Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 Au port

Aller en bas 
AuteurMessage
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Au port   Lun 28 Mar - 17:30

Je me hâte vers ce lieu. Je sens l'agitation générale, je sens le Mal qui brûle et je veux m'en éloigner au plus vite. Je ne dois pas retrouver ne serait-ce qu'une once de mon pouvoir, être nourri par mes créations illusoires, car sinon la Gardienne me trouvera.


Je la sens. Elle est là. Tout comme je sens autre chose. Un autre pouvoir, ancien... Oui, il ne faut pas que je m'éternise trop.


Finalement, trouver le port n'est pas difficile. Je dois convaincre un capitaine avant que la débandade et la folie de la fuite ne s'empare de la ville. Sinon, les fuyards ne tarderont pas à reconnaître mon visage et je n'ai pas le pouvoir des Illusions de ne pas craindre leurs coups.


Après un rapide coup d'œil sur la flotte de petites embarcations endormies, j'en retiens une. Un instant j'hésite, puis je me ravise. Non, monter d'autorité ne pourrait que contrarier le capitaine. Même si c'est le pire des lâches de Liberty, je vais devoir être aimable. J'aurai toujours le temps de le tuer à la fin du voyage, en guise de paiement final.


Je hèle donc un marin qui me semble désœuvré et se balance dans son hamac. Je vois qu'il m'entend, aussi bien que je vois son sourire. Mais il ne bouge pas. Sans doute croit-il que je le m'aperçois de rien et joue-t-il. Il ne peut savoir que la nuit est mon domaine et ma vision parfaite. Je me tourne et ordonne à Invisible de s'occuper de lui.

Bientôt, le bruit sec d'une corde qui se rompt précède de peu celui d'un corps lourd qui s'avachit lourdement sur le pont. Tandis que l'intéressé se masse dos et fesses, et qu'à présent je souris à mon tour, je le hèle de nouveau.


Qu'il ne me réponde pas une fois de trop, et je ne garantis pas que je ne perdrais pas patience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Au port   Mer 30 Mar - 10:38

Ça va, ça va ! Je vous entends ! Qu'est-ce qui vous amène à réveiller un bosco à cette heure de la nuit ?

Je résiste à la furieuse envie de lui arracher ses yeux et de les lui faire manger. Pour commencer.

D'abord, je ne vous réveille pas. Vous vous êtes réveillé en tombant de votre filet.

C'est pas un filet, c'est un hamac. Et je ne suis pas tombé en dormant. Enfin si, mais pas dans ce sens. Une corde s'est rompue.

Sans doute fallait-il la vérifier avant, mais ce n'est pas ce qui m'amène. Je cherche un bateau pour...

Ah, oui, pour quoi ? Je sais évidemment où je veux aller, mais je ne souhaite pas transmettre cette information. Le secret de ma destination est l'un des points clé de ma réussite. Il ne suffit pas, en lui-même, à me permettre le succès, mais sans lui, il n'y aura pas de succès. Je dois leurrer la Gardienne et le Sage le plus longtemps possible. Et quoi de mieux que de zigzaguer sur les mers ?

Enfin, j'ai entendu parler de là où vous alliez. C'est ma destination.

Le gars s'approche, en continuant de se masser les fesses et le bas du dos.

Ah bon ? Ben vous avez de la chance, parce que je ne sais toujours pas, moi, où on va. Et de toute façon, c'est le capitaine qui décide.


C'est ce que je disais : votre destination est ma destination.


Le gars fronce les sourcils et puis le sens de ma réponse pénètre son crâne épais que je briserai bien sous une pluie de pierres. Il a un sourire mesquin.

Ah... Ouais, je comprends mieux... T'as des problèmes avec les Défroqués ?

Cest quoi cette façon de me tutoyer à présent ? Je suis le fils du Seigneur Sombre, pas n'importe quel débile du Continent. Mais je garde mon calme et je me souviens rapidement de mes leçons concernant Cosme, et surtout Belladona et les Défroqués.

Disons que oui, et non. Rien en particulier mais j'étais au mauvais endroit au mauvais moment. Il est des histoires dont je ne veux pas me mêler, donc je préfère partir. Les histoires de Donatien et des Défroqués sont les histoires de Donatien et des Défroqués.

Le bosco se gratte la tête maintenant.

Ben, c'est pareil. Et nous, on veut pas d'histoire avec la Guilde...

Ca tombe bien, je n'en veux pas non plus. Je pars, non pas parce que j'ai une histoire, mais parce que je n'en veux pas. Est-ce que la différence est claire ?

Ecoutes, j'suis pas le capitaine, alors c'est lui qui décidera. Mais je te préviens : nous offrons des services uniques à bord donc notre prix est élevé.

J'ai de quoi payer. Je peux donc monter ?

Ce n'est pas c'que j'ai dit. Y'a que le capitaine qui peut décider ça. Tu peux t'asseoir sur la bite à côté de toi et attendre.

Oui, là, c'est sûr, je vais l'éventrer et lui faire manger ses propres entrailles. Mais en l'occurrence je n'ai pas le choix.


Je bondis donc sur le pont d'un saut qui le laisse le regard écarquillé tandis que maintenant, je me dresse devant lui, yeux dans les yeux, et qu'il sent bien que ce n'est pas le moment de discuter longuement avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Au port   Mar 12 Avr - 9:57

Les choses vont se passer différemment. TU vas descendre de ce rafiot et aller chercher le capitaine. Je n'ai aucun temps à perdre. Je veux que ce navire lève l'ancre dans les minutes qui viennent. J'ai de quoi largement payé le capitaine et l'équipage pour ce dédommagement. Personne ne regrettera cette légère précipitation.

Le bosco hésite, mais il n'a qu'à plonger son regard dans le mien pour y lire ce que son inconscient refuse de connaître : les promesses d'Orkhôn. Je pense que c'est cela qui finit par le décider.

Le capitaine pourrait ne pas apprécier d'être forcé.

Il pourrait aussi apprécier le paiement qu'il recevra en retour. Ne penses pas pour ton capitaine. Contentes-toi de lui transmettre ma demande. Et vite.


Finalement, l'homme se décide et réveille un marin pour prendre le quart. Pendant ce temps, jetant mon sac devant moi, je m'assis sur la volée de marche qui mène à l'arrière. Je n'ai jamais pu apprendre et comprendre les termes des marins. Ne pouvaient-ils pas parler de droite et gauche, comme tout le monde ? Ou d'avant et d'arrière ? Enfin, peu importe.

Il me faut maintenant attendre. Je remonte donc mon col et ma cape et m'enferme à l'intérieur, ne gardant que mes yeux tournés vers le marin de quart à qui le bosco a murmuré quelques consignes avant de descendre à terre. Sans doute l'a-t-il mis en garde contre moi et lui a-t-il demandé de me surveiller. Il est nerveux, je le sens. Je me serre un peu plus contre le bord en bois, dans la zone d'ombre faite par la lune. Ce qui le rend bien plus nerveux, car il ne me voit plus guère. Seule quelques éclairs rouges dans mes yeux, de temps à autre, trahissent le lieu où je suis.

Je sens autre chose. Une de mes Ombres a été vaincue. Peu de pouvoirs en ce Continent en sont capables. Cela signifie que la Gardienne est là. J'imagine sa frustration à ne pas savoir qui est qui, et comment frapper. Quant à moi, vidé de mes pouvoirs, je reste serein, mais prudent. J'ignore jusqu'où vont ses capacités, mais tout me laisse à croire que je suis désormais tranquille. J'aimerai toutefois bien appareiller et quitter cette ville avant que la tension, et surtout les descriptions de mes illusions, ne me dévoilent à l'intelligence du capitaine ou de son équipage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Au port   Dim 24 Avr - 20:52

Soudain, je sens une puissance s'emparer d'une de mes illusions. Le lien qui m'unit à elle se brise, ce qui me jette au sol.

Qui ????

Que ???

Il y a donc une puissance magique ici, capable de venir à bout de mes enfants ? Il va falloir que ce bateau bouge rapidement ! Parce que j'ai usé d'une goutte de mon sang pour conforter l'illusion, chaque destruction va m'affaiblir, jusqu'à me rendre incapable de me défendre contre un seul membre de cet équipage misérable. Je vais sortir épuisé de tout cela. C'est une grave erreur que j'ai commise, mais je n'ai pas le temps de me lamenter.


Par chance, le capitaine revient à la hâte. La présence de mes créatures dans la ville est sans doute responsable de cette célérité. Voilà qui pourrait me servir ! Je pressens en fait qu'il est pressé de quitter cette cité devenue folle. J'avais lancé mes illusions pour fausser les pistes et occuper la Gardienne, pour la rendre folle à l'idée encore de m'avoir vu la prendre au piège et la forcer à ne pas me poursuivre. Et puis, elle va ainsi continuer de croire que je suis là pour semer la Justice d'Orkhôn. Non pas que la tâche me déplaise, bien au contraire. Mais cela n'est que la poudre que je jette aux yeux de l'esclave du Sage et de ce lâche pourceau bleu. Je dois les rendre aveugle à mon prochain coup. Désormais, je vais disparaître de la surface de Liberty, cessant de répandre le mal autour de moi. Ne pas savoir où je suis leur sera encore plus insupportable que me voir semer la légitime colère de mon Père en ces terres qui nous sont interdites.


Mais revenons au capitaine. Il transpire effectivement la peur. Je le vois sur son visage et sur sa main qui tremble. Il tente pourtant de garder contenance, chose que je lui concède. Après tout, il est le capitaine et si je lui laisse croire qu'il a l'ascendance sur moi, cela facilitera la suite.

Après une rapide discussion, tant je comprends son empressement à mettre les voiles, il finit par accepter de me transporter. Il dissimule cela sous le besoin de finances de son misérable bateau, et c'est sans doute ce qu'il promettra à son équipage : un juste partage des deux pierres précieuses que je lui ai laissé entrevoir. Il en possède déjà une, et l'autre, il sait que je la cache. Pour assurer ma sécurité, vis-à-vis de ses marins, il a accepté de m'octroyer une cabine où je serais seul. A moins que mon air sévère, mon regard, ne l'aient un peu impressionné et qu'il ne souhaite pas se fâcher avec quelqu'un comme moi.

C'est alors que nous partons que j'assiste à une scène qui me force à me replier dans l'ombre. Mon illusion est au prise avec deux jeunes inconscients qu'il me semble reconnaître. Je crois bien que celui qui finit dans l'eau était à l'auberge où je me suis présenté, en train de courtiser une belle jeune femme. Je ne voudrais pas qu'il me reconnaisse, d'autant que, à ma grande surprise, il parvient à faire fuir mon illusion lorsqu'il sort de l'eau.

Voilà qui m'intrigue profondément. Aurais-je eu un peu de temps que je l'aurai volontiers soumis à la question pour comprendre comment il avait réussi cela. Sont-ils donc tous mages dans cette cité ?

Non, ce n'est pas cela. L'autre, en robe de bure, qui ressemble à un prêtre, semble être mêlé à ce succès qui le surprend beaucoup. Je le vois.


Enfin peu importe. Pour le moment. Car il semble que j'ai réussi ce que je voulais. Et plus important. Je vais avoir tout le temps de lire l'ouvrage précieux que j'ai récupéré, celui de notre maître à tous, celui qui a découvert le chemin menant aux Enfers, et a rendu possible l'exercice de la Démonologie. Je ne crois en aucune chance, ni destin. Les choses arrivent à ceux qui ont la force de les forger à leur volonté. C'est exactement ce qui s'est passé. Je ne suis pas venu ici par hasard. Je ne suis pas entré dans ce vieil hôtel désaffecté par hasard. Je n'ai pas trouvé le lieu où ce maître avait été sauvagement emmuré vivant par le lézard bleu qui terrorise ce monde par hasard. Non, tout cela n'est que le résultat de ma volonté de réussite. Et cette volonté crée les événements qui facilitent celle-ci.


Ayant toujours à cœur de rester dans l'ombre, je gagne la cabine qui m'a été attribuée. Quand enfin je suis seul, je m'allonge. Même si je suis impatient de lire le précieux ouvrage, je n'ignore pas ce qui va advenir. La magie qui est parvenue à détruire une de mes illusions va encore frapper. Mieux vaut s'affaiblir en étant déjà allongé.

Invisible ! Garde cette porte. Réveilles-moi si quelqu'un s'approche. Tue-les tous s'ils sont plus de trois à faire cela.

Oui, bien sûr, Maître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mhyédabur
Les exilés
Les exilés
avatar

Nombre de messages : 237
Points : 263
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Au port   Lun 16 Mai - 21:01

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au port   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au port
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ROM MAGIC 32B]09/11 - (V1.6) Qteknology HTC HERO PORT from [2.73.405.5]
» Coucher de soleil sur le vieux port de Cayenne
» Le tableau "L'approche du port de Plymouth"
» ERREUR : Erreur lisant le port
» [ROM 2.2.1][19.01.2011] Z v0.6 & v0.7- Desire Z Port Core Internal Install A2SD+ Super fast! [FRG83]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Liberty-Human, un nouveau monde: (RP) :: Cosme :: Belladona-
Sauter vers: