai bientôt, la figure de proue de ce superbe navire qui vous vous en doutez,
représente le fameux empereur, revêtu d'une cape verte à tête d'aigle.. magnifique du reste!




" Ô, combien de marins...

... Le visage ruisselant et échevelés, ils montaient et descendaient comme en un vol entre ciel et mer,
à califourchon sur les bouts des fusées de vergues, accroupis sur les marchepieds,
étreignant les balancines pour avoir les mains libres ou dressés contre les itagues en chaîne.
Leurs pensées flottaient vaguement entre le désir de se reposer et le désir de vivre
tandis que leurs doigts roides larguaient les rabans d'empointure,
fourrageaient à la recherche de couteaux ou s'agrippaient avec ténacité contre les violentes secousses
de la voile battante.
Ils se lançaient des regards furieux, s'adressaient des gestes frénétiques d'une main,
tandis qu'ils tenaient leur vie de l'autre,
abaissaient un regard sur une étroite bande de pont submergé et criaient du côté sous le vent. "


Le nègre du Narcisse,
par Joseph Conrad.

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les voiliers   Ven 17 Oct - 11:26

D'un simple souffle Chun les balaye
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les voiliers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les voiliers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les voiliers de la Marine Marchande
» beaux voiliers
» Identification navires et voiliers sur photos 1880-1900
» Tour du monde en voilier
» Très vieux bateau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: In Real Life :: Espace détente-
Sauter vers: