Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 nouvelles du front

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: nouvelles du front   Jeu 10 Mar - 23:58

3

Sa silhouette qui se découpait à contre jour du feu brûlant avec ardeur dans l’âtre, semblait plus impressionnante encore qu’il ne l’était, plus noir qu’il ne paraissait, miroir de ses pensées et de son âme qu’il avait perdue quand il était arrivé en ces terres. Le Seigneur Maudit était figé ainsi depuis des heures. Il était en fait concentré, se tendant vers eux, vers ses serviteurs. Cherchant à savoir s’ils avaient atteint leur but, mais ses pouvoirs ne lui permettaient pas d’aller aussi loin, et c’est pour ça que soudain sa voix gronda dans la pièce, se répercutant jusqu’aux tréfonds de la forteresse.

- Raven !! Ou diable es-tu encore passé ?? Qu’on me l’envoie sur le champ !!

Et dans la forteresse l’armée des serviteurs tremblants et empressés, s’agitèrent de plus belle, murmurant le nom du serviteur de l’ombre noire. Personne ne l’avait vu depuis un certain temps, depuis…. Depuis que le jeune fils du grand prêtre s’était enfui.
Mais depuis d’autres évènements faisaient se délier les langues, une gardienne avait été assassinée et l’on murmurait le nom de Mhyédabur, non sans crainte, celle de subir le courroux de son père ou… non moins pire, le courroux de Mhyédabur lui-même. Bien qu’une autre folle rumeur disait qu’il s’était enfui d’Orkhôn, mais cela était impossible, pas sans être jugé par les gardiennes de Thémis.

Quant à Raven, s’il avait redoublé ces temps de discrétion, il savait quand il se devait de se présenter face à son maître, et l’ombre noire s’allongea derrière le maître des lieux, avant que le murmure de l’espion accompagne l’ombre.

- Mon maître désirait me voir ?

Il ne s’était pas redressé, courbé, et fixant le sol devant lui, gardant toutefois une certaine distance. Même si, même si contre les pouvoirs du Seigneur Maudit, il ne pouvait lutter.

- Te voir ? Que m’importe de te voir ! C’est des nouvelles que je veux ! Où est Sevaen ? Où est Mhyédabur ? Est-ce qu’ils ont atteint leurs objectifs ?

Raven fit une grimace. L’impatience du Seigneur Maudit était légendaire mais là, comment voulait-il qu’en si peu de temps, ils aient accompli la mission qui était la leur ? Une mission que lui-même n’aurait pas voulue. De toute façon lui n’était que le serviteur du Seigneur Maudit, et ses yeux quand il le fallait. Un serviteur qui devait faire preuve d’un trésor de diplomatie pour ne pas fâcher son maître.

- Cela ne fait même pas un mois que votre fils a réussi à quitter l’île, mais aux dernières nouvelles, il était sur la voie d’Arcadia.

Un grondement se fit entendre et la voix résonna dans la pièce.

- Arcadia et le dragon des chimères…. Il a intérêt à réussir ! et l’autre ?
- Il est à Asgard.
- Mais encore ?! Gronda le Seigneur Maudit.
- Je n’en sais pas plus. Il doit se montrer prudent car là-bas règnent les Valkyries. Si elles découvrent ses desseins, non seulement il aura échoué, mais la clef de votre retour sur le continent unique sera perdue.

Le Seigneur Maudit ne montra aucune réaction, ce qui inquiéta Raven.

- Que se passera-t-il pour Sevean si Mhyédiabur réussit ? Ne pensez-vous pas que la réussite de l’un mette en péril la mission de l’autre ?
Non au contraire que l’un ou l’autre réussisse et cela me garantira mon retour au règne sur le continent unique. Si Mhyédabur réussit, il détiendra le pouvoir sur ce jeune Sevean. Je pourrai alors, le lui offrir en esclavage….

Raven haussa légèrement un sourcil en entendant la voix de son maître, une voix qui était teintée d’ironie.

- Et si votre fils échoue ?
- IL N’a pas le droit à l’erreur ! S’il veut se montrer digne de MOI ! IL DOIT réussir !!!

La voix gronda dans la pièce et le sol trembla sous leurs pieds. Raven ferma les yeux un instant, espérant être épargné de la colère du Seigneur Maudit. Mais il ne ressentit aucune douleur. La perspective de deux pions gagnants semblait plus fort que la peur de perdre. Le seigneur Maudit était sûr de lui. Il avait cette fois, toutes les chances de gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Seigneur Maudit
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 37
Points : 25
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: nouvelles du front   Sam 30 Juil - 7:39

Toute la citadelle tremblait, sous les coups de la colère du Nazgül, humilié par la réponse du Seigneur Maudit, et par son départ sans autre forme de procès. Mais ceux qui tremblaient le plus étaient les hommes pourtant parmi les plus mauvais d'Orkhôn, car ils craignaient le courroux de leur Seigneur.

Aussi, quelle ne fut pas leur surprise que de le voir rentrer plutôt de bonne humeur.



Traversant sa forteresse jusqu'à la salle de métal dans laquelle s'élevait son trône, loin des misérables vies de ceux qui le servaient, le Seigneur Maudit s'assit.

Ainsi donc, Mhyédabur avait, en si peu de temps, réussit sa mission au-delà de toute espérance. Mais en même temps, il était allé trop loin, trop vite, au point d'éveiller les craintes des Dragons. Devant son gardien, il n'avait pu que se désintéresser du cas de son fils, car toute autre attitude aurait éveillé leur attention. De fait, s'il s'en souciait, ce n'était pas parce que c'était son fils, quoiqu'il puisse y avoir discussion à ce sujet. Lui-même n'était pas démon, ni femelle. Donc, il y avait peu de chance qu'il soit le père d'un homme né d'un démon et d'une femme. Mais il avait trouvé le cas suffisamment prometteur pour arracher l'enfant à sa mère et envoyer celle-ci croupir dans les geôles de Tarras Nyr.

Pourquoi l'avait-il gardée, au fait ? Ah, oui, des fois que sa présence soit nécessaire dans le cadre de la formation de l'enfant. C'est en cela qu'il en était le père, le vrai et le seul : il avait fait grandir ce joyau du mal, ce cadeau du Seigneur des Démons aux hommes. Il n'en doutait plus aujourd'hui, cet enfant n'était pas venu à lui par hasard, et il n'était pas venu d'un Démon par hasard non plus.

Le Seigneur Maudit réalisa alors que, depuis ce temps, il n'était jamais retourné voir la mère de Mhyédabur. En fait, il n'en avait jamais eu besoin. Bon, inutile donc de s'occuper les pensées avec ce sujet.

Revenant sur l'affaire en cours, il réalisa combien les Dragons avaient compris le danger. Et c'est cela qui le préoccupait. Mhyédabur aurait dû les leurrer, et non leur laisser deviner les objectifs de son père. Car oui, mettre fin au règne des Dragons était la solution que Duncan McLeod avait trouvé pour s'échapper d'Orkhôn et marcher de nouveau sur le continent. Depuis qu'il était prisonnier ici, il avait essayé de nombreuses choses, mais toutes avaient été des échecs, car il avait toujours été obligé de faire les choses discrètement, au point que ses envoyés ne pouvaient faire le poids face aux Gardiens.

La situation était d'enfer. Un vrai drame Shakespearien.

Car les Dragons ne pouvaient que le contraindre à rester ici, mais ne pouvaient le tuer. C'est la magie qui leur donnait vie qui faisait de lui aussi un être Immortel. La même magie engendrait le "monstre" qu'il fallait garder et les Gardiens nécessaires pour cela. Sauf à une différence prêt. Les Gardiens ne pouvaient vivre sans magie. Lui, si.
Bien sûr, il prendrait le risque de devenir mortel, mais entre passer une immortalité cloîtré sur cette île, et pouvoir fouler de nouveau le Continent, il avait désormais fait son choix. Et il s'y était préparé. Personne n'avait noté qu'il avait nettoyé les rangs des Chevaliers Noirs, tuant impitoyablement tous ceux qui tentaient d'user de magie pour gagner du galon. Il ne voulait que des guerriers, des purs guerriers, des Chevaliers du Mal tirant leur force de leurs qualités de combattant et non de l'usage de pouvoirs. De la même façon, il avait réorganisé le reste de ses troupes, contraignant les mages à des rôles subalternes, pour donner le change. Mais en fait, son armée non magique était prête et ses talents de guerriers et de Seigneur de Guerre seraient bien assez pour les diriger et se faire une place sur le Continent. Pourrait-il le contrôle entièrement ? Sans magie, non. Mais il pourrait au moins y dresser son Empire, y régnait, et cela seul lui donnait un but, une raison de vivre. Une raison de renoncer à son Immortalité.
Même si, dans le fond, il se disait qu'une fois les choses faites, il serait toujours temps de discuter avec les Dieux, de leur montrer que lui, Duncan McLeod, pouvait être un bien meilleur Gardien pour Liberty que les misérables Dragons. Car il fallait de la poigne, un sens inné de la justice et la volonté d'user de tous les moyens pour être un bon Gardien.

En fait, à bien y réfléchir, il avait toutes les chances pour que les choses tournent en sa faveur.

Mais pour cela, il fallait faire tomber les Dragons et que les Dieux retirent la magie de ce monde. Qu'ils reprennent le maudit cadeau qu'ils avaient faits aux faibles. Pour que les forts règnent.


Ayant revu son plan et ses ambitions, le Seigneur Maudit eut un sourire satisfait, encore plus en entendant les bruits sourds dans le sol dus à la colère du Nazgül.

Mais son plan reposait beaucoup sur son fils. Et ce dernier était traqué par les Gardiens. Et tout cela parce que le misérable vermisseau qu'il avait envoyé pour faire diversion n'avait donné aucune nouvelle, n'avait rien fait pour attirer l'attention des Dragons sur lui.

La rage monta en lui et il se dressa brusquement, décidant, malgré les risques, de gagner la chambre de la Pierre.

Il l'avait ramenée du Continent et ignorait où étaient les autres. Il savait que beaucoup de choses pouvaient y être vues, il ne s'en privait pas. Mais que ce que l'un des utilisateurs pouvait voir, les autres le pouvaient aussi s'ils surveillaient la pierre en même temps. C'était un risque. Il devait le prendre.


Libérant la pierre du manteau de plomb qui la recouvrait, il posa sa main.

Après quelques secondes de mise en phase, il sentit enfin le contact s'établir.

Misérable, réponds à l'appel de ton Maître et Seigneur !


http://liberty-human.meilleurforum.com/t663p15-rescape-d-asgard#14391

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
nouvelles du front
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les nouvelles (maintenant en direct du front parisien)
» nouvelles figurines au 72°
» Les nouvelles Pequignet Manufacture calibre Royal
» Diorama : Front de l'est en Automne [Fini]
» vieilles consoles;vieux jeux sur nouvelles consoles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Liberty-Human, un nouveau monde: (RP) :: Orkhon, Terres d'exil :: Tarras Nyr, la Forteresse Maudite-
Sauter vers: