Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 La Mandragore pendue - taverne (rive droite)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Lun 3 Jan - 11:31

Donatien sourit, il avait aussi connu dans son temps des mercenaires mais ils étaient bien différents de ceux de Cosme.

Les mercenaires ici sont très organisés, rien de barbaresque en effet...

Il se leva et tapota le dos de Mad pour l'inviter à se lever également, d'ailleurs peut-être que sa main traina un soupçon trop longtemps sur son épaule musclée.

En route, ne soyons pas en retard chez Dame Ortie.

Donatien salua Atropa d'un geste de la main et entraina Mad Martigan
Il était encore tôt et c'était l'heure où les rues n'étaient fréquentées que par quelques jeunes bonnes balayant le devant des maisons ou se rendant au marché avec leurs paniers. Les mendiants dormaient assis par terre, capuchon rabattus. Ils croisèrent quelques bandes de gamins qui à la vue de l'épée du mercenaire, s'éparpillèrent comme des volées de moineaux.

SUITE




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Mar 15 Fév - 20:53

AVANT

Donatien était retourné acheter cette splendide robe et en quatre yeux avec la vieille ortie, il l'avait eu à un prix tout à fait raisonnable. C'est donc sans l'amulette et sous sa véritable identité de Sahar que le chef de la Guilde des Défroqués s'installa dans la grande salle de la taverne. Elle avait eu envie de se faire belle, de revêtir cette robe ocre dont la couleur rappelait celle de ses yeux et de brosser ses cheveux qu'elle laissa cascader sur ses épaules. Elle ne portait aucun bijou hormis l'amulette désactivée. Mais maintenant elle se sentait ridicule ainsi au milieu de la taverne avec les regards des clients posés sur elle et l'air réprobateur d'Atropa qui devait veiller à ce que personne ne l'embête. Atropa était aussi ennuyé du fait qu'il avait du mettre le fils de Sahar à une tache subalterne et non pas en salle. Franchement à quoi pensait-elle ?
Les pensées de Sahar auraient pu faire rougir Atropa si celui ci n'avait pas tenu un bordel quelques années auparavant, avant la transformation du Monde et la chute de l'Ile. Le mercenaire avait réveillé sa sensualité endormie depuis plusieurs années et la voleuse n'avait pas envie de refermer tout de suite la boite de Pandore ouverte la veille. Il serait toujours dans quinze jours quand la mission serait terminée, en attendant elle ne faisait de tort à personne n'est-ce pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Mad Martigan
Vikings
Vikings
avatar

Nombre de messages : 75
emploi irl : Mercenaire
Points : 67
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Affinités:
Occupation, métier:
Localisation:

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 20 Fév - 12:13

29.

- Ne t’inquiète pas, je ne te dérangerai pas. Mais il faut bien que je dorme quelque part. Et comme je crains un peu que la garde ne nous recherche toujours.
- Nous ? Je croyais que c’était moi qu’elle cherchait.
- Non… euh moi aussi, ils ont trouvé ta planque, et la logeuse leur a raconté pour moi.
- De toute façon, ils ne viendront jamais jusqu’ici.

Sur ces paroles, Mad poussa la porte de la taverne de la Mandragore, et son regard tomba aussitôt sur la femme de la veille. Il resta un court instant figé, puis ressortit aussitôt en poussant Rool derrière lui.

- Mais qu’est-ce qui se passe ?
- C’est euh…tu ne peux pas entrer pour l’instant.
- Ah bon et pourquoi ?
- Et bien… il y a une fille et…

Rool soupira en croisant les bras, secouant la tête.

- Une fille… j’en étais sûr ! De toute façon avec toi, dès qu’il y a des problèmes, c’est à cause d’une fille. Et donc tu ne veux pas que j’entre, parce que tu ne veux pas que je gâche tes chances avec elle, c’est ça ?

Mad sourit, s’il appréciait autant Rool c’était justement pour son intelligence.

- Oui voilà tu as tout compris !
- Mais tu peux lui dire que je suis un ami.

Mad regarda la tenue que portait Rool, et fit la grimace.

- C’est bon j’ai compris…. Bon je vais visiter un peu la ville, je reviendrai plus tard.
- bonne idée!

Et changeant brusquement d’avis..

- Non attend euh…demande au patron de la taverne, Atropa, s’il peut pas te louer une chambre, il doit bien en avoir encore une.
- Une autre chambre ? Mais je n’en ai pas les moyens moi !! Comment veux-tu que je paie ? Je n’ai plus que ce que je porte sur le dos.

S’agaçant de voir que la conversation s’éternisait alors qu’il n’avait plus que dans l’idée d’aller retrouver la belle à sa table, Mad rétorqua.

- Et bien justement, si tu te trouvais une occupation pour ces prochains jours ? Pendant que je remplirai mon contrat ?

Et sans attendre de réponse, Mad tourna les talons, et revint dans la taverne, se dirigeant tout naturellement vers la jolie blonde à sa table….

- Bonsoir gente dame !

Il saisit sa main et appliqua un baise main, comme le voulait l’étiquette, comme le lui avait appris Rool.

- Tu es très en beauté ce soir.

Et c’est là qu’il se dit qu’il avait déjà vu cette robe quelque part. Mais bon, c’est un détail qu’il rangea bien vite dans un coin de sa mémoire pour se plonger dans la vue du décolleté. Enfin pas trop longtemps quand même. Il revint aux yeux si clairs de la demoiselle.

- Je ne pensais pas te revoir sitôt…. Voilà qui me fait très plaisir.

Et Mad s’assit en face de la belle, tout sourire, et paré pour passer une excellente soirée.

- Et puis peut-être que ça me permettra de savoir enfin ton nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Lun 21 Fév - 14:35

Sahar haussa un sourcil pour signifier sa surprise à son attitude désinvolte. Non pas qu'elle le fut réellement mais elle avait envie qu'il le croit. Elle se demandait s'il était tellement sur de lui à toujours agir en conquérant vainqueur qu'il ne craigne aucun revers ? Aussi bien que son cœur s'était accéléré à sa vue, non d'amour mais d'excitation en prévision d'une nuit de plaisir, ne lui accorda-t-elle qu'un demi sourire quelque peu froid . Elle le vouvoya, petite rebuffade à son utilisation du tutoiement en public.

Ne vous avais-je pas dis que je venais souvent ici ?


Son regard glissa vers Atropa avant de revenir sur Mad, elle se pencha vers lui pour lui confier sur le ton du secret, mais en fait pour lui faire profiter d'une vue plongeante sur son décolleté et les deux globes satinés qui se nichaient dans le corset de la robe.

J'avais une affaire à traiter, ce qui est fait...
Et je me suis attardée pour voir si vous seriez là ce soir


lui concéda-t-elle enfin dans un sourire sensuel. Elle battit deux fois des cils et le fixa de ses yeux jaunes de chatte gourmande, comme s'il était un pot de crème.

J'espère que vous ne me trouvez pas impudente de vous dire cela ?
Je vous offre..un verre ?
Nous trinquerons et je vous dirais mon nom, Monsieur Martigan.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Mad Martigan
Vikings
Vikings
avatar

Nombre de messages : 75
emploi irl : Mercenaire
Points : 67
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Affinités:
Occupation, métier:
Localisation:

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Ven 25 Fév - 18:51

30.

Le vouvoiement le surpris, mais c’était peut-être sa façon de lui faire comprendre qu’en public, elle n’admettait pas les familiarités….. Oh, madame était de haute éducation ? Cela le surprit mais il n’en dit mot, se contentant de se rengorger quand elle lui annonça qu’elle était venue en espérant le voir. Ah ben oui, il y avait de quoi être flatté non ? Seulement avec ce soudain vouvoiement, il hésitait à l’emmener directement à l’étage même si, ce n’était pas l’envie qui lui en manquait. Rien que de la voir, il s’était rappelé leur précédente nuit et si la demoiselle était de noble éducation, au lit en tout cas…..ça se passait de commentaire, son corps parlait pour elle, heureuse chose.

Il sourit niaisement et se prêta à son jeu du vouvoiement, s’il n’y avait que ça pour lui faire plaisir.. une autre image s’interposa… ou autre chose, mais ça pouvait attendre un peu.


- Non, madame en aucun cas je vous trouve impudente…

Mad songea que c’était une bonne chose que Rool soit revenu. Il pourrait ainsi lui demander la signification de ce mot… Souriant à la belle :

- Je vois, madâme est une femme d’affaire, et quelles genres d’affaires vous ont retenu aujourd’hui. Parlez-moi de vous, ma belle, racontez moi vos trépidantes journées, faites-moi partager ces moments qui vous sont agréables. Et nous aurons le temps de boire un verre de vin avant..enfin pendant cette …hum charmante conversation.

Nouveau sourire éclatant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Sam 26 Fév - 16:57

Sahar eut une petite moue souriante, il n'avait pas réagit au fait qu'elle sache son nom alors qu'elle ne s'était pas présentée. Peut-être croyait-il qu'Atropa avait vendu la mèche à son sujet. Elle leva gracieusement la main pour attirer l'attention de la serveuse et eut un geste, qui dans le langage secret et silencieux de la Cité des Voleurs signifiait qu'elle désirait du vin pour sa table.
Il ne fallut pas plus d'une minute à la fille de salle pour amener deux verres en argent et un carafon de vin. Elle posa le tout sur la table et après avoir sourit à Mad, ce qui contraria Sahar qui n'aimait pas qu'on chasse sur ses terres, s'en alla en dandinant de la croupe. Le regard de la voleuse s'assombrit à constater que ce genre de stratagème fonctionnait sur Mad Martigan qui ne put empêcher d'admirer la chute de rein de la serveuse avant de revenir à Sahar. A l'évidence son pouvoir de séduction ne subjuguait pas totalement le mercenaire, elle en ressenti un dépit tout féminin.
Sahar laissa Mad faire le service tandis qu'elle reprenait la conversation en cours, et elle dit assez mesquinement puisqu'elle seule pouvait comprendre le double sens et le coup de griffe au mercenaire volage.


Rien de bien excitant je le crains.
J'ai du m'occuper de la gestion de mon petit personnel.
Ce n'est pas toujours chose aisée vous savez.
Le recrutement est une chose délicate, on croit tomber sur une perle rare mais parfois la déception est au rendez-vous.

Heureusement pas toujours...

et vous ? A quoi avez vous occupé votre journée ?
Avez-vous visité Belladonna ?
La ville vous plait-elle ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Mad Martigan
Vikings
Vikings
avatar

Nombre de messages : 75
emploi irl : Mercenaire
Points : 67
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Affinités:
Occupation, métier:
Localisation:

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 27 Fév - 18:48

31.

Son petit personnel ? Mad l’observa soudain d’un œil neuf. Avait-elle un titre de noblesse ? Elle gérait une importante affaire peut-être, dans ce cas, elle devait être riche ? Oh tout ça devenait des plus intéressants et Mad se promit de se pencher sur l’affaire, après s’être penchée sur elle. Sourire idiot à cette pensée…

- Ma pauvre chérie, vous semblez avoir des journées bien remplies. Peut-être auriez-vous besoin d’un peu de détente à présent ?

Mais n’ignorant pas la question qu’elle lui avait posée, il l’éluda rapidement.

- Hum oui sympa comme ville, mais disons que moi aussi quelques affaires de la plus haute importance ont retenu toute mon attention. Je n’ai donc pas eu le loisir de visiter beaucoup. Le boulot c’est le boulot. Nous avons tous deux d’importantes obligations on dirait. Et moi aussi j’aurai bien besoin de me changer les idées, de me détendre…hum… je sens que mes muscles sont particulièrement tendus..

Regard appuyé, tandis qu’il saisissait sa main pour en embrasser la paume… Bon elle allait l’aguicher combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 27 Fév - 19:31

Le problème du corridor de sang, c'est qu'il créait un passage entre deux personnes souffrant de la même blessure. Ma façon de frapper au cou est assez particulière et j'avoue que j'espérais que cela m'attire dans une ruelle sombre. C'est une méthode d'assassin, de la nuit.

Bon, c'est vrai que j'aurai pu aussi finir au milieu d'un champ de bataille. Encore une fois, j'aime ce sortilège, mais il est dangereux. J'avais envisagé un temps de m'en servir pour quitter Orkhôn, mais il y a tellement de victimes par jour que je ne faisais qu'atterrir un peu plus loin, un peu plus près de la forteresse de mon père à chaque fois. J'étais même apparu une fois en plein milieu d'une de ses séances de torture. A son grand déplaisir d'ailleurs.

Comme d'habitude, je sors de ce sort avec le goût du sang en bouche et une certaine désorientation. J'entends des voix surprises s'exclamer, mais je ne les comprends pas. Il me faut quelques dizaines de secondes pour que mes sens se remettent de cette extension de mon être dans une dimension particulière.

Oui, c'est dangereux, mais je viens juste de quitter mon Antre du Mal, où tous ces pauvres minables ont dû périr. Je suis encore avec beaucoup de puissance, mes boucliers actifs. Je ne crains donc rien ni personne.

D'ailleurs, quand les premières lames tentent de me transpercer, et qu'elle se transforment en choses incongrues, comme des râteaux, des pelles, ou encore des serpillières, affaiblissant cependant mon bouclier entropique qui se décharge à chaque usage, je sens que je suis pas vraiment bienvenu.


Enfin mes sens se fixent et je peux observer autour de moi. Un sombre cachot, humide, et un prisonnier qu'on a voulu faire parler. Mais voilà, à trop lui presser la gorge avec des ongles noirs et sales, et le sang a jailli, m'ouvrant le passage.

Messieurs, je suis Mhyédabur, fils du Seigneur Sombre, Passeur de....

Ta gueule connard ! T'es rien ici, autre qu'un futur mort ! Merde, qu'est-ce qui te prend de venir ici, dans les sous-sols de la Main Gauche ?


Ah non. J'admets tout ce qu'on veut, mais s'il est une chose que je ne supporte pas, c'est l'impolitesse... D'un geste de la main, tendue vers l'impudent, je lance une extraction d'os. J'entends ses hurlements tandis que, un par un d'abord, puis en masse, son squelette se fraie un chemin à travers ses muscles et sa peau pour finir par se dresser devant moi, à mes ordres. Je ne me souviens pas à quel moment le sinistre individu en est mort. Les autres ont ouverts des yeux grands comme des soucoupes et, tandis qu'ils s'enfuient, je fais un vague signe dédaigneux au squelette, qui s'attelle à la mission que je viens de lui donner : les pourchasser et les tuer. J'ai des doutes quant à son efficacité, mais pour le moment, il bénéficie de l'effet de terreur de mon sort.

Invisible ?

Oui, maître... répond une petite voix, qui, après un hoquet, vomit quelques morceaux de chair de la jeune serveuse. Tiens. Il faudra que je me souvienne qu'il ne supporte pas les élongations dans d'autres dimensions, la prochaine fois qu'il m'insupporte.

Bien, nous y allons. Tâchons de trouver un endroit où nous reposer, boire et manger. Surtout, un endroit calme où le mal n'est pas présent. Le Vrai Mal, bien sûr. J'ai besoin de perdre mes oripeaux et de redevenir comme eux. La Gardienne doit perdre ma trace depuis ici...

Oui, Maître...

J'entends ses petites griffes sur les dalles, et je le suis. Bien sûr, je dois me calmer, cesser ici d'être ce que je suis. J'organiserai cependant quelques rituels encore, pour que la Gardienne croit que je me suis attachée à cette ville. Mais entre temps, quand je sentirais mon pouvoir disparaître, je disparaîtrai aussi pour gagner le premier lieu de mes exploits à venir.
En attendant, restons sur nos gardes et tâchons de savoir où nous avons fini par parvenir...





Après trois morts, six portes que j'ai du détruire, puisant dans mes pouvoirs malgré mon souhait de conserver encore un peu de puissance, et un long dédale de souterrains, nous voilà parvenus à un escalier qui nous a menés à une réserve.

J'entends les bruits caractéristiques d'une cuisine, et surtout le son régulier de quelque musique. Une auberge ? Mais serais-je devenu chanceux ? Exactement ce dont j'avais besoin. J'attends qu'un commis vienne chercher quelque marchandise et je le tue rapidement, sans bruit. Je le saigne en plusieurs endroits pour que son sang perle d'exquise manière et après quelques passes, je ressors avec, dans les mains, les Rubis de Sang. Ils tiendront une lune complète. Ensuite, ils redeviendront ce qu'ils étaient. Mais voilà qui va assurer mes prochains jours.
Et à moins de tomber sur un connaisseur de la Magie du Sang, je ne risque pas qu'il le découvre. Sauf à tremper ces rubis dans le sang même du jeune garçon. Je me hâte alors de le jeter au bas des escaliers, de verrouiller la porte, puis, avisant une fenêtre, je sors dans la ruelle attenante.

Invisible. Je vais entrer dans cette auberge et tu vas me suivre. Tu te trouveras un perchoir d'où tu veilleras sur moi. Et ne t'avises pas de me forcer à te parler, car je te rappelle que j'ai encore mes pouvoirs.

Je ferais selon vos désirs Maître... Mais... Serait-il possible de penser à me conserver quelques morceaux de viande...


De la viande ? Pour toi ? Non, tu te contenteras des rats et des araignées qui doivent pulluler dans les soupentes...

Puis, remettant un peu d'ordre dans mes vêtements. Bon, sans doute que mes vêtements imprégnés de sang vont surprendre, mais dans le fond, je suis dans un lieu qui doit avoir l'habitude. Tout est question d'histoire à raconter. Je me drape cependant dans ma cape. Je n'ai pas envie d'attirer plus l'attention dans ce lieu que ma prestance habituel ne le fait.

Enfin, j'entre. Un rapide tour d'horizon me montre ce qu'il y a de plus commun dans une auberge, sauf que les surveillants ont l'air plutôt renfermés, forts et sans doute efficaces. Enfin, contre moi, ce soir, ils seraient balayés. Mais ce n'est pas le but, non ? Oui, un peu de relents de Mal, mais sans excès. Il ne faudra pas que je reste, mais pour m'entretenir cette nuit et demain, ce sera suffisant. Ensuite mon regard sombre croise celui d'une jeune femme et d'un homme, qui se livrent visiblement au jeu de la séduction.

Un bien plus intéressant spectacle que celui du pauvre troubadour sur la scène. J'ai eu ma dose de sexe, mais observer la dérision de la séduction, voir comment s'y prennent ces humains. Intéressant sans doute.

Je me dirige donc vers une table proche, en arrière d'eux, pour les avoir dans mon champ de vision, tout en pouvant observer la porte, le bar et l'estrade.


Je sens que la soirée va être bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 27 Fév - 19:35

Sahar fut amusée par la nouvelle lueur d'intérêt soudaine dans la pupille du séducteur, lueur toute vénale à n'en pas douter.
Le baiser sur la paume lui procura de délicieuses sensations, faisant hérisser sa chair qui n'aspirait qu'à gouter d'avantages des mains expertes de Mad et pointer ses seins sous le velours largement échancré de la robe.
L'envie de monter dans la chambre assouvir le désir qui la tenaillait se fit présente mais elle voulait aussi prolonger le jeu.
Elle se laissa quelques secondes pour faire redescendre la pression qui lui laissa la bouche sèche.
Alors elle jeta un regard à Atropa et lui demanda quelque chose d'un geste subtil qui pourrait passer pour une mimique naturelle à qui ne serait pas familier au langage des voleurs.

Vous n'avez pas visité la ville ?
Comme c'est dommage !
Il vous faut un guide !


Elle se leva, tenant sa main entre la sienne

Venez, nous allons remédier à cela tout de suite.
Visite de Nuit.
Vous allez découvrir la face cachée de Belladonna


Elle l'entraina vers la sortie.
L'air était doux même à cette heure, il faisait rarement froid dans le Sud de Cosme. Seul l'air marin pouvait parfois donner un peu de fraicheur à la ville.
Comme elle sortait, un fiacre noir sans blason s'arrêta devant la porte.

Venez !

Le cocher, qui avait franchement une tête patibulaire de voleur des bas fonds, descendit leur ouvrir et l'aider mais elle le devança et grimpa souplement le marchepied malgré l'encombrante robe.
Elle s'installa sur la banquette laissant celle d'en face libre pour Mad.
Une fois les passagers installés, le cocher remonta sur son siège et Sahar dit brièvement

Au belvédère !

La voiture s'élança sur les pavés. La lune pleine filtrait par la fenêtre du fiacre éclairant la scène dans la voiture de ses doux et pâles rayons.

http://liberty-human.meilleurforum.com/t668-les-falaises-abord-de-la-ville#13881


_________________


Dernière édition par Donatien le Jeu 3 Mar - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 27 Fév - 19:48

Et bien, me voilà bien déçu.

Le couple était à la fin de son jeu de séduction et la belle entraine déjà le chevelu vers l'extérieur. Cela me laisse le temps de glisser un regard connaisseur sur ses formes. Plutôt sympathique, mais un peu trop vieille pour moi. Quoique... Elle a l'air d'être de la haute, si j'en crois le carrosse que je vois...

Bah, peu importe. J'ai eu tout mon saoul ces quinze derniers jours. Mes sens sont apaisés. Enfin, mon sexe l'est. Il me reste à apaiser ma faim et ma soif. Et ça tombe bien, car une serveuse enveloppée, mais néanmoins avenante, vient prendre commande. Oui, elle aussi a de la chance que je sois bien luné ce soir.

Sans doute parce que je savoure la pleine réussite de mon plan, et que je maîtrise enfin mieux les conséquences de mon éloignement d'Orkhôn.

La partie ne fait que s'engager, mais chaque petite victoire est un pas en avant. Surtout quand il permet de leurrer la vigilance du Sage. Enfin, c'était facile, là. Il me faudra sûrement être plus inventif après ma première véritable action d'envergure.

La serveuse me regarde avec des yeux étonnés au fur et à mesure que j'étrenne mes volontés.

Vous attendez du monde ?


Non, c'est pour moi tout seul. J'ai fait un long voyage. Et voyager donne faim et soif.


Euh... Vous avez ce qu'il faut pour payer, parce que cela fait beaucoup.

Je sors alors un des rubis que je pose sur la table. D'abord, je crois que c'est la pierre qui la fait me regarder bizarrement, puis je m'aperçois que mes manches de chemises sont pleines de sang.

Je pose vite une deuxième pierre.

Je cherche aussi quelqu'un pour me trouver du linge propre à ma taille et pour s'occuper de celui que je porte, dans la plus grande discrétion bien sûr. Les longs voyages sont toujours dangereux.

Elle hésite, puis s'empare des deux pierres.

Je m'occupe de vous, pour la nourriture, la boisson et les vêtements. En toute discrétion, bien sûr.

J'en suis fort aise, jeune fille...

Mon sourcil interrogatoire lui fait entrevoir une ouverture.

Lucille, Monseigneur...

Et elle me met même un titre de noblesse en prime. En même temps, il n'y a pas beaucoup de clients qui doivent payer rubis sur ongle.

Et bien, j'étais déçu par le départ du couple, mais me voilà de nouveau revigorer. Cette petite sera ma première victime dans cette ville, parce qu'elle me plaît vraiment beaucoup. Laissons-là venir tenter de me séduire et rendons-lui son jeu. Ce sera facile, mais pas déplaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: provisoire   Jeu 3 Mar - 7:52

Je dirais que jusque-là, tout se passait bien.

Jusqu'à ce que je vois la serveuse me pointer du doigt, un grand homme plutôt solide mais à l'air fâché à ses côtés. Je comprends que ce monsieur a du découvrir ce qui s'était passé dans les souterrains m'ayant menés ici.

D'ailleurs, après un geste presque invisible, je vois les gros bras de la taverne commencer à bouger tandis que le bougre vient devant moi, les bras croisés. S'il se met d'emblée en opposition, cela ne va pas faciliter le débat...

Comment qu't'as dit que tu t'appelais ?

C'est vrai. J'ai commencé à donner mon nom dans le souterrain avant de devoir me faire plus direct. Quelqu'un a dû l'entendre. La raison hurle dans mon oreille que je devrais en inventer un nouveau vite fait. Mais je ne serais pas différent du Sage si je devais ne me fier qu'à la raison. Et puis, je me dis qu'il faut bien allumer un phare pour forcer la Gardienne à venir ici, pour mieux la perdre. J'ai déjà mon idée. BouBou sera mon piège, mon vinaigre pour la sale mouche ailée. Mais avant, un peu d'agitation et de puissance lui montreront où je suis. Ensuite, ce sera un petit jeu du chat et de la souris qui ne me déplaira pas.

Mais revenons à ce grossier personnage.

Je suis Mhyédabur, fils du Seigneur Sombre, l'Exilé qui a vaincu les Gardiennes de Thémis, le Passeur de la Porte Interdite.


Je vois que ma présentation fait son effet. Il ne me reste qu'à enfoncer le clou.

Es-tu sûr de vouloir avoir des ennuis avec moi ?


Il ne prend pas le temps de répondre et se recule, ce qui semble être le signal pour que ses sbires se lancent contre moi.

Je me lève brusquement, renversant ma chaise, saisis une poignée de rubis que je jette au sol en parlant le Parler Sombre qui fait s'assombrir les lieux. Juste ce qu'il faut pour que les mastards hésitent. Alors qu'ils touchent le sol, les rubis se déforment et des créatures flasques, rouges sang, se dressent désormais autour de moi. Sans un mot, sur un geste de ma part, elles se précipitent vers les sbires et se jettent sur leurs têtes.

Le reste n'est pas beau à voir tandis qu'elles utilisent tous les orifices de leur visage pour pénétrer dans leur corps. Leurs hurlements se transforment en glouglou tandis qu'ils tombent au sol et se noient dans du sang pur. Puis, quand ils sont morts, leur tête glissant vers le côté, ce trop plein de sang se répand en flaque immonde.

J'adore ce sort.

Je me dirige alors vers le tenancier qui recule, blafard à présent. Mais avant...

Invisible. La serveuse. Trouves-la et fais-la m'attendre.

Le tenancier, tétanisé me regarde comme si j'étais la mort en personne m'avançant vers lui. C'est peut-être ce que je suis d'ailleurs. Mais pas pour lui ce soir. Ce que j'ai fait n'a d'intérêt que si je l'utilise pour répandre ma diversion. Nul doute que la Gardienne viendra l'interroger.

Je m'arrête à quelques centimètres de son visage, ayant pénétré sa sphère personnelle plus qu'il ne l'aurait voulu.

Je le répète, je suis Mhyédabur, le fils du Seigneur Sombre, l'exilé ayant passé la Porte Interdite, Némésis des Gardiennes de Thémys. Je marche sur le Continent pour vous faire comprendre les souffrances incommensurables qu'impose celui que vous appelez le Sage à mon Peuple. J'ai été condamné avant même ma naissance par celui que moi j'appelle le Fou Absolutiste et que vous révérez. Et bien, puisque vous lui avez laissé le soin de juger les Exilés, je m'octroie le droit de juger les Continentaux en retour. Mais toi, tu vivras, pour raconter aux autorités que la pire des choses vient d'arriver dans leur ville : moi. Moi, le Juge Suprême. Et je ne vais pas tarder à égrener mes condamnations...

Puis, je tourne les talons et me dirige vers l'arrière cuisine où avait disparu la serveuse dès le début de l'altercation. A la porte, je me retourne vers l'aubergiste.

Ta cuisine et bonne. Je reviendrais.


Puis, j'entre dans la cuisine, désertée, sauf par la serveuse. Je la retrouve avec une casserole, en train de fouetter l'air, tandis qu'une voix moqueuse souligne chacun de ses échecs.

Non, je suis plus haut, petite sotte... Ooohhh... Le Maître arrive. Il vient te chercher...


Elle se fige. C'est curieux comme la nature humaine les pousse à être profondément conscient du moment où leur fin est arrivée, où il n'est plus utile de s'agiter.

Je lui prends un poignet et la force à me regarder. Les yeux pleins de larmes me supplient silencieusement de la laisser en paix. Indirectement, j'y réponds.

Moi aussi, j'aurai voulu la Paix. Le Sage ne me l'a pas accordée, pourquoi ferais-je preuve de plus de clémence ? Tu vas me suivre, sans que j'ai besoin de me fâcher ou d'utiliser de Sombre Magie contre toi. Mais avant, peux-tu me dire où nous sommes ?

Elle balbutie. J'aime quand on se trouve dans cet état devant ma toute puissance.

Cosme, Monseigneur... Cosme... Et nous sommes à Belladonna, une des plus grandes et belles cités de ce pays... Je vous en supplie... Je ne pouvais pas ne pas lui dire...

Oui, certes, tu ne pouvais pas. Mais moi, je ne peux pas ne pas te juger non plus. Acceptes donc cette évidence. Et si tu dois en maudire quelqu'un ou un Dieu, maudis donc le Sage. Tout cela arrive par la faute de son manque de jugement.


Et, sentant des complications éventuelles, je tends ma main et lui touche le front où je dessine un symbole à l'aide du bout de mon ongle. Quand le sang apparaît, elle tombe, mais je la rattrape avant qu'elle ne touche le sol.

Voilà, elle est endormie pendant quelques heures. Le temps que je me trouve un lieu digne de moi. Belladona.... Mon père m'en a parlé.


Je crois que je vais adorer cette ville ! Elle est idéale pour continuer mon œuvre, ma diversion.

Il ne me reste plus qu'à répondre à une seule question. Je charge le corps de la jeune fille sur mon épaule.

Invisible ! Pars devant moi pour t'assurer que je peux marcher tranquille.

Oui, Maître... Maître ? Pourrais-je avoir ses morceaux de choix ?

Je ne lui réponds pas, et sors par l'arrière de la taverne. Oui, donc, une seule question.

Rive droite ou rive gauche ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Nombre de messages : 52
Points : 54
Date d'inscription : 20/10/2008

Feuille de personnage
Affinités: tout le monde et personne
Occupation, métier: A votre service
Localisation: Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Ven 4 Mar - 22:38


Rool Franjean

Rool ne s’était en fait pas beaucoup éloigné. Il avait faim et il se disait qu’il ne devrait pas trop attendre pour réserver une chambre dans cette auberge. Il resta donc devant la taverne et glissa de temps en temps un coup d’œil par la fenêtre, avisant la femme qui semblait accaparer toute l’attention de Mad. Ah ben voilà la fameuse, se dit-il. Combien de temps allaient-ils rester là à discuter ? Le troubadour soupira, ils allaient roucouler toute la soirée pendant que lui, ça serait son estomac qui roucoulerait. Peut-être qu’il pourrait passer par derrière pour voir l’aubergiste ? Peut-être que pour un pauvre bougre comme lui, déguisé en moine, ils auraient pitié et le cuisinier lui servirait un bon repas chaud ?

Et tandis qu’il rêvassait, il vit le couple s’enfuir pratiquement de l’auberge, grimpant dans un fiacre qui venait de s’arrêter là. Il entendit la fille demander au cocher de les emmener au Belvédère et resta là à regarder le fiacre, jusqu’à ce qu’il eut disparut à l’angle de la rue. Bon et bien il allait pouvoir réserver sa chambre et surtout oui surtout, il allait pouvoir manger !

Rool entra donc dans l’auberge et demanda à voir l’aubergiste. Il avait encore quelques maigres économies sur lui, mais pas de quoi tenir plus de trois ou quatre jours. Il annonça d’emblée être un ami de Mad Martigan, ce à quoi l’autre ne réagit pas… Il n’avait pas l’air de le connaître, laissant Rool perplexe. Jusqu’à ce qu’il lui décrive le personnage et là Atropa sut de suite de qui il parlait.
Une fois la chambre réservée, Rool s’installa donc à table, et attendit la serveuse.

Ce n’est qu’une fois passée la commande, tandis que les fumets venant de la cuisine le mirent encore plus en appétit que soudain tout tourna au cauchemar…
Rool observait les clients dans la salle quand quelques fiers à bras, abordèrent un personnage installé à l’une des tables. Le troubadour avait remarqué les vêtements tâchés de sang et avait fait une grimace réprobatrice. Tout de même, après un combat, il aurait pu se laver celui-là ou se changer, se présenter ainsi à la table d’une auberge, c’était à son goût, un peu déplacé.

Mais Rool ravala aussitôt ses pensées quand l’inconnu se présenta d’une façon des plus étranges, et se redressa soudain, avant de lancer des pierres rouges au sol qui si l’instant d’après ne se seraient pas transformées en quelque chose d’absolument innommable, Rool aurait parié sur des rubis.

Il en resta bouche bée devant l’horreur de la scène, pâle, trop paralysé par la peur pour songer à fuir, alors qu’une voix lui hurlait de prendre ses jambes à son cou. L’homme avait tué ces gens en quelques instants seulement, et à présent il ne restait plus que du sang sur le sol, juste du sang et rien d’autre. Il avait du invoquer la magie pour parvenir à faire une telle chose, mais Rool ne connaissait pas de magie assez puissante pour faire ça !! Pourtant il en avait appris des choses en dix ans, mais là, ça dépassait tout ce qu’il avait entendu. Non jamais il n’avait vu tel sortilège.

Pourtant malgré la peur qui lui tordait les entrailles, il retint les paroles prononcées par l’auteur de ces atrocités. Yeux écarquillés, Rool le regarda s’éloigner vers l’arrière salle. Allait-il revenir ? Allait-il revenir pour achever ce qu’il avait commencé et tuer tout le monde ? Tremblant, Rool attendit quelques instants, puis aussi brusquement que l’autre s’était levé, il détala comme un lapin sans demander son reste, oubliant sa faim, soulevant sa bure pour ne pas se prendre les pieds dedans.


>> suite sur la falaise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Sam 5 Mar - 11:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karayan
Amazones
Amazones
avatar

Nombre de messages : 98
Points : 45
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Lun 7 Mar - 20:28

<< avant 10.



Karayan avait été la première surprise de « sentir » cette aura maléfique aussi vite. Elle craignait d’avoir à parcourir Liberty Human dans tous les sens et ce pendant des semaines avant de retrouver la trace de cet être démoniaque mais….. elle l’avait senti, aspirée vers le sud par une force presque magnétique. Son désir de vengeance avait crû, et avec lui sa capacité à le tracer où qu’il soit. Et pendant qu’elle fonçait vers le sud, elle craint qu’il n’ait à nouveau commis le pire. Était-ce pour ça qu’elle avait su le repérer aussi vite ? Parce qu’il avait encore enfreint toutes les règles de Liberty Human ? Il fallait qu’elle se dépêche, il fallait qu’elle intervienne à temps. Elle était gardienne de Thémis, et c’était à elle désormais qu’il appartenait de faire respecter l’ordre à cet exilé qui se prenait pour un dieu.

Déterminée, elle parvint au milieu d’une ville florissante à l’architecture très élaborée. Cosme, oui c’était ça, la nouvelle Vestalia, après la chute des Vestales, un gang de voleurs avait pris le pouvoir mais faisant respecter l’ordre suivant les règles établies par le Sage. Alors devait-elle être étonnée de le trouver là…
Trouver, le mot était un peu trop ambitieux. Il était là, elle le savait, mais pour l’instant, elle sentait juste qu’il fallait qu’elle entre dans cette taverne.

Alors Karayan poussa la porte sans douceur, entrant dans ce lieu à la fois mélange de civilité et de douce dépravation. Cosme ou le charme de la cité des vices.
Et si la taverne était dans un bel état d’agitation suite au passage de Mhyédabur, tous se figèrent en voyant entrer la gardienne de Thémis. Car même si la gardienne avait replié ses impressionnantes ailes blanches dans son dos, elle ne pouvait les cacher entièrement et là n’avait même pas cherché à se faire discrète. En tenue de guerrière, protèges poignets, tibias, bottes, ceinturon et baudriers pour porter ses armes, ainsi que le carquois sur le flanc, bustier cuir et oui une jupe du même cuir brut, pour cacher quand même le principal, son arrivée ne pouvait qu’être remarquée.

Elle avança vers l’homme dont le regard lui disait qu’il était le gérant de ces lieux.

- Que s’est-il passé ici ? Demanda-t-elle en le fixant de son regard incroyablement limpide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karayan
Amazones
Amazones
avatar

Nombre de messages : 98
Points : 45
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Mer 9 Mar - 22:19

11.

L’homme lui dit s’appeler Atropa, et lui raconta qu’un homme était arrivé dans la taverne et avait tué plusieurs de ses amis, sans aucune raison ou peut-être parce qu’il savait qu’ils avaient découvert qu’il était un assassin. Karayan lui demanda une description même si elle était sûre d’avoir affaire à lui, ce que le dénommé Atropa confirma. Il s’agissait bien de Mhéydabur.

- Qu’allait vous faire, lui demanda l’homme.

Karayan le dévisagea, avec toujours ce même regard intense.

- Il faut que je le retrouve.
- Oui, ça me parait évident. Qui est-il ?
- Un exilé et je dois le ramener à Orkhôn.
- Je vois… vous êtes donc une gardienne de Thémis.

Elle hocha la tête même si il s’agissait plus d’une affirmation que d’une question...

- Comment allez-vous faire pour le retrouver ?

Elle resta silencieuse un instant, cet homme l'agaçait avec toutes ses questions… Elle pouvait chercher à sentir cette aura maléfique qui lui avait déjà permis de le retrouver une première fois, mais elle craignait de perdre trop de temps et puis, elle sentait qu’elle pourrait se faire un allié de ces habitants dont elle sentait la colère et l’envie de se venger. Oui, ça elle le sentait bien.

- Je sais toujours le retrouver, mais il faut que je le retrouve très vite avant qu’il ne recommence.
- Recommencer ?Ce n’est donc pas la première fois?

Elle le regarda…

- Non loin de là… il peut faire pire que ce qu’il a fait ici ce soir, bien pire, il va s’en prendre à vos femmes, à vos enfants. Vous êtes en danger et plus vite je l’aurai retrouvé plus vite vous serez tranquilles.

Elle sous-entendait clairement que l’aide d’Atropa et des siens ne serait pas de trop pour prendre l’exilé au piège. Oui !
Et si elle inversait le jeu ?
A cet instant personne n’avait encore découvert la disparition de la petite serveuse….

- Je ne connais pas bien cette ville. Il va chercher à … s’installer quelque part, un coin en retrait, un endroit peu fréquenté où il pourra commettre ses crimes sans être ennuyé. Un endroit qui ressemblera bientôt à l’enfer sur terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Mar 15 Mar - 18:24

<< avant sur les falaises

A peine le fiacre arrêté, Sahar sauta du banc et entra comme une furie dans la taverne, dans un tourbillon de velours ocre.
Elle poussa un soupir de soulagement en voyant Atropa bien vivant

Atropa !!!
J'ai fait aussi vite que possible dès que j'ai su, tu vas bien ?!!



Ce ne fut qu'ensuite qu'elle prêta attention à la jeune femme ailée qu'elle reconnut tout de suite pour une Gardienne, ce qui annonçait une situation très grave.

Oh, pardonnez moi Gardienne.

Elle montra son amulette et commença

Je suis

Atropa la coupa brusquement

Sahar !
Va chercher Donatien, s'il te plait et vite !!


Sahar se frappa le front, bon sang elle avait failli faire une boulette ! Il y avait encore des gens dans la taverne !

J'y vais tout de suite !
Nous parlerons ensuite !


dit-elle à la Gardienne avant de s'esquiver vers les appartement d'Atropa où elle pourrait se changer et activer l'amulette du Dragon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Mad Martigan
Vikings
Vikings
avatar

Nombre de messages : 75
emploi irl : Mercenaire
Points : 67
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Affinités:
Occupation, métier:
Localisation:

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Jeu 17 Mar - 19:00

36.

Prêt à combattre, vu les avertissements de Rool, comme il l’était à la moindre occasion, c’est donc un Mad tenant son épée à deux mains qui fit irruption dans la pièce principale de la taverne, en gueulant :

- Alors il est où ce démon ???

Rool derrière lui, glissa un œil suspect dans la salle, attendit un instant et conclut vu que les autres semblaient devenus muets.

- Ah ben il est plus là on dirait.

Il retrouva un sourire, mais prudent resta derrière sa porte, jusqu’au moment où il la vit, l’ange descendue du ciel, une merveille, une apparition incroyable. Les yeux écarquillés, il oublia son abri improvisé pour s’approcher.

- Oh un ange…..

Il tomba à genou, toujours habillé de sa bure.

- Il m’a entendu ! Je ne pensais pas que ça serait si rapide. Merci mon dieu ! S’exclama-t-il.

Mad qui cherchait sa mystérieuse toujours inconnue des yeux , se demandant brusquement où elle était passée, oublia ses préoccupations, préférant mille fois mater le bel ange qu’il avait face à lui, tout aussi stupéfait que Rool.

- Fichtre, fut tout ce qu’il trouva à dire.

Puis après avoir raccroché sa mâchoire, il constata avec un large sourire pour l’ange.
- C’est la première fois que j’en vois un. Jamais je n’aurais imaginé qu’un ange soit armé. Et je parie qu’elle sait parfaitement s’en servir la jolie angelette, ajouta-t-il en avisant l’épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 20 Mar - 11:56

Sahar grimpa 4 à 4 les escaliers et s'enferma dans la partie qui servait de logement à Atropa. Il y avait ici toujours des habits pour Donatien.
Elle se changea donc rapidement, troquant la robe de velours chatoyant contre un pantalon de cuir, une chemise, un gilet de cuir renforcé et un large manteau à capuche. Elle n'oublia non plus de s'armer, stylet empoisonnée et dague longue; Même si elle n'aimait toujours pas se battre, aimant trop la vie pour se aller au devant du danger, elle avait du apprendre à se défendre et se protéger et Atropa était un bon professeur.
En dernier elle activa l'amulette d'Illusion et put enfin redescendre.
Approchant vers le groupe, Donatien profita de voir Mad en train de parler à la Gardienne pour appeler Atropa d'un geste et en savoir plus. Il fit son rapport, décrivant précisément et avec concision ce qui s'était passé.

Fait évacuer les sous sols , interdiction de les emprunter jusque nouvel ordre.
Envoie des équipes de ratiers traquer une piste. Mais qu'ils se déplacent par deux et ne prennent aucun risque.
Mets les mendiants aux aguets, je veux savoir où se cache ce fils de pute.
Tout mouvement suspect doit nous être rapporté, un type comme ça ne s'évanouit pas dans la nature dans laisser de trace.
Contacte les Noirs Corbeaux et passe leur info qu'un tueur hors contrat chasse sur leurs terres.
Renforce la Garde du Conseil pour les maisons Nobles


Le chef de la Guilde des voleurs s'approcha alors de la Gardienne, son médaillon donné par le sage bien en vue. Il y avait de forte chance que la Gardienne perçoive l'illusion aussi Donatien tacha-t-il de prendre les devants.

Bonsoir Gardienne.
Je suis Donatien, chef des Défroqués.
Avons-nous affaire à un démon ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Karayan
Amazones
Amazones
avatar

Nombre de messages : 98
Points : 45
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 20 Mar - 15:29

12.

Karayan dévisagea la jeune femme qui venait de la saluer et la regarda se retirer aussitôt. Derrière elle surgit un premier homme qui semblait vouloir en découdre avec le démon, mais de cette manière il n’irait pas loin. Puis l’homme d’église s’agenouilla devant elle, mais en croisant son regard, Karayan sut qu’il n’était pas ce que son vêtement disait, et pourtant en lui parlant, il était des plus sincères. Elle ne fit aucun commentaire à ses paroles, connaissant la légende des gardiennes bien avant la création de ce monde. Quant au premier, s’il continuait, elle allait lui montrer comment en effet, elle savait se servir de ses armes.

Et c’est là qu’entra en scène un quatrième personnage. Sentant l’autorité qui émanait de lui, Karayan chercha son regard, attendant que le tavernier termine son rapport, ignorant désormais les deux autres.


- Bonsoir Gardienne.
Je suis Donatien, chef des Défroqués.
Avons-nous affaire à un démon ?


Karayan plissa les yeux observant la tenue de Donatien avant de croiser ce regard si clair presque jaune. C’était la femme qui était entrée tout à l’heure. Pourquoi s’amusait-elle à se déguiser en homme ?? Aux yeux de la gardienne et ex amazone, cette volonté de déguisement masculin était incompréhensible. Mais elle n’était pas là pour analyser le comportement humain. Et en tant que chimère, elle en avait oublié toute formule de politesse. Seul son objectif lui importait.

- Oui, le pire qui soit, fils du seigneur maudit, et manipulateur de magie sombre, il a déjà enlevé enfant et jeunes filles en Summéria pour commettre des crimes innommables, il a trahi l’une des nôtres et a abusé d’elle sans aucun remord. Je crains qu’il ne continue ici, dans votre pays. Il faut que je le retrouve très vite pour le ramener en terre des exilés où il sera jugé.

Et là elle dit quelque chose que jamais elle n’aurait pensé pouvoir dire un jour.


- J’ai besoin de votre aide pour le retrouver avant qu’il ne recommence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Mar 22 Mar - 19:24

Donatien hocha la tête

Nous vous aiderons bien sur.
Grâce au réseau, nous devrions assez vite apprendre où se cache l'individu.
Tout se sait très vite ici et il n'a pas l'air du genre à passer inaperçu.
Croyez vous que nous ayons une chance de récupérer celle des nôtres qu'il a enlevée ?


Donatien avait posé la question par acquis de conscience, sans grand espoir d'avoir une réponse positive
Atropa intervint confiant à son tour ses craintes

Oui nous pouvons le trouver assez vite mais nous sommes impuissants contre la Magie...
Et j'ai vu de quoi il est capable.
Il a déjà fait des morts parmi nos rangs dans les souterrains et ici


La Magie...
A moins de faire appel aux De Vinci.
Mais oui ! ca pourrait même permettre de le localiser plus rapidement !


Vu la tête d'Atropa, il ne pensait pas que c'était une bonne idée, les sorcière De Vinci étaient craintes pour leur Pouvoir.

Je vais me rendre chez les Jocondes, voulez-vous venir avec moi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Karayan
Amazones
Amazones
avatar

Nombre de messages : 98
Points : 45
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Jeu 24 Mar - 20:50

13.

Karayan regarda l’un et l’autre, écoutant leurs échanges, avant de se tourner brusquement vers la jeune femme aux yeux clairs. L’accompagner ? La gardienne n’était plus habituée à la compagnie, encore moins celle des humains, de ses pairs.

- Connaissez vous un moyen rapide de prévenir votre peuple du danger qui le guette ? Il va faire de nouvelles victimes, assurément ! Et je suis navrée pour votre amie mais si elle se trouve entre ses mains, elle souhaitera bientôt la mort plutôt que de rester en vie après ce qu’il lui aura fait. Le retrouver est une chose, l’empêcher de recommencer une autre. Prévenez, prévenez autant de monde que vous pourrez. Et oui je vous accompagne chez ces gens, mais faites vite ! Chaque instant compte.

Karayan s’écarta pour laisser la jeune femme sortir, prenant son envol à peine avait-elle passé la porte. Elle lança à Donatien :
- Je vous suis, allons-y!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mad Martigan
Vikings
Vikings
avatar

Nombre de messages : 75
emploi irl : Mercenaire
Points : 67
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Affinités:
Occupation, métier:
Localisation:

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Sam 26 Mar - 14:41

37.

Mad haussa les sourcils, en entendant Donatien se présenter, surpris de le voir débarquer aussi à propos. Mais il n’eut guère le temps de poser des questions, l’affaire semblait urgente et Donatien sans plus se préoccuper de la taverne et de ses clients, se dirigea vers la sortie, l’ange armé à ses basques. Rool lui n’attendit pas pour s’élancer à la suite de l’ange et se figea sur le pas de la porte en la voyant prendre son envol.

- Rohh…………. Quel bonheur d’avoir été témoin de cela. Je donnerai plusieurs jours de ma vie pour pouvoir la revoir encore.

Mad baissa les yeux vers Rool qui s’était encore mis à genou. Il frappa derrière le crâne de ce dernier.

- C’est bientôt fini ces conneries ? Vais finir par croire que ta robe t’embrouille l’esprit.

Mais Rool ne l’entendit même pas. Il venait de remarquer une plume qui redescendait doucement dans les airs, et se précipita pour la recueillir entre ses mains, les yeux brillants, perdu dans ses rêves. Mad secoua la tête, c’était sans espoir.

- Bon ben moi j’vais voir si je retrouve ma ….enfin la fille qui ..euh qui était avec moi.

Et Mad retourna dans l’auberge, hélant Atropa qui s’apprêtait à descendre dans les sous-sols.

- Dis-moi l’ami, sais-tu où je peux trouver… cette femme qui t’a parlé tout à l’heure ?

L’autre répondit d’un ton plutôt abrupt. Il avait autre chose à faire que de s’occuper d’un prétendant de Sahar.

- Ouais, tu viens de la rater, elle est déjà partie.
- Partie ? Mais j’étais là et .
- Elle est passé par l’arrière, elle était très pressée.
- RAaah !

Et voilà, Mad venait encore de perdre la trace de cette jeune femme et ignorait toujours son prénom. Il se tourna encore vers Atropa, le retenant par le bras.

- Sais-tu comment elle s’appelle ?
- Elle te le dira elle-même mon vieux.

Et cette fois, il s’esquiva, ne laissant pas l’occasion à Mad d’insister. Ben voilà, elle s’était envolée….

- Bon et qu’est-ce que je fais moi maintenant ?

Peut-être devait-il filer un coup de main à Donatien. Il avait dit qu’il allait voir la joconde.. étrange idée. Il commença par rejoindre Rool toujours figé sur le pas de la porte.

(suite)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donatien
Cosmopolitains
Cosmopolitains
avatar

Nombre de messages : 1467
Age : 43
Points : 665
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: La guilde des voleurs
Occupation, métier: Chef des défroqués
Localisation: La Mandragore pendue

MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   Dim 27 Mar - 14:11


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://epsilon.jdrforum.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Mandragore pendue - taverne (rive droite)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Mandragore pendue - taverne (rive droite)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Cours au Madison (Rive droite LORMONT) Tangomania33
» Cours au Madison (Rive droite LORMONT) Tangomania33
» Cours au Madison (Rive droite LORMONT) Tangomania33
» Les double voies disparues...
» Cours au Madison (Rive droite LORMONT) Tangomania33

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Liberty-Human, un nouveau monde: (RP) :: Cosme :: Belladona-
Sauter vers: