Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 Gjälleborg - La foire totale

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Gjälleborg - La foire totale   Mar 25 Nov - 15:17

Les voyageurs qui arrivent à Gjällerborg ont souvent l'impression que c'est la ville qui les attrape plutôt que c'est eux qui n'y viennent.
Située en plaine, la route n'offre pas de perspective sur cette cité qui s'étire le long du fleuve, avec un renflement en son milieu, au niveau des champs de foire.

La ville est sans cesse en agitation. Partout on crie, on se bouscule, on pose son étalage par terre et on beugle pour attirer le chaland. Ca sent les crèpes, les gauffres, ou, en été, les sorbets à la fraise, obtenus en pilant de la glace que l'on fait venir par bateau des glaciers du Valkyrheim.
Evidemment, quand le vent tombe, cela sent aussi la ville médiévale, avec les cochons qui courent dans la rue, les pots de chambre qu'on balance dans la ruelle au petit matin, et les épluchures que les mendiants disputent aux chiens.
On y sent aussi les odeurs de rôti qui s'exhalent des mille et une tavernes qui s'ouvrent sur autant de ruelles plus ou moins bien famées.
Et, partout, une foule bigarrée, cosmopolite, dans des tenues allant du minimaliste à l'extravagant. Nobles, paysans, marchands, voyageurs, tout le monde se donne rendez-vous à Gjällerborg dès lors qu'il a quelque chose à vendre ou à acheter.
Naturellement, il faut compter aussi avec les voleurs, tire-laines, pickpockets, cambrioleurs, prostituées, et autres individus dont le métier est de vous vider les bourses.
Bref, on n'a jamais l'impression d'être seul, à Gjällerborg, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit.

Située au carrefour des routes de Roskildheim, Yorjik, Kronenborg et Skettleborg, la cité de Gjällerborg est une véritable plaque tournante du commerce intérieur Asgardien.
Toute l'année, les produits des quatre plus industrieuses provinces viking se retrouvent sur ses marchés. L'huile de baleine du Nord est échangée contre des chevaux du Sud, des soieries d'Orient ou bien des tissus venus de chez les Celtes.

Bien sûr, l'attraction touristique la plus connue est le célèbre marché aux esclaves, et l'on vient de loin pour s'y fournir.
Si les vikings ont de l'esclavage une notion assez calme, puisqu'il ne s'agit pour eux que de recruter de la main d'oeuvre pour leur maisonnée et que le droit viking offre une certaine protection à l'esclave vis-à-vis de son maître, certains seigneurs ou riches marchands des contrées voisines n'hésitent pas à venir faire le voyage de leurs lointains pays pour s'offrir de jeunes et blondes vierges aux corps parfaits, ou bien de riches matrones viennent se choisir des hommes aux muscles saillants et aux cerveaux peu encombrants pour leurs plaisirs inavouables...
Lors de ces ventes clandestines, les prix peuvent atteindre des sommets faramineux.
Cependant, contrairement au fantasme courant, ce genre de vente est tout de même assez rare. La plupart du temps, les esclaves à vendre sont des ouvriers pour les champs, ou bien des marchands ruinés qui doivent se vendre eux-mêmes pour payer leur dettes.

Voyageurs qui parcourez la ville, méfiez-vous : si vous n'avez pas de quoi payer votre nuit à l'auberge, vous pourriez-bien vous retrouver le lendemain au marché aux esclaves, en tant que marchandise !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Mar 25 Nov - 22:50

( auparavant au palais de Roskildheim)

Dix jours qu’ils chevauchaient, depuis Roskildheim…
Le printemps, en Asgard, était doux, mais pluvieux. Ils s’étaient fait doucher plus d’une fois.

Snorri, toujours prudent, voyageait en chariot, bien à l’aise avec ses concubines et ses chers papiers, continuant à gérer les affaires courantes du royaume depuis sa roulotte, à grands coups de messagers qui partaient à bride abattue vers les recoins les plus obscurs du royaume.
Quand l’affaire était d’importance, il demandait au Roi de trancher les questions délicates, ce que Ragnar s’efforçait de faire de son mieux.

Le souverain chevauchait aux côtés de sa jolie compagne, qui ne semblait pas plus que cela affectée par l’humidité du printemps viking. Toujours souriante, elle semblait ravie d’être à l’extérieur aussi souvent que possible.

Le grand berserk aimait, lui aussi, la vie au grand air. Pourtant, il ne fut pas mécontent de voir enfin les faubourgs de Gjällerborg, puis le château.
Ils allaient enfin pouvoir se reposer.

Le château de Gjällerborg était à mi-chemin du château viking et du château normand. Le donjon et les bâtiments de dernière défense étaient en pierre solide, mais le périmètre défensif extérieur était encore en bois.
Autour du donjon s’étendait une cour de terre battue pavée simplement entre la grande poterne et l’entrée des bâtiments intérieurs. Dans cette cour s’étendait toute une petite ville, avec forgeron, auberge, enfants qui couraient en piaillant au milieu des poules, écuyers, chevaliers, palefreniers, maréchal ferrant, ribaudes aussi , bien sûr, soldats, gardes, lavandières, cuisinières, mendiants, et touristes égarés.

L’arrivée du Roi et de son équipage se fit au son des grandes trompes montées sur les remparts, jetant tout le petit monde du château hors de la voie qu’allait emprunter le souverain.
Ragnar fit démonter ses cavaliers, et renvoya en ville la plupart des serviteurs, car, malgré sa taille, le château ne pouvait pas accueillir tout le train royal, sans parler des équipages des autres rois d’Asgard qui allaient suivre. Il salua le chambellan qui était venu à leur rencontre, et laissa le vieil homme leur indiquer leurs appartements, tout en s’enquérant de l’arrivée des autres rois d’Asgard.

Vous êtes le premier, sire.
Veuillez excuser Dame Isolde, ma maîtresse. Elle n’a pu venir vous accueillir sur le perron, ainsi qu’il est d’usage, car elle doit veiller à tout au château depuis la mort de son mari.
Elle m’a chargé de vous souhaiter la bienvenue en son nom, et vous recevra dès ce soir dans la grande salle, avec tous les honneurs qui sont dus au grand roi d’Asgard.


Ragnar fit un signe de tête au chambellan pour marquer son assentiment, et lui emboîta le pas dans les couloirs et les escaliers de pierre froide.
La rencontre officielle n’avait lieu que dans trois jours, cela lui laissait le temps de sonder un peu le terrain et, pourquoi pas, de commencer à nouer des alliances avant la réunion proprement dite.
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Mer 26 Nov - 17:04

37.

Kalisha, plus que n’importe quel viking en Asgard, avait apprécié le voyage qui les avait mené de Roskildheim jusqu’à la cité de Gjälleborg. De son expérience de génie, et même aussi loin qu’elle se souvenait, c’était la première fois que la jeune femme passait autant de temps à l’air libre. Et cela lui rappelait ce sentiment de liberté que l’homme chérissait tant. Kalisha songea alors que la liberté, n’était finalement qu’une notion et qu’il fallait savoir l’envisager d’une manière différente. Et tandis que son regard, souvent se posait sur son roi, chevauchant fièrement à ses côtés, elle se dit que ce sentiment d’allégresse qu’elle ressentait alors, devait vraiment beaucoup y ressembler.

Puis vint le jour où le roi et son escorte parvinrent aux portes de la cité commerçante. Kalisha put alors observer l’effervescence d’une ville grouillante de vie, et ses yeux vifs jetèrent sur toute chose un regard plein d’intérêt. La jeune femme posa une multitude de question à son roi qui se fit un plaisir de satisfaire à sa curiosité.

Ils furent accueilli à la cour de Gjällerbord par le son des trompettes ce qui ravit Kalisha, et c’est avec un grand enthousiasme qu’elle suivit son roi dans les appartements qui lui étaient réservés dans ce grand château. Celui-ci n’avait rien de commun avec le palais de Ragnar et déjà, d’autres questions venaient à l’esprit du génie quand à cette différence. Mais pour l’instant, elle tâchait de tenir son rôle de compagne du roi et arborait pour l’occasion, une toilette un peu plus intégrée au paysage, à une différence près, c’est que la richesse des broderies de fil d’or de sa tenue couleur corail, ne pouvait tromper son monde quand à son rang.

Kalisha avait donc troqué ses voiles d’organdi et de soie contre une robe qui recouvrait un peu plus son corps, excepté ses longues jambes que la tunique fendue des deux côtés, révélait à chacun de ses pas. De fines bottes qui montaient jusqu’aux genoux, complétaient l’ensemble, même si de ce côté, Kalisha avait du mal à s’y habituer et aurait préféré se promener pieds nus. Mais cela n’aurait pas convenu pour une compagne d’un roi viking. Et si l’habit ne faisait pas d’elle une viking, il ne la rendait pas moins différente de la danseuse du ventre que les sujets de Roskildheim avaient vu apparaître dans le palais de leur roi.

C’est donc une jeune femme très élégante, mais avec cette touche typiquement djamilienne, n’était-ce que par le nombre de bijoux qu’elle portait, qui entra dans la chambre qui allait accueillir le roi et sa compagne pendant leur séjour en Gjälleborg.

Kalisha admira l’élégance de la pièce et s’assit sur le lit après avoir retirer son manteau.

- nous y voilà… Alors pas trop nerveux mon roi ? ça faisait un moment que tu attendais cette rencontre. Tu crois qu’il va y avoir du monde ?

Puis brusquement le génie bondit sur ses pieds, bottés, et s’approcha de la grande fenêtre de la pièce en poussant une exclamation ravie.

- Ohh regarde, une fenêtre !.. Y’a pas à dire, ça ajoute vraiment une touche de vie à un endroit. Rappelle-moi qui est le roi de cette région ? Il faudrait qu’il te dise comment il a fait pour réussir aussi bien… Il est vraiment très beau ce château..

Après avoir regardé à la fenêtre , Kalisha fit un vif volte face et se retrouva prise au piège de l’étreinte de son roi. La jeune femme coula alors un regard de biche à son roi et ajouta sur un ton suppliant :

- dis, on ira toi et moi à ce marché qu’on a vu en venant ? J’aimerais voir de plus près ces jolis articles que proposaient les marchands. Tout est si différent de ce que j’ai connu.. Mais promis, je ne dépenserai pas toutes tes économies…

Elle lui fit alors un adorable sourire et embrassa le bout de son nez avec tendresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Jeu 27 Nov - 11:23

Et nous on loge où ?

Au chateau...

Sahar se rengorge fière que l'on reconnaisse son "rang" d'ambassadrice, même s'il est complètement bidon, après tout ils sont pas censés savoir!
Et puis après le voyage dans la boue, la neige fondue, le froid, le vent et le crottin de cheval, c'est pas du luxe estime-t-elle !
Smorvi lui jette un regard étrange alors que l'"ambassadrice", titre complètement bidon signifiant esclave-cadeau-royal mais elle est pas censée savoir, reste silencieuse, c'est anormal chez elle...
La jeune femme ouvre grand ses mirettes mordorées et émet un sifflement admiratif

Et ben ! Savent vivre dans l'coin

Malheureusement elle déchante quand elle voit la partie du chateau où ils sont !
Car si le Roi et sa suite proche, concubine et conseiller, se trouve dans la partie cossue, Smorvi, de moindre rang est dans une aile latérale, aux pièces plus petites sombres et humides (bon c'est pas des cachots quand même mais erf !)

Hummmm finalement c'est pas mieux si on s'trouve un logement en ville ?
Ca f'rait plus de place pour les autres ?
J'ai vu une p'tite auberge bien sympa sur la route!


Smorvi la regarde effaré


mais on ne peut pas quitter le chateau!

Ben pourquoi?

Parce que ce serait faire affront à Dame Isolde

Rhoo j'suis sure qu'elle comprendra
Pis on est pas obligé de lui dire d'abord.
On laisse des affaires ici et quand les banquets sont finis on file à l'auberge sans rien dire.
Allez, j'vais réserver deux chambres


Deux ?

ben oui...une pour toi, une pour moi...

Outre la déception, après deux mois de ratio Zéro, Smorvi compte déjà le prix que ça va lui couter cette histoire de chambres.
Il va se faire écorcher par son demi-frère quand il sera obligé de lui emprunter de l'argent !


Non euh prends en une seulement

hein ? surement pas !

Si moi je dormirais au chateau, je ne peux pas faire autrement, tu comprends si le Roi a besoin de moi ...

Sahar hausse les épaules

Ah bon d'accord
Bon ben j'vais faire un tour, j'en ai marre des routes, du transport, des chevaux
J'ai besoin d'un bain !
Tu m'trouvera au Marteau d'Argent, ça a l'air sympa comme tanière
.


glups...le Marteau d'Argent ?

Voui sur la route qui monte au chateau, j'ai vu ça en passant, ca a l'air charmant !

Heu...*par Thor, l'auberge la plus chère de la ville*
Tu devrais plutot aller à la chope d'Etain, c'est plus convivial et chaleureux.


Ah ? ... Bah ok, tu dois connaitre j'suppose...
C'est où ?


Sur la place du marché

Les yeux de Sahar s'alllument d'une lueur qui fait subitement peur à Smorvi

Un marché!!?? Ah choueeeeeeeette !!!!!

Smorvi devient tout pale en se rendant compte de la monumentale erreur qu'il vient de commettre
Il a quand même droit à un bisou sur la joue et hésite à demander, voire prendre plus.
Mais le temps qu'il se demande si le Roi ne serait pas mécontent s'il utilisait "cavalièrement" le Cadeau, le dit cadeau (empoisonné) s'est déjà fait la malle (au sens propre comme au figuré puisqu'elle emmène ses paquets bien plus nombreux depuis quelques jours...)
Il faut qu'il lui pose la question !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Jeu 27 Nov - 16:25

Tandis que Kalisha virevoltait dans la grande chambre, Ragnar s’était allongé sur le lit et, après avoir ôté ses chaussures et s’être croisé les mains derrière la tête, fermait les yeux pour se détendre, tout en entendant la douce musique de la voix de sa compagne le bercer doucement.
Au bout de quelques minutes, Kalisha s’arrêta de parler, juste pour voir si son roi dormait réellement.

Eh, tu m’écoutes ?

Kalisha se rapprocha du viking étendu sur le lit qui semblait ne pas bouger.

Dis, tu pourrais m’écouter quand je parle ?

La mine boudeuse et renfrognée, la jeune femme s’assit brusquement sur le bord du lit, espérant que le mouvement du matelas suffirait à réveiller le grand berserk assoupi.
Voyant que son stratagème ne marchait pas, elle se mit à secouer la grande carcasse du guerrier.

Eh ! Réveille-toi ! Tu n’as pas le droit de t’endormir quand je te HEEEEYYYYY !!!

Tel le chat à l’affût, Ragnar avait brusquement ouvert les yeux, s’était saisi d’une main puissante de la légère danseuse, et l’avait ramené d’un mouvement d’un seul à côté de lui sur le lit. Puis, il l’avait plaqué sur la couverture, faisant mine de vouloir l’écraser, mais prenant bien soin de ne pas lui faire le moindre mal.
Le visage du guerrier était juste au-dessus des yeux noirs de Kalisha qui, malgré sa position, ne semblait pas inquiète le moins du monde pour sa sécurité…

Un bon guerrier ne dort jamais quand il est en campagne... Tout au plus, il somnole…
Ne l’oublie jamais sinon tu risques de te faire capturer en deux temps trois mouvements…


Les bras de Kalisha s’enroulèrent autour du cou de son Roi, tandis que, plus bas, ses jambes faisaient de même autour de la taille du viking.

Et maintenant que tu m’as capturée, monsieur le barbare, qu’est-ce que tu vas me faire, vil agresseur de faibles femmes ?

Leurs bouches se rapprochèrent pour un long baiser amoureux. Leurs corps commençaient à se chercher à nouveau, mais ils savaient l’un et l’autre que ce n’était pas le moment pour ce genre d’effusions… Remettant à plus tard leurs ébats, ils se séparèrent à regret, le lèvres encore gonflées par leur baiser langoureux, les yeux encore mouillés de désir et les… euh… oui. Bon. Bref…

Le Roi jeta un œil par la fenêtre du château.

Oui, c’est pas mal un château de pierre et des fenêtres… Mais ça ne résisterait pas aux températures et au blizzard que nous avons dans le nord du pays.
Ici, c’est le sud d’Asgardheim. Le climat ressemble à celui de Normandia, la province du royaume la plus au sud : il pleut souvent, mais il fait rarement froid…

Quant au seigneur, c’était le comte Rollon, mais il est mort après une chute de cheval à l’automne. Il faudrait que je lui nomme un successeur, mais Dame Isolde semble faire du bon travail à la tête du Comté, je vais donc lui laisser une chance de se débrouiller toute seule pour gérer son avenir.
Il faut dire qu’elle a été mariée quinze ans à Rollon, elle connaît donc bien son domaine.


Soudain, une scène pittoresque attira le regard du Roi. Dans la cour, ce brave gaillard un peu innocent de Smorvi semblait hésiter entre suivre son esclave qui semblait partir avec armes et bagages (surtout bagages en fait), et venir vers le donjon.
Ragnar soupira. Décidément, ils avaient tous un problème avec les femmes dans cette famille… Entre Snorri qui avait des goûts un peu bizarres, et Smorvi qui n’osait rien… C’était pas demain que les conseillers royaux auraient de la descendance…
N’importe quel autre viking aurait mis au point dès la première nuit avec l’ambassadrice, comme elle aimait à se faire appeler, tous les avantages qu’il y avait à avoir un maître bien bâti. Mais lui, non. Rien à faire… Et là, à tous les coups, elle allait profiter du marché pour se faire la belle.
Ragnar haussa les épaules : après tout, si Smorvi ne savait pas veiller sur ses affaires, ça le regardait…
Seulement, le roi était curieux de savoir ce qui allait se passer.
Et puis aussi, il se disait que, au cas où la jeune femme déciderait de prendre la fuite, il ne faudrait pas qu’elle soit rattrapée et traitée comme une esclave en fuite. Jolie comme elle l’était, elle risquait de finir dans les ventes privées du marché aux esclaves et, là, son nouveau maître (ou sa nouvelle maîtresse, qui sait…à serait sûrement moins compréhensif que le brave Smorvi…

Bon, on a quelques heures avant le coucher du soleil.
On va voir ce qui se passe au marché, si tu veux ?


Dernière édition par Ragnar Hrodgæirsen le Dim 30 Nov - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Dim 30 Nov - 17:12

38.

Kalisha inclina la tête de côté, alors que Ragnar lui proposait une balade au marché. Tout à l’heure quand elle lui avait posé la question, il avait fait mine de dormir, peut-être pour mieux l’attraper, puis s’était désintéressé de sa demande, si bien que Kalisha n’avait pas insisté. Sans doute le roi devait-il mieux avoir à faire que de se promener dans un marché à dépenser son argent pour des babioles que seules les femmes trouvaient intéressantes.  Mais Kalisha qui n’avait jamais encore visité un pays du nord, surtout en ces nouvelles terres, était curieuse de découvrir ces petites choses auxquelles les gens du commun des mortels n’accordaient qu’un moindre intérêt.

En quelques pas souples, la jeune femme rejoint son roi qui avait encore son attention portée sur une scène qui se déroulait devant le château. Kalisha glissa ses bras autour de sa taille, et constatant soudain que c’était l’ambassadrice que Ragnar observait, la jeune femme fronça les sourcils.


- Oui, comme je te l’ai proposé tout à l’heure mais proposition que tu n’as pas semblé entendre. Seulement je ne voudrai pas t’obliger, tu as peut-être d’autres choses importantes à faire pour ton royaume ? Des réunions au sommet avec des membres influents d’Asgard ?
- non pas avant le repas de ce soir, nous sommes invités à un grand banquet organisé par Dame Isolde.. Donc nous avons le temps. Et puis je peux bien m’octroyer un peu de distraction non ?
- oui bien sûr…

Kalisha regarda à son tour l’ambassadrice qui s’éloignait en direction du marché.

- Bien allons-y dans ce cas.

La jeune femme suivit donc son roi dans les vastes couloirs et voyant son air préoccupé, elle lui dit :

- si c’est l’ambassadrice qui t’inquiète, je me souviens que la dernière fois, cela t’avait fort contrarié qu’elle ait acheté toutes ces choses à Roskildheim, Je peux résoudre ce problème.
- et comment ?

Kalisha se contenta de sourire tandis qu’une bourse lourdement remplie apparaissait soudain à la ceinture du roi. Surpris celui-ci regarda l’objet puis son génie et dit.

- A présent les dépenses de cette jeune femme ne concernent plus que Smorvi. Mais par contre je n’aimerai pas qu’elle profite d’être en ville pour s’enfuir.
- oh je comprends, alors dans ce cas, je peux aussi t’être utile.. Elle semble avoir pris un peu d’avance sur nous. Je vais la rejoindre.. prendre un raccourci quoi.. et je la retiendrai le temps que tu nous rejoignes à ton tour.

Et avant que le roi ait eu le temps d’ajouter quoique ce soit, Kalisha dans sa tenue de reine viking, disparut en un clin d’œil et réapparut dans la rue que venait d’emprunter Lady Sparrow. S’assurant que personne ne regardait dans sa direction, Kalisha avança dans la rue, visible aux yeux de tous et se dirigea vers l’ambassadrice.

- Lady Sparrow ! Alors on va faire de petites emplettes ? Pourrions nous joindre à vous ?
- nous ?
- oui enfin le roi et moi –même, il va arriver.. d’un instant à l’autre.
- Quoi il va encore râler parce que je dépense l’argent de Smorvi ?
- euh.. ça non.. Il dit que cela ne regarde que Smorvi, mais euh par contre moi j’ai un petit cadeau pour toi.

Et Kalisha tendit une main dans laquelle reposait une bourse d’allure un peu plus modeste que celle offerte au roi, mais dont le contenu permettrait à la jeune femme d’acheter quelques petits souvenirs de Gjälleborg.

- prends-la, ça évitera à Smorvi de s’endetter un peu plus. Il ne roule pas sur l’or ce monsieur d’après ce que j’ai compris.
- ah ben euh merci.. ça a des avantages d’être la concubine du roi, on peut se servir directement dans la caisse comme ça.

Kalisha battit des paupières un instant sans comprendre, puis réalisant la méprise, ajouta :

- ha non non, ceci euh vient de ma propre fortune. Jamais je ne me permettrai de me servir dans euh la trésorerie royale.

Kalisha adressa un sourire en coin à l’ambassadrice, espérant ainsi régler ce détail.

- alors tu as vu quelque chose qui t’intéressait en particulier ? Une nouvelle paire de botte ? Ou peut-être, une jolie robe pour plaire à Smorvi.. Au fait, comment ça se passe avec lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Dim 30 Nov - 20:57

Sahar traversait difficilement le marché avec ses bagages.
La foule dense la gênait et son œil étai sans cesse attiré par les étals chatoyants des marchants
Elle vient de faire main basse sur une pomme dans un réflexe ancien quand une voie retentit derrière elle et la fait sursauter
La voleuse soupire de soulagement en constatant qu’il ne s’agit pas d’un garde mais de Kalisha.
Elle a des yeux gros comme des billes, d’étonnement, en voyant la maîtresse du roi lui donner une bourse garnie de pièces.
Même plus besoin de voler ou d’escroquer que les pièces lui tombaient direct dans la poche !
Mais si c’est pour aider ce pauvre Smorvi, elle ne va pas refuser !

Oh euh…non je n’ai pas encore eu le temps de bien regarder…
J’vais d’abord à l’Auberge poser mes bagages


Ah voilà je l’aperçois
Smorvi m’a conseillé la Chope d’Etain
Tu m’accompagnes ? Après on ira faire du lèche-étal si tu veux !


Sahar se dirige résolument vers ‘auberge en discutant « entre filles » avec Kalisha

Bah avec Smorvi ça va, c’est un gentil garçon


Ah et c’est …(Kalisha se demande comment formuler la chose sans avoir l’air de tomber dans le voyeurisme) c’est du sérieux ?

Quoi ?..ah oh noooooon qu’est-ce tu crois !
On n’a même pas coucher ensemble !
Pas mon type !
Il est mignon c’est sur mais il est un peu trop
…*moue de réflexion* consensuel ?
Mou quoi !
J’ai un faible pour les hommes avec qui j’me prends la tête !
Comme mon ex mari, on arrêtait pas de se chamailler !


Tu as été mariée ?

Oui une fois, c’était ailleurs y a longtemps, une bêtise les hommes sont tous les mêmes !

Répondit distraitement la voleuse qui entre dans l’auberge en poussant son volumineux sac devant elle.
Une fois devant le comptoir elle hurle devant l’homme qui la regarde stoïquement

Aubergiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiste !
Ah ! Aubergiste…, mon ami car toi et moi on va devenir ami tu va voir, y a moyen d’avoir une chambre pour moâ ?
Un truc coquet avec une baignoire et …


L’aubergiste lui coupa brutalement la parole et l’enthousiame

Tout est plein !
Avec la foire et la réunion au château, ...


Mais c’est pas possible !
Faut que vous me trouviez quelque chose, une p’tite chambre, j’suis sure que vous avez ça non ?
Je vous paierais bien !


Elle appuie sa demande d’un air chat potté en détresse doublé de quelques pièces


Bon et bien…
Je ne voulais pas louer ça mais j’ai une petite pièce sous les combles


La jeune femme un large sourire ravi

Parfaaaaaaait !
Elle est pour moâ !
Tenez voilà une avance, et vous pouvez mettre mon sac dans la chambre.
Merci !!!!!!!!
On y va Kalisha !? les Boutiques nous attendent !


Sahar repart déjà enchantée d’avoir à se loger ailleurs que dans ce château humide et froid et austère.
Elle préfère, et de loin !, être près de l’animation de la ville et du marché.
La voix de l'aubergiste la fait s'arreter sur le pas de la porte


Mais et je mets la chambre à quel nom ?

Sah, erf erf humm, Sparrow…lady Sparrow !

Et toi avec sa majesté, ça roule ?
J’ai déjà donné dans l’prince, c’est surfait non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Lun 1 Déc - 23:45

39.

Surfait ? Kalisha dévisagea Lady Sparrow du coin de l’œil. Ainsi mademoiselle l’ambassadrice sous ses airs de jeune fille délurée, cachait des secrets on ne pouvait plus intéressant..

- ça roule ? répéta le génie sans avoir l’air de comprendre.
- oui, si tout se passe bien, votre couple tout ça quoi !
- oh euh.. oui, très bien..

Kalisha se surprit brusquement à sourire niaisement. Ben oui, elle était amoureuse et alors ? Lady Sparrow ne l’avait-elle jamais été ? entre femmes, elles pourraient se comprendre.

-très bien .. euh genre très bien ? ou très bien genre très très très bien ?

La jeune femme rit et répondit.

- genre vraiment très très très bien !

Et toutes les deux après avoir échangé des regards entendus, s’esclaffèrent ensemble. Mais brusquement Kalisha se reprit.

- mais dis-moi.. alors comme ça toi, tu as déjà fréquenté un prince ? Serait-ce le fils de ce roi pour lequel tu travailles ?
- pour qui je travaille ?..
- oui.. Maxime premier… Est-ce ce que le roi n’était pas suffisamment à ton goût pour que tu préfères te euh réserver pour son fils ?... Ou alors s’agit-il d’un de ces vieux rois rabougris qui ne parviennent même plus à….

Kalisha brusquement s’interrompit, réalisant que ses paroles dépassaient ses pensées.

- euh enfin non.. ce n’est pas ce que je voulais dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Mar 2 Déc - 10:24

Sahar sent qu'elle commence à s'enliser dans ses mensonges, le terrain devient glissant.

Oh non le Roi Maxime est jeune et a déjà une compagne!
Lady ...euh
(*erf hummm c'est malin ça*) Lady Jesse!
Le Prince avec que j'ai euh...fréquenté est un des fils du SUltan de Djamila.
J'étais en euh...ambassade chez eux avant de venir ici.


Elles papotent en marchant et en regardant distraitement les étals.
Bijoux scintillants, étoffes chaoyantes se partagent le marché avec des produits plus pratique, capes en laine et bottes fourrées.
Sahar s'arrete un instant pour acheter des oublies sucrées au miel qui lui rappelle un peu les gateaux de son dernier pays d'adoption.
Elle en propose une à Kalisha et enfourne l'autre en souriant.
Elle se retourne lentement, l'oeil attiré par les couleurs chaudes d'étoffes fines et soyeuses suspendues dans le soleil timide du printemps d'Asgard.
Superbes!
Mais alors qu'elle va pour se diriger vers la boutique, elle s'arrête net, et fait demi tour vers une échoppe d'écharpes et de bonnets.
Son coeur bat la chamade tandis qu'elle fait mine de farfouiller dans la laine en jetant un regard en coin à l'autre étal.
Superbes oui, de la soie Djamilienne pas étonnant !
Elle vient de reconnaitre un célèbre marchand de Djamilla qui fréquentait en son temps le Loukhoum, il s'agit de Toût-Eboépa le frèrede Sepa Chair le marchand d'esclaves.
Elle entend sa voix à l'accent chantant interpellé les clientes dans la langue d'Asgard


Allez Jolies Gazelles, on vient voir mes étoffes
Elles sont belles et pas chères


Sahar lève la voix pour détourner sa compagne de ce vil marchand !

Que penses-tu de cette écharpe et de se bonnet Kalisha ?
Superbes non ?
Et il fait encore froid dans ce pays ! Brrr, j' n'arrive pas à m'y faire
Allez je les prend!


Aussitot dit aussitot fait, elle paye ses achats et les enfile illico, enfonçant le bonnet sur ses cheveux blonds et cachant son nez dans l'écharpe.

On va voir les bottes fourrées là bas ?

Demande-t-elle d'une voix étouffée en montrant une échoppe bien éloignée de celle de Toût

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Sam 6 Déc - 15:46

40.

La jeune femme en parcourant les différents étals, se souvenait de cette époque où encore enfant, elle courait à travers les vastes marchés de la belle Babylone, à la recherche de quelque nourriture à voler, riant en faisant des pieds de nez aux marchands qui eux ne couraient jamais assez vite pour rattraper les petits voleurs des rues. C’était si loin, mais les parfums qui émanaient des échoppes, les cris et les rires, les appels des marchands, toute cette ambiance si particulière lui donnait cette étrange impression que ces souvenirs n’étaient pas si lointain.

En attendant que Ragnar les rejoignît, Kalisha s’était laissée entraînée par Lady Sparrow, à travers le marché, écoutant amusée, les appréciations de la jeune femme et lui faisant partager les siennes. Ensembles , elles admirèrent les diverses marchandises pour les abandonner l’instant d’après pour d’autres articles plus beaux encore, comme ces soies brillantes que l’ambassadrice avait elle aussi remarqué. Mais voilà que brusquement, elle changea d’avis et préféra s’intéresser à un bonnet qui au goût de Kalisha, était des plus horribles. Cependant elle s’abstint de faire des commentaires car après tout, l’ambassadrice avait raison, le principal était d’avoir chaud et non pas de paraître à son avantage. Même si pour Kalisha, ce dernier point était à ses yeux très important, sans doute des restes de son passé quand elle vivait dans les beaux appartements de luxe, choyée par de riches prétendants.
C’était la belle époque.

Kalisha soupira, elle n’avait pas de regret à avoir car aujourd’hui elle possédait quelque chose de bien plus précieux qui alors lui faisait défaut, l’amour pour un être dont elle était devenue par un heureux concours de circonstance, son génie attitré.

- Oh regarde ça !!

Le génie fut tiré de ses rêveries par une nouvelle exclamation de l’ambassadrice. Elle sourit, amusée par la fièvre acheteuse qui s’emparait de la jeune femme et qui avait donné quelques cheveux blancs à Smorvi ainsi qu’à son roi. Kalisha se souvint de la colère de Ragnar quand il avait reçu la note des marchands de Roskildheim après la virée de Lady Sparrow.

Brusquement Kalisha fronça les sourcils, remarquant enfin à quoi s’était intéressée l’ambassadrice. Ils se trouvaient devant un étal d’élégantes lampes à huile, des objets qui en ces lieux un peu barbares surpassaient l’élégance de tout autre article.

- Non mais regarde moi ça !! Elle est belle n’est-ce pas ?

Kalisha opina en faisant la moue.

- oui elle est jolie..
- alors je l’achète !
- quoia ? mais tu veux faire quoi d’une lampe à huile ?
- et bien je me suis dit que je pourrai faire un présent au roi pour euh sa générosité, pour le remercier quoi.. et puis ainsi il pourra remplacer cette horrible lampe qu’il porte tout le temps à sa ceinture. J’me demande pourquoi du reste, il se trimbale toujours avec.

Kalisha la regarda échanger quelques pièces avec le marchand qui avait placé la jolie lampe dans un sac.

- Mais euh mais.. mais… non !
- tu trouves que ce n’est pas une bonne idée ?
- mais euh elle est très bien moi je trouve sa lampe !
- ha non, elle est vieille et toute usée !
- mais.. mais c’est parce qu’elle a besoin d’être un peu nettoyée.
- moi à mon avis, quand il verra celle que je lui ai achetée, il virera vite fait l’autre !
- NOnnnnn, il ne peut pas!!!
- Ahhh tiens, le voilà ton roi.. regarde !

Kalisha qui était soudain dans tous ses états, se tourna pour regarder dans la direction qu’indiquait Lady Sparrow. Effectivement, Ragnar était juste à une dizaine de mètres d’elles, mais semblait fort occupé au milieu d’une cour de femmes toutes en admiration devant l’homme.
Le génie qui se demandait quand enfin le roi allait les rejoindre, croisa ses bras sous sa poitrine, en fronçant les sourcils.

- C’est pas une lampe dont il a besoin, mais d’un répulsif pour chattes en chaleur.
- d’un quoia ?
- non rien…laisse tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Dim 7 Déc - 21:39

Tout en dévalant les escaliers du donjon, Ragnar s’était mis à grommeler.
Evidemment, pour Kalisha, c’était facile. Une ptit « pouf », et puis ça y était. Elle avait rejoint de l’autre côté de la cour l’ambassadrice, euh… l’esclave de Smorvi… ou plutôt la supposée esclave qui menait Smorvi par le bout du nez (le pauvre n’ayant pas compris que c’était à lui de la mener par le bout de… ahem… bon). Pour un génie, c’est sûr, rien de plus simple !
Un petit claquement de doigt…
Seulement Ragnar, lui, il devait descendre les cinq étages de la tour aussi rapidement que possible, mais sans toutefois pouvoir courir afin de ne pas alarmer inutilement les gardes, puis traverser toute la cour en répondant quand même à ses officiers qui demandaient des précisions sur tel ou tel ordre…
Bref, une fois arrivé à la poterne, le Roi dût se rendre à l’évidence : il avait perdu de vue les deux jeunes femmes. Il fallait qu’il trouve une idée pour le rattraper.
Seulement, des idées, dans les cerveaux vikings, il n’y en a pas des masses…
C’est donc en haussant les épaules que Ragnar se dirigea vers la place du marché, espérant que l’un de ses sujets ait la bonne idée de coller la main aux fesses de l’une des deux beautés torrides qui déambulaient sur la place publique. Après, il n’aurait plus qu’à se guider au bruit des baffes…

Arrivé sur la place du marché, le spectacle chamarré, bigarré et bruyant en diable du marché sauta à la figure du Roi. Cette présence de la foule, cette atmosphère, tout cela était si prenant, si merveilleux…
Il y avait là des étoffes de tous les pays, des sucreries, des plats exotiques, des objets étranges et souvent inutiles, des œuvres d’art ou prétendues telles, des ustensiles de ménage, des choppes à bière… bref, un étalage hétéroclite de ce que pouvaient produire de mieux Asgard et les environs.

Ne voyant pas d’attroupement particulier, Ragnar se mit à déambuler entre les étals, du pas nonchalant du passant qui erre sans but, et qui va bientôt se retrouver l’heureux possesseur d’un quelconque machin parfaitement inutile. L’aubaine pour un vendeur.
Bientôt, Ragnar fut assailli par quelques rabatteurs qui essayaient de l’entraîner voir l’étal du marchand qui les employait et proposaient au roi des fruits, des tissus, des chevaux, des tourtes, des haches, ou, tant qu’à faire, leur sœur.
Ragnar, bon public, allait d’étal en étal, sans rien acheter.
Il finit par se laisser prendre au boniment d’un camelot qui lui proposait d’acheter des bracelets de force, ces bracelets de cuir que l’on attache autour du poignet, et dont il promettait qu’ils permettaient à leur porteur de ne plus jamais laisser échapper sa hache lors d’un combat, ou même à la maison.
(ndt : il y avait à l’époque de nombreux accidents domestiques, touchant principalement les amants de femme volages, et qui se retrouvaient régulièrement avec une hache plantée en travers des épaules. Le mari expliquait invariablement qu’il nettoyait sa hache et que le coup était parti tout seul, et la justice Viking, pragmatique, et qui n’allait pas jeter en prison un type qui savait si bien manier la hache, se contentait de ces explications).
Ragnar fit répéter le prix deux fois au marchand, tellement c’était cher pour des babioles pareilles. Mais le camelot insista en disant que c’était à cause des impôts, et que la Hanse prenait bien trop cher pour donner le droit aux marchands indépendants d’installer leur étal sur la place du marché. Un vrai larmoiement sur les difficultés du pauvre marchand en pleine misère et qui doit vendre ses produits dix fois plus chers pour pouvoir nourrir sa femme handicapée, ses enfants malades, et son chien orphelin.
Bonne pâte, Ragnar le paya et promis de faire quelque chose pour les impôts.
Comme quoi, un viking doit toujours tourner sa langue quatorze fois dans sa bouche avant de dire quelque chose…

C’est à ce moment-là que Ragnar fut reconnu comme étant le Roi.
Aussitôt, il fut entouré d’une foule de badauds voulant lui serrer la main ou lui demander une faveur, et de marchands qui lui demandaient de devenir les fournisseurs officiels de la maison royale, et lui proposaient des fruits, des tissus, des chevaux, des tourtes, des haches, ou, tant qu’à faire, leur fille.
D’ailleurs, ces dames n’étaient pas en reste dans le groupe bruyant qui se formait autour du roi. Pensez… Un grand morceau comme ça, riche, roi, célibataire… Il y avait pas mal de femmes sur le marché qui, soudain, se voyaient tout à fait devenir reine, ou belle-mère du roi.
En quelques minutes, Ragnar fut donc environné d’un froufou de jupons tourbillonnants qui lui proposaient de prendre pour femme ou pour esclave leurs filles, leurs sœurs, leurs mères, leurs cousines, ou n’importe quoi de vaguement féminin à l’intérieur de leur maisonnée.
Ragnar était bien ennuyé, car il n’aimait pas brutaliser les femmes.
Mais d’un autre côté, aucune de leurs offres ne l’intéressait. Même les plus directes et qui s’adressaient au-dessous de la ceinture.
Chaque fois qu’il revoyait les hanches de Kalisha danser leur affolant ballet au-dessus de lui, chaque fois qu’il sentait le corps de la danseuse s’empaler sur le sien, chaque fois que ses coups de reins faisaient naître en sa jolie danseuse des cris et des mouvements désordonnés et gracieux, chaque fois, il se sentait revivre, il se sentait heureux. Non, vraiment, il savait qu’il pouvait arrêter de chercher, il n’y avait pas mieux au monde que Kalisha, à la ville comme dans un lit.

Et, justement, à ce moment-là, il vit la femme de son cœur, l’air un peu contrariée, qui le regardait.
Il prit congé des femmes autour de lui en expliquant qu’il devait rejoindre sa concubine, ce qui fait l’effet d’un miaulement dans un parterre d’oiseau. Les prétendantes se dispersèrent, non sans jeter mille regards venimeux à l’étrangère qui barrait leur escalier social.

Ah, Kalisha ! Je suis bien content de te retrouver…
Revenir en haut Aller en bas
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Mar 9 Déc - 16:54

La catastrophe a été évitée, ainsi que le marchand de Djamilia
Sahar respire de nouveau et s'interesse à ses charmantes lampes de son pays d'adoption.
Ca lui fait penser à celle qu'elle avait un jour achetée à un marchand sur la Place du Joyau pour mettre dans le salon bleu. *soupir nostalgique*

Ah tiens sa majesté qui se pointe !
C'est l'occasion ou jamais ! hé hé hé


Salut Majesté
J'ai un présent pour vous !!!!
En gage de bonnes relations entre nos contrées !
ET pour vous remercier de si bien m'accueillir et tout et tout


Tenez !
tadam !


Sahar brandit la lampe qu'elle vient d'acheter.

En plus le marchand m'a assuré qu'on pouvait y mettre des huiles parfumées à bruler dedans, comme par ex de l'huile à la moutarde!
Ah je vois que vous vous dites que l'huile à la moutarde ça ne sent pas bon !
Non mais ça a la vertu de repousser les chats et les chattes, très pratique !


Kalisha est toute pâle , Ragnar lui est bouchée bée.
Le cadeau leur fait tellement plaisir, ils sont certainement émus !

laissez moi vous l'accrocher à la ceinture puisque ça semble être la mode par chez vous

Sahar s'en va pour suspendre la nouvelle lampe et donc enlever 'ancienn, par la force des choses
Mais bizarrement Sa Majesté pose sa main sur la lampe et la bouge avant qu'elle n'ait pu s'en saisir.
Commence alors un jeu de mains acharnées où la voleuse est bien surprise de voir que le Roi est aussi rapide qu'elle, l'enjeu lui donnant des ailes sans doute.
Elle fronce les sourcils et s'entête, foi d'Ysao, il ne sera pas dit qu'elle ne s'appelle plus Mains Vives !!!!

M'enfin !!!!!!!
Par la paume d'Hapy ! Laissez vous faire nom d'un petit pois !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Ven 12 Déc - 15:03

La tournure des évènements commençait à donner le tournis à Ragnar.
D’abord il échappait à une horde de furies qui voulaient lui passer la bague au doigt, et maintenant, c’était une jolie blonde aux mains lestes qui voulait jouer avec ses bijoux de famille… Mais c’était pire qu’une embuscade, d’aller au marché !
En l’occurrence, c’était l’ambassadrice qui voulait échanger la lampe de Kalisha contre une autre. C’est tout les femmes ça… Elles ont un truc qui marche encore très bien à la maison, mais dès qu’il sort un nouveau modèle, il le leur faut…
En plus, Ragnar ne pouvait décemment pas coller une baffe à la jeune femme, surtout en public. Ca se fait pas chez les vikings, encore que personne ne sache vraiment si c’est par galanterie ou parce que les femmes vikings savent parfois manier l’épée aussi bien que leurs hommes…
Alors, ils étaient là, à jouer au chat et à la souris avec les mains de la Djamilienne et, à ce jeu d’agilité, Ragnar n’était pas du tout sûr de gagner… Il fallait ramener rapidement la confrontation sur un terrain qui lui était plus favorable.
Saisissant la jeune femme au collet, par le col de son veston, il la souleva de terre comme une chatte aurait pris son chaton par la peau du cou, et se mit à la secouer gentiment.

Eh ! Oh ! Bas les pattes ! Qu’est-ce que c’est que ces manières ?
On tripote pas les bijoux de la couronne en public !
On se calme !


Comme l’ambassadrice avait l’air un peu étonnée et s’était finalement arrêtée d’essayer de lui arracher sa lampe, il la reposa par terre, sans toutefois lui lâcher le col, et la regarda droit dans les yeux, tout en gardant la main gauche solidement posée sur la lampe (voir figure 1).

Cette lampe, je la porte pas pour faire beau : c’est un cadeau des Dieux.
Quand je suis monté sur le trône, ils m’ont envoyé trois cadeaux : une épée, cette lampe, et Kalisha. J’ai pas encore trouvé une utilité à cette lampe, mais il paraît qu’elle va m’aider à gouverner avec sagesse.
De toutes façons, même si ça marche pas, j’ai pas envie de me fâcher avec les Dieux et qu’ils reprennent mes autres cadeaux.
Donc, pas touche !
Retourne dans la maisonnée de Smorvi : il y a certainement de l’argenterie à faire là-bas, si ça te passionne.


Ayant fini par lâcher la jeune femme, il fronça les sourcils, comme pour l’effrayer. Sans trop de succès apparemment… La jeune femme se contenta de hausser les épaules et de reculer d’un pas.

Bah c’est toujours sympa de faire un cadeau à un homme, tiens… On m’y reprendra…

A cet instant, un éclat de lumière attira le regard du Roi vers le sol.
Baissant les yeux, il vit avec étonnement un pendentif qui avait dû être perdu par quelqu’un, et ce pendentif portait la plus belle perle qu’il ait jamais vue, brillant entre les pavés d’un éclat irisé.
Vif comme le barbare qui a vu un trésor, le Roi s’accroupit vers le sol et tendit la main vers la perle.
Revenir en haut Aller en bas
Freyja

avatar

Nombre de messages : 48
Localisation irl : Dans le Palaisdes Glaces
Points : 36
Date d'inscription : 11/04/2008

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Ven 12 Déc - 16:01

11.( avant au Palais de glace )


Découvrez Craig Armstrong!


Un étrange convoi parcourait le pays des vikings, attirant sur leur passage, bien des regards à la foi inquiets et intrigués. C’était la première fois que les trois valkyries se déplaçaient officiellement avec tout le faste que leur présence exigeait. La plupart du temps, elles surgissaient sur leur char, ou sur d’impressionnants traineaux aux attelages tout aussi impressionnants, sans que personne parmi les témoins de leur visite ne se fusse attendu à voir les valkyries.

Ainsi puisque leur voyage était officiel, Freyja avait décidé d’y mettre les formes. Elles choisirent pour voyager le plus élégant de leur traineau, celui qui portait des ornements en argent, étincelant sous les rayons du soleil qui filtraient à travers les épais nuages blancs. Les fins ouvrages qui ornaient le puissant char donnaient l’impression qu’il avait été directement fabriqué dans la glace. Cette illusion était renforcée par le subtil mélange d’argent et de surfaces en verni blanc dont avait été peinte la curieuse voiture. Seule Sigrün occupait le char qui emportait leurs malles et ce qui était nécessaire au voyage, et c’était elle qui dirigeait l’attelage des six chevaux aussi blancs que l’était la fourrure de son manteau. Elle avait revêtu pour l’occasion, un diadème d’argent finement ouvragé, serti de diamants qui étincelaient et faisaient ressortir le bleu marine de son regard.

Le char était escorté de six autres chevaux, quatre de leurs meilleurs gardes magnifiques dans leurs armures d’acier, tous tenus au plus grand secret, dont Sven et Arvid. Freyja avait insisté pour qu’il fisse partie du voyage, relevant par là, le grand honneur qu’elle lui faisait, un honneur que le guerrier n’aurait pas songé à refuser. Quand aux deux derniers chevaux qui étaient aussi noirs que ceux de l’attelage étaient blancs, ceux-là étaient montés par Freyja et Thrüd. Les deux sœurs arrivaient juste derrière le char de Sigrün, rivalisant de beauté, l’une de cette grâce inquiétante qui lui était particulière, superbe dans son manteau de fourrure noire. L’autre brillant de cette beauté brute, et de la force qui émanait d’elle. .

Freyja portait tout comme sa sœur, un diadème en argent qui lui ceignait le front et serti en son cœur d’un rare rubis rouge sang. Quand à Thrüd, elle paradait fièrement à ses côtés, arborant son casque viking. La jeune femme avait tant lustré son armure de cuir noir qu’il brillait à présent, presque autant que de l’argent. Elle portait dans son dos, le bouclier rondache, et avait insisté pour emporter ses chères armes, de sorte qu’on aurait pu croire qu’elle partait à la guerre.

Ainsi après avoir rapidement traversé les terres jusqu’à parvenir aux portes de Gjälleborg, un tel équipage ne pouvait manquer de faire sensation. La ville allait accueillir des invités prestigieux, mais nul ne l’était autant que la venue annoncée et incertaine des Valkyries.

Alors quand elles parvinrent dans la ville en ralentissant à peine le galop de leurs chevaux, toute l’attention des habitants et voyageurs présents se tournèrent pour les voir débouler dans les rues de Gjälleborg. Certains vikings avaient eu la surprise de voir un convoi traverser les premier milles en terre valkyrienne, escorté par un vol de corbeau et une meute de loup. Ceux de Gjälleborg se contentèrent de la présence des trois valkyries et de leur escortes de quatres gardes. Pourtant le convoi n’en créa pas moins d’émoi, alors que les chevaux manquèrent de renverser nombres de passants et d’étals disposés un peu trop proche des sabots des chevaux.

Et par-dessus les cris de surprises et protestations indignées, les appels des uns et des autres pour signaler la présence des déesses guerrières, domina le rire puissant de Thrüd qui était ravie de créer autant d’agitation. Elle brandit son épée, chassa de son chemin un dernier groupe attroupé là, et fit bondir en avant sa monture, en faisant résonner une dernière fois son rire tonitruant.
Les Valkyries touchaient enfin au but du voyage, les portes du château de Dame Isolde. Elles confièrent leurs chevaux et attelage à leurs gardes, et s’avancèrent d’un même pas au devant de la la femme qui était venue les accueillir, ayant été prévenue de l’arrivée imminente des Valkyries.

Parvenue au devant de la maîtresse des lieux, Freyja s’arrêta et attendit. Alors Dame Isolde s’inclina profondément en les saluant.

- Chères Valkyries, c’est un honneur que de vous recevoir en mon château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Ven 12 Déc - 20:03

41.


Découvrez Era!

Trop stupéfaite pour réagir, Kalisha observait cette étrange bataille entre son roi et l’ambassadrice, une bataille ou alors un vilain jeu de main. Sa bouche s’arrondissant de surprise au fur et à mesure que se poursuivait ce duel dont le vainqueur serait celui qui empêcherait l’autre de parvenir à ses fins. Et pendant un terrible instant, Kalisha soupçonna l’ambassadrice de vouloir s’emparer de la lampe. Que se passerait-il si la main de Lady Sparrow venait à frotter la lampe ? Kalisha en connaissait la réponse et cette éventualité la remplit d’effroi.
Elle devait agir ! Mais de tout temps, aucun génie n’avait pu empêcher la lampe de changer de main. Sa magie devenait donc subitement inutile. Ainsi Kalisha eut beau lever les mains pour éviter le pire qu’elle avait tant de fois envisagé, rien ne se produisit.

Seulement dans la vie, il est des moments ou les fils de plusieurs destins incroyables, tendent à se croiser. Ce moment est unique et rare, et quand il arrive, nul ne peut jamais deviner quelles seront les conséquences sur la vie de chacun. Et il se trouva qu’un tel moment était arrivé pour chacune des personnes présentes.

Ainsi le roi Berserk qui était destiné à réunir l’Asgard et à accomplir de plus grandes choses encore, venait d’apercevoir la perle sacrée de Sunliao, cette mystérieuse perle qui était au cœur de tous les problèmes d’un grand empire et qui était le remède aux maux de son impératrice, Akeru. Celle qui se faisait passer pour la plus fameuse des pirates et qui pourtant était la plus fameuse des voleuses, venait de passer à côté de l’occasion de s’emparer du plus grand des trésors, ignorant que cette lampe en était la clef, et avait perdu dans cette lutte, un autre trésor tout aussi important. Quand au génie, il se trouvait soudain impuissant à modifier le cours des événements, à modifier son propre destin.

Mais il manquait encore le fil de trois destinées qui n’allait pas tarder à croiser le chemin de ces trois personnages. Le fameux instant arrivait au rythme de la puissante foulée d’un étalon noir.
Alors que les Valkyries faisaient leur entrée fracassante dans la cité de Gjälleborg, provocant un vif remue ménage, le roi venait de se débarrasser des mains baladeuses de la plus jolie des voleuses sous le regard inquiet de son génie.

Et au moment où le roi posait son regard sur la perle sacrée, Kalisha qui l’avait à son tour aperçue, sentit toute la magie qui entourait la délicate perle. Son instinct lui souffla que le roi ne devait pas y toucher, comme si le danger était soudain devenu aussi présent que le son d’un galop se rapprochant à vive allure. Elle entendit un cri, celui de Lady Sparrow qui elle aussi regardait le roi se pencher au dessus de la perle.

Alors tout se déroula comme au ralenti. Elle cria un non qui sembla raisonner interminablement, tandis que l’ambassadrice à son tour bondissait en avant pour récupérer son bien. Le bruit des sabots raisonnait de plus en plus prêt, un étalon noir surgit d’on ne sait où et seule Kalisha le vit foncer tout droit sur Lady Sparrow et son roi.

- Ecartez-vous !!! Faites place !!

Le cœur de Kalisha s’arrêta de battre en entendant la voix de la cavalière. Le roi et Lady Sparrow étaient en plein milieu de la trajectoire du cheval qui n’allait pas tarder à les piétiner, ainsi qu’un étrange char et d’autres chevaux. Cette fois, rien ne put entraver sa magie. Kalisha redressa ses mains alors qu’elle était bien trop loin pour empêcher l’accident. Elle provoqua une brusque bourrasque de vent, si puissante qu’elle balaya en arrière le roi et l’ambassadrice qui étaient à nouveau parti dans un corps à corps.

Juste à temps..
Kalisha se tenait à présent très droite sur le bord de la ruelle que venait de traverser le convoi des valkyries et croisa le regard de cette guerrière à l’étrange casque corné. Ses yeux s’arrondirent alors de stupéfaction en y reconnaissant le sosie parfait de l’ambassadrice. Puis ce fut le retour à la réalité.
Le roi aidait Lady Sparrow à se redresser..
Sur le sol, la perle avait disparu. Kalisha dévisagea tour à tour son roi et l’ambassadrice, se rapprochant d’eux.

- tout va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Dim 14 Déc - 19:15

La cata!
La perle était à terre et le Roi tendait la main vers elle.

Nooooooooooooon !!!!!
Pas touche minouche !

Déjà Ysao se sentait mal, elle faillissait dans la mission qui lui était confié bien malgré elle, retrouver Jez pour lui donner le précieux joyau.
Alors qu'elle allait sauter sur la perle, elle se retrouva soufflée, et cul par dessus tete dans la poussière du marché tandis que de sabots furieux martelaient le sol là où elle se trouvait precedemment mais pas le temps de reflechir, elle vient de perdre la perle des yeux.
Le roi tenta de l'aider à se relever mais comme folle furieuse, elle lui glissa entre les pattes tel une anquille

Rhaa lachez moâaaaaaaaaaaaa !!!!!!!!
Où est-elle ?

La voleuse entendait déjà s'éteindre le rire des enfants et la voix de Jezz et en ressentait une angoisse sourde, insupportable.
A quatre pattes elle se mis à fouiller frenétiquement sous les étals

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Lun 22 Déc - 21:11

[avec toutes mes excuses pour le retard]

Par les cornes d’Odin, mais ça devenait la foire totale ici !
Après avoir échappé aux belles-mères en délire et à une attaque en règle de la part d’une voleuse aux mains lestes, voilà qu’à présent un attelage en folie se permettait de traverser à toute vitesse la place du marché, manquant au passage d’écraser bêtes et gens, puis, pour couronner le tout, qu’un tornade se mettait à souffler.
Ragnar avait connu des batailles plus paisibles que ce petit tour au marché. Décidément, les soldes c’était pas de tout repos !

Bon, consolation ma foi bienvenue, les jolies hanches de Kalisha venaient vers lui en roulant comme un bateau dans la tempête. Le genre de spectacle que Ragnar adorait.
C’est donc avec une bienveillance égrillarde que le viking vit arriver à lui sa jolie danseuse personnelle, son génie bien aimé.
Cela lui redonna le sourire, mais il était tout de même bien énervé.

Dis-donc, tu as vu ce char ? Non mais, pour qui ils se prennent ces nobles ?
Non mais qu’est-ce que c’est que ce cirque ?
Je te m’en vais me vous pondre une loi, moi… ça va pas traîner, tiens…
Article 1 : on ne traverse pas la place du marché à cheval quand il y a la foire.
Article 2 : on regarde avant de passer si des fois le roi ne serait pas dans les parages…
Non mais des fois…
Pi je vais obliger tout les chars à porter des numéros, tiens. Comme ça on pourrait repérer les pénibles.


Pour mettre fin à la litanie des agacements royaux, Kalisha se haussa sur la pointe de ses petits pieds menus, passa ses mains autour du cou de son roi, et le fit taire d’une baiser langoureux à la sauce du sud.

Rasséréné par ce remontant si doux, le roi se perdit un instant dans le regard d’ébène de sa jolie compagne.
Puis soudain, une idée lui revint à l‘esprit.

Bon sang, la perle !
Il y avait une perle énorme par là !
Elle n’a pas disparue quand même ?

Comme s’il avait tout oublié du char qui venait de passer, le roi se remit à farfouiller des yeux les pavés de la place.
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Sam 27 Déc - 11:00

42.
Une musique à écouter, ne serait-ce que pour le plaisir ^^ magique!

Découvrez David Arkenstone!



Mais qu’est-ce qu’ils avaient avec cette perle ? Kalisha l’avait deviné en voyant l’éclat nacré du bijou alors qu’elle l’avait aperçu sur le sol que cette perle était particulière, et elle avait compris à l’expression de Lady Sparrow, combien le bijou lui tenait à cœur. Mais elle avait surtout senti que la magie de cette perle n’était pas destinée au viking. Le danger de l’étrange convoi qui avait mis le marché sans dessus, était écarté, mais le roi et l’ambassadrice n’y songeaient déjà plus, trop occupés à chercher l’étrange bijou.
Elle posa ses mains sur ses hanches et fronçant les sourcils, essaya d’attirer l’attention de ces deux là.

- Bon ben on pourrait peut-être rentrer à présent ? Le soleil ne va pas tarder à se coucher, et je crois que cette assemblée va bientôt commencer, non ?

Mais ni l’un, ni l’autre ne semblait disposé à quitter le marché sans avoir récupéré la perle. Ragnar marmonna tout en fouillant du regard, les recoins de la rue où ils se trouvaient.

- hm on va y aller, mais il faut que je retrouve ma perle.

Lady Sparrow cessa de chercher pour fixer le roi d’un air indigné.

- votre perle ? Mais non ! Elle est à moi !
- Non, je l’ai vue en premier, je vous signale !

- mais c’est moi qui la portais et pendant que je voulais vous débarrasser de cette fichue lampe.
- vous essayiez de me la voler.
- je n’ai pas voulu vous la voler, pardi !
- ça…
- ah bravo, on veut faire un bon geste, on veut faire des cadeaux et voilà comment on est remerciée !
- je ne vous avais rien demandé ! Bon elle est ouu cette perle ??
- inutile de vous fatiguer, puisqu’elle m’appartient !
- rien ne prouve qu’elle vous appartienne ! Y’a votre nom écrit dessus ?
- Mais non ! M’enfin !!!
- alors voilà.. Elle appartiendra à celui qui la trouve !

Kalisha regardait son roi puis l’ambassadrice, le roi, l’ambassadrice, le roi puis l’ambassadrice, écoutant cet échange qui commençait à l’agacer. Ce débat ne finirait jamais, si le génie ne donnait pas un coup de pouce au destin. Et le destin lui avait soufflé que ce n’était pas le roi qui devait hériter de la perle. Elle poussa un soupir exaspéré et d’un claquement discret de doigt, fit réapparaître la perle qu’elle tint un instant dans le creux de sa main.

Aussitôt un frisson remonta le long de son échine, et son regard fut troublé par la vision d’un autre monde, un autre pays, ailleurs… Elle vit des visages aux yeux bridés, des femmes penchées au dessus de berceaux, des femmes tenant dans leur bras, de beaux nouveaux nés et les sourires radieux de ces mères qui fêtaient l’arrivée bénie de l’enfant, la joie..Cet amour infini et inaltérable qu’on pouvait ressentir en tenant son propre enfant dans ses bras. Cet amour si puissant que Kalisha ressentit avec la même intensité. Bouleversée par ces émotions qui lui étaient inconnues jusque là, la jeune femme resta figée, incapable du moindre mouvement pendant quelques instants. C’était comme si soudain elle avait été sous l’emprise d’une magie plus puissante encore que celle qui la reliait à sa lampe.

Et tout aussi brusquement, le charme se rompit, lui laissant reprendre souffle, comme si l’air lui avait manqué. Les yeux écarquillés, Kalisha regarda une dernière fois la perle et d’une voix blanche, appela :

- Lady Sparrow ? Je l’ai trouvée, tiens..

Le génie tendit la perle qui pendait au bout de sa précieuse chaîne, et croisa le regard de Lady Sparrow. L’ambassadrice savait-elle combien la magie de ce bijou était puissante ? Kalisha ne sut le voir dans son regard, mais elle estima qu’il lui revenait de droit, cela allait de soit, c’était écrit et nul ne devait tenter de changer l’histoire.

- Mais ! Kalisha, c’est toi qui l’as retrouvée, elle t’appartient donc.

Sans même se tourner vers son roi qui s’était rapproché, Kalisha, son regard toujours rivé à celui de l’ambassadrice, répliqua sur un ton mystérieux qui écartait toute protestation.

- Non cette perle ne m’appartient pas, ni à moi, ni à toi Ragnar, ni à …Lady Sparrow.

Kalisha sourit, elle sut à cet instant que ce n’était pas le véritable prénom de la jeune femme qui lui faisait face. Elle poursuivit toujours avec cette tranquille assurance.

- mais c’est à elle qu’il appartient de ramener cette perle chez elle.

Le génie déposa le bijou dans la main de l’ambassadrice et brusquement soulagée de ce fardeau, se tourna avec un sourire radieux vers son roi, venant poser ses mains sur son torse.

- Bon et à présent, nous pouvons aller nous occuper de ces affaires qui vous appellent mon bon roi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Dim 28 Déc - 19:17

Un ours, c’est déjà pas commode à la base. Un viking, c’est un peu comme un ours, en moins civilisé. Alors un viking à qui on vient d’enlever quelque chose qu’il convoitait et qui était sous son nez ou presque… c’est vraiment de mauvais poil !

Le front du Roi se barra d’un pli mauvais. Son œil devint noir comme l’aile du corbeau d’Asgard. Il pencha lentement la tête vers la jeune danseuse, vrillant son regard bleu acier dans ses grands yeux noirs.

Tu lui as donné la perle…

La dureté du regard surprit la jeune femme et la déstabilisa.

Euh oui, mais tu comprends, c’était pas la tienne, ni la sienne d’ailleurs, et …

Tu lui as DONNE la perle…

C’est pas bien grave quand même, tu en as plein les coffres des perles, même si elles sont pas si grosses…

Tu lui as donné LA PERLE …

Bon, ben tu vas pas le répéter longtemps !

si ?

Ragnar…
Arrête de me regarder comme ça, tu me fais peur.



TU lui as DONNE… LA PERLE…

Oui bon, et alors ?

Dans le regard du Roi, une étincelle moqueuse s’alluma, le coin de sa bouche se releva pour un petit sourire… et une claque sonore retentit soudain sur le ferme petit postérieur de Kalisha.

Et alors, t’as même pas idée de ce qu’il va falloir que tu me fasses pour te faire pardonner… Voilà quoi !


Et c’est le rire cristallin de la belle Djamilienne qui les accompagna le long du chemin du retour.




********************************
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Mar 30 Déc - 22:17

**********************************




Le château de dame Isolde avait trois grands avantages, pour ce qui était d’organiser une réunion comme celle que les rois d’Asgard allaient tenir : le Grand Conseil des Provinces.

D’abord, il était situé de manière idéale : sur le terrain du roi en titre de tout Asgard, et pratiquement à égale distance des autres royaumes, il était desservi par de grandes routes commerciales, en bon état tout au long de l’année, ce qui était plus que l’on ne pouvait en dire de la plupart des routes du pays

Ensuite, il était puissamment fortifié, avec plusieurs enceintes concentriques, à la mode de Normandia. Juste au cas où l’un des rois présents aurait eu l’idée saugrenue d’attaquer les autres rois, histoire de devenir roi de tout Asgard. Certains ont de ces idées, parfois…

Enfin, le château abritait dans son donjon un escalier curieux, œuvre d’un architecte de génie.
Cet escalier était en fait quatre escaliers dans la même cage d’escalier, s’enroulant autour du même centre, mais sans jamais se toucher.
Comme les sorties de l’escalier étaient séparées elles aussi, on pouvait loger quatre délégations dans la même tour, sans qu’elles aient jamais à se croiser ni se rencontrer autrement que dans la grande salle, située tout en bas.
Bien sûr, il fallait souvent que les conseillers se rencontrent en catimini pour aplanir telle ou telle difficultés diplomatique autrement qu’à coups de hache. Il se retrouvaient donc dans cet escalier, chacun sur son propre escalier, et échangeaient leurs propositions de compromis au-dessus du vide. C’est pour cette raison que cet escalier s’appelait « l’escaliers des secrets ».

Tout en bas, se trouvait la grande salle. La salle des banquets et des négociations. Pour cette dernière raison on en avait soigneusement retiré toutes les armes. Et les banquets ne servaient que des plats que l’on pouvait manger avec les doigts.
On n’est jamais trop prudent.

C’était une immense salle aux murs de pierre grise, aux plafonds voûtés, dans laquelle les chants et les cris résonnaient agréablement aux oreilles des vikings. C'est-à-dire que ça faisait un vacarme épouvantable dès qu’on beuglait un peu fort.
La cheminée, immense, pouvait contenir un bœuf entier à rôtir, avec les légumes dans un chaudron à côté.
La table d’honneur avait une place pour chacun des dirigeants d’Asgard, chaque fauteuil sculpté aux armes de son royaume, une place en bout de table pour le maître et la maîtresse de maison et, au centre de la table d’honneur, un fauteuil d’ébène rehaussé de nacre, imposant, inquiétant, celui de l’envoyé des Valkyries.

Dans la salle, s’asseyaient les délégations. Conseillers, gardes du corps et, parfois, reines et concubines.
Les plus proches conseillers des rois se tenaient souvent derrière leur souverain, prêts à lui prodiguer conseils et encouragements, mais allaient aussi souvent dans la salle pour participer aux débats des différentes tables.

Ce soir-là, si Snori allait et venait de la salle à la table d’honneur, Kalisha restait pour l’instant sagement debout juste derrière le fauteuil de son Roi.
Ragnar, en grande tenue de fourrure et de cuir, grand, musclé, l’œil clair, la mâchoire carrée avait tout du roi barbare.
De l’autre côté du fauteuil des valkyries, en pourpoint brodé, se tenait Whilhelm, Duc de Normandia. Les cheveux gris et rares, les rides déjà bien visibles, il gardait un charisme certain, arborant un sourire permanent de ses lèvres fines sous son nez aquilin, les yeux perçants et rusés filtrant sous ses sourcils en bataille.

Près de Ragnar se trouvait Harald, le Roi de Saxland. Ou un ours. Difficile de faire la différence. Gras, barbu, les cheveux longs et grisonnants, habillé de laine grossière et teinte dans des tons vert et bruns, il présentait sans discontinuer au monde une trogne mafflue et peu amène, comme si on venait juste de le tirer de sa sieste.

A côté du Duc de Normandia, se tenait l’envoyé de l’Hansiheim. Vêtu ostensiblement de vêtements exotiques et coûteux, portant autour de son cou un lourd collier d’or, les cheveux plaqués en arrière à la mode du Sud, son visage était orné d’un sourire suffisant et prétentieux qui donnait immédiatement envie de lui coller une paire de baffes, rien qu’en le voyant.

Mais, ce soir, dans la grande salle, on parlait peu. L’atmosphère était électrique et tendue. On attendait l’évènement. L’entrée des Valkyries.
Tout le monde savait qu’elles étaient au château.
Et qu’elles n’étaient pas venues pour faire du tourisme.
Revenir en haut Aller en bas
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Mer 31 Déc - 13:20

Sahar avait laissé les tourteraux rentrer au chateau, pretextant qu'elle devait aller se changer et que toutes ses affaires étaient à l'auberge.
Elle avait eu chaud ! mais heureusement elle avait toujours la perle.
Sinon Jezz l'aurait tuée, écorchée vive, privée de bière, etc etc bref un sort H-O-R-R-I-B-L-E.
Maintenant elle savait qu'il fallait qu'elle arrête de lambiner et se rendre en Sunliao.
La destination était claire dans son esprit.
Tous les enfants qu'elle voyait en flash étaient jaunes et bridés, du coup la déduction était facile
Le problème était qu'elle était coincée ici dans ce pays de barbares, grand blonds et musclés certes, mais quand même !
Bon il fallait qu'elle trouve à se tirer d'ici.
Deux choix s'offraient à elle
Soit elle se cherchait un marin et tentait de le convaincre de l'emmener à Sunliao
Ou alors...moui...c'était peut etre plus sur car les viking semblaient loyals à leur Roi ou alors ils le craignaient assez pour éviter de le contrarier.
Car Sahar avait cru comprendre qu'un viking contrarié était peu commode !
Le deuxième plan lui semblait pas mal, mais elle devait encore reflechir aux détails, et il allait falloir jouer serré

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Freyja

avatar

Nombre de messages : 48
Localisation irl : Dans le Palaisdes Glaces
Points : 36
Date d'inscription : 11/04/2008

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Jeu 1 Jan - 11:30

12.



Dans les appartements qu’occupaient les trois valkyries, c’était les derniers préparatifs avant d’apparaître devant tous les représentants d’Asgard, un moment qui revêtait une grande importance pour toutes les trois. C’est pourquoi elles apportèrent un soin particulier à leur tenue et à leur apparence.

Thrüd avait finalement accepté de laisser son impressionnant casque dans sa chambre. A la place, elle arborait comme ses deux sœurs, une fine couronne d’argent rehaussée d’Onyx aussi noires que le cuir de sa tenue de guerrière. Ses cheveux retombaient sur ses épaules en vagues blondes et brillantes, rehaussant le noir de ses prunelles. Elle avait vivement protesté contre le fait de devoir laisser ses armes en dehors de la salle du conseil, mais Freyja avait calmé ses protestations en lui disant qu’avec sa force, elle n’avait nul besoin de ses armes pour se défendre.

Mais ce que Freyja avait retenu de cette scène entre dame Isolde et sa sœur, c’était que la châtelaine avait paru très mal à l’aise de demander cette faveur à Thrüd, alors que Freyja savait que pour tout autre qu’elles, il était obligatoire de laisser ses armes hors de la salle. Et dans son fort intérieur, la jeune femme avait souri.

Sigrün, elle s’était parée d’une magnifique robe blanche, qui épousait les lignes de son corps gracile, et retombait très bas sur ses chevilles, formant une traîne derrière elle, de telle sorte qu’elle semblait flotter sur le sol, plutôt que de marcher. L’étoffe était tissée de milles perles qui brillaient sous les lumières des chandeliers, donnant une aura mystérieuse à la jeune femme au visage fin et aux grands yeux bleu marine. Et comme les perles de sa robe, l’or de ses longs cheveux, brillait du même éclat, auréolant son visage d’ordinaire si austère, d’une étrange douceur.

Quand à Freyja, elle avait revêtu une robe de lourd velours pourpre dont les pans des manches retombaient aussi bas que les plis de la jupe sur ses chevilles. Les extrêmités des manches et de la jupe, étaient brodés de précieux motifs en fil d’or, et le décolleté orné lui aussi de délicates broderies, était légèrement plus sage que d’ordinaire. A son cou, brillait une pierre au rouge du même éclat que le rubis qui ornait le fin diadème ceignant son front. Et autant les cheveux de ses sœurs étaient d’un beau blond doré, autant les siens étaient d’un noir d’ébène, soyeux et brillant, retombant jusque sur la chute de ses reins.

- Sigrün, tu ne vas pas la prendre avec toi !
- et pourquoi pas ?
- parce que c’est une arme, tout comme ma hache.

Le regard d’un bleu si clair, étincela face au miroir, et Freyja se redressa devant sa coiffeuse, avant de se retourner pour observer sa sœur qui caressait tendrement la tête de la louve blanche.

- Je crois que Thrüd a raison, et elle sera mieux ici plutôt qu’au milieu de cette foule.
- oui, je sais. Il vaut mieux que tu restes ici Dolce.
- Je veillerai sur elle, si vous le souhaitez.

Sigrün jaugea Arvid de ce regard qui en avait glacé plus d’un.

- ça sera plutôt à elle de veiller sur vous.
- venez, je tiens à être à l’heure à ce conseil.

Thrüd et Sigrün hochèrent la tête et suivirent leur sœur dans les escaliers de la tour qui menait jusqu’à la grande salle. Bientôt leur parvinrent le brouhaha des conversations qui aussitôt qu’on les vit apparaître à l’entrée de la salle, s’interrompirent. Les yeux de chacun s’écarquillèrent devant une telle apparition. Toutes les trois formaient le plus fascinant et le plus éblouissant des tableaux. La grâce de leurs gestes, la beauté de leurs traits, leurs atours, en faisaient sans conteste, les reines de la soirée et c’est avec la même déférence que l’on aurait réservé au plus grand des seigneurs que les vikings s’inclinèrent devant elles.

Parvenues jusqu’à la table d’honneur, toutes trois s’arrêtèrent pour saluer les délégations du peuple d’Asgard, d’une légère inclinaison de la tête alors que Dame Isolde venait à leur rencontre. Elle murmura à voix basse pour n’être entendue que d’elles.

- en principe nous réservons le trône d’ivoire au représentant de Valkyrheim, mais comme ce soir, vous nous faite l’honneur de votre présence à toutes les trois, si vous voulez bien siéger de ce côté-ci.
- Dame Isolde.

Freyja l’arrêta dans son élan.

- Nous sommes là en tant que témoins de ce conseil, et non en tant que représentantes du Valkyrheim. Les Valkyries sont là pour assister les seigneurs dans les choix qu’ils feront pour l’Asgard et non pour se mêler de leur politique.
- euh oui oui je comprends bien. Alors quelle est la place qui vous conviendrait ? Dites-moi et vos désirs seront exécutés.

Freyja observa les seigneurs déjà présents, visage impassible, et réalisant qu’elle avait déjà assez retenu l’attention de Dame Isolde, Freyja trancha :

- Nous n’allons pas retarder plus longtemps les débats. Ces sièges seront parfaits..

Et avec cette grâce qui la définissait, elle se dirigea elle, et ses sœurs vers le trône d’ivoire, y pris place en silence, tandis que Thrüd s’asseyait à sa gauche et Sigrün à sa droite, entre les autres seigneurs d’Asgard. Et si ce contretemps l’avait contrariée, elle n’en montra aucun signe. Au lieu de quoi, chacun à son tour, d’un signe de tête, elle salua les seigneurs d’Asgard, s’arrêtant au dernier, au plus imposant, pour le dévisager brièvement, avant de détourner son regard pour ne pas paraître lui accorder plus d’intérêt qu’aux autres. Mais elle avait deviné de quel roi il s’agissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Jeu 1 Jan - 21:40

A l’arrivée des Valkyries, Ragnar s’était levé, comme tout le monde. Mais il avait failli se rasseoir, de surprise, en voyant Thrudd, la guerrière. C’était le portrait craché de l’ambassadrice. C’en était saisissant.

La jeune Djamilienne était plus vive, plus agile, mais la Valkyrie guerrière dégageait une aura de puissance, de force, et d’amour du combat qui ne pouvait que déclencher l’admiration d’un viking. Ca, c’était une femme ! Une avec qui on devait prendre plaisir à se disputer avec violence, et à se réconcilier après avec encore plus de fougue. Une vraie femme viking. Une vraie déesse dont on est fier.

Il y avait aussi une Valkyrie un peu pâlichonne, plus réservée, plus douce, qui n’attira pas plus que cela le regard du barbare, sinon pour qu’il se demande si elle ne devrait pas manger plus de viande rouge et si c’était une Valkyrie tout spécialement destinée aux esclaves. Une Valkyries pour faibles. (oui, les Vikings ne sont pas réputés pour leur clairvoyance : ils jugent souvent au premier regard, au vu des apparences. D’un autre côté, tant que ça permet de faire la différence entre quelqu’un qui brandit une hache dans votre direction et celui qui vous fait passer une bière, ça suffit largement en général à survivre en pays viking).

La dernière, celle qui semblait leur chef, eh bien, autant le dire franchement, elle déplaisait souverainement à Ragnar. Le genre de fille trop gâtée qui passe son temps à mépriser tout le monde parce qu’elle est d’une essence supérieure, le roi viking aurait trouvé ça horripilant au possible s’il avait connu le mot.
Le temps qu’elles s’installent toutes, il avait déjà envie d’être dehors.

Evidemment, l’arrivée des Valkyries jeta un froid. Malgré le discours de soi-disant neutralité de leur chef.
Tout le monde se demandait ce qu’elles venaient faire là, et ce qu’elles voulaient des rois rassemblés. Les vikings se regardaient donc en chien de faïence, les rois concentrés sur leurs doigts ou le plafond, les délégations grattant vaguement un parchemin du bout de la plume ou se curant le nez en essayant de pas faire de trop grosses boulettes à coller sous la table.

Le silence devenant particulièrement lourd, Harald se gratta la gorge inconfortablement, et se servit un verre en essayant de le faire mousser le moins possible.
L’envoyé de la guilde, pas plus à l’aise que les autres, se pencha un peu vers son voisin de droite et lui demanda :
- Et euh.. sinon, ça va les enfants, ça pousse ?
- P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non… , lui répondit le Duc de Normandia.

La chef des Valkyries, hiératique, hautaine, semblait se délecter du malaise qui régnait dans la salle.
La gêne était si palpable qu’on aurait pu la couper au couteau.
Soudain, n’y tenant, plus, Ragnar se leva en frappant du poing sur la table, déclenchant un bruit terrible qui fit sursauter tout le monde de sa chaise.
Tout le monde se tourna vers Ragnar, sauf Freya, qui ne tourna que les yeux vers lui, et se permit l’esquisse d’un sourire.

Bon ! On commence oui ?
On est là pour parler des affaires du Royaume !
Leurs altitudes sont venues nous faire l’honneur de leur présence, qu’elles en soient remerciées par delà Bifrost.
Maintenant, on attaque l’ordre du jour.
Je lis :


Le fait que le Roi savait lire n’était pas encore connu de tous en Asgard et fit grosse impression, encore qu’il eût été difficile de savoir si cette impression était bonne ou mauvaise…

Point 1 : la guerre avec _____________

Ragnar regarda le parchemin une deuxième fois.

La guerre avec qui ?
C’est quoi ces foutaises ?
Revenir en haut Aller en bas
Freyja

avatar

Nombre de messages : 48
Localisation irl : Dans le Palaisdes Glaces
Points : 36
Date d'inscription : 11/04/2008

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Ven 2 Jan - 23:06

13.

Freyja, majestueusement installée dans son siège, observait de son regard vif, cette assemblée soudain si calme. Guères habitués à la présence des Valkyries, les vikings semblaient brusquement privés de parole, mais ce n’était pas les Valkyries qui allaient débuter le débat. Non, chacune le savait, elles s’en tiendraient à ce qu’elles avaient dit avant de venir. Elles étaient là, pour faire acte de présence, en soutien à leur peuple, et parleraient seulement si cela devenait absolument nécessaire. Freyja le savait, l’occasion se présenterait bien assez tôt. Et au contraire du roi viking qui l’avait dévisagé d’un air peu amène, elle se montrerait patiente.

Par contre comme elle l’avait deviné avant même de le rencontrer, ce roi allait devenir un sérieux problème pour toutes les trois. A sa façon de les saluer, malgré toute l’emphase de ses paroles, Freyja avait senti l’ironie. Il les avait balayé comme on débarrasse sa cour de feuilles gênantes, leur faisant clairement comprendre qu’il ne les craignait pas et Freyja commençait à croire qu’elles se trouvaient là face à un athée, un irreligieux… un viking dans sa force brute, mais sans ses croyances, et pour elles, voir un tel roi à la tête d’Asgard, signifierait leur mort.

Freyja songeait déjà à la façon dont elle parviendrait à mettre ce roi à ses pieds quand Sigrün lui murmura à l’oreille, comme il était d’usage de le faire, qu’un roi fut en train de parler où non.

- cet homme ne nous aime pas.
- je le sais ma chère sœur, mais il faudra bien que nous trouvions le moyen de nous faire aimer. C’est ça, ou la mort pour l’un d’entre nous.
- mais pourquoi ne veut-il pas de cette guerre ?
- je ne crois pas qu’il n’en veut pas, Thrüd, c’est juste un moyen de se faire valoir aux yeux des autres rois. Chuut.. écoutons à présent ce qu’il a à nous dire.

Et avec un sourire tranquille, Freyja porta toute son attention au roi de Roskildheim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalisha
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation irl : Auprès de son maître
emploi irl : Génie
humeur : Vive et enjouée
Points : 56
Date d'inscription : 12/07/2008

Feuille de personnage
Affinités: mon maître
Occupation, métier: Génie
Localisation: Dans sa lampe lol

MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   Sam 3 Jan - 14:51

43.

Kalisha se tenait juste derrière le siège du roi, ayant ainsi tout le loisir d’observer chacun des membres présents à cette assemblée. Il était intéressant de noter que malgré tout le sérieux qu’une telle réunion demandait, l’on avait pas manqué de servir de la bière à foison. Il était clair que beaucoup parler, et qui plus est, parler politique, devait assoiffer ces hommes plus habitués à agir qu’à utiliser leur langue, à défaut d’être intelligent. Enfin Kalisha se voyait bénie des dieux, si elle pouvait oser penser ainsi, en étant tombée entre les mains de Ragnar. Car en plus d’être bon amant, attentionné et tendre, il savait faire preuve d’intelligence, ce qui semblait assez extraordinaire dans cette région de ce monde, vu les us et coutumes des vikings.

Comme les autres, elle se montra fort intriguée par la présence de ces Valkyries, fameuses déesses des vikings, sensées les guider à la guerre, les aider à vaincre l’ennemi, et mener ensuite les guerriers mort au champ d’honneur, jusqu’au Walhalla. Mais comme Ragnar n’était pas spécialement porté sur ces contes qu’il disait destinés aux enfants, il ne lui en avait pas dit plus à leur sujet. Pourtant malgré ce qu’il lui en avait dit, et malgré le dédain qu’il affichait envers elle, Kalisha sentit dans leur regard une lourde menace que Ragnar ne devrait pas ignorer. N’était-il pas connu que tout roi assis sur le trône, devrait un jour ou l’autre affronter les plus vils complots, afin de le déchoir de ses pouvoirs ? Dans ce cas, il devait s’assurer l’aide des meilleurs alliés possibles et en ces Valkyries, Kalisha n’en voyait pas de meilleures. A moins de les considérer comme dangereuses et ennemies. Alors laquelle de ces deux options serait plus profitable au roi ? Kalisha se promit de lui en parler plus tard.

Son regard glissa jusque sur les nombreuses délégations dans la salle, et se demanda si finalement, Lady Sparrow avait accepté l’invitation de Ragnar à assister à cette assemblée. Pour l’instant, elle ne la voyait nulle part, mais elle avait appris que cette ambassadrice pouvait réserver bien des surprises. En tout cas, Kalisha était curieuse de voir sa réaction en reconnaissant en la personne de la troisième des valkyries, son parfait sosie..

Oubliant un peu de porter attention à ce qui se disait, elle songea encore, dans un éclair de lucidité que leur ressemblance pourrait peut-être un jour devenir un atout pour le roi… L’idée était à creuser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gjälleborg - La foire totale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gjälleborg - La foire totale
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exposition Japon à la foire de Lyon du 19 au 29 mars 2010
» Foire médiévale de souvigny
» Sortie Foire de Liège 17/10/2010
» Foire de Liège 17/10/2010 - les photos
» Foire du Livre - Brive-la-Gaillarde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Archives :: Archives SAISON 1 :: Archives S1 RP :: Asgard-
Sauter vers: