Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 Les plaines de Hornatia

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Les plaines de Hornatia   Ven 19 Sep - 15:45

3. ( avant cabane de Gallisée)


Chapitre 1: Le chef de guerre.

Quelques mois après l’arrivée de Duncan sur Liberty Human…


"Theme from Bone Collector"

Un homme du haut de sa monture, épée en main, dominait le vaste champs de bataille qui n’était plus qu’un énorme charnier, étendue sans fin de cadavres, d‘hommes aux plaies béantes, membres tranchés, le sang souillant à jamais les belles plaines verdoyantes du compté d’Hornatia. La bataille avait été durement menée, mais ils avaient gagné, et cela grâce à Duncan. C’était lui qui avait mené les troupes à la bataille, leur permettant par d’habiles tactiques de prendre rapidement le dessus sur l’ennemi.. L’ennemi qui depuis quelques temps se présentait sous l’apparence d’hommes barbares venait de terres inconnues, au-delà des océans et qui soudain s’en étaient pris aux paisibles celtes.

En quelques semaines, ils avaient déjà pillé de nombreux villages sur les côtes d’Ynys Pridein, laissant les chefs des clans dépassés par ces attaques subites, ces ennemis inconnus qui leur avait déjà créé de lourdes pertes. Il avait alors fallu agir très vite, et grâce à la judicieuse intervention de Gallisée, elle leur avait présenté, lors du conseil du peuple, celui qui résoudrait tous leurs problèmes, un chef de guerre, un homme capable d’anéantir par sa connaissance de la guerre, des armées entières.

Un homme qui arrivait à point nommé pour leur ôter cette terrible épine du pied, car les Celtes de Liberty Human, on le savait, n’étaient pas des guerriers accomplis, préférant de loin la paix et la diplomatie à des combats sauvages. Ainsi Gallisée leur avait peint certes un tableau flatteur de Duncan Macleod mais elle n’avait pas oublié de leur parler de qui il était… Le digne représentant du glorieux clan des Macleods. A ce seul nom, un brouhaha de voix avait empli la vaste salle du conseil pour ne prendre fin que quand Gallisée, après avoir attendu que chacun ai manifesté sa surprise, reprît la parole.


- Je demande à ce que Duncan Macleod, du clan des Macleod s’assoie à la place laissée vacante par Avallach*, afin de représenter les armées d’Ynys Pridein lors des attaques ennemies. Le conseil des druides en raison de l’urgence de la situation a déjà approuvé cette proposition que je vous fais aujourd’hui. Depuis le décès d’Avallach*, le conseil du peuple se trouve dans une position très précaire. Vous le savez, nous avons besoin d’hommes comme Duncan Macleod pour diriger ce pays.. Admettez le parmi vos sages conseillers et vous assurerez ainsi la sécurité d’Ynys Pridein.

Et Gallisée avait de bien entendu eut gain de cause. Duncan avait été nommé chef de guerre et accédait ainsi au conseil du peuple. La prochaine étape aurait-on pu croire aurait été d’être élu à la tête de ce conseil, mais il ne fallait pas trop en demander aux sages celtes. Duncan Macleod aurait encore ses preuves à faire avant d’accéder à un tel pouvoir, et de toute façon, ce n’était pas là la priorité de Gallisée qui elle ne visait qu’à réaliser cette prophétie, une prophétie qui avait débuté avant l’arrivée du guerrier des éclairs.

Duncan daigna enfin quitter le champs de bataille pour s’en retourner auprès de ses hommes qui pansaient déjà les blessures de cette guerre. Il avait lui-même quelques plaies à nettoyer, et surtout un bain à prendre pour se débarrasser de tout ce sang qui maculait son visage et qui n’était pas le sien. Et dans la tente principale du camp, il savait que Gallisée l’attendrait.



* Avallach: voir légende d'Ynys Pridein
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Lun 22 Sep - 17:22

4.

Duncan se détendait dans un bain brûlant dont les vapeurs l’enrobaient d’une douce torpeur quand il sentit sa présence comme à chaque fois depuis quelques temps. Un malaise indéfinissable s’emparait de lui quand il devinait son regard sur lui. Et juste ensuite, le son de sa voix troubla ces instants paisibles de repos.

- Tu les as encore une fois mené à la victoire.

Duncan ne prit pas la peine de se retourner pour lui répondre, bien au contraire, il se cala un peu plus dans sa bassine, et ferma les yeux.

- Je n’aime pas quand tu entre ainsi sans prévenir.
- A quoi bon, puisque tu savais que j’étais là.. Bien, il est temps de penser à nos projets à présent.
- roh mais tu m’ennuies avec cette histoire… J’ai déjà une épée, et elle me convient parfaitement!
- celle dont je t’ai parlé, n’est pas n’importe laquelle, elle est celle qui fera de toi le maître de Liberty Human.
- Désolé, mais j’ai un peu de mal à croire à ces sornettes! Ce n'est pas une épée qui fait la valeur d’un guerrier et ce n'est pas une épée qui fait d'un homme, un roi.

Agacé, Duncan se redressa dans la bassine, enjamba le rebord, et saisit une serviette pour s’essuyer, sous le regard vif de la vate qui ne cilla pas.

- Et pourtant tu refuserais de te séparer de cette épée-ci?

Elle désigna l’arme que Duncan avait héritée de son père et dont il était si fier. C’était une arme frappée aux armes des Macleod.

- Tu ne peux comparer, c’est le seul héritage qui me reste de mon clan.
- l’héritage de ton clan… ce n’est pas une pièce de métal qui y fera honneur, mais l’homme qui manie l’épée.. Et pour devenir roi, il te faut la seule arme qui possède la puissance au-delà du métal…
- haha.. oui soit! Une épée magique hein! et comment crois-tu que je vais m’en emparer, en allant gentiment me présenter à Utopia?
- non.. il est clair que non.. De plus nous ne pouvons nous permettre de créer des conflits avec les utopiens. Ils ont toujours été en paix avec nous.. non il faut trouver un autre moyen..
- peut-être engager un voleur?

Gallisée ignora le sarcasme, réfléchissant au meilleur moyen de s’approprier l’arme qui dormait dans une pièce secrète du palais.

- Ne sois pas idiot!
- ouais je sais..je plaisantais seulement… Alors si les celtes ne peuvent attaquer Utopia, il nous suffit de trouver un allié, un allié qui le fera pour nous…Une diversion en quelque sorte..
- ah oui oui, très ingénieux..
- Je ne suis pas chef des armées celtes pour rien!

Soudain Gallisée se souvint d’une vision qu’elle avait eu il y a quelque temps, une vision d’un pacte qui s’était fait à la lueur de la lune, entre un guerrier celte et un viking et qu‘elle n‘avait pas su interpréter à ce moment.. Elle fronça les sourcils, poux essayer de se souvenir du nom de ce viking qui lui était apparu……..

- je sais.. c’est un roi viking qu’il te faut, il se nomme Harald, c’est lui qui t’aidera à récupérer cette épée.

( suite maison de Duncan)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Sam 29 Nov - 14:50

( Auparavant, sur les routes d'Arcadia )

Citation :

Cela faisait presque deux mois qu'ils chevauchaient sans relâche vers Asgard.
Ils avaient sans trop d'encombres traversés Utopia et Ynys Prydein, optant pour un détour qui leur ferait éviter la forêt sur les conseils des nombreux marchands qu'ils avaient rencontrés dans leur périple.
La forêt étaient hantées d’esprit de troll, d’elfes et de feu follet et nul n’en ressortait jamais sans en être changé.
Sekret n’était pas de nature superstitieuse mais il savait qu’il y avait toujours un fond de vérité dans les rumeurs et légendes
Un étrange statut quo s'était établi entre Sekret et Hélios qui ne se parlait que pour régler les détails de leur voyage.
Jason lui jouait la zone tampon entre les deux hommes, s'épanouissant enfin loin de Arès et tout à son espoir de devenir acteur.
Sekret devait reconnaître qu’il appréciait le garçon, sa débrouillardise et son entrain.
Heureusement que quelqu’un dans cette « joyeuse » équipe s’amusait du voyage !
Sekret s’emmitoufla un peu plus dans la cape de laine qu’il avait achetée à la dernière escale.
Plus ils montaient au nord, plus le froid se faisait perçant pour le Djamilien habitué à la douce chaleur de son pays.
Le vent lui transperçait les os de son souffle glacé et ce n’était que le début !
Pour la première fois de sa vie, il avait du affronter la pluie et s’était étonné au dépôt blanc qui craquait sous les pas des chevaux le matin.
Il éternua et soupira, pensant que l’enfer était un lieu gelé.
Il avait hâte de terminer sa mission et de rentrer chez lui.

Nous devrions atteindre bientôt Asgard.
Là au premier village ou ville nous pourrons essayer d’en savoir plus.


Cela faisait trois jours qu’ils chevauchaient dans la plaine et bivouaquaient autour d’un feu de camp, à la fraiche.
Sekret avait l’impression qu’après ça il aurait froid toute sa vie.

Pour combien de jour avons nous de nourriture ?
Si nous ne croisons pas de ferme ou de village, il faudra chasser


Ajouta-t-il en fronçant les sourcils.
Mais Jason lui coupa la parole

Là bas, de la fumée !

Sekret scruta l’horizon et vit la fumée en question s’élever noire comme un oiseau d mauvais augure dans le ciel plombé de Ynis Prydein.

Trop important que ce soit un feu de cheminée…

Le village sur leur route était en train de brûler…

[hrp: l'idée si cela plait à Duncan c'est qu'il a engagé des mercenaires qu chahutent le peuple et ce dans le but de pousser le conseil à lui confier le pouvoir]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélios
Arcadiens
Arcadiens
Hélios

Nombre de messages : 154
humeur : bonne
Points : 64
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Mer 3 Déc - 6:18

62.

Comme ses deux compagnons de route, Hélios était harassé par ce long voyage et ce temps si rude en ces terres éloignées. Il n’aspirait plus à présent qu’à dormir un peu et peut-être avec un peu de chance, pourrait-il prendre un bain. C’était à ça qu’il pensait quand Jason signala de la fumée et Hélios accorda un regard étonné à In qui faisait les plus sombres prédictions au sujet de ce village.

- Allons voir.
- mais si ceux qui étaient responsable de ça, étaient encore là ?
- nous ne sommes que des voyageurs, que pourraient-ils nous vouloir ?
- peut-être la même chose qu’à ces pauvres villageois.

In désigna du menton un groupe d’hommes et de femmes qui s’éloignaient à l’est, emmenant les maigres biens qui leur restaient. Les trois hommes dirigèrent leurs montures auprès d’eux, et Hélios fronça les sourcils en découvrant une majorité de vieillards, quelques femmes et des enfants. Les visages étaient pâles, résignés, certains des enfants pleuraient encore, leur visage barbouillés de larmes. Hélios avait déjà vu ce genre de spectacle pendant les campagnes qu’il menait pour Arcadia et cela lui rappela de vifs et désagréables souvenirs.

- que c’est-il passé ici ? demanda-t-il à un vieil homme qui s’arrêta à peine pour le regarder.
- ils nous ont attaqué, cette nuit..
- qui donc ?
- les barbares, ils nous ont tout pris et ont brûlé notre village… ils nous ont tout pris, répéta-t-il sur un ton monocorde, éteint comme l’était son regard. Puis il continua sa marche.
- Le prochain village au nord, est-il encore loin ?

Le vieille homme se retourna pour dévisager franchement Hélios et c’est sur un ton d’avertissement qu’il lui répondit :

- Vous ne devriez pas rester là, si des soldats passaient, ils pourraient vous arrêter.
- mais nous n’avons rien fait !
- vous êtes des étrangers, cela leur suffit amplement.

Et l’homme poursuivit sa route sans plus se retourner. Orion devint soudain nerveux. Hélios serra un peu plus les rênes et fronça les sourcils en regardant le groupe s’éloigner.

- que va-t-on faire ?
- il nous faut tout de même trouver un endroit pour nous reposer.
- il semblerait que ça ne soit pas le bon moment pour voyager à Ynys Pridein. On dirait que le pays est sur le pied de guerre.
- mais contre qui ?
- ça… en tout cas, le vieux avait raison, il ne faudrait pas traîner ici..

In approuva et tous trois se remirent en route, poursuivant vers le nord. Mais alors qu’ils avaient à peine parcouru quelques mètres, un escadron d’une centaine de soldats arrivait en face d’eux. Ils ne pouvaient plus les éviter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Sam 6 Déc - 20:52

Sekret regarda autour delui mais difficile de s'échapper.
Bien sur ils étaient à cheval et les soldats à pied mais certains de ces mêmes soldats étaient équipés de sorte de lances ou javelots légers.
Le risque était trop grand.
Il arrêta donc sa monture comme Jason et Hélios d'ailleurs.
Un des soldats hurla

HAAAAAAAAAAAALTE !

et oui c'est fait

Jason, chuttt

Bonjour Soldats !
Hum, nous pouvons quelque chose pour vous ?


Mettez pied à terre !
Qui êtes vous et que faites vous ici?!

Ils descendirent donc mal à l'aise, la situation ne se présentait pas bien.
Il ne fallait pas être grand clerc pour cmprendre que Ynis était soit en guerre soit près de l'être et comme c'était la frontière avec l'Asgard qui était gardé, on pouvait penser sans trop de risques de se tromper que c'était avec ce pays que les relations étaient tendues.

Bonjour, je suis In Khonito et voici mes compagnons Hélios et Jason.
Je suis marchand et ils m'escortent pour ma protection.

Vous allez en Asgard.

Noooooooooon !
Je suis venu en Ynis Prydein car on m'a dit que je pourrai acheter des chevaux robustes.
Je suis propriétaire d'un haras en Djamilia et je cherche à faire de nouveaux croisements pour offrir un poulain spécial à Son Altesse le Sultan Suliman, quAllah le protège etc etc etc ...


Helios faisit des yeux gros comme des billes devant l'aplomb de Sekret à mentir tandis que Jason lui affectait un air décontracté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélios
Arcadiens
Arcadiens
Hélios

Nombre de messages : 154
humeur : bonne
Points : 64
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Jeu 11 Déc - 14:00

63.

Le commandant de l’escadron les dévisageait l’un après l’autre avec un air des plus méfiants. Et Hélios attendait le verdict. Tout cela ne lui disait rien qui vaille, ce village incendié, ces gens qui fuyaient leurs terres, et à présent l’armée d’Ynys Pridein. Il se souvenait des paroles d’Arès au sujet de ce peuple, et un seul mot l’avait marqué, des pacifistes. Pourtant à voir les armures du commandant face à lui, il avait tout sauf l’air pacifique.

- des marchands de chevaux… peut-être, mais vous êtes avant tout des étrangers en ces terres. Et dans ce cas, je me dois de suivre les ordres de mon général. Qu’on les arrête !
- Quoi ?? mais pourquoi??
- Calme toi Jason. Je crois qu’il s’agit juste d’un malentendu.

Un homme voulut saisir la bride d’Orion mais celui-ci se cabra furieusement. Hélios serra fermement les rênes et conseilla au soldat de ne plus recommencer.

- maîtrisez votre animal, ou c’est nous qui nous en occuperons !
- dans ce cas, permettez nous de vous suivre librement. Il est inutile d’utiliser la force. Nous ne vous créerons pas d’ennuis, vous avez notre parole.

Ce fut au tour d’In de dévisager Hélios avec un air stupéfait. Visiblement la parole donnée de l’arcadien semblait le surprendre au plus haut point. Doutait-il qu’Hélios tint parole ? Ou craignait-il au contraire qu’il le fasse ? C’est ce qu’il apprendrait par la suite, mais pour l’instant il s’agissait de ne pas brusquer les évènements. Hélios espérait pouvoir parlementer avec le supérieur de ce soldat, peut-être qu’alors les choses seraient plus faciles.

Quoiqu’il en soit, ils n’avaient à présent plus le choix et résignés, menèrent leurs chevaux au pas à la suite de l’escadron de soldat. Seul point positif, ils se dirigeaient toujours vers le nord. Jason resté plus longtemps que d’ordinaire dans son mutisme, finit par interrogea un des hommes qui marchait autour d’eux.


- où allons nous ?
- nous rentrons au camp à Hornatia où le général MacLeod est attendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Mer 17 Déc - 14:06

Il donnait LEUR parole?
Sekret faillit s'étouffer mais sut garder contenance.
Le pire c'est qu'il était intimement convaincu qu'Hélios était du genre à la tenir sa parole.
Sekret lui décida de ne pas se sentir engagé par la phrase de l'athlète.
La seule parole qui comptait à ses yeux était celle donnée lorsqu'il était enfant et qui l'engageait à jamais au servie de Djamila.
Pour le moment il n'y avait aucune opportunité de fuite à saisir aussi se composa-t-il un visage amical et ouvert et suivit-il docilement les soldats jusqu'au campement.
Après une bonne demi-heure ils arrivèrent enfin en vue du camp.
Aux yeux de Sekret, habitué aux murailles de la Grande Djamila, ce n'était que des palissades de bois dressées avec quelques baraques à l'intérieur.
Cela le laissait un peu perplexe, manifestement au vu de la population, c'était bien un camp de guerre mais il était construit en dur et donc non mobile mais ce n'était pas ces quelques poteaux de bois qui apportaient une grande protection.
Sekret n'était certes pas un soldat mais il avait fait ses classes, ne fut ce que pour pouvoir endosser le role d'un guerrier.
A Djamila, on faisit la guerre soit en menant (ou en résitant) un siège à des cités aux murailles de pierres, soit en menant des expéditions dans désert avec des camps de toiles nomades.
Quelle drole de stratégie de construire ainsi du provisoire somme toute même pas solide!
Ils passèrent un fossé grace à des planches de bois posées au sol, puis une haute porte.
Il durent ensuite attendre pendant quelques heures.
On les laissa soigner leurs chevaux et rester sous bonne garde près du feu de camp commun.
On leur servit même à boire un bouillon bien chaud (ce dont Sekret remercia Allah).
Le camp était animé avec quelques femmes aux jupes couleurs d'automne et même quelques enfants vadrouillant ci et là.
Et a priori ces femmes n'étaient même pas des prostituées comme on l'aurait supposé dans tout campement militaire "normal" !!!!
Non c'étaient des épouses qui faisient la cuisine s'occupaient du linge et des soins au guerriers tandis que la future génération de soldats jouaient à leur pied
Sekret était fasciné par leur mode de vie, il les trouvait à la fois frustes, sales et simples mais malgré tout, de la joie et une attraction charismatique se dégageait de ce peuple fier.
En tout cas ils n'avaient rien de raffiné comme Djamilia, l'Empire vestalien ou encore l'Arcadie.
Et dire que les viking étaient réputés encore plus barbares...
Enfin les portes s'ouvrirent à nouveau tandis que la liesse et l'agitation se faisait dans le campement.

Duncan ! Le genéral Duncan arrive !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Ven 19 Déc - 0:28

9.( auparavant, maison de Duncan)

Se tenant fièrement dressé sur la selle de son cheval, le guerrier des éclairs avançait lentement en direction du camp d’Hornatia, à quelques mètres au devant de la vate. Gallisée avait décidé de l’accompagner dans cette sortie jusqu’au camp militaire, poussée par cet étrange rêve qu’elle avait fait cette nuit, devinant que sa présence serait nécessaire à son seigneur. Car c’était en tant que tel qu’elle le considérait dorénavant, la prophétie allait faire de lui, le roi des rois, et ce jour là, elle serait à ses côtés et raconterait plus tard, selon la tradition orale des druides que c’était grâce à elle que le guerrier des éclairs avait accédé au grand trône.

Mais le chemin serait encore long et semé d’embûches avant d’y parvenir, et avec le caractère lunatique du guerrier, il fallait quelqu’un de réfléchi, aux nerfs d’acier pour éviter de dériver sur des voies ne menant nulle part, ou tout droit à l’échec.

A leur arrivée, les deux grandes portes en énormes poutres de bois s’ouvrirent pour les laisser entrer dans le camp. Les gardes de celui qu’ici, on nommait le général MacLéod, mirent un pied à terre, imité de Duncan puis de Gallisée qui laissa les palefreniers emmener leurs montures et suivit son général sous la grande tente. Aussitôt le commandant de la garnison qui jusque là était assis tranquillement dans un haut fauteuil, se redressa pour accueillir son général. Il s’inclina devant lui cérémonieusement et le salua.

Gallisée légèrement en retrait de Duncan, avait comme à son habitude ses mains croisées sous les amples manches de sa robe, parfait reflet de la douce madone, avec sa couronne de cheveux dorés qui auréolaient son visage et retombaient très bas dans son dos, impassible devant la scène qui se déroulait sous ses yeux. La dévotion de cet homme envers son général était aussi fausse que celle de Duncan à Ynys Pridein. Mais Duncan était bien meilleur acteur que cet Oléas.

- Ravi de vous voir de retour, mon général !
- Et bien, ravi que vous soyez ravi mon brave ! répliqua aussitôt Duncan avec toujours cet éclat inquiétant dans son regard, et cet humour qui lui était particulier.

Il rit avant de s’installer dans le grand fauteuil qu’occupait Oléas un instant plus tôt, puis prenant ses aises, il demanda :

- Quelles sont les nouvelles du front ? As-tu enfin fait comprendre à ces barbares que nous n’étions plus disposés à les laisser piller nos terres ?
- c’est en bonne voie mon général !
- vraiment ? Pourtant on m’a rapporté qu’à Aldorine ils continuent de voler nos biens et de violer nos femmes.

Gallisée posa son regard clair sur son seigneur, remarquant ce sourire qui ne la trompait pas. Il n’y avait décidément pas meilleur menteur dans tout le royaume, et il mentait avec une facilité déconcertante. Cette même facilité qui lui permettait de tromper son monde sans vergogne. Oléas avait pris quelques couleurs. Duncan savait qu’Aldorine était le village d’origine du commandant, car en plus de savoir mentir, il avait une mémoire phénoménale dont il savait tirer parti.

- J’y enverrai des troupes avant ce soir mon général !
- bien ! très bonne idée. Et à part ça ? D’autres nouvelles qui pourraient m’intéresser ?
- je ne crois pas. Il faut que je voie trois étrangers qu’on vient d’arrêter à quelques kilomètres d’ici, aux abords d’un village qui venait d’être attaqué. Ils disent venir pour acheter des chevaux.
- des chevaux ? Venir à Ynys Pridein en ces temps agités, pour acheter des chevaux ?
- c’est du moins ce qu’ils ont dit..
- ont-ils dit d’où ils venaient ?

Gallisée avait pris la parole, et ne prêta pas attention au regard surpris de Duncan.

- leur chef dit venir de Djamila.

La vate se détendit, il ne pouvait s’agir d’eux.

- bien qu’avec leurs cheveux blonds et leurs yeux clairs, j’aurais plutôt misé sur Arcadia, ou des vikings s’ils n’avaient pas eu le teint aussi halé.

Le regard de Gallisée s’éclaira à nouveau et Duncan qui la dévisageait, se retourna vers Oléas.

- fais les venir. Je veux leur parler.
- bien mon général.

Oléas se retira et laissa un instant Duncan seul avec la vate.

- qu’est-ce qu’il y a ?
- un pressentiment..
- encore une de tes visions ?
- je n’en suis pas sûre.
- comment ça, tu n’en es pas sûre ??

Mais Gallisée n’eut pas besoin de lui répondre, car déjà on faisait avancer au milieu de la tente, trois hommes, et c’était bien ceux de son rêve. Seulement elle ignorait encore ce que cela signifiait, s’ils leur seraient utiles pour réaliser la prophétie, ou si au contraire, ils devraient se débarrasser de ces trois hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélios
Arcadiens
Arcadiens
Hélios

Nombre de messages : 154
humeur : bonne
Points : 64
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Dim 21 Déc - 15:25

64.

Hélios se retourna pour voir arriver le fameux général. Il fronça les sourcils, ce voyage ne prenait pas du tout la tournure prévue. Ils devaient se rendre en Asgard pour retrouver Sahar, et voilà qu’ils étaient arrêtés par l’armée d’Ynys Pridein. L’expression du visage d’In lui dit qu’il devait avoir d’aussi maussades pensées. Quand à Jason, il se contentait d’observer, sans dire mot. Peu après l’arrivée du général et de son escorte, ils furent soudain conviés à se présenter à lui.
Ainsi les trois hommes furent menés auprès du général Macleod et s’inclinèrent chacun avec respect devant l’homme, continuant malgré leur situation précaire, de jouer la carte de l’humble politesse. En se redressant, Hélios croisa l’étrange regard si clair de la femme qui accompagnait le général. Elle était d’une rare beauté, mais en plus il émanait d’elle, comme une aura particulière qu’il ne savait définir, peu habitué à croiser des vates. Ses cheveux d’or brillaient sous l’éclat des chandeliers, de même que sa robe qui semblait tissée de perle.

- Alors voilà les marchands de chevaux !

Hélios reporta son attention sur l’homme face à lui. Imposant, il portait le kilt, tenue de guerrier qu’il n’avait observé qu’en de rares occasions, et de riches fourrures qui ajoutaient à la prestance du général. Il leur souriait mais derrière l’expression de l’homme, on pouvait deviner l’ironie. Et pendant un bref instant, cela lui rappela cet air qu’arborait trop souvent Arès.

- Oui, des marchands qui élevons nos propres bêtes.

Hélios surpris par l’intervention d’In, le regarda sans mot dire.

- ha je vois, et c’est toi le chef de ce groupe ?

Cette fois même Jason détourna son attention de la vate pour regarder son frère. Ma foi, que pouvait-il dire ? Ce n’était guère le moment de discuter de ça. In avait décidé de prendre les choses en main, il ne restait plus qu’à espérer qu’il saurait trouver un moyen de poursuivre leur voyage.

- En quelque sorte.
- Ne sais-tu pas qu’Ynys est à la veille d’entrer en guerre ?

A cette nouvelle, Hélios redressa la tête et dévisagea le général.

- Et j’ai donné l’ordre à mes troupes d’arrêter tout étranger passant en ces terres. Nous avons eu à souffrir pas mal de perte à cause d’attaques ennemies sur plusieurs de nos frontières. Alors comprenez que j’ai quelques peines à croire que trois solides hommes comme vous, ne traversiez notre pays que dans l’unique but de faire du commerce de chevaux.
- Et pourtant nous ignorions tout des conflits que vous traversez.
- Où seriez-vous allés si l’armée ne vous avait pas arrêtés ?

Tous trois regardèrent la femme qui avait pris la parole. Ses yeux les sondaient tour à tour, semblant fouiller leurs âmes en attendant qu’ils répondissent.

- Plus au nord..
- N’était-ce pas en Asgard que vous souhaitiez vous rendre ?

Hélios regarda la femme, stupéfait par ses paroles et l’assurance avec laquelle elle avait posé la question, comme si au fond, elle n’attendait pas vraiment de réponse. Le général non plus n’attendit pas la réponse et éclata d’un rire de dément.

- Il m’est avis que Gallisée attendait votre visite. Au fait je ne vous ai pas présenté, voici Gallisée, mon amie, ma dévouée vate à qui rien n’échappe. Alors voyez vous mes amis, vous devriez éviter de me mentir, surtout en sa présence. A présent dites-moi la véritable raison de votre présence à Ynys Pridein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Mar 6 Jan - 11:56

Une Vate
Sekret dévisagea la femme d'un air méfiant.
Ah bah la plupart de ces femmes avec soi disant des pouvoirs étaient de simples mais habiles manipulatrices d'hommes crédules.
Non qu'il ne croit pas aux Dons car il avait plusieurs fois été confronté à l'Etrange, en commençant par la perle de Djamilia, mais il pensait que c'était avant tout des Manifestations du Mystère Impénétrable d'Allah.
Aussi répondit-il

En Asgard ?
Pourquoi irions nous dans ce pays de Barbares, ils n'ont que des percherons là bas...

Les Hommes ont parfois bien des secrets
un nom qui t'irait bien étranger cachottier
Allons répond au Général...

Sekret palit, tomber sur vraie devineresse dans ce coin paumé c'était bien sa veine
Déjà qu'il devait se farcir les deux Arcadiens...Enfin, Jason, ça allait mais l'autre...
Général qui sentait la moutarde au nez d'avoir été snobé ainsi au profit de la Vate mais qui eut tout de fois la satisfaction de voir brusquement palir l'étranger brun.

Hé bien soit, ce n'est après tout pas un grand secret.
J'ai effectivement été en mission afin de retrouver une jeune femme qui serait maintenant en Asgard.
mais nous n'avons aucune certitude à ce sujet.

Duncan éclata de rire, à la fois incrédule et amusé

Tout ça pour une femme ?

Pas n'importe quelle femme ...

En effet, il s'agit de la fiancée du prince Khesce le Magnifique, fils du Sultan Suliman le Préféré , Lumière de Djamilia et Jawharia, puisse son nom et son règne être mille fois béni par Allah (et bla bla bla)
Sa Grandeur sera fort aise si vous nous laisser passer pour poursuivre nos recherches, car je ne manquerais pas de lui rapporter l'aide précieuse du peuple d'Ynis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Mer 7 Jan - 12:25

10.

Gallisée fixait l’étrange jeune homme qui parlait avec tant d’emphase, mais ne parvenait cependant pas à cacher le mystère qui brillait dans ses yeux. Elle le savait, il ne leur avait révélé qu’une part de la vérité, mais pour la vate, il leur avait dit le principal. Ils se rendaient en Asgard, comme sa vision le lui avait montré. Et peut-être qu’elle, elle saurait leur apporter cet objet que Gallisée convoitait tant. Mais il fallait se montrer fin stratège, et cette partie là, ça serait à Duncan de la jouer. Et comme il fallait s’y attendre, il prit la parole sans tarder, après le discours passionné du djamilien.

- Comment se fait-il que le fils du sultan doive courir après une fiancée ? Et si loin au nord ? N’y a-t-il pas assez de jolies filles à Djamila ?

Et sans attendre de réponse du jeune homme, Duncan éclata de son fameux rire sarcastique.

- oui enfin passons.. Je n’ai que faire de tes belles paroles, étranger. Je crois que tu perds ton temps à servir un homme qui t’envoie si loin de votre pays, pour de si futiles raisons. Quand à te laisser passer pour poursuivre ta quête, hmm.. laisse-moi y réfléchir.. Gardes ? Emmenez-les !!

L’ordre provoqua la surprise, mêlée de colère que Gallisée vit briller dans le regard de ces inconnus.. Elle avait observé leur visage pendant la conversation, et en retirait plusieurs conclusions : si le plus jeune des trois, paraissait plus curieux que les deux autres, ces derniers semblaient plus concernés par le problème de cette femme qu’ils recherchaient et la vate devina une dualité entre ces deux hommes. Elle aurait aimé en savoir plus et se dit que l’occasion ne manquerait pas.

- Oléas, toi aussi, laissez-moi tous !

Si le commandant fut surpris, ou indigné de se voir mis à la porte de sa propre tente, il n’en dit cependant rien et s’exécuta sans un mot. Quand à Gallisée, elle ne bougea pas, sachant que l’ordre ne la concernait pas.
Une fois qu’ils furent seuls, elle se tourna vers Duncan qui restait songeur, le regard dans le vague.

- Ils pourraient nous être utiles.
- hmm justement, je me demandais comment.
- ils se rendent en Asgard, ils pourraient nous ramener de précieuses informations sur les vikings et cet Harald. Savoir où la guerre en est..
- Nous savons parfaitement où ça en est.. rien ! ça n’avance pas. Harald s’est défilé.
- tu n’en es pas encore sur.
- je préfère ne pas compter sur lui. Non il nous faut agir autrement, comme je l’ai fait pour Vestalia. Nous avons à présent semé le trouble dans l’esprit des amazones, nous pourrions en faire de même pour Vestalia Imperii.. ainsi que pour les vikings…

Gallisée vit le sourire de Duncan s’épanouir, avec cette étincelle de ruse qu’elle commençait à bien connaître. Brusquement il se leva et se dirigea vers la table où des cartes étaient étalées. Penché au dessus d’elles, il plaça en évidence celle de Liberty Human dont on voyait parfaitement dessinées, les frontières de chaque empire, ou royaume.

- hmm Vestalia Imperii, les voisins directs d’Asgard. Et si brusquement, ils décidaient d’agrandir leur empire ? hm ? Après tout, ils ont déjà renié le pacte des anciens. Et puis .. oui je sais… nous savons à présent qui est responsable de ces attaques que nous subissons à l’est..
- je croyais qu’il s’agissait de barbares.
- c’est ce que j’ai dit au conseil, il leur fallait un coupable, le mot barbare n’est pas très précis et peut s’appliquer à plusieurs peuples.
- les vestaliens… tout de même !
- peu importe, pour les vikings, ça sera des armées vestaliennes.. Ynys Pridein subit en ce moment de fortes attaques d’armées de Vestalia Imperii.. Il nous suffit de l’annoncer à ces étrangers pour qu’ils le rapportent à leur tour aux vikings.. Ces voyageurs leur expliqueront ce qu’ils ont vu, le village incendié, nos armées en état d’alerte… Juste de quoi inquiéter suffisamment les vikings…

Duncan, satisfait de son idée, s’enfonça plus confortablement dans son siège..

- Tu vas donc les relâcher ?
- rien ne presse non ? le temps que nos soldats nous ramènent quelques gars qu’on fera passer à leurs yeux pour des vestaliens et qu’on punira pour avoir mis à sac nos villages..
- et tu comptes les trouver où ces faux vestaliens ?
- peu importe, les premiers paysans venus feront l’affaire.. le plus difficile sera de trouver une tenue de soldat vestalien. L’intendant va s’occuper de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélios
Arcadiens
Arcadiens
Hélios

Nombre de messages : 154
humeur : bonne
Points : 64
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Jeu 8 Jan - 14:32

65.

Hélios ne voulait pas détruire leurs chances de se sortir de cette situation, cependant en entendant le discours d’In pour son sultan ou son fils, et en l’entendant encore mentionner cette histoire de fiançailles, il eut toutes les peines du monde à ne pas lui sauter dessus pour l’étrangler. L’athlète était d’ordinaire, l’homme le plus patient qui fût, mais depuis quelques temps, en fait depuis que Sahar était partie, il n’était plus aussi bien disposé, et bien moins encore depuis l’arrivée de ce frère dans sa vie. Du reste, il se demandait comment deux êtres aussi diamétralement opposés, pouvaient être frère et sœur.

Mais heureusement pour lui, ou malheureusement, il ne savait plus trop bien, l’étrange général semblait se jouer des paroles d’In et même de ce que pourrait bien penser le sultan de sa compassion ou non envers ces étrangers. Et quand les gardes s’emparèrent d’eux pour les pousser sans ménagement dans une tente, Hélios eut un rire ironique, récupérant tout juste son équilibre.

- Qu’est-ce qu’il en a à faire de ton sultan ?! Tu croyais quoi ? Qu’il allait se mettre à trembler à la seule évocation de son nom ?
- Si tu avais une meilleure idée, tu n’avais qu’à prendre la parole.
- Certes, moi je ne suis qu’un athlète sans aucune fonction honorable comme d’être l’envoyé d’un sultan qui court après sa fiancée. Mais au moins, je ne suis le pantin de personne..
- euh les gars, je crois qu’on devrait réfléchir à comment nous sortir de là non ? Nous pourrions peut-être…

Mais Hélios et In ne lui prêtèrent aucune attention. Tels deux chiens de combats parés à être lâchés, ils retroussaient leurs babines, montraient leurs dents et s’apprêtaient à mordre sans plus de pitié.

- vraiment ? Et ce général ? Il m’a bien semblé comprendre le contraire d’après ce que j’ai vu et entendu. De plus en Arcadie avec les rumeurs qui courent, comment se fait-il que Sahar ait posé les yeux sur toi ? Ah oui j’oubliais, elle était ton esclave, tu ne lui as donc pas trop laissé le choix.

Ce fut le mot de trop. Hélios tel un fou furieux fonça en avant, renversant In dans son élan et lui assena un premier coup de poing à la mâchoire, devant le regard stupéfait de Jason.

- Hey ? Mais arrêtez ! C’est pas le moment ! Hélios !! IN !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Jeu 8 Jan - 19:24

Marre !
Il en avait marre aussi.
De cette comédie
De penser encore à elle
De souffrir pour elle
Mentalement et ... physiquement - Aïe
Il porta la main à sa machoire endolorie et se releva, furieux et à moitié sonné et contre attaqua.

Tu l'aura cherché Arcadien gronda-t-il

Helios avait un style franc et efficace, la lutte arcadienne ca le connaissait.
Mais Sekret avait un style aussi efficace dans son genre, celui de la p'tite frappe des tavernes.
Fin, souple, il mettait à profit sa vivacité et n'hésitait pas à frapper de façon peu...orthodoxe.
Là où ça fait mal...
Là où normalement ça ne se fait pas entre mecs
Bref vous aurez compris ^^

Mais arretez c'est pas bientot fini
Oohhhh OO

Ce fut Jason qui s'était interposé brusquement entre eux qui écopa du coup de genoux dans les parties à la place d'Hélios.
Plié en deux tout blanc il emit une sorte de chuintement de douleur des plus inquiétant
La bulle de colère eclata (*plop*) et Sekret reprit ses esprits
Il s'approcha de Jason, compatissant

Jason, Ouuuuille...
J'suis désolé mon garçon...
Ca va ?

Jason hocha la tête très lentement comme si le moindre mouvement risquait de LES faire tomber.

respire à fond, ca va passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Sam 10 Jan - 20:12

11.

Duncan préparait donc la suite de son plan avec son intendant et fidèle serviteur. Un vieil homme que Duncan avait épargné de la guillotine et qui depuis était entièrement dévoué à la cause du guerrier des éclairs. Et même si Gallisée n’avait aucune confiance en cet homme, il paraissait satisfaire aux demandes de son maître.

Mais en attendant de découvrir ces fameux faux vestaliens, la vate se rendit auprès de la tente des prisonniers, car tel était devenu leur statut depuis que Duncan MacLéod l’avait décrété. Les soldats postés devant la tente, lui jetèrent un regard à la fois curieux et inquiet. Chacun des hommes servant sous la bannière de Duncan savait que la vate était liée au général, et personne n’osait contester les moindres de ses désirs, craignant d’une part le pouvoir qu’elle détenait et d’une autre part, le courroux de leur seigneur.

- je suis venue voir les prisonniers.

Ils répondirent d’un signe de tête et s’écartèrent d’un pas pour la laisser passer.
Quand Gallisée pénétra dans l’espace sombre de la tente, ce qu’elle découvrit la laissa pour une fois surprise, car même si elle avait deviné la tension entre deux des trois hommes, elle ne comprenait pas vraiment le tableau qui s’offrait à elle. Le plus jeune d’entre eux, se tenait au sol, courbé en deux, tandis que le plus grand et plus robuste penché au dessus de lui s’inquiétait et que le troisième s’excusait.

Mais chacun quand il aperçut la vate, redressa la tête, à la fois gêné et surpris de cette visite. A son tour, Gallisée s’approcha du jeune homme resté au sol, s’accroupit avec grâce devant lui, et lui sourit.


- je suis guérisseuse, puis-je t’aider ?
- hein ? euh NONN !

Surprenant le geste qu’il avait eu pour cacher la partie blessée, Gallisée comprit brusquement et ne put s’empêcher de rire légèrement avant de se redresser et de dévisager les deux autres.

- je vois.. hé bien ? J’aurais pourtant juré tout à l’heure que si j’avais eu à soigner quelqu’un, c’est de l’un de vous deux dont j’aurais eu à m’occuper.
- c’est de ma faute, c’était un accident. Jason n’était pas visé.
- oh je vois..
- et un coup bas en plus, ça ne m’étonne pas de toi !
- toi, ça va hein ? C’est toi qui m’as attaqué en premier alors..
- ah non… vous n’allez pas recommencer !

Gallisée les observa tour à tour puis parla lentement, doucement.

- Cette femme doit être vraiment particulière pour que vous vous battiez pour elle, mais si vraiment elle vous tient tant à cœur, vous devriez conjuguer vos efforts pour la retrouver plutôt que de vous opposer.
- C’est pourtant ce que nous avons fait.
- mais vous l’aimez trop l’un et l’autre, et vous avez peur des choix qu’elle pourrait faire. Pourtant je vous donne un conseil, il est inutile de vous diviser pour elle, car elle seule détient la réponse que vous attendez, elle seule choisira, et ni l’un ni l’autre ne saurez l’influencer.

Elle s’interrompit et observa leurs visages tendus et si graves, sauf celui du dénommé Jason qui se détendait peu à peu. Il finit par se redresser et en lui souriant répliqua :

- ben In, son frère, il veut la ramener à son fiancé, alors qu’Hélios, mon frère, aimerait l’épouser. ( )
- son frère ?

Le regard de la vate scruta le dénommé In qui détourna le sien. Il mentait, mais pourquoi ?

- Il m’a menti.

Surprise, la vate regarda alors l’autre homme, Hélios qui regardait In avec colère.

- Il est venu me voir en me disant que Sahar avait des ennuis et j’ai voulu l’aider. Si j’avais su pourquoi..
- vous seriez quand même à la recherche de cette jeune femme aujourd’hui, conclut Gallisée avec un nouveau sourire, surprenant visiblement le jeune homme par l’évidence de cette réponse.

- oui je le reconnais.
- bien alors puisque nous sommes d’accord, ajouta Gallisée en s’asseyant sur un des bancs de bois, peut-être pourriez-vous m’en dire plus à son sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Sam 10 Jan - 23:39

Soleil son visage, Etoile sa chevelure
Je sacrifie mon âme à la belle distante !
Comme elle se joue de moi et embrase mon coeur
Si tu t'égares derrière elle,
L'effluve qu'elle exhale t'indique le chemin.
Et si la nuit sans lune descend sur moi,
En évoquant son souvenir, je chemine dans l'éclat de la lune.
Et si nuitamment je poursuis sa monture,
La nuit devient pareille au soleil du matin.
Se dévoile-t-elle, ce qu'elle montre est ombre et lumière Soleil son visage, étoile sa chevelure,
Merveille d'image du soleil et de la nuit réunis !
Nous sommes dans la nuit en pleine lumière du jour,
Et nous sommes à midi dans une nuit de mystère !
*
.........


Je ...humm

Sekret se retrouva bête à avoir déclamer ainsi ce poème en Djamilien puis de l'avoir traduit.
Mais d'évoquer sa belle dans son coeur, il n'avait pu s'empecher, oubliant son aigreur.
La proximité d'Hélios et de se savoir un rival n'arrangeait rien.
Les autres restant ébahis par sa sortie lyrique, il justifia brusquement sous le regard aigu de la vate

C'est un poème de mon pays qu'a ecrit le Prince pour parler de sa fiancée disparue.

oui bon ca ne vous aide pas des masses...


Avant de faire d'autres aneries stupides, il se détourna et alla s'asseoir sur un tabouret entreposé là, le regard obstinnément fixé sur ses chaussures, ah tiens elles étaient pleine de poussières, il devrait penser à les cirer...

[* adaptation libre d'un poème de Ibn Arabi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélios
Arcadiens
Arcadiens
Hélios

Nombre de messages : 154
humeur : bonne
Points : 64
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Mar 13 Jan - 10:22

66.

Hélios observait In, sourcils froncés et peu à peu le doute qui déjà s’était glissé dans son esprit devint à cet instant encore plus présent. Pourquoi dès le départ In s’était-il montré hostile à Hélios ? La jalousie d’un frère c’était une chose, mais ce poème, In pouvait bien dire ce qu’il voulait, transpirait de sentiments qu’il ressentait pour la belle djamilienne. Sans oublié les paroles de l’Oracle et de cette vate, il eut soudain le sentiment d’avoir été berné et depuis le départ. Mais si In l’avait trompé, une fois qu’ils auraient retrouvé Sahar, il aurait rapidement des comptes à lui rendre, quand à cette histoire de fiancée du sultan, là aussi, il se dit que c’était un beau prétexte pour cacher les véritables intentions de cet homme.

Quoiqu’il en soit, Hélios ne comptait pas abandonner les recherches et plus décidé que jamais, se tourna vers la vate :

- Pour ma part, je n’ai aucun rapport avec le sultan et peu m’importe sa volonté. Comme vous l’a dit mon frère, je cherche juste à retrouver cette femme qui a séjourné quelques temps en Arcadie, mon pays, et celui de mon frère.
- L’Arcadie ? C’est le pays voisin de Djamila mais, comment avez-vous rencontré cette jeune femme ?
- elle était alors une esclave que le général Arès a acheté pour me l’offrir.

Hélios regarda In d’un air mauvais, regard que lui retourna le djamilien.

- Elle m’a aidé ensuite à résoudre un problème familiale qui me touchait depuis trop longtemps.
- hmm je vois.. Cela concernait votre frère n’est-ce pas ?
- wah… vous êtes trop forte, vous faites ça comment ?
- Jason !

Hélios fronça les sourcils et Jason haussa les épaules avec un sourire contrit.

- en effet, je dois dire qu’elle s’est montrée très habile sur ce coup, mais une fois qu’elle m’a rendu ce service, j’ai voulu à mon tour la remercier pour ce qu’elle avait fait pour moi. Et j’ai demandé à ce qu’elle soit affranchie.
- un geste très généreux de votre part.
- c’était le moins que je puisse faire pour elle. Je n’aime pas voir un homme ou une femme, enchaîné, obligé d’obéir à un autre, tel un animal.
- tsss…

Hélios leva la tête en direction d’In qui secouait la tête, avec cet air méprisant.

- mais la reine a alors posé une condition à sa libération.. qu’elle quitte le pays immédiatement. Peu après, In est arrivé et m'a dit que Sahar avait des ennuis. C’est depuis lors que je la cherche et un oracle nous a dit qu’on la trouverait auprès des valkyries.
- ah je vois… Les valkyries d’Asgard… hé bien…

Hélios dévisagea la vate qui fronça à son tour les sourcils.

- quoi ?
- êtes-vous certains de devoir vous rendre au valkyrheim ?
- si vous me permettez d’intervenir dans cette conversation, je vous trouve bien curieuse, madame la vate, et j’ignore en quoi en apprendre plus au sujet de Sahar, va nous aider à la retrouver. Et toi Hélios tu devrais apprendre à tenir un peu ta langue, ou alors es-tu trop naïf pour voir que cette charmante dame se montre bien trop curieuse ?
- Je ne vois pas en quoi lui parler de Sahar pourrait lui porter préjudice. Et peut être que madame pourrait nous en apprendre un peu plus au sujet de ces valkyries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Mar 13 Jan - 13:27

12.

Gallisée sourit, il était d’une nature secrète et méfiante ce dénommé In, mais elle ne pouvait lui en vouloir, sa réaction était bien naturelle. Quand à l’Arcadien, il n’y avait aucun calcul dans ses paroles, aucune arrière pensée, lui, tout ce qui l’intéressait était de retrouver cette femme, et peu importait la façon dont il s’y prendrait du moment qu’il atteindrait son but.

- Je comprends vos réticences, In.. Mais vous devez aussi comprendre que plus j’en saurai à votre sujet et au sujet de cette jeune femme que vous recherchez et plus je serai à même de convaincre le général Macléod de vous relâcher. Et puis peut-être que j’ai des informations qui pourraient vous être utiles pour votre quête.

Gallisée s’interrompit un instant, sans perdre ce doux sourire qu’elle affichait.

- au sujet des Valkyries ?
- tout à fait.. On m’a souvent parlé d’elles, et on dit que nul ne peut se rendre dans leur royaume sans affronter milles dangers. Elles n’aiment pas les visiteurs et l’on raconte toutes sortes de légendes au sujet de guerriers qui ont voulu ignorer l’interdiction de se rendre dans leur royaume de glace.
- mais ça ne nous fait pas peur, n’est-ce pas Hélios ?

La vate se redressa et croisa ses bras à nouveau dans les pans de sa robe.

- c’est à vous de voir si l’aide que je vous propose vous intéresse.. Mais pour ça, il vous faudra vous montrer coopératif, et me dire ce que vous savez au sujet de cette femme que vous ne m’avez pas encore dit.. sans plus rien me cacher…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Jeu 15 Jan - 14:46

Sekret eut un sourire rusé.
Cette Gallisée en essayant de leur faire peur avait laissé échapper une information importante au yeux de Sekret.
Les Valkyries étaient des entitées tès connues vivant très au Nord.
Nul doute que lorsqu'ils attendraient Asgard, les gens les connaitraient et il leur sera alors aisé d'obtenir d'autres informations pour les retrouver, pour LA retrouver.

Je vous ai dit l'essentiel
Elle est importante pour le Fils du Sultan et le Sultan lui même.

Une idée germa dans la tête de l'espion

Gallisée
Puis-je vous voir un instant ?
Seul à seul?

Aussitot Hélios le regarda avec méfiance et Jason avec surprise mais la vate accéda à sa demande.
Toutefois prudente, elle demanda l'aide d'un garde pour l'emmener dans une autre pièce.
Ils y restèrent en tête à tête.

Vous semblez tenir très fort à ces informations aussi j'ai un marché à vous proposer.
Comme vous le savez déjà mon vrai nom est Sekret.
Je suis l'espion Royal de sa Majesté Suliman Ier et j'ai été envoyé en mission pour retrouver cette femme.
Me voici par un drôle de hasard encombré de ces deux Arcadiens qui la cherchent également.
Si vous me promettez de retenir Hélios et Jason le temps que je trouve Sahar, je vous dirais tout ce que je sais sur elle....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Ven 16 Jan - 18:27

13.

Gallisée fit quelques pas au devant de Sekret, un petit sourire aux lèvres, avant de se tourner vers lui.

- Vous me demandez de vous aider à vous débarrasser de ces hommes, mais peut-être que leur aide vous serait utile non ?... Oh oui je sais, inutile de me répondre, cette question est idiote. Leur aide vous serait utile, mais si vous cherchez à vous débarrasser d’eux, ou plutôt d’Hélios, c’est parce qu’il représente un obstacle entre vous et cette jeune femme.. Vous craignez de ne pas supporter la comparaison.. hmm..

La vate soupira..

- je vais voir ce que je peux faire, mais je saurai convaincre le général MacLeod. Vous aurez la voie libre pour retrouver Sahar. A présent je vous écoute, j’aimerai comprendre pourquoi je l’ai vue dans mes.. rêves, je l’ai vue qui dérobait une pierre précieuse, et autre chose.. J’ai vu une ombre noire se glisser dans la nuit….alors Sekret ? Qu’a-t-elle fait pour que le sultan envoie un homme aussi rusé que vous sur ses traces pour la ramener ?...et veuillez oublier cette histoire de fiançailles. Je sais qu’il s’agit d’autre chose.

Gallisée plongea ses yeux clairs dans le regard du djamilien, elle ne souriait plus cette fois. Il allait devoir lui donner de bons arguments pour qu’elle remplisse sa part du marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekret
PNJ
PNJ
Sekret

Nombre de messages : 119
Points : 73
Date d'inscription : 09/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Ven 16 Jan - 19:23

Sekret eut un sourire carnassier quand Galisée accepta son marché.
Il n'était pas idiot et savait bien qu'il n'avait aucune garantie et il n'était pas sur qu'elle remplisse sa part du marché une fois en possession des informations mais il fallait parfois prendre des risques.

Très bien
Asseyons nous.

Ils s'assirent tous les deux au coin du feu qui flambait joyeusement dans la cheminée, projetant ses ombres orangées sur les murs.

Je travaille pour le Sultan Suliman et je cherche bien à retrouver Sahar
J'ai pour ordre de la ramener au palais, ou au moins de récupérer ce qu'elle a volé.
Car cette femme est celle qui a dérobé le Diamant Rose de la Cité de Djamila, le coeur même et le symbole de la ville.
Le Diamant qui a été retrouvé n'est qu'un faux mais le Sultan a fait semblant que c'était le vrai afin de rassurer ses sujets.
cependant il est vital de retrouver le vrai diamant aussi je me dois de remettre la main sur elle.


Le Diamant Rose de Djamila?
Hummm....

Galisée était pensive...On aurait presque pu voir les rouages de son cerveau s'activer pour placer les pièces du puzzle dans le bn ordre, complétant ainsi ce que ses visions lui avaient déjà révélées et lui permettant d'affiner son plan.

racontez-moi en détail comment elle s'y est prise

Sek'reth soupira

En détails ?
Ca va prendre un peu de temps...
Tout a commencé lorsque le Prince Khesce posa les yeux sur elle....

Et l'espion royal de raconter les évènements de Djamila.
Cependant jamais il ne mentionna la Perle car il y a des choses que même une vate ne doit pas connaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Sam 17 Jan - 10:51

14.

Satisfaite des réponses de Sekret, la vate s’était levée et l’avait laissé pour un temps retourner auprès des deux arcadiens. Elle devait voir Duncan, car seul lui prenait les décisions, même si Gallisée savait fort bien influer ces dernières. N’était-elle pas après tout, devenue le guide du guerrier des éclairs ? Ainsi elle le trouva en conversation avec Oléas, le commandant du camp, et n’hésita pas à les interrompre, en annonçant une affaire urgente. Une fois Oléas sorti de la tente, elle entra dans le vif du sujet :

- Je sais qui pourra t’aider à t’emparer de cette épée…
- hé bien ? Te voilà tout à coup très sûre de toi. Alors parle, dis-moi ce que tu sais ?
- j’ai vu dans mes visions, une jeune femme s’emparer pour toi de l’épée sacrée. Et à présent, je connais son nom.

Avec satisfaction, Gallisée vit l’intérêt briller dans le regard de Duncan qui lui accorda toute son attention..

- une femme ? Je pensais que..enfin… dis-moi qui est-elle ?
- c’est cette même jeune femme que cherchent ces étrangers.
- ha..

Cette révélation plongea Duncan dans la réflexion. Une femme recherchée pour devenir la fiancée d’un fils de sultan, il ne voyait pas du tout le rapport avec l’affaire qui les concernait. Il secoua la tête et insista.

- Pourquoi elle ?
- parce qu’elle est la meilleure voleuse de tout le continent !

Le visage de Duncan s’allongea devant la surprise. Puis il finit par éclater de rire.

- Quoi, celle que ces hommes cherchent est une voleuse ? Haaa mais je vois, aurait-elle dérobé quelque chose appartenant au sultan ? ajouta-t-il avec un sourire narquois.

Gallisée ne rit pas, le moment n’était guère à la plaisanterie.

- peu importe. Mais je sais à présent que c’est avec elle que tu devras t’arranger.
- oui mais là elle est en Asgard n’est-ce pas ?
- il suffit de libérer ces hommes… Enfin, il faut nous assurer qu’ils ramènent cette fille ensuite..
- héhé, je vois que tu as une idée derrière la tête.. Gallisée, je te fais confiance, je te laisse t’occuper de ça, et ensuite.. ensuite, ajouta Duncan avec un sourire diabolique, je m’occuperai de cette fameuse voleuse.

La vate hocha la tête, et se retira aussitôt. Peu après, Sekret était libre de retrouver Sahar et Gallisée lui avait même souhaité bonne chance. Elle lui assura que Duncan ne souhaitait pas avoir d’ennuis avec Djamila, car il en avait déjà avec Vestalia Imperii. Puis elle lui demanda de confier ce message lorsque Sekret irait en Asgard, de prévenir les vikings des intentions vestaliennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélios
Arcadiens
Arcadiens
Hélios

Nombre de messages : 154
humeur : bonne
Points : 64
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Dim 18 Jan - 23:09

67.

Hélios tournait dans la tente comme un lion en cage. Sa colère montait à un point, où il se sentait capable de tuer cet homme. Jamais il n’aurait du lui faire confiance, jamais il n’aurait du l’écouter, et à présent, à présent c’était trop tard. In s’était arrangé pour s’entretenir en privé avec Gallisée, les écartant délibérément de son chemin, comme si les arcadiens n’avaient été qu’une gêne dans sa quête de Sahar. La jeune femme lui manquait cruellement..

- Arrête de t’agiter ainsi ! Ce n’est pas si grave que ça !
- Si ! Tu ne comprends donc pas que tout ce que cherchait In depuis le départ c’était de nous utiliser ? Il n’est pas son frère, un frère ne se comporterait pas ainsi.. C’est un traître, et il va ramener Sahar contre son gré à ce sultan.. Encore faut-il savoir si cette histoire est vraie. Ce dont je doute fort. Il faut que je retrouve Sahar avant lui, il faut que je la prévienne de ses intentions, et elle… sans doute, m’apprendra-t-elle la vérité.
- ça commence à être drôlement compliqué cette histoire, mais tu as raison, Sahar devrait pouvoir nous en dire un peu plus à ce sujet. Enfin, il faudrait déjà que pour ça, on la retrouve, et encore qu’on nous laisse partir.

Effectivement, ça ne s’annonçait pas très bien, mais Hélios était du genre persévérant, il n’abandonnerait pas de sitôt. Il sortit brusquement de la tente et bouscula les gardes qui tentaient de le retenir, et au moment où il s’y attendait le moins, la vate surgit devant lui.

- Hélios ?
- Ou est In ?
- In ? Oh vous voulez dire Sekret ! ajouta-t-elle avec un sourire mystérieux.
- Sekret ?
- hm.. je pensais qu’il serait au moins venu vous saluer avant de partir.

Hélios serra ses poings, se sentant proche d’exploser.

- partir ? Souffla-t-il entre ses dents.
- oui… il n’a pas voulu attendre dès qu’il a su où trouver Sahar.
- Alors il ne nous a pas attendus ? Tu avais raison Hélios, ce n’est qu’un …
- attendez, calmez-vous.. Inutile de s’énerver.
- Inutile de s’énerver ???

Hélios avait presque hurlé…

- et je suppose qu’il a prit le cheval ? ..oui inutile de répondre.. Et nous ?? Est-on aussi libre de nous en aller ?? Ce traitre ne perd rien pour attendre !! La prochaine fois que je le verrai, ce n’est pas sa mâchoire que je vais briser !
- et bien..

L’athlète leva les yeux vers la vate, regard perçant et étincelant de colère.

- oui.. mais il y a une condition..
- une condition ???!!!
- Cette jeune femme a volé quelque chose qui tient visiblement beaucoup à cœur de ce sultan… et j’aimerai.. Le général Macleod aimerait la rencontrer, il aimerait lui demander une faveur. Ainsi je compte sur vous, pour retrouver Sahar avant Sekret et ramener cette voleuse jusqu’ici.

Hélios secoua la tête, il n’était pas si naïf que ça.

- J’espère sincèrement retrouver Sahar, mais quand ce sera fait, elle sera libre de décider de ce qu’elle veut faire. Mais je lui transmettrai votre message.

Il savait sa démarche inutile, à présent, il comprenait qu’on le prenait pour un abruti. Tous, Arès, In, enfin Sekret, et finalement peut-être bien Sahar. Il sentit l’amertume envahir son cœur.

- je crois que vous n’avez pas très bien compris..
- je crois que si au contraire. Vous voulez m’utiliser comme tous m’ont utilisé, vous voulez vous servir de cette jeune femme afin qu’elle vous rende on ne sait quel service. Alors non, débrouillez vous sans moi.
- je crains Hélios que vous n’ayez guère le choix.
- ah oui j’allais oublier, nous sommes vos prisonniers ?
- plus maintenant.. pas vraiment.. Dépêchez vous de retrouver cette jeune femme, et quand vous reviendrez avec elle, vous pourrez rentrer chez vous avec votre frère.. Quand à Jason, c’est bien ça ?
- euh oui..

La vate s’était approchée du jeune homme pour poser une main sur son épaule.

- vous resterez avec moi.
- Alors là, il n’en est pas question.
- ne vous inquiétez pas Hélios, je m’occuperai personnellement de ce jeune homme. Il me faut après tout, une garantie de vous voir revenir.

Hélios dévisagea la vate, stupéfait.

- et pourquoi ne pas avoir demandé ça à ce Sekret ?
- parce qu’avec lui je n’avais aucun moyen de m’assurer de son retour.. Je sais combien vous tenez à votre frère. Et pour Sahar, nous souhaitons juste traiter avec elle, alors inutile de vous énerver, et vous feriez mieux de prendre votre cheval et partir le plus vite possible. Il semblerait que Sekret ait pris un peu d’avance sur vous. Vous ne voudriez pas après tout qu’il raconte n’importe quoi vous concernant, à cette jeune femme ?
- Hélios, Gallisée a raison. Allez dépêche-toi, je saurai me débrouiller sans toi hein.. Faut pas croire ! J’attendrai que tu reviennes, et tu me raconteras.. J’ai peut-être pas mal de choses à apprendre ici, à Ynys Pridein…

Hélios dévisagea son frère, puis la vate, secoua la tête, mais Jason hocha la tête comme pour l’encourager. Alors il fit un demi-tour et courut récupérer Orion, ainsi que ses affaires. Le temps désormais serait compté.


( A suivre sur les routes d'Asgard )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
Le Seigneur Maudit

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Mer 18 Fév - 15:34

15

Une troupe de soldats arrivait au loin que les vigies dans les tourelles de garde, signalèrent immédiatement. Duncan fut prévenu de l’arrivée de voyageurs et quand à son tour, il monta aux créneaux, il reconnut aussitôt ceux qui avaient du faire un bien long voyage pour venir le voir. A la fois inquiet et curieux, il les fit très vite venir auprès de lui, dans sa tente privée, du moins celle qu’il avait réquisitionnée à Oléas. Gallisée se tenait comme à son habitude à ses côtés, ayant daigné laisser Son prisonnier se débrouiller avec les gardes pour un instant.

Gallisée qui en effet depuis le départ d’Hélios et de Sekret avait tenu sa promesse et prenait grand soin de Jason, s’amusant de toutes ses questions, et y répondant volontiers, en restant toutefois évasive quand il s’agissait de choses un peu trop délicates, comme tout ce qui concernait la politique d’Ynys Pridein. Le jeune guerrier, ou athlète comme il lui avait expliqué, était très curieux mais aussi bien informé, intelligent, il posait des questions précises au sujet de leur gouvernement qui au-delà des frontières du pays, était réputé pacifique, ce qui depuis l’accession au principal siège du conseil, de Duncan avait bien changé, dans l’intérêt de la prophétie.

A présent, la délégation de voyageurs étrangers se tenait face à un Duncan souriant, mais guère plus rassuré.

- alors mes amis ? Quelles sont les nouvelles ?
- très bonnes, en partie.
- en partie ? hm alors je vous écoute…

Et d’un geste de la main, Duncan appela ses serveurs pour qu’ils portassent à boire et à manger aux voyageurs. Ils s’installèrent autour de la longue table et la discussion commença.

- Grâce à nos soins, les travaux de la muraille sont fortement ralentis, mais nous rencontrons à présent pas mal de problèmes à cause d’un général que l’impératrice a envoyé sur place.
- et bien, vous n’avez qu’à le supprimer.
- Cela aurait déjà été fait, mais il n’est plus aussi simple d’approcher le campement à présent. Tout au plus avons-nous réussi une attaque surprise l’autre nuit, mais il nous a fallu ensuite fuir avant que lui ou ses soldats ne nous attrapent.
- je vous croyais des guerriers sanguinaires.

La colère s’alluma dans le regard de l’homme et Gallisée croisa ses mains, mal à l’aise. Duncan oubliait trop souvent de prendre des gants.

- nous le sommes, mais vous oubliez qu’on doit se faire passer pour des vikings, alors cette couverture ne tiendra pas longtemps s’ils mettaient la main sur l’un de nous.

Duncan fit la grimace, agacé par cette mauvaise nouvelle, un détail à ses yeux, ces Kurgans sauraient tout de même se débarrasser de ces gêneurs. Après tout, il avait des projets, des plans auxquels il devait se tenir. Il frappa du poing sur l’accoudoir du trône qu’il s’était fait livrer l’avant-veille.

- Il va pourtant vous falloir poursuivre ce pourquoi je vous ai engagé : empêcher la construction de cette muraille qui rendrait Sunliao inatteignable. Je ne Peux PAS me permettre de Laisser M’Echapper UNE seule pièce du puzzle.. N’est-ce pas Gallisée ?
- oui bien sûr, vous aurez tous les royaumes réunis sous votre bannière, général, car telle est votre destinée.. dit pompeusement Gallisée en évitant le regard de ces barbares Kurgans.

Ces hommes étaient plus des bêtes que des guerriers, et elle se demandait si un jour, tout ça ne se retournerait pas contre eux. Mais ils n’avaient d’autre choix que de faire appel à eux pour semer la zizanie dans chaque pays. Ils étaient les seuls qui n’étaient pas unis par des traités à l’un ou l’autre empire. Les seuls à voir dans cette gabegie quels seraient leurs intérêts, surtout grâce aux belles paroles que Duncan les leur avait soufflées. Des promesses de fortune et de richesses dont bien sûr, il n’avait aucune garantie.

- Il nous faudrait plus d’hommes, plus de moyens..

Le regard de Duncan étincela, il ne fallait pas que ces Kurgans deviennent trop gourmands. Son sourire devint mauvais.

- n’essayez pas d’obtenir plus que ce qui a été promis. On a un marché, je n’ajouterai rien de plus.. Peut-être vous faudrait-il revoir vos techniques d’attaques ? hmm ?

Gallisée pâlit alors que l’autre homme serrait la garde de son épée. Duncan prenait trop de risque, il devrait apprendre à mieux calculer ses paroles, et surtout à ne pas froisser les seuls alliés qu’ils avaient sur cette terre.

( Suite à la cabane de Gallisée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
Donatien

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Dim 5 Avr - 20:05

( Avant à Gjälleborg )

Hélios et Sahar avaient chevauché quasiment d'une traite.
Ils n'avaient pas beaucoup parlé chacun plongé dans dans des reflexions personnelles.
A vrai dire Sahar se sentait désorientée et cette sensation nouvelle, car elle était plutot du genre chat qui retombe toujours sur ses pattes, la laissait ko.
habituellement c'est un monstre d'adaptation mais là y a comme un couac dans le phénomène.
Elle devrait se concentrer sur la mission "sauver Jason" mais rien à faire, la rivalité Hélios-Sekret la mine, les commentaires d'Hélios sur les voleurs Djamiliens aussi, et la façon dont Sekret l'a laissé et qu'elle ressent comme un abandon aussi.
En plus Hélios a l'air de lui en vouloir et est distant, et Sahar ne comprend plus.
Il a traversé la moitié du continent pour la retrouver, ils ont eut des retrouvailles en feu d'artifice et maintenant c'est comme un soufflet qu'on sort trop vite du four, poufff ça retombe tout plat.
Peut-être que c'est juste sexuel après tout.
Enfin...
Sahar prend la décision de ne pas faire le premier pas.
S'il a quelque chose à lui reprocher qu'il le dise!
Enfin ils approchent du lieu où Hélios a du laisser Jason.

C'est encore loin dis ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Hélios
Arcadiens
Arcadiens
Hélios

Nombre de messages : 154
humeur : bonne
Points : 64
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   Lun 6 Avr - 11:05

81.

Tandis que les chevaux avançaient au pas, après les avoir poussé pendant toute la journée, Hélios regardait Sahar qui avait pris un mètre d’avance sur elle. Depuis qu’ils avaient quitté Asgard, elle s’était murée dans le silence, ne parlant que par bribes, et uniquement pour des banalités.. Il supposait que toutes ses pensées étaient tournées vers Sekret et en voulait encore plus à cet homme. Non seulement il avait lâchement laissé tomber la jeune femme, mais Hélios réalisait que son histoire avec Sahar n’avait sans doute été qu’une aventure passagère pour elle. Il avait bien vu la manière dont elle avait regardé Sekret partir. Et depuis, elle avait à peine prononcé un mot.

Il ne pouvait lui en vouloir d’être triste, une expression qu’elle affichait souvent, mais il ne pouvait s’empêcher d’avoir la rage au ventre. Il enviait le djamilien et pourtant l’homme n’avait pas voulu d’elle. Le monde était mal fait. Lui, lui offrirait sa vie si elle le lui demandait, si seulement elle voulait bien oublier ce maudit Sekret.. Une fois de plus, Hélios sentit la cruelle morsure de la jalousie et serra ses poings sur les rênes d’Orion. L’étalon accéléra la cadence, et au moment où ils parvenaient à la hauteur de la jument de Sahar, elle lui demanda :

- C'est encore loin dis ?

Il la dévisagea. Elle avait l’air lasse, lasse de ce voyage et sans doute aurait-elle souhaité partir à la suite de Sekret au lieu de devoir l’accompagner en Ynys Pridein. Il répondit sur le même ton las :

- Non plus très loin, on devrait y être dans quelques heures..

Et comme elle s’apprêtait à repartir, Hélios l’appela soudain.

- Sahar ?

Elle se tourna à nouveau vers lui, et pendant quelques secondes, il se contenta de la regarder sans rien dire. Comment pourrait-il l’oublier ensuite ? Il commença, hésitant..

- Je suis désolé de t’avoir embarqué dans cette histoire. Tu n’étais pas obligée après tout.. mais.. Sache que j’aimerai te retourner le service et quand tu auras vu le général MacLeod quand j’aurai rempli ma promesse à Gallisée, je t’aiderai à retrouver Sekret… puisque tu sembles si attachée à cet homme..

La voix avait baissé dans les graves, et Hélios ne sut pas cacher combien lui coûtait une telle promesse. Mais si c’était ce qui la rendrait heureuse, il était près à tout faire pour lui redonner le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les plaines de Hornatia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les plaines de Hornatia
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Écho des plaines
» Horaires et jours d'utilisation du terrain des plaines de Meyran
» Manufacture
» steinbourg (alsace)
» El Paradisio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Archives :: Archives SAISON 1 :: Archives S1 RP :: Ynys+Orkhon+île du moine-
Sauter vers: