Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 Le Palais du roi Ragnar le Berserk

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Jeu 7 Aoû - 19:40

Le génie qui dorénavant serait considéré comme une des esclaves du roi, se tenait dans une attitude nonchalante, ses jambes légèrement étendues de côté. Une main jouait distraitement avec une mèche de ses cheveux, alors qu’elle observait ces guerriers vikings rire grassement, s’enivrer et ripailler sans aucune manière. Non les manières n’étaient guère l’apanage de ce peuple, hélas pour Kalisha qui avait toujours apprécié celles de la haute aristocratie de Babylone. Mais elle devait se faire une raison. Ce monde était bien loin derrière elle, et il ne lui restait désormais plus que ses souvenirs.

Et si de généreuses bourrades, claques affectueuses et autres vociférations volaient aussi rapidement que la bière se vidait de leurs chopes, Kalisha savait qu’elle n’aurait rien à craindre de ces brutes épaisses, car le bon roi Ragnar avait été très clair à ce sujet. Personne ne toucherait à un de ses cheveux..* sauf lui *

Un mystérieux sourire éclaira le visage de la jeune femme qui se perdait dans ses pensées. Elle ne prêtait pas attention aux regards venimeux que les autres femmes lui jetaient, car la jalousie ne l’atteignait plus. Au contraire, elle se sentait flattée de se savoir jalousée, enviée, car ces sentiments la plaçaient, sans qu’elle n’y fut pour rien, au dessus de ces autres perronnelles.

Réalisant le chemin peu respectable que prenaient ses pensées et que son tempérament d’antan reprenait le dessus, Kalisha se redressa imperceptiblement et perdit son sourire. Ce fut seulement alors qu’elle réalisa qu’un homme se penchait pour parler au roi sans que quiconque ne put percevoir leur conversation. Mais c’était sans compter sur ses pouvoirs de génie. Car si Kalisha était bel et bien un Jinn, elle n’en restait pas moins femme avant tout et surtout la plus curieuse d’entre toutes..

Ainsi elle apprit les projets de mariage du roi et entendit l’idée suggérée par Snori. Si la colère gronda dans ses tempes, écho d’un sentiment qu’elle-même avait provoqué chez ses consoeurs esclaves un peu plus tôt, elle ne put la laisser éclater librement, car justement elle n’était pas libre. Pourtant la proposition de cet homme avait quelque chose de plaisant. Elle se sentait flattée qu’on puisse songer un seul instant à la demander en mariage, car cela signifiait que le roi tenait à elle, plus qu’il ne l’avait déjà prouvé.

Mais Kalisha restait Kalisha et l’idée de passer au second plan dans le cœur d’un homme faisait bouillonner en elle la colère et pour un peu elle en aurait oublié sa condition de génie-esclave. Prête à bondir comme une tigresse pour faire valoir quelque chose qui n’existait pas, la jeune femme se ressaisit à temps et réfléchit au moyen d’en parler avec Ragnar, sans pour autant lui paraître insolente. Car si jusque là, le roi son maître avait été d’une extrême bonté avec elle, la jeune femme n’avait pas encore éprouvé sa patience. Justement, il la regardait et Kalisha répondit à son regard par un nouveau sourire.

C’est avec grâce et sans précipitation que Kalisha se redressa finalement, interrompant quelque peu les conversations autour d’elle.


- Votre altesse me permettrait-elle que je me retire? Ce long voyage m’a épuisée et mes yeux se ferment déjà. Si mon maître veut bien me montrer où il désire que je dorme cette nuit.

Kalisha offrit le plus adorable de ses sourires. Pleine de candeur, elle ne réalisait pas qu’elle avait peut-être commis un terrible impair vis-à-vis des autres esclaves du roi, en lui demandant avec la plus grande innocence qu’il lui montrât sa couche pour cette nuit. Mais dans ce monde, chez ce peuple, les coutumes étaient si différentes de ce qu’elle avait connu, et la jeune femme ignora si elle avait bien agi ou non. Elle souhaitait seulement pouvoir parler librement à son maître, en tête à tête de préférence et avait choisi la première excuse qu’elle avait trouvé pour s’éclipser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Ven 8 Aoû - 18:33

Ragnar n’était pas dupe. Son petit génie lui avait bien dit qu’elle ne pouvait souffrir de besoins physiques. Elle ne devait donc pas réellement ressentir de fatigue. Surtout après un siècle ou deux passés à dormir. Non, manifestement, la blonde Kalisha se servait d’un prétexte, sans que le viking, sans doute trop franc et trop direct, ne voie clairement où elle voulait en venir.
Mais le sourire de Kalisha aurait fait fondre un iceberg.
Le visage de Ragnar s’adoucit, en même temps que son cœur. Non, décidemment, il ne pouvait rien refuser à la belle Kalisha.

Seulement, si Ragnar ne pouvait pas refuser grand-chose à l’ensorcelante danseuse, le roi des Vikings, lui, devait obéir en premier lieu aux devoirs de sa charge.
Une ombre de trsitesse passa sur le visage du roi lorsqu’il répondit à la jeune femme. Il savait qu’elle n’apprécierait pas ce qu’il avait à lui dire.

Je regrette, Kalisha.
Je sais bien que tu es un cadeau d’êtres puissants et je suis heureux qu’ils aient choisi de guider tes pas vers mon palais pour que tu l’éclaires de ta beauté. Et je serais ravi de t’accompagner jusqu’à ma couche.
Mais tous, puissants ou faibles, nous devons faire passer notre devoir avant notre plaisir. Mon devoir à moi est de présider ce banquet et de rendre la justice. Ton devoir à toi est désormais d’être à mes côtés.
Dans quelques heures, nous pourrons aller prendre du repos, je te le promets.


Si c’était le Roi qui avait commencé ce petit discours, c’était Ragnar qui l’avait terminé. Ses yeux étaient plus doux. Il espérait du fond du cœur que Kalisha comprendrait.
Non, ce n’était pas par plaisir que Ragnar différait ainsi le bonheur de se retrouver à nouveau contre le corps magique et sensuel de la merveilleuse jeune femme.

Le banquet lui parut d’ailleurs plus fade qu’à l’accoutumée. Il prenait moins plaisir à boire, à rire, à manger. Enfin… à bâfrer…
De temps en temps, il jetait un coup d’œil à sa jolie protégée, mais celle-ci faisait semblant de ne pas le voir. Elle donnait l’apparence de quelqu’un qui reste sagement à sa place, comme on le lui avait demandé, mais certains gestes un peu nerveux ou trop secs trahissaient des sentiments intérieurs beaucoup moins calmes.
L’humeur du roi, elle, se dégradait doucement…

Après une paire d’heures passées à ripailler gaiement dans une atmosphère chaude et joyeuse, chacun commençait à se sentir repu et légèrement éméché.
Il était donc temps de rendre la justice.

Fort peu de gens faisaient appel à la justice du roi, à dire vrai. Les chefs de village rendaient la justice de manière très efficace, avec une tendance facile au bannissement des fauteurs de troubles.
On pouvait toujours porter sa dispute devant le roi si le jugement du chef de village ne satisfaisait pas les parties, mais il fallait pour cela affronter la longue route qui menait à Roskildheim, puis s’en remettre au jugement d’un roi pour qui la justice était une notion purement personnelle. Pour tout dire, seuls les cas désespérés arrivaient jusqu’au trône.

Il y avait pourtant un cas à trancher ce soir-là. Et c’était ce cas-là qui tenait Ragnar éloigné des bras de Kalisha depuis plusieurs heures maintenant.
Les deux parties s’approchèrent et racontèrent leur histoire.
D’un côté, une jeune femme dont le père venait de mourir se retrouvait seule à la tête d’un vaste domaine. De l’autre, un propriétaire terrien, assez âgé, prétendait que le père de la jeune femme lui avait promis sa main, juste avant de mourir. Evidemment, le mariage lui aurait rapporté une jeune et belle épouse en plus d’un agrandissement de son domaine.
La jeune femme, elle, refusait d’épouser cet homme ventripotent et vaniteux qui aurait pu être son père.

Pourquoi ne prends-tu pas un autre mari, alors ? Demanda le roi.

La jeune femme baissa les yeux.

Celui que j’aime n’est pas un homme libre.

Evidemment…
Ce guerrier était actuellement esclave chez le répugnant bonhomme qui voulait épouser cette jeunesse. Il honorait en effet un Wergildt contracté par son père.

Ragnar se pencha vers Snori.

Qu’est-ce que tu en penses ?

Eh bien, une promesse est sacrée chez nous. Le gros bonhomme dit que la main de la jeune femme lui a été promise, et elle, elle dit que non. Il y en a donc un des deux qui est un menteur. Et il n’y a pas deux solutions pour départager un menteur…

Le regard du roi s’enténébra. Il connaissait la coutume. Comme tout le monde…

Vous vous accusez de mentir l’un et l’autre. Vous savez donc tous ce que cela signifie.
Nous allons nous en remettre au jugement des dieux.


Une formidable ovation retentit dans la salle. Des grands cris et des grands hourras…
On allait voir une bonne bagarre !
Après avoir vu une jeune fille à moitié nue danser lascivement et avoir banqueté à plaisir, voilà qu’un combat singulier allait avoir lieur pour ajouter encore au faste de cette soirée. Décidément, le roi Ragnar savait y faire pour plaire à ses invités !

On fit place nette au centre de la grande salle. Puis le roi réclama le silence pour poser la question rituelle :

Souhaitez-vous vous battre ou bien faire se battre vos champions ?

Il était évidemment hors de question de faire se battre une femme et un vieil homme. La coutume prévoyait donc que chacun puisse faire se battre un champion à sa place. Souvent, il s’agissait de champions professionnels, se vendant aux plus offrants.
Evidemment, quand on était riche, on pouvait se payer le meilleur champion et on gagnait souvent ses procès. Exactement comme dans les pays qui se disaient civilisés et dans lesquels la richesse permettait de se payer les meilleurs avocats, avec l’avantage accru pour ce qui est du système viking, de rendre une décision de justice en moins d’une heure, et de ne pas saigner à blanc les deux parties pendants des mois et des mois d’un interminable procès.

Le champion du propriétaire terrien se leva.
A dire vrai, Ragnar avait d’abord cru qu’il était debout. Mais une fois qu’il eût déplié sa carcasse, il dépassait chacun dans la salle de plus d’une tête, et sa largeur d’épaule était presque le double de celle, déjà respectable, du guerrier viking ordinaire.
Une rumeur se fit dans la salle quand le géant s’avança dans le cercle.

Le roi se tourna vers la jeune femme.

Où est ton champion ?

Je n’en ai pas.

Comment… L’homme que tu aimes n’est pas venu te défendre ?

Cet homme ne l’a pas laissé venir.

La jeune femme se jeta au pied du roi, en larmes.

Je t’en prie, Ragnar, donne-moi un champion. N’importe lequel parmi tes guerriers. Je t’en supplie.

Un silence se fit dans la salle.
Les regards des guerriers allaient de la jeune femme au géant. Elle avait bien peu de choses à offrir, étant déjà engagée auprès d’un autre homme, et lui, il était bien grand et bien fort.
Le cercle s’agrandit doucement, chacun cherchant à se reculer un peu. Les regards se faisaient fuyants. Chacun regardait ses pieds, ou bien se prenait de passion pour la contemplation de la décoration des poutres…

Sans champion la cause était entendue, le jugement simple et Ragnar allait pouvoir retrouver Kalisha très vite.
Oui mais…
Quelque chose agaçait Ragnar dans le comportement vaniteux du propriétaire terrien. Et puis, il ne trouvait pas juste que cette femme ne puisse pas défendre sa cause. Ce n’était pas quelque chose qu’un roi devait tolérer dans son palais à son avis.

Sans trop réfléchir, par manque d’habitude sans doute, Ragnar se leva donc de son trône, ôta sa chemise de cuir et de fourrures et descendit les marches pour aller jusqu’au cercle et se camper face au géant, malgré le regard soudain paniqué de son conseiller.

Dans un silence à couper au couteau, la voix du roi s’éleva forte et claire.

Dans ce cas, moi, Ragnar, roi d’Asgard, je serai ton champion.
Si je gagne, ton homme sera libre et tu devras l’épouser.


Les enjeux étaient clairs. Les deux hommes commencèrent à se tourner autour, se jaugeant lentement. Le géant, sûr de sa force, ne se donnait pas la peine de trop faire de finesses.
Pensant qu’il n’avait aucune chance en combat prolongé, Ragnar attaqua le premier et plongea dans les jambes de son adversaire pour essayer de le faire chuter. Autant essayer de faire tomber une falaise à mains nues. Le géant attrapa le roi par les épaules et l’envoya valser dans un de poteaux qui tenaient le toit de la grande salle. Puis il s’approcha de Ragnar, pour lui lancer un grand coup de poing.
Le roi l’esquiva et se rua vers le géant en hurlant un cri de guerre. Tout deux roulèrent à terre et ce fut le début de l’empoignade.
Les deux hommes se frappaient, s’agrippaient, se jetaient l’un l’autre à travers le cercle. Tout autour, des cris s’élevaient, des encouragements, des hurlements primitifs. La salle était prise de folie autour de ce combat dont l’issue ne faisait pourtant pas de doute.
Au bout de quelques minutes, le géant assura une prise sur les épaules du roi et commença, lentement mais sûrement, à lui plier le cou sur la poitrine, avec la ferme intention de continuer jusqu’à ce qu’il casse. Ragnar résistait autant qu’il pouvait, les muscles bandés à en craquer, mais il ne pouvait se dégager de l’étreinte mortelle. Déjà les cris se faisaient plus rares, et laissaient la place aux visages inquiets.
Soudain, les yeux du roi se révulsèrent, de la bave commença à suinter de ses lèvres cripsées, et son corps fut parcouru de spasmes.

Les guerriers les plus proches se reculèrent.

La colère d’Odin !!

La rage du berserker avait saisi Ragnar, décuplant ses forces et sa volonté.
Avec un hurlement à faire trembler les murs, il renversa le géant sur le côté et se jeta sur lui.
Ses bras manquaient encore de force, mais il envoya sa tête à toute volée dans la figure du géant. On entendit le craquement des os.
Le visage ensanglanté, la mine furieuse, le colosse avait perdu toute son arrogance. Il voulut se jeter sur le roi, mais fut accueilli par un être furieux qui lançait coup de poing sur coup de poing, utilisant ses pieds, sa tête, les meubles aussi parfois, pour frapper, frapper et frapper encore le géant, sans jamais lui laisser une seconde de répit.
Avec un feulement rauque, Ragnar finit par envoyer son adversaire cogner contre un pilier de bois, puis rebondir sur une table qu’il fracassa en tombant. Le géant essaya de se relever, mais ne put y arriver. Il s’effondra, KO pour le compte, dans un panier de fruits.

Les regards se portèrent vers Ragnar.
Toujours en proie à la colère d’Odin, son corps toujours parcouru de spasmes et ses yeux toujours révulsés, il était en train de saisir un banc.
Tous les guerriers savaient que, une fois qu’un berserker est en transes, il ne s’arrêtait que lorsqu’il était épuisé, détruisant tout sur son passage, amis comme ennemis.
Tout le monde se recula donc en grand désordre, hors de portée du berserker qui venait de fracasser son banc contre une poutre.

La jeune femme dont Ragnar s’était fait le champion regarda Snori dent bleue.

Mais… Il faut faire quelque chose ! Il va blesser quelqu’un !

Le conseiller du roi écarta ses mains en signe d’impuissance.
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Lun 11 Aoû - 17:13

14.

Se voyant refuser l’opportunité de se retrouver seule à seul avec son maître afin d’en apprendre un peu plus sur les projets du roi, Kalisha, résignée et déçue s’était à nouveau installée à ses pieds, portant sur l’assemblée, un regard noir et dédaigneux. Pourtant malgré sa contrariété, elle savait, elle savait qu‘elle devait se soumettre aux choix de Ragnar, car s’il était roi, il était pour elle son maître, et en tant que tel, le génie devait lui obéïr. Mais cela n‘empêchait pas la jeune femme de faire mauvaise figure, car sa curiosité n‘avait pas été satisfaite.

Cependant quand le roi annonça que le moment était venu de rendre justice, cela éveilla à nouveau la curiosité du génie. Et regardant ces visages aux traits taillés à la serpe, elle se demanda dans ce pays, comment justice était rendue. La réponse arriva rapidement et si cette fois, la curiosité de la jeune femme était satisfaite, la façon de procéder ne l‘en la laissa pas moins stupéfaite..

Le cas à traiter était pourtant des plus ordinaires, combien de fois la jeune femme ne s’était-elle trouvée confrontée à ce genre de situation? Pourtant la façon d’aborder le problème restait des plus originaux, une bonne bagarre départagerait les deux parties, ce qui déclencha la liesse des sujets du roi qui de toute évidence, approuvaient la décision royale. Seulement quand Kalisha comprit que Ragnar lui-même allait défendre la cause de la jeune paysanne, cela ne la réjouit guère, surtout en voyant le colosse qui lui faisait face. Mais encore une fois, elle n’avait pas voix au chapitre, et ne put que lui souhaiter d’emporter ce combat.

Kalisha se doutait que le roi devait être un grand guerrier, mais comment lutter face à cette montagne qui tentait de briser son cher maître? Ne pouvant rester de glace devant ce spectacle, la jeune femme s’était redressée sur son estrade pour pouvoir assister à ce combat qui s’annonçait de plus en plus déséquilibré. Chacun haranguait son roi, certain qu’il emporterait la victoire, mais si Kalisha admirait l’énergie qu’il mettait à vouloir mettre son adversaire au tapis, elle ne pouvait s’empêcher de craindre le pire pour lui.
* Il faut que je fasse quelque chose, mais quoi? Il y a bien trop de monde dans cette salle et il m’a recommandé la discrétion.. oh par Allah! Je ne vais pas le laisser se faire mettre en pièce sans réagir?*

La jeune femme étouffa un cri, poings crispés contres sa bouche quand elle vit les yeux de Ragnar se révulser. Il perdait conscience et elle n’avait rien fait pour éviter ça. Telle une tigresse, Kalisha allait bondir en avant, prête à attaquer ce monstre pour l’empêcher d’assassiner sous ses yeux, l’homme qu’elle aimait déjà. Mais son élan fut interrompu par un des vikings à sa gauche qui la retint par la taille. Ragnar se redressait et ce qui se passa ensuite, dépassa de loin tout ce que Kalisha avait pu voir comme déferlement de rage.

Après avoir poussé un terrible hurlement, le roi avait retrouvé toute son énergie, et sa force semblait décuplée alors qu’il se jetait sur le colosse. Ce dernier fut projeté à plusieurs reprises, tantôt au sol et tantôt à travers la salle, pour aller s’écrouler finalement sur une table qui se brisa sous le choc. Pourtant malgré le géant à terre, Ragnar ne décolérait plus. Il affichait toujours cette expression pleine de rage, et ses yeux reflétaient une folie meurtrière. Les autres vikings s’étaient tus, excepté quelques murmures qui parcouraient la salle. Tous reculèrent devant leur roi pour finir par détaler comme des lapins.

Depuis un moment, Kalisha restait figée, incapable de réagir. Elle ne reconnaissait plus l’homme si généreux et si tendre dans ce guerrier en colère qui grognait et poussait des cris de bête. Kalisha regarda l’homme qui paraissait être le conseiller du roi et qui tardait à fuir comme tous les autres.


- Il n’y a rien à faire.. Rien ne peut calmer un berserk en colère. Nous ferions mieux de le laisser, de toute façon nous avons le résultat de ce combat..

L'homme jeta un regard méfiant au roi, comme s'il craignait de devenir la prochaine victime de sa colère et comme il s'apprêtait à tourner les talons,Kalisha le héla, et le rejoint en deux pas, faisant tinter ses bijoux.


- Alors vous allez partir et le laisser là?

Snori se tourna vers elle pour la dévisager avec méfiance.

- Tu devrais en faire de même.
- Mais, c’est mon maître, je ne peux pas le laisser ainsi!
- C’est inutile que tu restes, il pourrait s’en prendre à toi.
- Je suis sûre que non!

Butée, Kalisha croisa ses bras sous sa poitrine et redressa le menton. Snori haussa un sourcil circonspect et finit par secouer la tête avant de jeter un regard vers son roi qui venait d’envoyer une des lourdes tables à travers la pièce. Celle-ci se fracassa dans un grand bruit contre une des poutres. Le conseiller soupira.

- Soit, reste donc là. Il finira bien par se calmer, une fois qu’il sera fatigué.

Sans plus lui accorder un regard, l’homme quitta à son tour la vaste salle, et laissa le génie seul avec son maître. Voilà, à présent, elle pourrait enfin agir et aider le roi à ..* à se calmer…ouh là là, que me faudrait-il pour l’aider à se calmer ? Voyons voir…*

Kalisha adopta une attitude de réflexion, posant son index sur sa bouche, alors que face à elle, Ragnar détruisait tout ce qui lui tombait sous la main.* Ah peut-être que.. !*
La jeune femme leva son index, ayant subitement une idée. Elle tendit l’autre main et dans sa paume ouverte apparut une tasse fumante qui contenait une tisane aux vertus apaisantes. Kalisha fit une grimace, pas convaincue et posa la tasse derrière elle, sur une des dernières tables encore debout. Elle se concentra à nouveau et son regard s’éclaira alors que dans sa main apparaissait une pipe d’opium. Le génie eut une moue contrariée.

- non non et non!! ça ce n’est pas bon du tout! Allons, je vais trouver quelque chose, il le faut!

Un sourire soudain éclaira son visage, il y avait un moyen très efficace de calmer un homme surtout quand on était jolie et attirante comme Kalisha, mais à la vue de la salive qui moussait sur l’ourlet des lèvres du viking, la jeune femme fit une nouvelle grimace. Le problème semblait insoluble. Pourtant, elle n’était pas Jinn pour rien! Elle finirait bien par trouver un moyen de calmer la colère du roi.

- bon le fatiguer.. hum peut-être que si je lui fais peur..


Apparut alors face au roi, un énorme Grizzli qui rugit en agitant ses énormes pattes griffues. Mais imperturbable, le roi se jeta sur lui et s’apprêtait à lui faire une prise de lutte quand l’animal se volatilisa, ce qui augmenta la frustration du viking. Apparurent ensuite un tigre féroce, un rhinocéros qui chargeait, et pour finir un cobra géant qui ouvrit si grand sa gueule qu’il menaçait d’engloutir le roi. Mais aucun de ces animaux n’impressionna le roi qui les affronta à chaque fois avec la même énergie, assommant l’un, transperçant d’une lance l’autre et tordant le cou au dernier. Kalisha n’avait pas le temps de les faire disparaître que le roi se jetait dans la bataille. Elle poussait un cri alors qu’une griffe frôlait d’un peu trop près l’épaule de son maître, soupirait de soulagement alors qu’une corne se voyait détournée de son but, et hurla alors que les crocs empoisonnés claquèrent dans le vide.

Une à une, les apparitions se volatilisèrent dans la pièce et Kalisha qui avait compris que décidément rien n’effrayait Ragnar, était à court d’idée. Le roi après ces nouvelles épreuves, paraissait juste un peu essoufflé. Le génie porta une main à son front.


- Oh là là là.. mais rien ne l’arrête!

C’est à cet instant qu’elle se dit qu’en désespoir de cause, il lui restait une dernière solution. La mort dans l’âme, Kalisha tendit ses mains devant elle et apparut alors une énorme massue. Elle leva les yeux vers le viking qui regardait autour de lui, s’attendant à voir surgir un autre adversaire. Le génie disparut brusquement pour apparaître juste derrière le roi, juchée sur un banc, la massue brandie au dessus de sa tête.

- Je te demande pardon, Ragnar.

Et au moment où ce dernier se retourna, Kalisha assena un grand coup de massue sur la tête du viking. On entendit un terrible « crac » et la jeune femme regarda, complètement effarée, son arme brisée en deux. Puis elle croisa le regard surpris du roi qui se tenait toujours solidement campé sur ses jambes, et se confondit en excuses.

- Oh désolée! vraiment, je ne voulais pas je.. je pensais que si je t’assommais que.. que .. il fallait que je trouve un moyen de te calmer et .. Oh pardon mon maître.


Kalisha allait s’effondrer à genou aux pieds du roi, pour le supplier de lui pardonner, mais c’est alors qu’il éclata d’un puissant rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Mar 12 Aoû - 13:59

Quand la rage du berserker avait saisi Ragnar, il s’était senti pris d’une joie intense. Cette colère du guerrier ne pouvait que lui être bénéfique, soit qu’elle lui donnât assez de force pour vaincre son adversaire, soit qu’il mourût en pleine transe, ce qui lui ouvrirait toutes grandes les portes du Valhala. En effet, si les Valkyries parcourent les champs de bataille à la recherche de guerriers assez braves pour mériter de rejoindre les dieux, les berserkers qui meurrent alors qu’ils sont saisis par la rage vont directement s’asseoir à la table d’Odin, festoyant en un banquet titanesque jusqu’à l’heure du Ragnarok.

Tout ce qui s’était passé ensuite lui était sorti de la tête. Il gardait simplement un souvenir confus de combat, de lutte acharnée et surnaturelle, comme s’il avait dû affronter un des géants des glaces qui aurait changé de forme pour se transformer en animaux mythiques et assoiffés de sang.

Et puis, cette douleur fulgurante sur la tête, comme s’il s’était cogné le crâne sur le linteau de la porte d’Odin...

Quand il avait repris conscience du monde autour de lui, il lui avait fallu quelques instants pour comprendre où il était et ce qui lui arrivait.
Devant lui se tenait Kalisha, un bout de massue à la main. Elle semblait avoir l’air à la fois apeurée, rassurée et désolée.
Un rapide coup d’œil circulaire autour de lui informa le roi qu’il était toujours en son palais de Roskildheim et non au Valhala. Il n’y avait plus personne dans la grande salle. Partout des tables et des bancs brisés, des tabourets en morceaux… Ca avait dû être une sacrée fête ! Dommage qu’il en ait raté un bout…
Mais cela n’avait rien de très extraordinaire tout de même pour un Viking de se retrouver dans une salle ravagée, un lendemain de fête, avec comme un trou dans les souvenirs et un énorme mal de crâne… (et si ça vous est déjà arrivé aussi, c’est sûrement que vous êtes un peu viking !)

C’est quand il entendit Kalisha s’excuser auprès de lui pour avoir essayé de l’assommer qu’il comprit enfin ce qui s’était passé. Sa gentille amie, sans doute impressionnée par sa crise de folie meurtrière, avait tenté de le calmer à grands coups de massue. Et elle y avait réussi d’ailleurs.
Ragnar se dit que ça promettait pour leurs futures scènes de ménage.
A cette pensée, il fut pris d’un énorme rire joyeux qui le secoua des pieds à la tête.
Voir ce petit bout de bonne femme adorable avec son gros gourdin à la main… Apparemment, elle s’adaptait vite à la vie conjugale viking, la jolie orientale !
Soudain il eut l’idée d’un nouveau type de troupe sur les champs de bataille : derrière chaque groupe de berserker se tiendrait leurs épouses avec un rouleau à pâtisserie à la main…
Et il repartit à rire de plus belle.
Eh oui, ces vikings rigolent d’un rien… C’est ce qui fait leur charme…

Quand il fut un peu calmé, Ragnar prit Kalisha par les épaules.

Allons, n’aie pas peur. Tu as bien fait. C’était une vraie réaction de viking. Je suis fier de toi.

Une sensation de liquide qui coulait sur son crâne l’interrompit. Il tâta l’énorme bosse qui se formait sur son crâne et ramena sa main poisseuse de sang.

Allons bon… Tu n’y es pas allée de main morte !
On dirait que tu étais toujours fâchée contre moi…


Adressant un sourire à la jolie danseuse, Ragnar sortit un instant par la grande porte que les convives n’avaient pas pris la peine de refermer en partant.
Il prit de grandes poignées de neige pour laver sa blessure puis détacha quelques stalactites de glace du toit, les cassa en plusieurs morceaux, les enveloppa dans un linge, et mit le tout sur sa tête avec l’air de quelqu’un à qui ça fait drôlement du bien…

Laissant le vent souffler dehors sur les échos d’une fête qui se poursuivait sans lui un peu plus loin, Ragnar ferma la porte et se laissa tomber sur une chaise, à une table un peu excentrée et qui n’avait pas trop souffert. Les menuisiers auraient du travail demain…
Pour l’heure, le roi sentait la fatigue le rattraper. La transe du berserker s’accompagnait d’une dépense d’énergie telle que, une fois qu’on en était sorti, on avait l’impression de s’être fait piétiner par un troupeau de rennes.
Avec un sourire las mais heureux, il regarda Kalisha.

On dirait bien que j’ai gagné, non ?
Alors ? Qu’est-ce que tu penses de notre système judiciaire ? Efficace, non ?


Puis, se souvenant des paroles de la jeune femme un peu plus tôt dans la soirée :

Au fait, tu avais quelque chose à me dire, jolie tigresse ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Dim 17 Aoû - 15:17

15.

Le génie dévisageait son maître avec la plus grande perplexité. Elle s’était attendue à des réprimandes, voir des cris, surtout qu’il ne s’était pas montré avare de sa voix, il y avait quelques instants, mais non. Le viking riait et même si le coup terrible qu’elle lui avait assené laisserait des traces, il ne lui en voulait pas du tout. Oui vraiment surprenant, mais plus encore fut cette question qu’il lui posa au sujet de leur système judiciaire. Un instant décontenancée par la réaction de Ragnar, elle l’avait suivi au dehors alors qu’il entreprenait d’appliquer ses propres soins à la blessure qu’elle lui avait faite. * Quand je pense que les animaux ne lui ont fait aucun mal alors que moi...*

- euh ce système est euh.. très.. particulier. Je n’ai pas aimé que ce géant ai failli te rompre les os. J’ai bien cru que..
- que ?
- que j’allais.. euh.. je ne sais pas. Je n’allais quand même pas le laisser te massacrer sans réagir!

Ce fut au tour du roi de la dévisager, et Kalisha soupira.

- je sais.. je sais que je ne dois pas faire de magie devant les autres, mais bon, j’aurais trouvé un prétexte, votre religion, tous vos dieux, cela me parait tout à fait approprié pour justifier quelques petits tours.. non?

La jeune femme leva les yeux vers son maître avec des airs candides. Elle se rapprocha un peu de lui, plus confiante à présent qu’il avait perdu ses airs de guerrier pris de folie.

- enfin finalement tu lui as réglé son compte à cette grande brute et cette femme que tu as si bravement défendue, pourra épouser l’homme qu’elle aime. C’est une jolie conclusion pour cette histoire, même si elle t’a coûté quelques bobos.

Kalisha effleura la blessure du bout des doigts, arrachant à Ragnar un petit cri de protestation. Elle retira aussitôt sa main pour se faire plus cajoleuse encore, appuyée contre le large torse, en équilibre sur une jambe.

- oh pardon! Je ne voulais pas te faire mal..

La moue un peu boudeuse, elle plongea ses yeux de biche dans les siens et eut soudain un sourire mutin.

- Mais je sais peut-être comment me faire pardonner.

Et joignant le geste à la parole, la jeune femme déposa un léger baiser sur les lèvres de son roi, pour reculer tout aussi soudainement.

- quand au sujet dont je voulais parler avec toi… Peut-être que ça devrait attendre demain. Tu dois avoir besoin de te reposer.

Kalisha recula en quelques pas agiles vers la porte qui menait à la chambre du roi, l’invitant, main tendue vers lui à la suivre avec toujours ce même sourire.

- et tu pourras alors m’expliquer ce qu’est un berserk et si ça t’arrive souvent de te mettre en colère comme ce soir. Et puis si vous rendez souvent la justice ainsi, et si c’est une tradition de briser tout votre mobilier.. Oh et n’oublie pas la lampe, il ne faudrait pas qu’on te la vole.

Quelques pas de plus, et Kalisha était dans la chambre, toujours tournée vers le roi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Dim 17 Aoû - 20:43

A travers la salle de banquet dévastée, Kalisha avait guidé son maître vers la chambre, en lui proposant de se faire pardonner son coup de massue.
Evidemment, c’était tentant…
Vu la manière dont la jeune femme marchait devant lui en roulant harmonieusement des hanches, Ragnar n’avait pas trop de doutes sur la manière dont elle pensait pouvoir se faire pardonner… Seulement entre son combat et sa transe de Berserk, le roi était plus moulu qu’un café du Switzerland. Il avait les muscles en compote, et sa tête endolorie n’arrangeait certainement pas sa forme physique.
En arrivant près de son trône, il ramassa sa tunique, et son épée, vérifia que la lampe était bien toujours avec lui, et poursuivit son chemin à la suite de la jolie Kalisha dont les longs cheveux ondulaient au rythme souple de sa démarche féline, jetant dans les yeux du roi des éclairs blonds.
S’il vous est déjà arrivé de suivre sur une centaine de mètres une jeune femme éperdument sensuelle, habillée de voiles évanescents, blonde à faire rougir le soleil, belle à faire pâlir la lune, et qui vous précède en roulant des hanches à vous en donner le mal de mer tout en se retournant de temps en temps pour vous envoyer des œillades à damner un saint, vous imaginerez tout de suite dans quel état se trouvait Ragnar en arrivant à sa chambre.
Si ça ne vous est encore jamais arrivé, ben vous manquez quelque chose, croyez-moi …

Quoi qu’il en soit, la porte de referma doucement sur la belle au yeux noirs et le grand viking, tandis qu’ils échangeaient un regard plein de sous entendus.
Un moment après qu’elle se fût refermé, la voix du roi résonna à travers le bois épais de la porte.

Oooooh !!! Aaaaah !!! Ah oui, Kalishaaaa !! Ah ouiiii !!!
Oh, ça c’est booon !! Aaahhh !! Oh que c’est booonnn…
Aïe ! Ouch… Mmmm… Un peu plus à droite… Ooooh Kalishaaaa… Tu fais ça si bien !!!
Oooh Ouiiiii !!!! …

Assise à califourchon sur son maître, et s’accompagnant de tout son corps souple et sensuel en diable, Kalisha massait le grand viking, lequel, allongé sur le ventre, manifestait sa satisfaction d’une manière qui ne laissait aucun doute quand à l’habileté de la jeune femme en ce domaine.

La belle jeune femme, avec des mouvements souples et appuyés, empoignait les muscles pleins de nœuds et de crampes du guerrier, et entreprenait d’en faire disparaître toute contracture. Pour chaque muscle, elle prenait le nœud en main et le massait avec douceur et fermeté jusqu’à ce qu’il ait perdu sa rigidité, puis elle passait au suivant.
Bien sûr, Kalisha ne se contentait pas de ce que n’importe quel soigneur du palais aurait pu faire… Elle rythmait sa progression d’une kyrielle de petits baisers déposés en guirlandes, et ponctuait son travail harassant de petites marques de dents laissées sur la peau du grand viking, comme si elle avait voulu signer son œuvre. Ou marquer sa propriété, qui sait ? …

Sa progression méthodique avait bien sûr commencé aux épaules et sur le cou de son maître.
Doucement elle était descendue pour masser ce grand torse musclé, puis était arrivée à la taille…
Et puis elle avait recommencé son action bienfaisante sur les jambes du guerrier fatigué, remontant doucement, ponctuant toujours son massage de petits baisers en rafale.
A présent, elle pétrissait les fesses musclées et endolories du grand viking.
Ce n’est qu’après avoir reçu du roi un grognement de satisfaction éloquent, que la jeune femme demanda à son maître, avec un petit sourire mutin, s’il voulait bien se retourner.

Un peu remis de ses émotions de la soirée, Ragnar obtempéra avec joie.
La jolie danseuse repris son œuvre bienfaitrice mais, désormais, Ragnar pouvait rendre un peu de son affection à la jeune femme et, si les mains de Kalisha s’attardaient sur certains points plus que d’autres de l’anatomie de son viking préféré, le roi ne se privait pas de caresser le corps si sensuel de son génie personnel.
Au fur et à mesure que leurs respirations se faisaient plus rapides, que leurs yeux devenaient plus brillants, que les soupirs de Kalisha se faisaient plus pressants, leur jeu devint plus animal, plus primitif.
Leurs mains semblaient avoir pris leur liberté propre et couraient à leur aise sur les peaux avides de caresses, leurs bouches s’entrelaçaient en des baisers passionnés et fougueux, leurs corps s’animaient d’une vie ondulante…
Puis ils s’unirent en un seul être, plus près qu’il est possible de l’être, unis corps et âme dans la recherche de leur paradis à eux, dansant la danse de l’amour en un rythme sans cesse plus échevelé, accompagné par les cris allant crescendo de la jeune femme, leurs cœurs battant sans cesse plus vite, leurs souffles mêlés tout autant que leurs âmes, et puis leurs corps explosant enfin en une gerbe de plaisir et de bonheur qui les laissa pantelants, essoufflés, mais ravis, heureux et assouvis.

Allongé près de Kalisha dont il caressait le visage de ses grandes mains nerveuses, Ragnar quitta un instant la contemplation des yeux de sa belle pour jeter un regard circulaire sur le lit ravagé. Il y avait peut-être du vrai dans ce qu’elle disait à propos de son habitude de briser les meubles…
Le roi s’allongea alors sur le dos, se préparant au sommeil le plus réparateur qui soit, celui que l’on passe auprès d’une maîtresse assouvie.
Les images de la soirée défilèrent devant ses yeux : un grand banquet ou l’on avait but et bâfré, une titanesque bagarre avec des grands coups, et enfin l’amour de la plus belle femme du monde… Le bonheur…

Juste avant de s’endormir, une idée passa pourtant à travers l’esprit du roi.

Tu dors ?

Mmmm ?

Tu sais, je suis persuadé que le vieux croûton disait vrai. Le père de la jeune femme lui avait certainement promis la main de sa fille sur son lit de mort, pour lui assurer son avenir.
J’ai donc fait triompher le mensonge et pas la vérité.
Seulement est-ce que la Justice c’est forcément la même chose que la Vérité ?
Je me demande ce que ton génie en penserait, tiens…


Ragnar se mit à bâiller, regardant le plafond et attendant que descende sur lui le sommeil du juste.


Dernière édition par Ragnar Hrodgæirsen le Dim 31 Aoû - 22:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Lun 18 Aoû - 16:35

16.
Alanguie sur les fourrures éparses, Kalisha, les yeux fermés souriait, heureuse et comblée. Ragnar était un amant d’exception en plus d’être un vaillant guerrier. Et à cet instant, elle oubliât qu’elle n’était que son génie, son esclave. A chaque fois qu’il posait ses mains sur elle, la jeune femme oubliait sa condition, oubliait le passé, oubliait tout le reste. Il n’y avait plus que cet homme qui comptait et pour lui elle aurait voulu faire bien plus que quelques massages…

La magie de ces instants qu’ils venaient de partager, dépassait de très loin tous les pouvoirs de tous les Jinns existant. Et elle aurait voulu que cette nuit dura éternellement, mais ce qu’un génie souhaitait, n’avait pas de valeur en ce monde. De plus le roi semblait en proie à d’étranges réflexions dont il lui fit part. Kalisha ne sut s’il attendait qu’elle lui donna son propre avis sur la question, mais dans le doute, elle lui fit part de son opinion:


- euh j’ignore ce que Siramnu en penserait… Je n’ai pas eu beaucoup l‘occasion de lui parler.. mais

Kalisha s’interrompit un instant, se redressant sur son coude pour observer le profil du roi qui s’était étendu à ses côtés.

- pour moi.. La justice n’a rien à voir avec la vérité.. car même la justice se trompe.. Mais qu’est-ce vraiment la justice, et qu’est-ce être juste? faire paraître la vérité? Si tu avais fait ressortir que le père de cette jeune femme avait bel et bien offert la main de sa fille à cet odieux personnage, aurait-il était juste qu’elle soit condamnée à …


Kalisha fit une grimace, elle n’aurait pas envié le sort de cette jeune femme.

- hum.. qu’elle soit condamnée à être mariée à ce vieillard? Non… cela aurait été injuste. Mais bon le sens de la justice de chacun étant différent… il devient donc difficile de définir une justice commune.. Ce qui revient à dire que puisqu’en ce pays, c’est toi le roi, donc seul ton sens de la justice compte et peu importe ce que diront les autres.

La jeune femme redressa la tête pour quêter dans un grand sourire l’approbation de Ragnar. Elle savait avoir donné la bonne réponse, et preuve en fut le sourire qu’il lui rendit.

- oui mais la vérité là dedans?
- on s’en fiche!

Kalisha éclata d’un rire joyeux et se lova contre son roi avant de l’empêcher d’un sensuel baiser de continuer à philosopher sur la différence entre la justice ou la vérité. Mais le roi avait un sens des responsabilités aigu et n’avait pas dit son dernier mot.

- oui mais… ais-je bien agi en oubliant la vérité? et… qu’aurait fait ton génie?

- mais je ne sais pas moi !
- et qu’aurait-il pensé de ce que nous venons de faire.. est-ce bien? ou mal ?

Kalisha lui jeta un regard courroucé en s’écartant, mais en songeant à la réponse, elle se rapprocha pour murmurer dans son cou, avec à nouveau ce sourire heureux.

- hmm c’était très bien..
- c’était bon oui, mais était-ce vraiment bien?

Surprise de son insistance, Kalisha se redressa à nouveau, sourcils froncés et recula sur le lit, croisant ses bras sous sa poitrine. Pourquoi lui posait-il ces questions? Que cherchait-il? Kalisha s’était abandonnée à lui en oubliant volontairement qu’elle risquait de perdre à jamais ses chances de pouvoir retrouver sa liberté. Et voilà qu’il le lui rappelait cruellement.. La jeune femme le regarda à nouveau pour lui demander d’un air méfiant.

- et si tu me disais où tu veux en venir?
- je veux te libérer, ma jolie danseuse... juste te libérer...Et maintenant, il faut dormir.

Kalisha le regarda décontennancée par cette réponse et voyant qu'il était bien décidé à dormir, le rejoint en s'installant au creux de ses bras. Et tandis qu'il ronflait tranquillement, elle garda longtemps les yeux ouverts avant de se laisser aller au sommeil, ressassant les derniers mots du roi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Lun 1 Sep - 12:16

Ragnar s’était levé de bonne humeur ce matin-là.
Enfin… quand on parle de matin, sous ces latitudes, il convient de relativiser… Disons que la nuit avait commencé à être un peu moins noire et qu’on avait même vu un peu de jour au loin. Ca allait durer quelques heures. C’était toujours mieux que rien… Mais, surtout, ça voulait dire que le printemps arrivait, doucement, mais sûrement.

Le roi Viking avait posé un instant les yeux sur la belle Kalisha, endormie près de lui.
Elle semblait prendre plaisir à dormir, alors qu’elle avait passé des siècles à dormir dans sa lampe. Sans doute qu’elle trouvait qu’un lit garni était plus confortable.
Ragnar déposa un baiser sur le front de la jeune femme, qui, sans s’éveiller, fit une petite grimace, fit mine de chasser un insecte avec sa main, puis se retourna de l’autre côté en prenant toutes les couvertures.
Ca, c’était quelque chose qui étonnait Ragnar à chaque fois… Quelle que soit la femme avec qui il passait la nuit, elle ne pouvait pas s’endormir sans mettre ses pieds froids sur les jambes du Viking, et finissait toujours par lui piquer toute la couverture au matin. Les femmes devaient être faites comme ça…

Sortant de la chambre à pas feutrés (ce qui n’est pas facile quand on fait un mètre quatre-vingt-douze de haut pour quatre-vingt-six kilos de muscles), il alla dans le sauna où ses serviteurs avaient amené des pierres chaudes et un baquet. C’était le jour de son bain hebdomadaire.
Il se plongea avec délice dans le baquet, attrapant la chose qui passait pour un savon, et entrepris de se décrasser la couenne.
Bientôt, une douce mélopée s’éleva de la salle de bains… Le chant reconnaissable entre tous d’un viking heureux…

De l’or, des femmes et d’la bière nom d’Odin
Pop om polopom pom pom pom polopom…

Et mer…du Nord ! Foutu savon qui glisse ! Invention de décadent efféminé ça…


Evidemment, avec les bruits d’éclaboussure, la grosse voix du guerrier, et les interjections diverses qui agrémentaient le bain royal, Kalisha n’avait pas pu dormir bien longtemps.
Ragnar la vit arriver, les yeux encore ensommeillés.
Elle déposa un baiser encore endormi sur les lèvres du roi, au fort goût de savon (eh oui… les vikings ont de l’hygiène, mais ils n’ont pas encore découvert le dentifrice…).

C’est gentil de venir me frotter le dos…

Kalisha, cependant, regardait Ragnar avec des yeux étonnés.

Oh, fais pas attention. C’est juste des bleus, des coupures, un œil au beurre noir… Rien de grave.

Avec un soupir, la belle jeune femme ramassa la brosse qui traînait à côté du baquet, et entrepris de frotter énergiquement le dos de son roi préféré.
Toutefois, elle en profita pour glisser un peu de magie le long de la peau du viking, et effacer d’un coup toutes les cicatrices, hématomes et contusions diverses, qu’il avait gardées de son combat de la veille…

Aaaaaahhhh… Ca fait du bieeeeeeennn….

Soudain, le dérangeant au milieu de son bien-être extatique, une pensée vint lui chatouiller le cortex, comme la mouche bourdonnante dérange le pique niqueur qui fait la sieste.

Au fait, mon petit soleil, tu n’avais pas quelque chose à me dire, hier soir ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Mar 2 Sep - 16:25

17.

L’eau ruisselait sur les muscles si bien faits de ce corps dont elle ne pourrait déjà plus se passer. Un léger sourire étira ses lèvres, alors que Kalisha passait lentement ses mains sur les parties blessées et faisait disparaître les ecchymoses et autres marques infligée à son maître qui de toute évidence, appréciait le traitement. Au milieu des vapeurs d’eau chaude, l’ambiance devenait très intime et la jeune femme appréciait particulièrement ces moments. Seulement Ragnar venait de se souvenir d’un sujet qu’elle avait voulu aborder avec lui la veille.

Le génie reposa la brosse sur le bord d’une étagère, et attira un tabouret vers le bac où Ragnar un peu à l’étroit, l’observait, attendant sa réponse. Kalisha s’assit avec la nonchalance d’un chat sur le petit tabouret et appuya ses deux mains sur le devant du siège.

- J’ai entendu votre conversation hier avec ton conseiller. Vous évoquiez un mariage qui doit avoir lieu bientôt. Et si j’ai bien compris, c’est de toi dont il est question.. Il était aussi question de bigamie, hmm et de moi.. Alors si tu me parlais un peu de tes projets de…fiançailles?

Kalisha se reprit, réalisant que son ton devenait un peu trop ironique.

- enfin si tu veux bien m’en parler, car après tout, tu n’as aucun compte à me rendre. Et quoique tu aies prévu de faire, je me plierai à ta volonté.

La jeune femme ne tenait pas à paraître jalouse, pourtant, elle ne pouvait s’en empêcher. D’avoir appris qu’il allait en épouser une autre, avait provoqué un sentiment de rage assez fort dans le cœur de Kalisha. Mais ils se trouvaient alors face à une nombreuse assemblée, et elle réalisait que même si cette idée de mariage ne lui plaisait pas du tout, elle n’avait pas son mot à dire. Et puis n’était-il pas naturel pour un roi d’épouser plusieurs femmes? c’était en tout cas, fréquent pour les sultans qui avaient gouvernés Babylone, et autres seigneurs du monde qui ne se privaient pas d’avoir une cour entière de femmes à leurs pieds. Seulement Kalisha n’aurait jamais songé qu’un jour, l’homme qu’elle aimait déjà, la placerait dans une telle cour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Mar 2 Sep - 22:32

Ragnar était à la fois heureux et gêné de la question de Kalisha.

Bien sûr, c’était flatteur qu’une jeune femme aussi belle que la babylonienne l’aime assez pour être jalouse. Parce que, même s’il n’était pas l’homme le plus fin psychologue au monde, Ragnar voyait bien que sa petite génie à lui était jalouse. Bon, en même temps, c’était pas trop difficile avec Kalisha. Elle avait posé ses questions d’un air faussement détendu, mais ses yeux noirs lançaient des éclairs et, au-dessus d’elle, les vapeurs de la salle de bain semblaient se transformer en mini tornade.
C’était si mignon à voir cette femme qui était prête à exploser parce qu’elle avait appris que l’homme sur lequel elle avait jeté son dévolu en avait une autre en vue. Si l’autre en question avait été là, Ragnar n’aurait pas donné cher de sa peau…

Seulement, il y avait un hic, c’est que ce mariage devait se faire si le roi des Vikings voulait avoir une chance de refonder son royaume. En tout cas, c’était l’opinion de Snori. Et Snori avait beaucoup de défauts, mais il était intelligent. Tellement, que Ragnar n’était pas sûr que son conseiller était vraiment viking…

Ah oui… Ce mariage…

En soupirant, Ragnar sortit de l’eau et s’enroula dans un drap qui lui faisait comme une toge de chez les civilisés.

C’est une idée de Snori. En fait, c’était le roi précédent, celui dont j’ai pris la place, qui devait se marier.

Le viking s’assit sur un banc et entreprit de se peigner avec un peigne taillé dans de l’ivoire de morse.

Vois-tu, Asgard est divisée entre plusieurs factions. Moi-même, je suis censé diriger le royaume, mais en fait, je ne dirige vraiment que la province originelle d’Asgardheim. Et encore… Le roi précédent a vendu à la Hanse l’une des villes les plus riches de cette province… Quel idiot !

L’idée de Snori était de marier la fille du duc de Normandia avec le vieux roi. Cela aurait uni la province qui avait légitimité pour régner sur tout Asgard et celle qui était la plus riche, avec la meilleure armée. La Hanse aurait accepté n’importe qui, du moment qu’on les laissait continuer leurs affaires. Il restait le Saxland, mais là… à moins d’une opération militaire, pas moyen de rallier le vieil Harald. Et puis, il y a les Valkyries. Là, on n’a aucune idée de ce qu’elles veulent …


Ragnar se rhabillait tout en continuant comme pour lui-même.

Alors voilà, quand je suis arrivé sur le trône, Snori m’a raconté son plan, que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire pour le royaume et pour tout le monde… Alors, bien sûr, moi j’ai dit oui.
Bon, c’était peut-être pas très finaud de ma part d’accepter de marier une fille que je connais pas et que j’ai jamais vue. A tous les coups, c’est un laideron, sinon son père aurait pas eu besoin de la marier à un vieux sur le retour… Mais si c’était bon pour le royaume, pourquoi j’aurais refusé ?

Evidemment, je me suis toujours demandé quand même, dans ce mariage, qui allait manger l’autre ?
Parce que Snori est persuadé que c’est moi qui vais régner, mais une fois que j’aurai fait un héritier à la fille du Duc, s’il m’arrive quelque chose, c’est elle qui règne, avec son père comme régent. Bien pratique pour lui…
Enfin bon, si Snori est sûr de lui...


Ragnar avait fini de se rhabiller et se regardait dans un grand bouclier en bronze poli.

Seulement, depuis que tu es là, j’ai plus trop envie de ce mariage. Faut que je rediscute de ça avec Snori.
C’est vrai que chez nous on peut être bigame, mais toi tu me suffis largement.
Faut juste que j’arrive à te libérer de ta lampe, parce que sinon je vais vieillir et toi pas, et puis je vais mourir et toi pas. C’est pas bien, ça, dans un couple.


Ragnar se retourna et vit Kalisha qui semblait faire une drôle de tête.

Ca va, mon petit soleil ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Jeu 4 Sep - 11:10

18. Leona Lewis: Yesterday

Kalisha qui s’était imaginé les pires choses au sujet de ce mariage, se sentit fondre devant les conclusions de son roi, maître et amant. Ses yeux brillaient d’émotions et quand il s’inquiéta en voyant son expression, la jeune femme étouffa un cri avant de se jeter à son cou et l’embrassa avec tant de passion, et d’amour qu’une larme perla à ses yeux. Elle finit par se blottir contre lui, et le serra de toutes ses forces, les yeux fermés en souhaitant soudain que le temps s’arrête.

Il ne réalisait peut-être pas, mais il venait d’évoquer le fait qu’ils vivraient ensembles jusqu’à leur mort, enfin si tout se passait bien, et le seul mot « couple » laissait entendre beaucoup, beaucoup de choses.
Le sortilège qui la liait à la lampe, durait depuis des siècles, et peut-être qu’il durerait encore longtemps, tout dépendrait des actes de Kalisha. Il avait rendu la jeune femme immortelle et prisonnière d’une lampe, il lui avait fait traverser les âges sans que le temps n’ai aucune emprise sur elle, mais il n’en serait pas de même pour Ragnar, sur ce point il avait raison. Et comme lui, elle aurait voulu briser le charme de la lampe, car l’amour était bien plus préférable à l’éternité.

Seulement elle ne possédait pas la clé de sa prison, et ignorait quand Siramnu jugerait qu’elle avait racheté sa conduite du temps de Babylone, et si jamais il daignerait vraiment un jour la libérer. Il serait seul juge, mais un juge qui ne lui était plus jamais apparu, la laissant apprendre seule à se comporter comme un génie de la lampe, seule à apprendre à maîtriser la magie liée au sortilège. Mais il y avait un autre détail de taille qui inquiétait Kalisha. Ragnar ne réalisait sans doute pas, mais la lampe était un trésor inestimable, non pas pour l’objet en lui-même, mais pour le pouvoir qu’elle conférait à la personne qui en devenait le propriétaire. Et le changement de propriétaire ne se passait pas toujours de manière très loyale, elle en avait fait plus d’une fois l’expérience.

Ainsi, demain, elle pourrait très bien devenir le génie d’un autre maître, si par malheur la lampe échappait à Ragnar. Et cette idée bien plus que le reste, lui glaçait le sang.

- Allons que t’arrive-t-il? Ca te contrarie autant que ça que j’épouse un laideron?

Ragnar l’avait gentiment repoussée pour caresser son visage et la regardait avec un beau sourire. Kalisha prit doucement sa main et la serra contre sa joue.

- Non, tu as raison, un roi ne peut pas rester célibataire… et j’ignore si un jour nous trouverons la solution pour me défaire du sortilège qui me lie à cette lampe. Je comprends tout à fait que tu doives respecter les engagements pris…et.. je suis touchée que malgré tout, tu sois prêt à trouver une solution pour que..pour me réserver tes attentions..

Elle n’avait osé parler de sentiments, ayant peur de se fourvoyer..

- Mais ce qui m’inquiète le plus, Ragnar, il faut que tu le saches, j’ai rarement été très longtemps au service du même maître.

Elle vit le regard dubitatif qu’il lui adressa et ajouta:

- Quand les hommes ont connaissance du pouvoir de cette lampe qui est immense, ils en viennent à accomplir des actes peu louables.. Et quand je t’ai demandé de veiller avec attention sur elle, c’est que je crains qu’un jour quelqu’un cherche à te la voler et dans ce cas..

Elle leva les yeux vers lui..

- dans ce cas, quelque soit les promesses que nous nous ferons, nous serons séparés.. et..et je je t‘aime Ragnar. ..je ne veux pas que cela arrive.

L’émotion lui prenait la gorge et ses yeux brillaient de larme contenues. Elle venait de lui avouer ses inquiétudes qu’elle savait parfaitement fondées et ses sentiments. Mais elle ne réussit pas à lui dire que pour lui voler la lampe, certains seraient sans doute prêt à tuer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Sam 6 Sep - 17:46

Si vous connaissez quelque chose de plus adorable qu’une femme amoureuse, faites-moi signe…
Pour l’heure, Ragnar avait l’impression de fondre tout doucement comme du beurre sur un sanglier rôti en regardant sa belle petite danseuse que le destin avait déposée toute chaude (et c’est rien de le dire) dans sa vie. Elle l’embrassait, elle le serrait dans ses bras, il pensait même l’avoir vu essuyer une larme. Et, rien que de la voir, le roi viking se sentait ému, transporté, comme si on lui avait ouvert les yeux sur un monde merveilleux à côté duquel il était passé tout ce temps.

Jusqu’à ce jour, Ragnar ne s’était jamais trop intéressé aux sentiments humains en général, et à ceux des femmes en particulier, mais il ressentait pour Kalisha quelque chose qui le transportait, qui le rendait désireux de faire des choses nobles, généreuses, qui lui donnait l’impression d’être heureux simplement de l’avoir à ses côtés, et, pour une fois, ce sentiment si fort et si doux ne partait pas de sous son pagne en fourrure.
Tant de fois, il avait répondu distraitement « mais oui… » à la question d’une esclave qui, parce qu’il l’avait gardée quelque jours avec lui, lui demandait « tu m’aimes ? »… Maintenant, il sentait qu’aimer quelqu’un ça pouvait représenter quelque chose de bien plus puissant qu’un moment coquin et agréable. Seulement, comme il n’en était pas sûr, il préférait ne pas dire encore « je t’aime » à Kalisha, des fois que ce serait pas encore ça.
Et puis, de toutes façons, c’étaient les femmes qui disaient ce genre de phrases. Les hommes disaient des choses moins expressives comme : « qu’est-ce que tu as fait à manger ? », ou bien faisaient de petits cadeaux discrets dans le genre : « j’ai ramené un phoque pour le dîner », pour eux, ça voulait tout dire… Mais les femmes ne comprennent pas toujours tout si on leur explique pas bien en détail. En tout cas, c’est ce que son père avait toujours dit à Ragnar.
C’est vrai qu’elles prenaient ça au sérieux.
Alors que les hommes, eux, savaient qu’il n’y avait qu’une seule chose de sérieuse au monde, c’était de se taper dessus avec des copains. Là encore, c’était la sagesse paternelle qui parlait. Des fois, son père, quand il rentrait ivre à la maison, beuglait des chansons à faire rougir un cachalot et puis il se lançait dans des débats philosophiques. Il disait qu’un jour les hommes vivraient heureux. Deux batailles par semaine, ceux qui ne se battraient pas regarderaient les autres et brailleraient et boiraient de la bière. Et que, pour qu’il y ait assez de guerriers et qu’ils ne s’entretuent pas trop, on pourrait remplacer les armes par… un ballon, tiens. Et les femmes apporteraient la nourriture aux hommes pendant qu’ils regarderaient la bataille…
Enfin bref, des délires d’ivrognes un peu idéalistes, mais complètement irréalisables.

Depuis quelques heures, cependant, Ragnar se disait que, ma foi, il se sentait aussi bien ici avec Kalisha que sur le champ de bataille.
D’ailleurs, c’était certainement ça le signe qu’il était vraiment amoureux. Les copains diraient qu’il se ramollissait…
Quoi qu’il en soit, il regardait sa Kalisha, il écoutait son petit génie à lui, il profitait du bonheur de se sentir bien avec elle, laissant pour plus tard les questions philosophiques.

Seulement, elle semblait inquiète pour sa sécurité. Comme c’était touchant ce petit bout de bonne femme qui s’inquiétait pour son armoire à glace préférée.
La seule chose qui faisait tiquer le roi, c’était d’imaginer qu’un jour elle puisse se retourner contre lui. Déjà, c’était inconcevable pour un homme d’imaginer que sa maîtresse le trahisse, mais en plus, rien que l’idée lui faisait comme une douleur dans la poitrine.
Le grand viking s’assit sur le banc et prit la jolie danseuse sur ses genoux.

Tu sais, Kalisha, j’ai l’air d’un type pas trop dégrossi, mais je suis pas idiot quand même. Je sais bien que si quelqu’un apprend qu’il peut réaliser tous ses rêves grâce à toi, il essaiera de me piquer la lampe par tous les moyens.
C’est justement pour ça que je t’ai demandé d’utiliser ta magie le moins possible. Tant que tout le monde te prendra juste pour une jolie potiche, personne ne cherchera à se poser trop de questions sur toi.

Et pour ma sécurité, ne t’inquiète pas, j’ai l’habitude. Chez nous, celui qui tue le Roi devient roi. Donc j’ai déjà pas mal de gens qui n’attendent que de me tuer pour prendre ma place. Alors quelques-uns de plus ou de moins, ça fait pas une énorme différence.

Non, moi, si je m’inquiète, c’est pour toi. Qu’est-ce que tu ferais avec un autre maître, hein ? Tu n’as pas l’air de trop t’être amusée en étant génie, je me trompe ?


Tout en discourant, Ragnar avait ramassé la lampe, l’avait mise à sa ceinture, il avait pris Kalisha par la main et il se dirigeait maintenant vers la cité administrative, d’où Snorri gérait le domaine royal : une grande maison basse sentant le parchemin, l’encre et la plume de volatile.

Bon, il va quand même falloir qu’on discute de cette histoire de mariage un peu plus sérieusement…
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Mar 9 Sep - 9:42

19.

Kalisha poussa un petit cri surpris alors que Ragnar l’entraînait au dehors en direction du palais de Snoori..

- mariage ? hein quoi? tout de suite?
- il faut bien régler cette question non?

Kalisha courait plus qu’elle ne marchait pour rattraper les grandes foulées du viking.

- oh mais euh tout de suite là?

Ragnar s’arrêta, étonné de voir qu’à présent elle ne semblait moins encline à parler mariage.

- bon alors c’est quoi le problème cette fois?

Le génie s’arrêta à son tour et croisa les bras dans son dos, prenant un air innocent. On y croyait presque.

- ha mais euh, non mais bon.. si tu y tiens, ça ne me pose pas de problème.
- mais? mais ? je vois bien que quelque chose te contrarie, dis-moi.
- hm..
- Kalisha!
- ben je ne pensais pas que tu voulais te marier si vite! et en plus je ne suis qu’un génie, enfin un génie un peu particulier mais.
- mais qu’est-ce que tu racontes??
- ben je sais pas vous les vikings vous avez tellement des traditions ..euh…bizarre…

Mais le roi semblait s’y perdre dans les explications somme toute très floue de Kalisha.

- Oh mais c’est vraiii quoia.. n’y a-t-il pas de période de fiançailles chez vous? moi je veux bien t’épouser tout de suite mais.
- tout de suite? hein?
- euh….ce n’est pas ce que tu voulais faire là en allant voir Snoori?.. Non enfin je sais pas du coup qu’il serait prêtre, marieur ou un truc du genre..

Seul un grand éclat de rire lui répondit. Kalisha rouspéta d’un air boudeur.

- quoi, qu’est-ce que j’ai dit de drôle??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Ven 12 Sep - 14:28

Pour toute réponse, Ragnar vota à l’unanimité un baiser sucré à son petit génie favori. Ce geste hautement démocratique fut semble-t-il approuvé par le conseil de Sécurité de Kalisha qui lui attribua en retour un baiser langoureux, pour bons et loyaux services, avec sourire et œillade coquine en prime.
Le Roi reposa la jeune femme dans la neige et prit un instant pour la contempler.

Ca amusait toujours autant Ragnar de voir ce joli petit bout de femme marcher dans le blizzard vêtue d’une paire de babouches, d’un collier en or, et d’un ou deux voilages entre les deux. Les autres femmes vikings appréciaient d’ailleurs très modérément les regards égrillards que leurs maris lançaient en douce à la jeune et belle compagne de leur Roi.
Elles devaient trouver la concurrence déloyale, puisque le cadeau des dieux semblait insensible au froid.
Oh, les femmes vikings savaient comment réchauffer leurs hommes, bien sûr. Mais la nouveauté, l’exotisme, l’inhabituel font partie des éléments moteurs d’une vie conjugale épanouie et, de ce côté-là, le climat et les ressources naturelles de l’Asgard septentrionale n’étaient pas très en faveur des vikinguettes. Si vous en doutez, essayez donc d’avoir l’air sexy avec une lingerie fine en peau de phoque…

Pour Ragnar, les regards concupiscents de ses compatriotes étaient plutôt flatteurs à son ego de mâle pas très sophistiqué. Il voyait ça comme une aura supplémentaire à son prestige. Tant qu’ils ne faisaient que regarder, ça ne lui posait pas de problème. Par contre, si quelqu’un s’avisait de poser sa grosse main pleine de doigts sur les petites fesses fermes de sa petite compagne, il allait prendre un grand coup de quelque chose de compact dans la figure.
Naturellement, il savait que cela rajoutait encore au nombre de gens qui avaient une dent contre lui, et toute la mâchoire pour certains, mais il ne s’en inquiétait guère : après tout, si cette femme pouvait être l’occasion de déclencher quelques belles bagarres, elle n’en était que plus précieuse aux yeux d’un viking.
Cependant, il y a loin de la coupe au lèvres et encore plus du lit à l’autel.

Ma jolie Kalisha, dit le roi en reprenant sa marche et la main de la jeune femme, on verra pour notre mariage à nous quand tu seras libérée de ta lampe. Pour l’instant, on va voir si Snorri a eu une idée géniale pour m’éviter le mariage avec la fille du Duc de Normandia.

Et euh… Snorri n’est pas un prêtre. C’est un esclave qu’on a affranchi parce qu’il donnait mal à la tête à son ancien maître à force de réfléchir. Du coup, le roi d’avant moi l’a nommé conseiller du royaume.
C’est lui qui fait tourner la boutique, quoi…


L’entrée de Ragnar dans la grande salle, accompagné d’une pin up affolante et d’un coup de blizzard, fit grande sensation parmi les scribes et les trésoriers du royaume. Tous les regards se tournèrent vers le Roi. Ou vers sa compagne, selon le cas… Un silence compact s’abattit sur ce qui tenait lieu en Asgard de Ministère des Finances et de la Scribouille.

Bon alors ! Au travail ! Qu’est-ce que c’est que cette bande de « fainéants toujours prêts à faire la pause au moindre prétexte » ? (NdT : le mot « fonctionnaire » n’existait pas encore dans le langage viking).

Aussitôt, la grande salle fut de nouveau remplie du vacarme assourdissant des plumes grattant le papier à une vitesse inouïe avec, en contrepoint, le bruit mélodieux entre tous à l’oreille d’un Viking de pièces d’or qui s’entrechoquent gaiement au fond d’un coffre.
Snorri, car c’était bien sûr lui qui venait de motiver son personnel par cette apostrophe musclée, vint à la rencontre de son roi avec un sourire un rien forcé.
En effet, Ragnar était un roi moins facile à manœuvrer que son prédécesseur parce qu’il savait lire. Et surtout compter… Snorri n’avait donc pas trop envie que son souverain mette le nez dans certains comptes… Oh, rien de très important, bien sûr, juste quelques petites bourses d’or par-ci par-là… Un objet d’art… Un crucifix… C’est que… à l’époque, il n’y avait pas de caisse de retraite pour les conseillers royaux indigents. Et Snorri savait très bien que, s’il arrivait quelque chose à Ragnar, un autre roi ne serait peut-être pas aussi bien disposé à son égard. En cas de bataille perdue, il lui faudrait alors fuir très loin et très vite, tout en gardant par devers lui de quoi assurer son petit confort…

Salut à toi Ragnar ! Bienvenue dans ta demeure ! Puisse la félicité inonder ton foyer !

T’as de la fièvre, Snorri ?

Euh… non, mais puisque tu fréquentes des orientales, dit le conseiller en jetant un œil de connaisseur à la belle odalisque blonde, je me suis dit qu’il fallait adapter mon vocabulaire.

Ouais ben t’inquiètes pas : c’est pas demain la veille que je serai civilisé.
Ca avance nos petites affaires ?


Très très bien, merci pour elles. Nos revenus commerciaux ont affiché une nette augmentation ce semestre, et je pense que les projections pour le semestre à venir sont excellentes, au vu de la hausse attendue du cours de certaines matières premières.

Pour ne pas sembler impoli, Ragnar fit semblant d’écouter son conseiller lui décrire les richesses de son royaume.
Depuis quelques temps, Snorri avait pris la peu ragoûtante manie d’expliquer la répartition du Trésor Royal en prenant un de ces fromages ronds et blancs de Normandia et en le coupant en morceaux de différentes tailles. Il peignait certains morceaux de diverses couleurs pour être bien clair, mais ça n’empêchait pas le camembert de couler sur la table de manière parfaitement inélégante.
Au bout d’un moment, Ragnar jugea qu’il était temps d’entrer dans le vif du sujet. C’est l’avantage d’être Roi : quand une réunion vous casse les pieds, vous n’êtes pas obligé de faire semblant de la suivre pendant huit heures…

Bon, très bien… Trèèès bon travail ! Continuez comme ça…
Mais euh, dis-moi, on peut parler en privé ?


Snorri fit signe à son souverain de le suivre et se dirigea vers une petite salle qui faisait office de bureau.
Ragnar lui emboîta le pas, tout en récupérant au passage un morceau de camembert non colorié pour se caler un petit creux.
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Dim 14 Sep - 12:47

20. Angun: A rose in the wind

Kalisha suivit sans plus poser de questions, son cher roi qui la mena jusqu’à l’antre de Snori, l’homme qui lui avait recommandé de laisser un berserk calmer seul sa colère. Elle ignora les paroles à son intention, alors qu’il s’adressait au roi. Au lieu de quoi, elle préféra aller fouiner un peu de ci de là, mettant son nez dans tous ces parchemins, et livres qui traînaient à droite et à gauche, adressant de temps à autre des sourires charmeurs à ces grattes papiers qui avaient du coup un peu de mal à se concentrer sur leurs tâches.

Cela ne l’empêchait toutefois pas de prêter une attention discrète à la conversation entre le roi et son conseiller. Snori lui faisait un état des comptes du royaume qui de toute évidence était entre de bonnes mains. Elle devina à l’attitude de Ragnar qu’il avait toute confiance entre Snori, pourtant elle savait d’expérience qu’il ne fallait jamais faire confiance à qui que ce soit, mais elle n’avait pas à se mêler des affaires de son royaume.

Soudain elle sursauta, le roi demandait à voir Snori en privé. Cela voulait-il dire qu’il ne souhaitait pas qu’elle participa à cette conversation? La jeune femme qui s’était approchée d’un autre bureau de ces nombreux scribes, reposa immédiatement l’objet qu’elle tenait dans les mains, et se glissa en quelques pas furtifs à la suite du roi et de son conseiller. Ils n’allaient quand même pas la planter là. Elle jeta au passage un regard intrigué aux morceaux de fromage colorés, et referma derrière elle, la porte que les deux hommes n’avaient pas jugé nécessaire de la lui tenir. Oui bon après tout elle n’était qu’une esclave, mais il y avait des habitudes ancrées depuis la nuit des temps qui avaient du mal à disparaître.

Elle attendit quelques reproches qui ne vinrent pas. Kalisha retrouva un peu d’assurance, contente de voir qu’on ne la chassait pas. Et tandis que Ragnar s’installait à la place de Snori derrière son bureau soigneusement rangé et que ce dernier pour une fois prenait la place face à lui. Kalisha fit mine d’inspecter la pièce, ses bras croisés derrière son dos. Elle se dit qu’elle aurait tout aussi bien pu être invisible, que ces deux hommes ne lui auraient pas plus prêté d’attention, mais au moins pouvait-elle écouter la conversation sans qu’on jugea que ses oreilles n’auraient peut-être pas du entendre ce qui allait suivre.

- Bon alors dis-moi.. Il y a un soucis?
- c’est au sujet de ce mariage avec la fille du duc de Normandia.
- ha je vois..
- Je voulais voir avec toi si…

Ragnar s’interrompit en voyant Kalisha venir nonchalamment s’assoire sur le coin du bureau, lui offrant une vue imprenable sur ses jambes au galbe parfait. La jeune femme croisa ses jambes, et lui sourit alors qu’elle s’appuyait sur sa main.

- euh si…si on ne pouvait pas envisager euh..

Kalisha lui souriait toujours et soudain réalisant que Snorri lui ne semblait pas particulièrement apprécier sa présence silencieuse, elle profita que le roi manquait de mots pour prendre la parole.

- Je crois que le roi n’a pas trop envie d’épouser cette femme… Oh désolée, mais je me mêle peut-être de ce qui ne me regarde pas?

Elle adressa un sourire angélique à Snorri. Puis se souvint tout à coup des paroles de Ragnar: « Tant que tout le monde te prendra juste pour une jolie potiche, personne ne cherchera à se poser trop de question sur toi. » ... Jamais elle ne pourrait être ce genre de femme qui fait décor dans la vie de son époux. Elle comptait bien faire partie de sa vie, à part entière, et pas seulement comme jolie potiche blonde qui n’aurait qu’à fermer son bec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Jeu 18 Sep - 14:30

Les paroles de Kalisha avaient barré d’un pli soucieux le front de Snorri.
Il trouvait que la belle orientale était en train de prendre un ascendant bien trop grand sur le roi. Si elle commençait à vouloir diriger sa vie alors qu’elle ne le connaissait que depuis deux jours, il ne lui faudrait pas deux semaines pour vouloir diriger le royaume.
Déjà le conseiller n’avait pas apprécié qu’elle se mette à farfouiller dans la salle des comptes pendant qu’il discutait avec le roi… Mais maintenant, si elle se piquait de ruiner ses efforts diplomatiques, cela risquait fort de dégénérer en lutte ouverte de pouvoir entre eux deux.
Parce que Snorri n’était pas dupe. Si elle voulait garder le roi pour elle toute seule, c’était pour le garder sous son contrôle, à coup de petits et de gros câlins.
Evidemment, il y avait beaucoup de femmes qui menaient ainsi leurs hommes par le bout du nez. Certaines étaient d’ailleurs assez sages pour leur inspirer des stratagèmes astucieux leur permettant de développer leurs affaires. D’autres, par contre, ne songeaient qu’à dilapider la fortune de leur mari en fêtes et fanfreluches.

Mais quel que fût la nature profonde de cette étrange personne qui avait pris en otage le cœur du roi, une chose était sûre : il n’y avait pas de place pour deux conseillers auprès du roi. Et Ragnar devrait un jour choisir entre Snorri et Kalisha.
Si Snorri arrivait à tenir jusqu’à ce que le roi se lasse de son jouet à musique, tout irait bien. Après tout le sexe, en tant que moyen de séduire et de contrôler un homme, n’est efficace que sur le court terme : au bout de quelques mois, voire quelques jours parfois, l’homme se lasse et souhaite voguer vers de nouveaux horizons sentimentaux…
Par contre, si elle déclenchait la lutte ouverte dès maintenant, tandis que le roi était encore ébloui par le souvenir de sa nuit précédente, et tout absorbé par l’anticipation de celle à venir, Snorri n’aurait guère de chances.
A moins… à moins d’utiliser certains moyens…


Ragnar vit l’œil de Snorri s’allumer un instant d’une lueur noire. Si le berserk était un homme simple, en revanche il n’était pas stupide. Kalisha venait de passer un peu les bornes du respect qui était dû à son roi et maître… Il allait falloir mettre les choses au point. Même s’il se doutait que ça allait un peu fumer dans les congères…

Kalisha, je suis assez grand pour m’exprimer tout seul.
Assieds-toi.


La place d’une esclave n’était manifestement pas ailleurs que derrière son maître.
Tout à fait franchement, Ragnar aurait préféré qu’elle s’asseye sur ses genoux… Mais il fallait bien montrer à Snorri que le Roi restait le Roi.
Il répondit au regard furieux de la belle danseuse par un froncement de sourcils et des gros yeux. Comme quand on rappelle à un enfant, dans un dîner au restaurant, qu’il doit bien se tenir à table.

Bon, reprenons… Vois-tu Snorri, ce qui m’ennuie là-dedans, c’est de devoir payer de ma personne pour une alliance diplomatique. C’est bien gentil d’être roi, mais je me vois mal honorer un laideron toute ma vie, sous prétexte que c’est utile au royaume. Je sais que ça se fait chez les rois civilisés, mais moi, ça m’agace…

Ma foi, tu me l’as déjà dit ça. Et j’ai pris mes renseignements… Cette femme est magnifique, Ragnar. Grande, féminine, une poitrine généreuse, un visage d’ange… C’est en tout cas ce qu’on m’a dit… Tu devrais attendre la réunion du Printemps pour te faire une idée. C’est dans un mois tout au plus.

Si elle est si belle que ça, pourquoi n’a-t-elle pas encore de mari ?

On dit qu’elle est fière et qu’elle a un caractère difficile. Mais je sais que tu sauras la mater. Quand une fille a un sale caractère, un mari doit savoir la remettre à sa place. S’il prétend régner sur un royaume, il doit savoir régner sur sa maisonnée, non ?

Ragnar ne répondit pas tout de suite. La dernière remarque était moins une remarque d’ordre général qu’une critique directe de sa manière de gérer sa relation avec Kalisha.
Il allait donc falloir remettre le conseiller à sa place, lui aussi.

C’est sans doute vrai, Snorri. Mais l’avantage d’être un mari c’est qu’on choisit sa femme. Et l’avantage d’être roi, c’est de pouvoir choisir les gens qui font partie de la cour.
Je ne souhaite pas m’entourer de gens qui passeraient leur vie à me casser les pieds.


Snorri comprit clairement qu’il était inclus dans « les gens ».
Manifestement, le roi tenait beaucoup à sa belle danseuse… Mieux valait faire le dos rond.

Très bien, très bien… Seulement tu sais bien que c’est pour nous le seul moyen de réunir les deux plus grandes provinces. Sans cela, l’Asgard restera divisée, et nous serons à la merci de nos voisins.

Est-ce qu’il n’y a pas une autre possibilité de réunir le royaume ?

Snorri prit un air désabusé.

Si, bien sûr… Tu peux essayer de combattre tous les autres, mais tu n’as pas les forces suffisantes pour ça.
Les conseillers d’Harald, eux, ont proposé de faire une guerre. Une guerre, c’est simple, ça unit tout le monde, ça permet de resserrer les rangs. Ensuite, durant la campagne, ma foi, il peut se passer bien des accidents. Mais c’est très aléatoire…


Une guerre ? Contre qui ?

Oh, n’importe qui en fait. Ca n’a aucune importance.
Sauf que personne ne voulait attaquer son voisin, par peur des représailles. Alors je crois qu’ils voulaient attaquer Utopia.


Ragnar ouvrit de grands yeux.

Utopia ???? Mais on n’a même pas une frontière commune avec eux !
Ils vont faire comment pour les attaquer ?
Faire des raids avec nos langskips, d’accord… Mais de là à transporter une armée durant des jours et des jours !! C’est impossible !


Le conseiller fit un geste d’impuissance.

Oui, je sais… C’est idiot.
Mais Harald est un idiot. Et son conseiller aussi…
C’est pour ça que j’avais proposé autre chose, qui me semblait bien meilleur.

Maintenant…
ajouta Snorri avec un petit sourire ironique, si ton cadeau des Dieux a un plan brillant qui permettre d’unir le royaume sous ta bannière sans avoir faire une guerre stupide ou un mariage de circonstances, je suis tout ouïe…
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Jeu 18 Sep - 22:19

21. Craig Armstrong: Chillout

- Kalisha, je suis assez grand pour m’exprimer tout seul.
Assieds-toi.

La jeune femme qui s’était installée nonchalamment sur l’épaisse table de bois, perdit instantanément le sourire. Elle avait seulement voulu le taquiner mais du coup, elle réalisa qu’elle avait oublié son rang, tout occupée qu’elle était à couler des regards amoureux à Ragnar. Il venait de le lui rappeler brusquement. Le sang se retira du visage de la jeune femme qui attendait une parole, un mot gentil de la part de Ragnar, mais il se contenta de lui faire les gros yeux avant de se détourner résolument d’elle, la blessant un peu plus dans son orgueil.. Mais quel orgueil pouvait-elle encore avoir après être devenue le génie d’une lampe? l’esclave des hommes qui l’avaient eu en sa possession et à présent l’esclave de ce roi qui de toute façon n’avait aucune utilité de sa magie? Alors elle réalisa qu’elle n’était qu’un jouet un peu exotique pour ce roi qui finalement, n’avait besoin de rien.. non de rien puisqu’il allait de surcroît, se retrouver avec une magnifique épouse à en comprendre les paroles de Snorri.

La jeune femme quitta la table pour s’installer sur une chaise à l’écart, puisque de toute manière, elle n’avait pas voix au chapitre. Elle redressa la tête et croisa le regard de Snorri alors qu’il lui faisait clairement comprendre sa position. Les yeux de la jeune femmes qui s’étaient ombré d’un voile de tristesse, prirent un éclat vif, celui de la colère. Celui là ne perdait rien pour attendre, s’il voulait jouer à ce petit jeu là avec elle, il trouverait à qui répondre.

C’est à ce moment là que Kalisha comprit une chose. Quoique décidât Siramnu, qu’il la libérât un jour ou non du sortilège qui la liait à la lampe, jamais jamais elle ne serait esclave de quiconque. Le Djinn l’avait condamnée pour une vie trop légère, une vie de débauche et de luxure à l’époque de la belle Babylone, mais au fond ce qui l’avait mené sur ces chemins tortueux, c’était ce désir toujours plus grand de liberté, de n’obéir à aucune norme, de ne pas devenir une de ces femmes soumises que leurs époux traitaient plus mal encore parfois que leurs propres esclaves et finalement, celles qui avaient le plus beau rôle dans cette histoire, étaient toujours les maîtresses. Voilà pourquoi elle avait choisi cette vie, afin de conserver sa liberté, et de ne jamais subir le joug d’un homme en mal d’affermir son autorité.

Kalisha était bien incapable de devenir ce genre de femme, même ici, dans une autre vie, un autre siècle et malgré l’amour qu’elle portait au roi, son maître. Ainsi quoiqu’il advienne à l’avenir, elle resterait encore longtemps le génie de la lampe et comptait bien cette fois tirer parti de cette magie. Et au diable toutes ces promesses de bons comportements, car si se montrer soumise était le comportement à adopter, le pari était perdu d’avance.

- Maintenant… si ton cadeau des Dieux a un plan brillant qui permettrait d’unir le royaume sous ta bannière sans avoir faire une guerre stupide ou un mariage de circonstances, je suis tout ouïe…

Kalisha redressa les épaules en se levant, puis se dressa fièrement devant Snorri. Elle savait à présent qu‘elle possédait quelques atouts comme le fait d‘être considérée par ces vikings comme un cadeau des dieux, et elle comptait bien en tirer parti.. Elle plongea ses yeux noirs dans ceux du conseiller avant de parler sur un ton calme, celui qui régnait juste avant la tempête.

- Non, la seule suggestion que je puisse vous faire est de vous méfier de la colère des Dieux qui pourraient mal prendre certaines de vos remarques. Mais je comprends parfaitement que le roi doive respecter les engagements pris par son prédécesseur. Et je comprends tout à fait qu’une guerre ferait bien plus de mal au royaume qu’un mariage. Il serait inutile de faire couler le sang, alors qu’une simple union résoudrait vos problèmes, comme vous l’avez si justement fait remarquer.

Kalisha recula d’un pas avant de poursuivre en regardant Ragnar, sans plus sourire cette fois.

- Si mon roi daignait à présent me laisser me retirer. Je suppose que vous avez encore bien des détails à régler et je m’en voudrais de troubler la bonne marche de ce royaume.

Elle s’inclina et comme le roi hochait la tête, étrangement silencieux, Kalisha ne demanda pas son reste pour se retirer. Peut-être qu’il n’avait pas apprécié son intervention, et puis après tout, le résultat était le même..Il lui avait demandé de rester bien sagement dans un coin et elle avait montré son incapacité à devenir un objet faisant partie du paysage…

L’ordre des choses, aurait voulu qu’elle regagna aussitôt sa lampe, seul refuge possible pour un génie remis à sa place, mais elle avait besoin d’air, besoin de sentir le vent sur sa peau, sentir la vie autour d’elle, voir l’immensité du ciel, sans aucune attache, libre, pour un instant au moins..

Dehors le blizzard s’était levé, soulevant des nuages de neige qui tourbillonnaient au gré de l’humeur de ce vent glacial, s’enroulant autour de la jeune femme, soulevant les délicats voiles de soie bleue, mais laissant Kalisha insensible à tout cela…Elle s’éloigna un peu plus du palais du roi et de ses dépendances, jusqu’à gagner une colline couverte de neige plus loin. La peine, la colère et le dépit se mêlaient aux sentiments qu’elle éprouvait.. Voilà la seule chose que Siramnu lui avait laissé, en la réduisant à l’état de génie, le cœur d’une humaine, une humaine qui finalement s’était montrée bien naïve, un comble pour un génie.. Elle s’était laissée aveuglée tout simplement, aveuglée par les attentions d’un homme..
* Sombre idiote!!*

Kalisha saisit une poignée de cette neige au contact si soyeux sous la main pour en former une boule qu’elle jeta en direction du palais. A son étonnement, la boule roula dans la neige pour devenir un peu plus grande. Il n’en fallut pas plus à Kalisha pour ajouter un peu de sa magie à cette petite boule qui grossit très vite avant de devenir impressionnante de par sa taille et qui roulait tout droit sur une des dépendances du palais. Mais alors qu’elle parcourait dans un énorme fracas, les derniers mètres, Kalisha poussa un cri exaspéré et la boule fut réduite à une gerbe de neige poudreuse qui s’éparpilla partout au dessus et aux alentours du palais. Jamais elle ne lui ferait de mal….

Alors attristée par le tour que prenaient ces moments de bonheur qu’elle avait partagé avec Ragnar, le génie fit la seule chose qui lui restait à faire, regagner l’abri de sa lampe, le sommeil bleuté des volutes de fumée et surtout l’oubli…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Sam 20 Sep - 21:33

Après la remarque perfide de Snori et la sortie flamboyante de Kalisha, Ragnar commençait à sentir une émotion familière qui commençait à lui monter au nez… La colère, pas encore bien forte, mais qui commençait à monter en lui… attendant son heure.
La question aigre-douce de Snorri avait eu le don d’agacer le Roi au plus haut point.
Quant à la sortie de Kalisha, il était partagé entre la tristesse de l’avoir blessée, et la colère de constater qu’elle ne s’intéressait qu’à elle, à ses sentiments, à ses envies… Bon sang ! S’il y avait un moment où elle aurait bien dû parler, c’était bien là, pour proposer une solution et pas pour expliquer ce qu’il voulait, lui ! Elle avait eu l’occasion de s’imposer comme conseiller… de prendre une place plus importante que celle de simple danseuse royale… et au lieu de cela, elle était partie bouder, laissant la place à un Snorri rayonnant.

Qui savait où elle pouvait être sa petite danseuse, maintenant… Ragnar resta un moment silencieux… Il se faisait du souci pour elle… Oh, bien sûr, elle ne craignait ni froid, ni fer, ni feu… Mais il la sentait désespérément seule. Et lui, pris par les devoirs de sa charge, il ne pouvait pas réchauffer cette solitude. Il s'inquiétait pour sa jolie compagne aux yeux de miel.
En fait, il commençait à se rendre compte qu’il était prisonnier de sa couronne, comme Kalisha de sa lampe. Faut faire ci, faut faire ça. Et un banquet de prévu… et rendre la justice… et organiser les rencontres… Alors qu’avant, il était gai et insouciant, il distribuait les baffes et les coups de hache, buvait quand il voulait, braillait ce qu’il voulait, vivait la vie qu’il voulait sans jamais se demander si demain il serait encore vivant et si tout ça avait vraiment une importance…
La voix moqueuse de Snorri vint mettre un terme à la rêverie de son souverain.

Bon, eh bien je crois que le cadeau des Dieux a un joli petit cul, un sale caractère, mais qu’elle n’a pas trop d’idées, il va donc falloir faire sans el… gulp! Arrête tu m'étrangles...

Brutalement, le Roi avait attrapé son conseiller par le col et l’avait soulevé de sa chaise d’une seule main. Il l’avait rapproché de son visage. Le regard meurtrier de Ragnar fit pâlir Snorri et il avala sa salive avec difficulté.

Tu ne dis plus JAMAIS de mal de Kalisha !! JAMAIS tu m’entends, dent bleue ? JAMAIS !

Snorri ne dit rien, mais trembla un peu de la tête pour signifier son assentiment.
Le grand Viking le lâcha et il retomba sur sa chaise, où il essaya de récupérer un peu de dignité.
Pendant ce temps, la mine plus sombre qu’une tempête au cœur de l’hiver Viking, Ragnar tournait en rond dans ce qui servait de bureau à son conseiller.
Il finit par soupirer un grand coup, se rasseoir, et lâcher :

Je l’aime, tu comprends ?
.
.
.
Et meeerde…

La remarque laconique mais ô combien pertinente de Snorri sonna comme une pierre tombale que l’on referme sur un espoir mort-né.

Comme tu dis.

Tu veux pas… je sais pas, moi… Tu la connais que depuis trois jours... Tu voudrais pas te changer les idées avec d’autres esclaves ? On pourrais t’en trouver deux ou trois pour passer quelques nuits à t’amuser, et tu verrais bien alors si…
Mouais…
Vu ta tête, c’est non…


Garde tes cochonneries de civilisé pour toi.

Oh hé ho dis ! … Tu as pas toujours dit ça, hein ? Tu veux que je te rappelle les nuits que tu as passées pour fêter ton couronnement ? Y’avait comme du surmenage dans le harem, je me souviens, hein ... Des filles qui faisaient des heures sup’ et qui travaillaient en équipe… Alors bon, sa majesté se la joue romantique, échevelé livide au milieu de la tempête, n’empêche que t’es tombé amoureux d’une fille assez chaude pour faire fondre la banquise rien qu’en la regardant…

Oui, bon, ça va, c’est vrai… Tu as raison… J’ai rien contre batifoler, et je suis encore jeune. J’en profite. Mais là, tu vois… Même si j’aurais sans doute rien contre devoir m’occuper de quelques donzelles à la fois qui n’ont pas froid aux yeux, et bien… s’il n’y a pas Kalisha, ou si elle n’est pas d’accord, ben je crois que je pourrais pas…
Tu comprends, ça me fait quelque chose quand je la vois qui sourit… Quand elle me regarde avec ses grands yeux et qu’elle rayonne de bonheur, et quand je sais qu’elle est heureuse à cause de moi, et bien… ça me fait tout drôle… C’est comme si j’étais heureux moi aussi.
Tu vois… Je veux bien faire n’importe quoi, du moment que c’est avec Kalisha.


Snorri mit ses mains derrière sa nuque et se mit à regarder ostensiblement le plafond.

Eh ben mes aïeux… T’es solidement secoué, cette fois, ta majesté…
Tu crois que ça va durer ?


Comment tu veux que je le sache ?
Il faudrait demander aux Valkyries…


Dans un coin du cerveau du Viking, il traînait en effet l’idée que Kalisha était enfermée dans sa lampe depuis des siècles et que, peut-être, le jour où elle serait libérée, elle tomberait en poussière… Ragnar ne voulait pas prendre un tel risque. Aussi l’idée de demander leur avis aux Valkyries vit-elle le jour et, en attendant que le Roi fasse attention à elle, cette idée se fit un petit coin douillet quelque part dans le cerveau du Viking.
Mais pour l’instant, il était partagé entre la colère et le découragement.

Ecoute, Snorri, si ça pose tant de problèmes, eh bien je suis prêt à poser ma couronne.
Tu trouves un remplaçant et, dès que tu l’as formé, eh bien je repars courir les mers sur mon bateau, comme avant. Tu vois : il me faut une vie simple… Ce royaume, ça complique tout…


Ah non mais oh ! Dis donc Ragnar, tu veux que je te rappelle comment tu voulais refonder un royaume l'autre soir ? Tu as vu comment ils te regardaient tous ? Et même les Dieux qui t’envoient des cadeaux en grande cérémonie !
Et toi, tu vas aller leur dire : écoutez, j’en ai assez, c’est trop de boulot votre truc, je rentre chez moi, débrouillez-vous tous seuls ? C’est ça ton idée ? Rentrer au port au premier grain ?

Eh bien, oui, peut-être, après tout. Pourquoi pas ?

Parce que je te signale que tes cadeaux, ont te les a fait parce que tu étais Roi, pas parce que tu distribuais bien les baffes ! Ta Kalisha, c’est parce que tu es Roi que tu l’as reçue. Pas parce que tu es un bon berserker qui donne du travail aux menuisiers !
Tu crois vraiment que les Dieux, qui ont pris la peine de se manifester pour une fois, vont te laisser partir avec ta petite danseuse sous le bras ? Tu crois que ça va se passer comme ça ?


Evidemment… Vu sous cet angle… C’était bien au roi qu’on avait fait cadeau de la lampe. Pas à Ragnar…

Tu sais Snorri, il y a un truc vraiment agaçant avec toi : c’est que tu as toujours raison. Ca m’énerve, ça, tu peux pas savoir…

Bon, de toutes façons, c’est quand même moi le Roi et c’est moi qui décide quand il faut prendre une décision. Donc je décide que je n’épouserai pas la fille du Duc. Voilà !

QUOI ?

Tu m’as parfaitement entendu.

Eh ben voilà, bravo, ça y est ! Et qu’est-ce que je vais faire maintenant, moi ? Comment je vais expliquer ça au Duc ? Tu as une idée de comment il va prendre ça ? Il va être furieux !
Je te préviens, c’est toi qui le lui dit, à la prochaine réunion !
Et tu le diras aussi à sa fille ! Tâche de trouver une bonne raison pour ne pas l’épouser, parce que sinon elle va t’envoyer la vaisselle à la tête, et il paraît qu’elle a déjà commandé un service de 24 pièces en fer forgé…


Une petite lumière tremblotante s’alluma alors au fond de l’esprit du roi guerrier. Les idées, chez les vikings, ça prend son temps pour arriver.

Hmmm… Dis-moi, Snorri, pourquoi il va être furieux le Duc ? Ne me dis pas que sa fille lui casse les pieds et qu’il serait content de s’en débarrasser…

Euh… Non, non… Elle a son caractère, à ce qu’on dit, mais comme les filles que tu aimes d’habitude, quoi. Rien de cataclysmique. Où tu veux en venir ?

Eh bien… S’il tient tant à ce mariage, c’est sans doute que ça lui rapporterait quelque chose à lui, non ?
Or, d’après ce qu’on m’a dit jusque là, c’est moi qui devrait régner sur Asgard réunifiée ensuite, pas lui… Où est son intérêt là-dedans ?
Alors, je me suis dit que, si je faisais un fils à sa fille, et qu’ensuite il m’arrive un accident de cheval, eh bien ce serait lui qui régnerait sur Asagrd réunifié, en assurant la régence… Tu vois où je veux en venir ?


Snorri plissa les yeux… Décidément, ce roi était plus rusé que son prédécesseur… Un peu trop rusé, même…

D’aaaaccoooord… J’avoue que je n’avais pas réfléchi à la chose sous cet angle…
Seulement, c’est bien joli tout ça, mais ça ne change rien à l’affaire : comment on annule ce mariage ?


Facile ! Puisque son intérêt c’est que je fasse un enfant à sa fille, on n’a qu’à lui raconter que je ne peux pas avoir d’enfants !

HEIN ? Tu veux que j’aille lui dire que tu annules le mariage parce que tu ne peux pas avoir d’enfants ? Mais tu te rends compte de la réputation que ça va te faire ?

Non ! Non… On ne va rien lui dire…
On va juste faire courir le bruit …
Comme ça, si ça revient à ses oreilles, c’est lui qui demandera à l’annuler… Parce que si je n’ai pas d’enfant, comme il va sûrement mourir avant moi, c’est moi qui vais récupérer son duché pour l’ajouter à l’Asgardheim…
Et, en plus, il sera obligé de m’offrir son alliance, pour s’excuser de faire capoter ce mariage !


Snorri émit un petit sifflement admiratif entre ses dents…

C’est pas Roi que tu aurais dû faire, Ragnar, c’est conseiller… C’est tellement tordu que j’aurais pu y penser moi-même…
Bon, évidemment, le vieux Duc va essayer de nous concocter un autre plan par derrière, mais il va être un peu gêné aux entournures…
Ca me plaît, ça…
Et puis, faire courir les rumeurs, ça me connaît…


Le Roi se releva avec un vague mal au crâne. Ca lui faisait toujours ça quand il avait une idée. Un peu comme si son cerveau, peu habitué à de tels efforts, prenait une espèce de crampe.
Il fallait qu’il sorte. L’air frais lui ferait du bien.

Bon. Content qu’on ait trouvé une solution.
On s’envoie des messages, on se fait un banquet, d’accord ?


Après avoir pris congé de son conseiller, Ragnar sortit dans le blizzard. Bien à l’abri sous ses fourrures, il arpenta un moment les rues désertes autour du Palais.
Il rentra au bout d’un moment et demanda à ce qu’on fît du feu dans sa cheminée, puis qu’on le laissât seul.

Le Roi des Vikings était assis en tailleur sur une peau d’ours dont la tête, la gueule ouverte, avait l’air de se demander ce qu’elle faisait là.
Il se mit à frotter doucement la lampe en appelant à mi-voix.

Kalisha ? Kalisha, s’il te plaît, sors de là.
S’il te plaît…


Ragnar soupira.
Il s’apprêtait à une discussion autrement plus difficile que celle qu’il venait d’avoir avec Snorri. L’Amour, c’est beaucoup plus difficile que la diplomatie.
Parce qu’il y a beaucoup plus à perdre…
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Lun 22 Sep - 15:37

22. Mariah Carey: Hero


Le génie était retourné à sa lampe, d’un simple battement de cil, sans un bruit, sans un cri. Mais alors qu’elle avait retrouvé la paix du refuge cuivré, celle du cœur fut impossible à trouver. C’est donc un génie d’humeur bien triste que son maître rappela à lui. Elle aurait pu refuser de lui obéir, mais à quoi bon? Il était son maître et elle n’était que le génie de la lampe. Sa colère s’était envolée au moment même où la boule de neige avait explosé devant le palais.. Elle savait parfaitement qu’il lui faudrait se plier aux désirs de Ragnar le roi, puisque tel était sa destinée en ces lieux. Elle n’était que Kalisha, le génie de la lampe et ne devrait jamais l’oublier..

La jeune femme fit donc son apparition au milieu de la pièce, se tenant très droite, mais son visage la trahissait. Kalisha essuya rageusement du dos de la main, les dernières larmes, et c’est d’une voix voilée par la tristesse qu’elle répondit:

- vous m’avez appelée, maître..

Elle n’osa pas affronter son regard, et fixa le bout de ses pieds nus, ses mains croisées dans son dos.

- maître? ..Kalisha, mais qu’est-ce qui te prend?!

La jeune femme releva brusquement la tête.

- Ce qui me prend? Mais Ragnar, c’est-ce que tu es, mon maître, et moi je ne suis que le génie de cette lampe que tu tiens!

Elle le regarda s’approcher et recula, de crainte de tomber dans le piège de ses beaux yeux gris qu’il posait sur elle, et de se laisser attendrir par cette expression de désarroi qu’il affichait.

- J’ai cru qu’il pourrait en être autrement, j’ai voulu croire qu’on nous offrirait la chance de vivre autre chose que ce qu’un maître et un génie connaissent, mais je me suis trompée. Je ne suis qu’un génie, une esclave aux yeux de ton peuple, un cadeau des dieux… Quelle mauvaise plaisanterie. Au fond quelle que soit la façon dont me considèrent les autres, je n’en reste pas moins le génie de cette lampe, et ma tâche est de satisfaire à tes souhaits Ragnar, en oubliant ce que moi je souhaite…

- J’ai voulu croire qu’avec toi les choses seraient différentes, j’ai voulu croire que la liberté ne se résumait pas qu’à un sortilège, qu’avec un peu d’amour, on pouvait voir bien au-delà, j’ai voulu croire que grâce à toi, peu importait ce que je ferai, peu importerait cette promesse à Siramnu, puisque ma vie serait à tes côtés, mais..

La jeune femme dont les yeux se remplissaient à nouveau de larmes, secoua la tête, se sentant ridicule d’évoquer à cet homme, ses rêves qui l’avaient déjà guidé par le passé et qui finalement l’avaient mené jusque là.

- je me suis trompée… Je reste au fond Kalisha… la même qu’il y a des siècles et des siècles, celle qui est incapable de jouer son rôle d’esclave, de rester dans l’ombre de son maître, soumise et silencieuse.. Je suis désolée Ragnar, je ne saurai pas devenir ne serait-ce que l’ombre de cette femme. Tu devrais épouser la fille de ce roi… lui faire des enfants et..

Les mots sortaient avec de plus en plus de difficulté. Elle aurait tant aimé être cette femme, mais tout cela n’était qu’utopie, des illusions dont elle s’était laissé bercer.. ..

- et je vous souhaite tout le bonheur possible… elle au moins fera honneur au royaume d’Asgard et apportera de la noblesse à ta couronne.. moi je ne suis rien. je ne suis rien qu’une petite danseuse, un génie dont la magie t’es inutile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Mer 24 Sep - 16:26

Après quelques secondes pendant lesquelles le crépitement du feu de cheminée fut le seul bruit audible dans la chambre du Roi, Ragnar laissa échapper un profond soupir.
Sa jolie danseuse venait de lui envoyer tout un tas de choses à la figure, et il ne savait pas trop par où commencer pour lui répondre. Peut-être, tout simplement, par le commencement ?
Le roi viking tendit la main vers la belle orientale.

Viens, Kalisha, il faut qu’on parle… Je peux pas te laisser triste comme ça…

Kalisha secoua la tête, fixant toujours ses pieds, une moue boudeuse sur les lèvres.

Non. On peut très bien parler comme ça. Je sais très bien ce que tu essaies de faire.

J’essaie de faire rien du tout... J’ai juste envie que tu sois tout contre moi pendant que je te dirai ce que j’ai à te dire. Je suis malheureux, moi, si tu es malheureuse, tu comprends ?
Ca me… ça me fait mal de te voir te méfier de moi, comme ça. Comme t’entendre m’appeler Maître, juste pour poser une barrière entre nous. C’est pas comme ça que ça doit être…
S’il te plaît Kalisha… Viens près de moi… Viens écouter ce que j’ai à te dire…


Le visage toujours baissé, Kalisha fit un pas hésitant vers Ragnar, puis elle tendit la main doucement vers lui, comme à contrecoeur.
Le viking attrapa doucement la jeune femme par la main, s’approcha avec elle de la cheminée, puis, il s’assit en tailleur, appuyé contre un coffre recouvert de fourrures, et tira doucement la main de la jeune femme pour qu’elle s’asseye juste dans le fauteuil fait par les jambes du souverain.
Tout doucement, Ragnar appuya la tête de la jeune femme contre sa poitrine, puis embrassa doucement ses cheveux.

Voilà, c’est pas mieux pour parler comme ça ? … De cœur à cœur…

Kalisha allait dire quelque chose, mais Ragnar posa doucement un doigt sur ses lèvres sensuelles.

Shht… Juste un instant, s’il te plaît… Sinon, je vais perdre le fil de mes idées.

Alors voilà.
D’abord je me marrie plus. En tout cas pas avec la fille du Duc de Normandia.
Je viens de trouver une solution avec Snorri et ça devrait bien marcher, sans trop de casse pour le royaume. Donc, de ce côté-là, on est tranquilles.
J’avoue que, tant qu’à se marier, je préfèrerais que ce soit avec toi, si tu es d’accord.


La danseuse leva brusquement la tête vers le guerrier berserker, et le regarda avec des yeux ronds et grands comme des soucoupes. Là encore, Ragnar vint lui mettre un doigt sur les lèvres au moment où elle allait lui parler.

Non, attends, s’il te plaît… Si tu m’interromps maintenant, je ne vais jamais retrouver ce que je voulais te dire… S’il te plaît…

Avec un sourire d’excuse, Ragnar poursuivit.

Pour ce qui est d’être prisonnière, je me dis qu’on est tous prisonniers de quelque chose. Moi, je suis prisonnier de cette couronne et des responsabilités qu’elle me donne. Je dois agir comme ceci ou comme cela parce que c’est bien pour mon peuple et pas parce que ça me plaît.

Soudain, le roi fronça les sourcils, comme s’il faisait un effort terrible pour accoucher d’une idée qui était là, pas loin… Sur le plan des idées, il faut bien reconnaître que les vikings sont un peu constipés…

Mais en fait, si je fais ça pour mon peuple, au lieu de m’amuser avec le pouvoir, c’est parce que je dois avoir le sens des responsabilités. Quelque part, c’est comme si j’étais prisonnier de l’intérieur de ma tête.

Et puis, on est aussi tous prisonnier de ce qui se passe dans la tête des autres : s’ils s’attendent à voir quelqu’un agir comme un Roi, il deviendront furieux de le voir agir autrement.
Pour toi, c’est pareil… Pour le moment, ils s’attendent à te voir agir comme une danseuse, un Cadeau des Dieux, une esclave… Il leur faudra du temps pour te découvrir… Pour t’aimer comme tu le mérites.
Si tu leur montres des qualités de Reine, ils finiront par te voir comme une Reine, et tu pourras devenir Reine, si tu le veux encore. Il faut juste laisser le temps…


Ragnar regarda en l’air, son visage très concentré, comme un enfant qui compte sur ses doigts et qui ne veut rien oublier. Il cherchait où il en était dans son discours.

Ah oui… Et pour ta magie, c’est pareil.
Bien sûr qu’elle me sera très utile !
Seulement, il va falloir que les autres l’acceptent. Et pour ça, le mieux c’est qu’ils ne la voient pas. Donc faire apparaître un mur de feu devant nos ennemis, ça fera peur à mes troupes aussi, et ils risquent de se méfier de moi s’ils pensent que tu m’as ensorcelé.
Par contre, si tu me dis qui ment et qui est sincère lors d’une réunion, ou que tu me dis ce à quoi pensent les gens, ça peut m’être très utile. Vital, même.
Tu vois ce que je veux dire ?


Le grand viking plongea son regard dans les yeux de la jolie jeune femme qui s’était blottie contre lui.

Et pour ce que tu veux, toi, ben… dis-moi. On verra ce qu’on peut faire ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Ven 26 Sep - 13:34

23.

Ce qu’elle voulait elle? Kalisha soudain n’était plus très sûre de savoir ce qu’elle souhaitait. Tout ce long discours l’avait fait passer de la plus grande stupéfaction à une profonde perplexité. Il lui fallait réfléchir à tout ce qu’il venait de lui dire.. Premièrement, Ragnar n’allait plus épouser la fille de cet Harald et cela, elle ne pouvait le nier, la soulagea. Ensuite comme s’il concluait à une nouvelle alliance, il lui avait proposé de se marier avec lui, et puis elle avait deviné que la responsabilité d’un royaume pouvait devenir pesante quand on était obligé d’agir d’une façon qui ne nous plaisait pas forcément, comme ça avait l’air d’être le cas pour Ragnar. Finalement il lui proposait d’utiliser sa magie, mais Kalisha n’avait pas ce pouvoir dont il lui parlait.

Alors que pouvait-elle donc lui dire à présent?..
La jeune femme ferma les yeux se nichant un peu plus dans la chaleur de l’étreinte de cet homme auquel elle ne savait pas résister, auquel elle ne pouvait pas résister.. Et tandis que le roi passait sa main dans les cheveux blonds de son génie, Kalisha soupira. C’était la première fois que l’idée du mariage était évoqué pour elle, elle qui avait toujours si chèrement tenu à son indépendance, elle qui finalement avait payé le prix fort et s’était retrouvée esclave d‘un sortilège. Alors est-ce qu’elle épouserait le roi? Il était clair qu’elle l’aimait suffisamment pour renoncer au reste, mais elle ne voulait pas d’un mariage d’arrangement ou de raison comme il semblait être de coutume dans ce pays.. Et puis un génie pouvait-il réellement épouser son maître? Elle finit par trouver la seule conclusion logique.

- Alors accordons-nous du temps.. Je serai heureuse de t’épouser, Ragnar, mais comme tu l’as dit, ton peuple doit d’abord apprendre à connaître qui est Kalisha. Et moi je dois apprendre à connaître ton peuple, vos coutumes, votre culture. Et si je conçois que ta priorité va à ton royaume et que tu dois te comporter en roi, la seule chose que j’oserai te demander, c’est de me considérer comme ton égal et non comme une esclave.

Kalisha s’était un peu redressée pour être face à Ragnar qu’elle dévisageait, avec un rien d’orgueil.

- mais quoiqu’il advienne, je resterai à tes côtés, et je t’aiderai dans tes fonctions, dans la mesure de mes moyens. Je leur montrerai que je serai digne d’être ta reine, si tu le souhaites..

Elle lui sourit, et caressa son visage de ses deux mains. Kalisha se pencha pour sceller ces promesses d’un baiser quand soudain elle se souvint d’un dernier détail qui demandait des éclaircissements. Elle recula aussitôt devant un Ragnar perplexe.

- par contre hum…
- oui?
- euh je ne sais pas lire dans les esprits des gens, et je ne peux pas deviner quand ils te mentent ou quand ils sont sincères .. quoique pour ça, il suffit parfois d’observer leurs attitudes, il y a des gestes qui ne trompent pas.. En fait, moi tout ce que je peux faire, dit-elle avec beaucoup de modestie, c’est de faire apparaître des objets.. mais alors tout ce que tu veux! Par exemple, euh.. voyons voir..

Kalisha fit un geste très discret de la main, et dans sa main apparut une tasse remplie de café noir, fumant et parfumé à souhait. Elle le tendit à Ragnar.

- Un café? hm.. bon pas très utile, sauf pour redonner un coup de fouet. Bon sinon je peux faire apparaître, un chat…

POUFF

- ou un chameau

POUFF

- au fait, comment vous vous déplacez ici chez les vikings? peut-être à cheval plutôt?

POUFF!

- euh peut-être un blanc?

POUFF!

- ou un noir?

- POUFF!

- ou alors plutôt un !
- Arrêeete Kalisha!!! tu es en train de transformer ma chambre en ..en écurie…
- Gnhiiiiiiii (*hrp:scusez moi je ne fais pas très bien le hennissement d’un cheval..)
- oh ben euh je peux aussi tout faire disparaître..

POUFFFFF!!!!

Tout était redevenu normal dans la chambre du roi.

- Je peux aussi apparaître ou disparaître à volonté n’importe où, si ce n’est pas trop loin de la lampe, et épier les gens sans qu’ils ne s’en rendent compte..

Kalisha fit la moue, cette idée plairait peut-être un peu moins à Ragnar.

- ou attends, je viens d’avoir une idée, tous les maîtres que j’ai eus, me l’on demandé!

POUFF!

Aussitôt au dessous d’eux, apparut un superbe tapis, mais pas n’importe lequel tapis, c’était celui dont toutes les légendes parlaient.

- c’est un joli tapis oui.
- oui mais pas n’importe lequel! c’est un tapis volant!

Kalisha lui adressa alors un sourire éclatant, fière de son idée. Elle avait vraiment envie de faire plaisir à Ragnar et cela se voyait à son expression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Dim 28 Sep - 11:29

Un vague sentiment de panique s’était emparé de Ragnar quand il avait vu toute une ménagerie envahir sa chambre.
Oh, il faisait confiance à Kalisha : elle semblait parfaitement maîtriser ses pouvoirs !
Non… le problème serait d’expliquer comment s’étaient retrouvés là ces chevaux, ce chat et ce … truc avec deux bosses sur le dos et une tête de belle-mère… Un chat-mau elle appelait ça. Ca avait pas l’air commode. En tout cas, c’était pas d’ici cette grosse bestiole. Et ça sentait à soi tout seul comme un dortoir plein de guerriers et de chiens après une semaine d’occupation. Le genre de chose qui vous donne envie d’inventer la fenêtre…
Heureusement, Kalisha avait fait disparaître tout ce petit monde avant qu’ils n’aient eu le temps de crottiner dans la chambre. Les femmes de chambre vikings ne sont pas bégueules, mais quand même… Il restait bien encore un peu l’odeur du chat-mau, mais Ragnar espérait que ça passerait. Ce serait mieux pour sa réputation.

A peine avait-elle fait disparaître les animaux, que Kalisha, toujours pleine de bonne volonté, faisait apparaître un tapis. Ragnar se gratta le crâne un instant. Pour un viking les deux seuls objets dont il pouvait avoir besoin étaient une épée et une chope à bière. Pour le reste… c’était du luxe. D’ailleurs le tapis était très joli, il fallait bien le dire. Pas vraiment adapté à la décoration très … euh … rustique de la chambre royale, mais extrêmement joli tout de même. Avec des motifs géométriques compliqués qui donnaient mal à la tête quand on essayait de les regarder trop longtemps. Un joli tapis perçant.

Quand Kalisha lui apprit que c’était un tapis volant, Ragnar fut d’abord étonné, puis intrigué.
Il se leva pour regarder le tapis de haut. Kalisha se mit debout elle aussi, à côté du tapis, avec un air radieux, contente d’avoir trouvé quelque chose qui semblait intéresser son maître.
Ragnar mit le pied gauche en avant, un peu tourné de côté, le bras pointé vers l’avant, dans la position du skieur sur planche.
(NdT : les Vikings ont une longue tradition de skieurs. Ski de fond dans les régions plates, et télémark dans les régions montagneuses. Mais les jeunes, toujours à critiquer ce que font les anciens, essaient perpétuellement de trouver des trucs nouveaux. Depuis longtemps, les enfants avaient pris l’habitude de chiper les boucliers ronds de leurs pères pour s’asseoir dessus et descendre les pentes en tournoyant dans tous les sens. Les jeunes, jamais à court d’idées pour se casser la figure, avaient imaginé à cette époque de piquer les planches à repasser de leurs mères pour pouvoir descendre les pentes de neige poudreuse en étant debout dessus. Moyennant quoi, ils passaient la plupart du temps à se vautrer lamentablement dans la neige ou à terroriser ceux qui avaient le malheur de se trouver sur leur chemin, ne s’arrêtant que pour bâfrer des barres de chocolat du Swizzerland et pour s’autocongratuler bruyamment entre eux sur le fait qu’ils se trouvaient tous très « coule ». Les anciens, qui oubliaient sans doute qu’ils avaient été jeunes eux aussi, pestaient contre cette mode qui ravageait les pâturages et éloignait les jeunes des vraies valeurs de la culture viking.
Comme quoi, plus ça change, plus c’est la même chose…)

Debout sur son tapis, Ragnar avait peut-être fière allure, mais il ne trouvait pas ce tapis si extraordinaire que ça.

Il vole pas ?

Il faudrait peut-être le lui demander ?

Ah ? Ah bon. D’accord. Euh… Tapis vole ! WooôôôOOOHHH !!!

BONK !

Le tapis s’était élevé brutalement de 50 centimètres, envoyant aussitôt bouler le roi un peu plus loin contre un mur.

Ah oui mais non, mais bon… là, j’étais pas prêt.

Devant Kalisha qui pouffait, le Roi remonta sur le tapis qui lévitait toujours tranquillement un peu au-dessus du sol. Cette fois, il décida de s’asseoir. Prudemment…
Au bout de quelques instants, le roi, tout fier de ne pas être encore tombé, regarda Kalisha.

En fait, c’est facile, quoi…
Et il monte pas plus haut ? Ah oui, je sais ne me dis rien : il faut lui demander. D’accord.
Euh… Tapis : plus haut !


BONK !

Aïeuh ! Ma tête ! Saleté de truc !

Le tapis avait bondit au plafond, cognant un grand coup le crâne du viking au passage contre les solives.
Maintenant, Ragnar était coincé au plafond par un tapis qui essayait désespérément de prendre de l’altitude.

Mais vas-tu me lâcher, sale carpette ! Han ! Mais c’est que c’est solide ce truc ! Tu vas voir si j’attrape un truc pour battre les tapis, moi !
DESCENDS TOUT DE SUITE !
WooôôôOOOHHH !!!


BONK !

Instantanément, le tapis était retourné au sol. Suivi d’assez près par Ragnar qui était tombé comme une masse depuis le plafond.
Pour ne pas perdre la face devant Kalisha qui était écroulée de rire à côté de la cheminée, Ragnar se leva assez vite malgré ses douleurs un peu partout.

Oui… euh… Bon. Super. Très bien… Merci Kalisha… Très joli cadeau. Ca sera sûrement utile un jour mais euh… là, ça pourrait être dangereux pour la femme de ménage hein ?
Je vais le ranger un peu.


Joignant le geste à la parole, le Roi roula le tapis, puis le glissa sous le lit.
Avec un petit coup de pied mesquin à la fin.
Boumf !
Kaï…

Bon ! Voilà voilà…
Au moins, maintenant, je sais un peu mieux quels sont tes pouvoirs.
Et je sais aussi que ça peut être drôlement dangereux...


Le Roi se massait le cuir chevelu tout en jetant de temps en temps un regard noir au tapis qui avait l’air de se recroqueviller sous le lit.
Puis il se redressa, fit un sourire à Kalisha et se dirigea vers elle, les bras déjà tendus vers le corps superbe de la jeune femme.

Et si on parlait de nous…

TOC TOC TOC

Mais bouse à la fin ! Quoi encore ? J’avais pas dit que je voulais être tranquille ?

Faites excuse, Seigneur, mais c’est Snorri qui m’a demandé de vous rappeler que vous aviez une audience de prévue. Il y a quelques jugements à rendre, des hommages à recevoir… Un programme chargé. Il ne voulait pas que vous soyez en retard…

Ragnar laissa échapper un soupir résigné.

Oui bon, bon, ça va… On arrive !
Le temps de prendre mon pagne de cérémonie et j’arrive.


Le Roi fit un geste d’excuse vis-à-vis de Kalisha et eut un regard malheureux pour les formes appétissantes de sa compagne.

Désolé… Il va falloir y aller…

Tout en s’habillant de ses plus belles fourrures, il continua à l’intention de Kalisha.

Tu sais, pour ce que tu as dit tout à l’heure… Je t’ai toujours considéré comme mon égale. Je veux dire : tu es une danseuse, moi un guerrier, on est pareils. Ragnar et Kalisha sont égaux, c’est pas le problème. Sinon, je penserais même pas à te libérer…

Ragnar regarda son reflet dans le miroir de bronze poli.

Dis-moi… est-ce que tu aurais le pouvoir de me créer un objet pour se raser facilement et sans se blesser la peau ?

Aussitôt apparurent sur la table divers ustensiles aux formes parfois biscornues.

Wow… Impressionnant !
Merci Kalisha !


Le Roi se saisit d’un des rasoirs, dont il comprenait à peu près le fonctionnement, et entrepris de se raser tandis que son génie faisait disparaître les autres.

Le problème, c’est vis-à-vis des autres.
Moi, je suis le Roi. Je dois me conduire en Roi. Par exemple, je dois faire en sorte que les autres m’obéissent, sinon, plus personne n’obéira et après, ça deviendra ingérable.
Pour toi, eh bien… ça dépend de toi en fait. Comme tu as été présentée à tous comme une danseuse sacrée, tu peux être plutôt une danseuse, ou plutôt une grande prêtresse… être plutôt une concubine ou plutôt une reine… Cela dépendra de ton attitude vis-à-vis des autres, je pense. Si tu te montres sage, intelligente, calme, avisée, les gens te traiteront comme une reine. Si tu es provocante, amusante, virevoltante, capricieuse, ils te traiteront comme une danseuse.
Mais, pour moi, ça ne changera rien. Tu resteras toujours Kalisha…


Ragnar passa une main satisfaite sur son visage tout lisse.

Eh ! C’est super !

Puis, il tendit la joue vers sa compagne.

Tu veux tester ton œuvre avant qu’on aille dans la grande salle ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Lun 29 Sep - 20:40

24.

Derrière le roi qui terminait de se raser, Kalisha affichait une mine plutôt perplexe, après les joyeux instants de tout à l’heure. Sage? calme? Elle? Et bien, c’était pas gagné. Cela voulait-il dire qu’elle ne pouvait devenir autre chose qu’une danseuse? enfin génie avant tout, et danseuse pour le plaisir.. Reine ou danseuse. Mais les deux ne seraient-ils pas compatibles? Kalisha se concentra un instant en silence en s’efforçant de visualiser l’image d’une femme couronnée en train de faire la danse du ventre.. Elle n’y parvint pas..En fait, elle ne se voyait pas en reine, enfin de ces reines qu’on connaissait, hautaine, imbues de leur personne, autoritaires, froides.. Ma foi, Kalisha était tout le contraire. Mais bon elle voulait aussi épouser Ragnar, donc.. Sacré dilemme!

- Eh ! C’est super ! Tu veux tester ton œuvre avant qu’on aille dans la grande salle ?

Kalisha retrouva aussitôt le sourire et embrassa avec enthousiasme la joue toute douce de son roi, ce qui produisit un sonore smack. Mais comment s’arrêter en si bon chemin alors que la bouche si tentante et..
La jeune femme se laissa aller dans les bras du berserk, alors qu’elle l’embrassait avec passion.. Puis se souvenant brusquement des paroles de Ragnar quand à la sagesse et tout ça, elle recula brusquement.


- euh …euh je crois qu’on attend le roi, je ne voudrais pas le mettre en retard..
- oui juste.. bon allons-y

Mais alors Kalisha résista quand Ragnar voulut l’entraîner par la main.

- atta.. il me faut une tenue un peu ..euh plus reine…
- quoi mais?

POUFF…

Kalisha se retrouva revêtue d’une somptueuse robe avec un de ces impressionnants jupons qui donnait tant de volume. Mais voyant l’expression de Ragnar, elle retrouva sa tenue de danseuse orientale.. Il était clair qu’elle n’était pas faite pour porter ce genre de vêtement. Elle se dépêcha de le rejoindre alors qu’il s’éloignait.

Ils se retrouvèrent ensuite dans la grande salle, la même que ce fameux soir où Ragnar avait piqué une grosse colère.. du coup Kalisha lui demanda discrètement…


- dis tu crois que tu vas de nouveau devoir te battre ce soir?
- à vrai dire je n’en sais trop rien..

Ils arrivèrent au milieu de la salle et tout à coup Kalisha réalisa qu’elle ne savait pas trop où s’installer. Une reine, elle s’installerait sur un trône à la droite, euh ou à la gauche. Enfin là déjà, il n’y avait qu’un seul trône, et il était pour Ragnar de bien entendu! donc.. Le temps qu’elle y réfléchisse et tout le monde était déjà installé.. *oups*

Elle se dépêcha d’aller s’installer sur les marches aux pieds du roi… bon.. tant qu’à faire. C'est là que Ragnar se pencha pour lui chuchoter à son oreille..


- Kalisha... Eh Kalisha, mets-toi juste derrière mon trône. C'est la place de la concubine officielle. Sur les marches, c'est une place d'esclave.


Elle leva ses yeux vers lui, agréablement surprise par ces paroles, et s'empressa de faire comme il avait dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Mar 30 Sep - 18:41

Sahar attend dans le hall du palais entourée de beaux mâles musclés couverts de fourrure.
Elle a subitement chaud
A force de mater, elle va finir par loucher !
Elle se tient très très sagement assise sur une escabelle en bois attendant ...
en attendant quoi au fait ?
La joyeuse équipe de vikings a quitté la taverne il y a quelques heures, se mettant en branle brusquement après plusieurs jours d'immobilisme alcoolique.
Quelle mouche les a piqués ?
A quel appel subtil ont il répondu ?
Peut-être simplement le manque ou au contraire le trop plein de bière ^^
La jeune femme est vêtue d'une jupe de laine rouge fonçé et d'une chemise écru avec un gilet de fourrure que lui a donné une fille de la taverne.
Elle porte des bottes de cuir souple et un charmant bonnet doublé en laine de mouton .
Il fait chaud dans cette antichambre virile et Sahar enlève son bonnet pour s'éventer.
Un homme approche et les hommes se lèvent et baragouinent dans leur jargon.
L'homme lui jette un rgeard pensif en se grattant le menton

Moui ?

Un sourire apparait sur son visage et il s'adresse au chef du Drakar, ils ont l'air tous deux satisfait.
Enfin la porte à double battant s'ouvre en grand et Sahar se retrouve emmenée, emportée dans le flot des guerriers qui viennent prêter allégeance au Roi!
Sur la pointe des pieds, Sahar tente de le voir au dessus des têtes blondes et hirsutes qui guelent les dieux savent quoi en se tapant avec force la poitrine, ils sont tous contents, youpi !
Le roi est un homme imposant à la chevelure plutot fonçé, derrière son trône une femme très jolie, habillée à la mode des danseuses djamiliennes, ce qui surprend Sahar.
Mais elle doit rester concentrées et ne doit pas oublier son rôle !
Enfin on la présente...comme esclave !
Ce mot là elle le reconnait bien
Elle s'approche alors, et proteste d'une voix claire

Ah non, je crois qu'il y a erreur sur la personne votre Altesse.
Je me nomme Lady Sparrow et je viens en Ambassade de la part du Roi Maxime 1er, Roi des Iles du Cranes !
Mon navire a fait naufrage et vos hommes m'ont sauvé, ce dont je leur sais gré !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   Mer 1 Oct - 21:22

Quand Ragnar et Kalisha étaient entrés dans la grande salle, il y avait déjà pas mal d’ambiance. Affluence des grands soirs. Pagnes en fourrure de cérémonie et balconnets pigeonnants. Un groupe de bons bardes pour assurer la deuxième partie de soirée, et, en vedette, Ragnar « King of the Vikings » dans son numéro de catcheur judiciaire.
Les langues étaient allées bon train sur la dernière soirée, et beaucoup avaient fait du chemin, espérant une bonne bagarre, même s’ils savaient que la probabilité était tout de même assez faible. Les soirées d’hiver sont longues sous ses latitudes (trois mois pour la plus longue…) et les occasions de se distraire pas si fréquentes que ça…

L’arrivée du Roi Berserk fut saluée par un murmure flatteur, murmure poursuivi, cette fois plutôt par les hommes, en l’honneur de la toujours aussi bandante excitante troublante Kalisha.
D’accord, un viking qui murmure, c’est déjà pas discret, alors une assemblée de vikings…
Quand les murs eurent fini de trembler, Ragnar fit un signe à Snorri qui déclara la cour de Justice ouverte.

Curieusement, aucun des plaignants de la soirée ne souhaita recourir au jugement d’Odin… au cas où le Roi aurait décidé de soutenir lui-même une cause perdue.
Le seul moment un peu drôle fut quand un riche armateur prétendit que son concurrent avait volé dans la caisse de la Guilde. Comme toute l’accusation reposait sur son seul témoignage, Ragnar proposa de recourir aux anciennes coutumes en lui tranchant la tête et en l’exposant aux rayons du premier soleil de printemps. D’après la tradition, une tête ainsi préparée disait toujours la vérité. Mais le marchand préféra rétracter ses accusations.

C’est dommage, dit Snorri. J’aurais bien aimé savoir si ce vieux truc marchait…

Après la cour de Justice qui n’avait pas vraiment tenu toutes ses promesses en termes de rigolade, mais qui avait permis à Ragnar de montrer qu’il avait un sens tranchant de la Justice, on amena les tables pour le banquet.
Pendant ce temps, on annonça que Hrolf Ralfsen, un viking qui avait été banni pour avoir enfoncé un percepteur dans le sol gelé à coups de masse, revenait au pays pour demander le pardon du Roi.
Après avoir présenté sa requête, il poussa devant lui une fort charmante jeune femme et la présenta comme son présent en l’honneur du Roi.

Ragnar sourit en connaisseur… La belle avait un joli minois et des yeux fascinants. Malgré les vêtements épais qui lui avaient été mis sur le dos, on devinait sans peine des formes souples et sensuelles tendre le tissu en des endroits émouvants…
Du coin de l’œil, Ragnar pouvait voir plusieurs guerriers rouler vers la jeune femme des yeux de merlu pané (pour changer du merlan frit), et ça commencer à baver pas mal au premier rang.

La jeune femme prit la parole. Personne ne comprenait rien à ce qu’elle disait, mais elle avait une jolie voix. Et un port agréable à regarder…
Ragnar se prenait à imaginer que, avec cette jeune femme et Kalisha, le soir, dans sa chambre…
A ce moment, le regard égrillard du Roi rencontra le regard noir de sa compagne. Elle disait ne pas savoir lire dans les esprits, mais elle avait sûrement compris ce qui passait par celui de son Roi.
Aussitôt, Ragnar se rembrunit et se redressa dans son fauteuil.

Ahem, oui euh… bon… bref…
Quelqu’un a compris ce qu’elle vient de dire ?


La plupart des vikings dans la salle étaient hagards, sauf Hägar, justement.

Euh… ça a l’air d’être du Djamilien, Seigneur.

Elle a dit qu’elle s’appelait Lady Sparrow, qu’elle était ambassadrice de l’île du crâne et de son roi Maxime premier. Et qu’elle remerciait les hommes qui l’avaient repêchée en mer.

Ah ? Ah bon… Merci Kalisha.

Eh bien, Hrolf, je te remercie. Je n’avais pas encore d’ambassadrice dans mes esclaves. C’est une attention à laquelle je suis sensible. J’en prendrai grand soin.
Désormais, tu peux revenir au pays avec le titre de Hrolf, le pêcheur de sirènes. Ah, et il faudra que tu acquittes le Wergildt envers la famille du percepteur, bien sûr.


Le dénommé Hrolf remercia le Roi. Tandis que son équipage l’acclamait, Ragnar se pencha vers Snorri :

C’est quoi au juste une ambassadrice ?

Ben… C’est un diplomate que l’on envoie pour nouer des relations commerciales, ou alors éviter des guerres…

Y’avait pas Vespasia qui en avait envoyé au Duc de Normandia ?

Si !

Et il les avait pas renvoyé dans des tonneaux de cidre ?

Tout à fait…

Ragnar et Snorri regardèrent la superbe jeune femme, se regardèrent.

Ca serait dommage hein ?

Ah oui… Tu l’as dit. On peut pas faire ça.

Et à quoi on reconnaît une ambassadrice ?

Normalement, elle amène des cadeaux, des lettres de son pays… Mais là elle a dû les perdre dans son naufrage.

Mouais… Ou alors elle nous monte un bateau…
Dis-voir C’est loin l’île du Crâne ? On peut aller y faire une guerre, ou faire du commerce avec eux ?


Ben… C’est jamais que de l’autre côté du monde…

Ah. Donc pas de risque qu’ils nous tombent sur le poil si on s’amuse un peu par mégarde avec leurs diplomates ?

Ca semble peu probable…

Bon. Ben alors, je crois que je vais aller défaire mon paquet cadeau, moi…

Le Roi se tourna vers Kalisha.

Tu veux bien lui dire que l’île du Crâne est trop loin pour nous intéresser mais qu’on se contentera d’elle ?
Donc, selon la loi viking, elle sera notre esclave.


Au vu du regard courroucé de son petit génie personnel, Ragnar crut bon d’ajouter.

A… A moins qu’elle ait de quoi racheter sa liberté, bien sûr.

Puis, il ajouta à voix très basse :

Kalisha : je suis pas obligé de coucher avec elle ! Mais je peux pas la refuser… Ca vexerait tout le clan de Hrolf… J’ai une réputation à tenir, moi…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Palais du roi Ragnar le Berserk   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Palais du roi Ragnar le Berserk
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exposition Turner et ses peintres : 24 février-24 mai au Grand Palais
» [Topic Unique] PALAIS DES SPORTS 18 décembre 2010
» Avis de marché - Paris, palais de la Porte Dorée - peinture murale, mosaïque
» Serpico (Berserk)
» Guts (BERSERK)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Archives :: Archives SAISON 1 :: Archives S1 RP :: Asgard-
Sauter vers: