Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 Utopia dix ans après

Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Utopia dix ans après   Ven 2 Sep - 14:24

<< avant 114

Utopia fut bientôt en vue, avec son magnifique port et les statues qui en gardaient l’entrée. A ses côtés, le professeur l’avait rejointe.


- Ah, ça faisait longtemps que je n’étais pas revenu.
- Moui…. Pareil.
- Ah oui ? Vous connaissez donc le royaume ?
- Un peu oui, enfin je le connais comme il était il y a dix ans.
- Dix ans ?

Jesse se tourna vers le professeur et avec un air énigmatique, répondit :

- Un long voyage qui m’a tenue éloignée de ces terres toutes ces années. C’est pourquoi votre aide, professeur m’est très utile, pour me parler des changements, pour me dire à quoi m’attendre.

La pirate s’interrompit un instant, puis reprit sur un autre ton

- Et vous, dans quelles circonstances avez-vous connu Utopia ?
- Oh moi…. C’était il y a bien longtemps aussi. Je voyageais alors à bord du navire du capitaine Cortès. Nous nous étions égarés.

Le professeur lui sourit.

- Égarés est un mot un peu faible, en fait nous avions fait le grand voyage comme on dit ici. Après avoir passé des mois en mer quelque part entre le nouveau monde et l’Europe, nous avons assisté à une grande et magnifique aurore boréale….
- Quand nous avons touché terre, c’était dans un port au sud de Djamila, sur Liberty, mais alors nous l’ignorions encore. Peu après, le capitaine a mis le cap sur Utopia, et depuis mon histoire s’écrit ici.
- Et votre capitaine ?
- Il est reparti… je ne l’ai plus jamais revu. A vrai dire je crois qu’il est reparti là-bas
- Vous voulez dire…
- Oui…

Ils échangèrent un regard, pour l’une stupéfaite, et l’autre mystérieux, car chacun des deux savait qu’il n’y avait pas de retour possible. Mais après tout, depuis la nouvelle Aube plus rien n’était impossible….

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Mar 6 Sep - 11:02

115.

Utopia….
Jesse leva les yeux sur les collines alentours, et reporta son regard vers le port qui n’allait pas tarder à les accueillir. L’impression restait la même, infiniment, cette splendeur éternelle, cette beauté architecturale inaltérable. Rien ne semblait avoir changé. Et pourtant aux dires du professeur, Utopia avait bel et bien changé, enfin…son cœur avait changé, il s’était endurci, fermé aux nouveautés offertes de Liberty la renaissance. Ici désormais tout était régi. Les gens racontaient que le livre des lois d’Utopia était plus grand que tous les livres de loi de Liberty réunis.

Des lois… Jesse se demanda si elle avait fait le bon choix. Les lois tuaient la liberté et la sienne était si précieuse. Les règles, règlement…c’était des mots qu’elle n’aimait pas.


- Quel accueil doit-on attendre de ce royaume ? Puisqu’après tout je suis une pirate.
- Aussi surprenant que cela puisse être, ce n’est pas tant votre statut qui va intéresser les utopiens, mais ce que vous cachez dans votre chapeau.
- Pardon ?
- Oh oui c’est une expression…. La magie, la magie est sévèrement contrôlée ici et tout contrevenant aux règles d’Utopia risque de se retrouver très vite en prison.
- Prison.. hiarkkk !!

Jesse fit une grimace, puis chassa ce mot de son esprit d’un geste de la main.

- Vous auriez du m’en parler avant !

- Ha… mais je l’ai fait !
- Vraiment ? Je crois que je m’en serai rappelée si..
- …si vous n’aviez pas autant abusé du rhum.

La pirate redressa le menton, piquée au vif.


- Moui bon… donc, le fait que je sois une pirate, ne posera aucun problème. On ne va donc pas avoir à jouer les marchands de tapis.

- Par contre, il faudrait que.. hum que Parangon reste très discret.
- Ah ça, ce n’est pas un problème, n’est-ce pas capitaine ? lança joyeusement Parangon.
- Hum… non, normalement pas. Mais, Parangon, il faudra te montrer deux fois plus prudent que d’habitude. Depuis que nous sommes sur ces terres, tu n’as eu que rarement à dissimuler ta véritable nature. Nous allons devoir revenir aux vieilles habitudes.

Etrange, tout ça lui faisait un effet étrange. Depuis qu’elle avait repris la mer, elle avait rencontré des dragons, un griffon, des femmes guerrières ailées, des insectes mutant, des centaures, des chimères encore, Pégase… et même des dieux….PIRE encore, elle avait hélas croisé la route d’un démon. Alors à présent, le fait d’avoir à cacher le fait que le White Star était une vivenef lui laissait une drôle d’impression. N’y avait-il pas de juste milieu en ce monde ?

Jesse se détourna de son post au dessus de la proue, pour aller briffer les taïnos. Il serait préférable qu’ils arborent leurs tenues « européennes », même si les tatouages pouvaient laisser deviner le déguisement. Mais aucune précaution ne serait de trop pour éviter la prison !

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Sam 10 Sep - 21:31

116.

C’est le menton fièrement dressé, son manteau d’apparat enfilé, bottes lustrées jusqu’à s’y mirer, plume de son chapeau ravivée, et le feutre de ce dernier brossé que la pirate attendit que les taïnos eurent terminé les manœuvres d’accostage. Sous le pont, à la proue, Parangon s’était figé, bras croisés sur son torse, dans une posture digne et surtout silencieuse. Le mot d’ordre était donné, ici on se tiendrait à carreaux. Enfin….. Jesse comptait tout de même en profiter. Une escale à terre se devait de respecter quelques traditions.

Elle sourit tandis que l’on hissait la passerelle, superbe dans sa tenue impeccable, fière capitaine qui se dressait sur le pont arrière, jaugeant la foule qui s’amassait sur les quais, bandes de curieux venus voir l’incroyable navire. Ca, c’était vrai que malgré les changements, le White Star restait le prince de toutes les mers et océans de Liberty. Et de plus c’était une femme qui en commandait l’équipage, et un équipage pour le moins particulier.

Et tandis que sur le quai, se créait un certain mouvement, Jesse se tourna vers le professeur.


- Nous allons sans doute aller rendre visite au roi Richard.

- Richard ? mais…
- Ah euh oui je voulais dire Arthur. J’ai un peu de mal à m’y faire.
- Du moment que vous n’ayez pas de confusion si d’aventure vous deviez rencontrer Son altesse Arthur.

Jesse fronça les sourcils, de part son statut de « voyageuse », enfin même si ça datait un peu à présent, il était de coutume qu’on l’accueillit comme il se doit. C’était un privilège qu’elle appréciait bien, mais soudain elle se demanda si même cette coutume avait disparue.

- Vous pensez qu’il est en voyage ?
- Oh ça je l’ignore, je ne sais que ce que …hum la rumeur dit, les gens de sa cours, par exemple. Il ne reçoit que des gens importants et..
- JE SUIS quelqu’un d’important.
- Peut-être pas à ses yeux.
- Je croyais qu’Utopia savait recevoir les « voyageurs »
- Oui oui, tout à fait, mais aujourd’hui le roi semble préoccupé par de toutes autres choses.
- Du genre ?
- Du genre repousser la magie hors de ses frontières.
- Oh je vois… marmonna Jesse légèrement contrariée.
- Et bien nous irons lui rendre visite que ça lui plaise ou non.

Alors Jesse voulu s’engager sur la passerelle mais un petit homme ridiculement déguisé, s’avança à son tour sur la passerelle, perruque poudrée, livrée, c’était un pingouin royal.

- Vous n’avez pas la permission de débarquer ! trompeta-t-il d’entrée, ce qui eut le don aux yeux de la pirate, de le classer aussitôt dans la catégorie des merdeux.

Jesse le jaugea de toute sa hauteur. Puis fit claquer sa langue.

- Vous êtes l’officier des douanes je suppose. Je suis Lady Sparrow, capitaine de ce navire et je n’ai rien à déclarer ! Mes calles sont vides. Je viens de faire un long voyage et…
- Ça je n’en ai rien à faire, enfin ce n’est pas dans cet ordre là que vos réponses vont m’intéresser, et vous devriez me laisser poser les questions avant de répondre n’importe quoi.

La pirate plissa les yeux, avant d’échanger un regard avec Xit et Yao. Celui-là à ce rythme, il allait finir jeté en pâture aux requins. Pour conserver son calme, Jesse glissa ses pouces dans son ceinturon.

- Des questions, soit ! Je vous écoute. Mais faites vite, j’ai soif.

L’homme la jaugea à son tour d’un regard de fouine, puis sortit un livre de sous son manteau, ainsi qu’un crayon.


- D’Où venez-vous ?
- Du sud.
- C'est-à-dire ?
- D’un archipel reconnu pour être infesté de cannibales.

Haussement surpris de sourcils, et le crayon griffonna quelques mots sur ce livre.

- Vaudou ? Sorcellerie, magie ?
- Pardon ?
- Avez- vous participé, vu ou pratiqué de la magie avant d’arriver à Utopia.
- Euh non, jamais ! Je ne suis pas une magicienne, je suis une voyageuse.

L’autre ne sembla pas marqué par cette découverte, et continua d’écrire sur son livre.

- Avez-vous vu lors de votre voyage, quelque chose de particulier ?
- Particulier comment ?
- Magique !
- Non, du tout !
- Rien du tout ?
- Non rien du tout !
- Aucune chimère, aucun sorcier, aucun tour de magie ?
- Non rien, j’vous dits…
- Et où étiez-vous avant d’aller sur ces îles ?
- Dans un endroit, dont je ne peux pas vous parler ! répondit Jesse en se penchant vers le petit bonhomme. Et si ma réponse ne vous convient pas, vous pouvez toujours l’écrire dans votre bouquin, je n’en ai cure ! Il me faut me rendre à présent auprès du roi R..Arthur. Est-il à Utopia ou parti en voyage ?
Sidéré l’autre mis un moment à réagir.

- Non il est dans son château, mais… vous n’aurez pas de permis de descendre si vous ne répondez pas à toutes les questions du formulaire.
- Formulaire ?

Le bonhomme se mit à feuilleter une bonne trentaine de page sous le regard horrifié de la pirate. Soudain celle-ci saisit le livre, le referma d’un coup sec, et poussa le pingouin sur les quais.


- Bon l’interrogatoire va s’arrêter là pour aujourd’hui, d’accord ? Mais repassez demain, on pourrait en faire une page de plus de vos questions.

- Mais ça ne v..

Xit avait attendu un léger signe de tête de sa capitaine pour intervenir. Il n’eut qu’à poser un seul pied sur le pont. Le pingouin avait compris.
- Vous aurez de mes nouvelles ! siffla-t-il entre ses dents, avant de repartir la tête haute, comme un coq vexé.

Jesse afficha un sourire narquois.


- Bon il est temps d’aller visiter les tavernes du port !!
clama-t-elle à l’intention de son équipage qui connaissait la règle des quarts.

Tout le temps que durerait cette escale, le navire ne resterait jamais sans surveillance.

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Ven 16 Sep - 21:24

117.

Assise à l’une des tables de cette taverne, Jesse souriait en entendant cet homme lui parler de ses affaires à Utopia. Elle n’en avait cure, car une seule chose l’intéressait. Le reste… il parlait trop, il se vantait trop, mais qu’est-ce qu’il avait un beau sourire. Grand, svelte, les yeux bleus, il lui avait rappelé le mercenaire, il portait même le même genre de tresses dans ses longs cheveux et elle avait bien cru s’y laisser prendre quand elle l’avait vu entrer. Pourtant pas assez ivre encore pour s’y laisser tromper complètement.
N’empêche…. Dans un lit, elle pourrait oublier ces petit détails… oui elle pourrait. Le sourire de la pirate s’accentua.


- Et vous ?
- Hm.. pardon ?
- Je vous ai parlé de ce qui m’avait fait venir ici à Utopia. Mais vous, vous ne m’avez pas encore parlé de vous.

Jesse sourit, finalement, il s’intéressait tout de même à sa personne autrement qu’à son décolleté.

- Est-ce vraiment important, lui murmura-t-elle en se penchant un peu plus au dessus de la table, sourire toujours accroché sur ses lèvres.
- Je crois que oui, même si à vous voir, vous pourriez bien être la sorcière la plus recherchée d’Utopia que je m’en moquerai.

Légèrement désarçonnée par cette sortie qui de toute évidence se voulait un compliment, Jesse se redressa sur sa chaise, et avala une gorgée de son rhum pour se donner le temps de réponse.

- Une sorcière ? moi ? haha non….Décidément, tout ça semble obséder le roi, si même son peuple en vient à parler de chasse aux sorcières. Quel contraste tout de même.
- Contraste ? Dois-je en conclure que vous avez visité d’autres mondes de Liberty ?
- Ah oui ça..
- Lesquels ?
- Vaste question qui mériterait un récit des plus intéressants comme le furent mes aventures en ces terres, mais…Je crains que cela ne prenne trop de temps
- Ah mais j’ai tout mon temps ! s’empressa de répondre le séduisant sire.

Jesse éclata de rire, de le voir si empressé de l’entendre réciter ses aventures parce qu’elle-même pensait à tout autre chose .


- Voici une excellente nouvelle, ainsi vous ne m’en voudrez pas si avant de vous raconter quoique ce soit, je vous enlevais un instant à cette bruyante compagnie ?
- M’enlever ??

Il en était presque naïf, ou alors il jouait son rôle à la perfection. Dans l’un comme dans l’autre, Jesse ne comptait pas le laisser mariner dans l’incompréhension. Elle se redressa, laissa quelques pièces sur le comptoir, et se tourna vers son compagnon.

- Vous avez une chambre dans un hôtel du coin ?
- Oui je …
- Alors allons-y…

Il fallut quelques pas les séparant tandis que Jesse s’éloignait pour que l’autre raccrochât sa mâchoire et se décidât à la suivre, ayant soudain retrouvé le sourire.

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
PNJ

avatar

Nombre de messages : 52
Points : 54
Date d'inscription : 20/10/2008

Feuille de personnage
Affinités: tout le monde et personne
Occupation, métier: A votre service
Localisation: Partout et nulle part.

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Jeu 22 Sep - 14:43

Au port, le White Star mouillait tranquillement, tandis que sa capitaine venait de quitter le navire, pour aller profiter des plaisirs qu’Utopia avait à lui offrir. Le pont semblait des plus tranquilles. Les Taïnos s’activaient à l’entretient de leur précieux navire qu’ils considéraient avec autant de dévouement et d’amour qu’ils en avaient pour leur capitaine, l’un et l’autre étant de toute façon indissociable.

Le professeur qui n’était guère adepte des beuveries en taverne, avait préféré s’abstenir et rester à bord. Pour le lendemain par contre, il avait promis à la pirate de lui faire visiter la nouvelle Utopia, et si possible d’approcher la royale propriété de son Altesse Arthur. Il ignorait pourquoi la pirate tenait tant à approcher le roi, mais au fond, la rencontre promettait d’être intéressante.


Mais le calme précédait dit-on la tempête, et elle débuta quand un étrange cortège se forma sur les quais. Des hommes vêtus de longues tuniques telles des robes, approchèrent escortés de gardes en arme. Tous portaient une tunique violette sauf un homme beaucoup plus âgé, dont la tenue semblait plus élaborée, de couleur rouge sang. Il se figea devant le White Star, tandis qu’à bord, Xit donnait l’alerte.

Tiré de sa lecture par les cris des Taïnos, le professeur apparut sur le pont et comme eux, s’approcha de la lisse pour voir ce qui se passait. Ils assistèrent alors à un très étrange spectacle. Les hommes en toge violette distribuèrent différents objets dont l’homme en toge rouge fit usage soit en les soulevant devant lui, soit en les agitant, ainsi qu’une fiole dont il déversa le contenu sur le plancher des quais, face au navire.

- Ventrebleu, le grand mage en personne !

Parangon qui ne disait rien et restait prudemment figé, trembla intérieurement. Tout cela ne lui disait rien qui vaille et moins encore quand l’homme se mit à psalmodier d’étranges mots dans une langue incompréhensible pour lui, comme du reste de l’équipage. Un équipage dont la peur commençait à se sentir et dont chacun hésitait sur le comportement à adopter.

Soudain l’homme donna un ordre et les gardes qui les avaient escortés, se déployèrent, tandis que plusieurs d’entre eux s’avançaient sur la passerelle.

- Par ordre du Grand Mage et sous l’édicte de son altesse royale, nous réquisitionnons ce navire. Il n’est pas en règle avec les lois de notre pays.

Puis d’un pas volontaire, il monta à bord, sous le regard atterré des Taïnos. Mais Yao et Xit n’étaient pas second pour rien. Yao s’avança de même que son géant de frère, faisant barrière, bras croisés sur son torse. Il jaugea sans aucune sympathie ces hommes qui voulaient s’emparer de leur navire, et nul doute que son visage tatoué dut effrayer quelques uns des gardes ayant suivi le mouvement sur le pont.

- Ce navire appartient à Lady Sparrow.
- Soit et où se trouve votre capitaine en ce moment ? rétorqua le commandant.
- À terre.

L’homme comprit que ceux-là ne savaient pas plus que lui où se trouvait la capitaine du navire. Il fallait donc prendre des mesures.

- Nous allons donc l’envoyer chercher, et elle sera jugée pour avoir amené dans notre humble royaume, une embarcation magique, sans en avoir eu l’autorisation royale auparavant.
- Mais vous ne pouvez pas !!!
- Son altesse a tous les droits en ce royaume et nous agissons en son nom.

Puis l’homme posa un regard impassible sur l’équipage plutôt nombreux de ce navire, mais ils étaient plus nombreux encore, et de plus possédaient des fusils.

- Ne faites pas d’histoire et personne ne sera blessé. Gardes !! Emmenez-les !!
- Si vous permettez…

Parangon entendit avec soulagement, la voix du professeur. Lui, il saurait les raisonner, leur faire comprendre…

- Je me nomme Lucio Barossa, professeur au service de sa majesté.

Parangon sursauta. Quoi ? Qu’est-ce que ça signifiait ?

- Le capitaine de ce navire m’a gentiment mené jusqu’au roi, pour un entretien et.
- Le roi vous attend ?
- Pas exactement. c’est que euh… il a sans doute du entendre parler des voyageurs, ou plus précisément de Lady Sparrow. Son prédécesseur, le roi Richard était ami avec le capitaine et.
- Nous verrons cela plus tard. Veuillez nous suivre, professeur.

C’est ainsi que le professeur fut emmené ainsi que tout le reste de l’équipage, excepté ceux qui étaient descendu à terre en compagnie du capitaine. Et excepté le jeune mousse qui avait réussi à se cacher tandis que les soldats d’Utopia emmenaient les autres.

Sauf que Xit n’était pas décidé à se laisser faire. Personne ne prendrait le navire de Lady Sparrow ! Le géant réussit à envoyer une poignée de soldats valdinguer par-dessus bord quand une balle le foudroya sur place, servant d’avertissement pour les autres qui désormais se tiendraient à carreau. Yao vit avec horreur son frère tomber sur le pont, et quand il voulut se rebeller à son tour, rendu fou furieux par ce qu’il venait de voir, il fut promptement assommé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Ven 23 Sep - 16:14

118.

Cette fois, il n’eut pas besoin d’un dessin pour comprendre les intentions de la pirate. Quand la porte se fut refermée sur eux, dans la chambre de cet hôtel au cœur de la ville, une chambre plutôt confortable d’après le bref coup d’œil qu’elle lui accorda, la pirate se retourna pour sourire au séduisant marchand. Car Jesse avait à présent d’autres préoccupations. Alors peu lui importait le décor.

Elle retira son chapeau qui vola sur la table basse et sans lâcher son compagnon improvisé des yeux, elle enleva son manteau qui subit le même sort que le chapeau, déposa ceinturons, armes et baudriers sur la chaise, puis ses mains défirent le lacet du corset, et enfin le laissa glisser sur le sol. Mais avant qu’elle ne puisse retirer le reste, l’homme semblait soudain s’être réveillé et se jeta sur elle pour dévorer son cou de baisers brûlants, la serrant contre elle, pour lui manifester son désir qu’elle devinait aisément sous le pantalon.

Dès lors, il n’y eu plus aucune mesure, ni retenue dans leurs gestes et caresses, dans les paroles sulfureuses qu’il lui murmura à l’oreille tandis qu’elle l’attirait vers le lit. Plus de patience , laissant faire les instincts les plus primaires, pour assouvir cette faim de l’autre, ce désir brûlant et éphémère qui se conclut en plaintes rauques et gémissements de plaisir, puis se muèrent en cri de jouissance, tandis qu’il répondait à ses attentes, exigeante maîtresse qui n’était venue jusque là que pour obtenir cette satisfaction des sens…
L’homme donnait ses derniers coups de butoir quand des coups à la porte firent échos aux derniers cris de la pirate qui ne cessa pas pour autant. Nul n’interrompait son plaisir…

Les coups se firent insistants.

- Bon sang d’bois !! C’est fini oui?? Je termine ce que j’ai commencé ! Revenez plus tard !! Bande de cloportes !

Sur cette dernière note très colorée, la porte s’ouvrit violemment, sur tout un régiment de soldats armés, dont les premiers hommes restèrent un instant figé à la vue du spectacle des deux amants, ou plus particulièrement de la pirate dont rien ne venait voiler la nudité.

Jesse profita de cet instant de flottement pour bondir en direction de ses armes, se moquant éperdument de sa nudité. Une arme était plus efficace pour se défendre que des vêtements. Elle n’avait nul besoin de poser des questions pour comprendre qu’une telle entrée en force, était très mauvais signe pour elle. Mais il ne se dirait pas qu’elle s’était laissée prendre sans lutter, même si au vu du nombre de gardes qui étaient entrés, elle sut qu’il lui faudrait un miracle pour pouvoir s’enfuir.
Seulement le temps de prendre son pistolet et déjà l’un des gardes pointait lui aussi un pistolet dans sa direction
.

- Vous feriez mieux de nous rendre gentiment ça, Capitaine Lady Sparrow.

Ah oui, ça c’était encore plus mauvais signe ! Pour une fois qu’on connaissait son nom, si c’était pour venir l’arrêter ! Elle fit une grimace, rechignant tout de même à lui donner son pistolet.

- Allons….vous voyez bien que vous n’avez aucune chance de lutter contre nous. Allez, rhabillez-vous, nous vous emmenons au château. Vous aussi monsieur.
- Mais je n’ai rien fait d’autre que d’accompagner cette femme ! J’ignore ce qu’on lui reproche, mais je ne suis au courant de rien !
- Ne discutez pas, on a déjà assez perdu de temps comme ça.

Jesse fit une grimace, pourquoi personne ne l’avait prévenue que les gardes faisaient une descente en force ?... Ah oui fichtre, elle avait laissé ses hommes à la taverne, tandis qu’elle s’était éclipsée pour suivre son amant jusqu’à son hôtel. Elle en avait oublié toute mesure élémentaire de prudence. Il faut dire aussi que la dernière fois qu’elle était venue à Utopia, elle avait été reçue avec les égards dûs à un hôte de marque.
Et puis peut-être que tout espoir n’était pas perdu, puisqu’il avait parlé de l’emmener au château… Mouais, ces fusils pointés sur elle ne l’encourageaient guère à être positive.


- Et pourrais-je savoir tout de même, pourquoi vous nous emmenez, mon charmant compagnon et moi?
- Vous le saurez en temps voulu.

Voilà, la discussion était close. Il fut heureux à cet instant que Jesse n’était pas encore au courant pour le White Star et son équipage, car nul doute que quand elle apprendrait, cela allait provoquer l’ire de la pirate, bien au-delà de tout ce qu’on avait connu jusque là.
Avec une nouvelle grimace, elle vit le garde se saisir de son sabre.


- Confisqué! dit-il avec un sourire ironique.

Elle lui rendit son sourire, mais un sourire qui disait que quelqu’un allait payer pour ça.

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Sam 12 Nov - 9:56

119.

Jesse laissa échapper un son étouffé entre le cri de douleur et de colère, tandis qu’ils la jetaient sans ménagement sur le sol des geôles. Pendant un instant, elle avait imaginé qu’ils allaient l’emmener face au roi et dans quel cas, elle aurait eu une chance de s’expliquer. Mais il n’en fut rien, il n’y eu même pas de tribunal, pas de jugement rien. Elle atterrit en prison sans passer par la case au droit de se justifier. Et puis de quoi se serait-elle justifiée en ignorant pourquoi elle avait été arrêtée ?

Le bâtiment était sinistre, construit sur un aplomb rocheux, dominant la mer, hautes tours de gardes, remparts vertigineux, le genre de bâtiment qui rendait toute évasion impossible. C’est du moins ce dont le Shérif d’Utopia, Lord Chester de Lacy se vantait. Autant de choses que Jesse apprendrait plus tard.

Pour l’instant elle se redressa, et adressa un regard mauvais aux hommes qui déjà se gaussaient de voir une compagne de cellule aussi avenante.


- Le premier qui essaie de me toucher, je lui casse les doigts.


Elle se tourna ensuite vers son compagnon d’infortune.


- Et bien, j’aurai préféré qu’on termine notre nuit autrement qu’en prison. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur Messire.

Il la dévisagea d’une drôle de façon, et secouant la poussière qui entachait son pantalon, s’approcha de la pirate.

- Qui êtes-vous ?
- Quoi, ne vous l’ais-je pas encore dit ? Je suis Lady Sparrow, capitaine Lady Sparrow.

Elle fit une grimace.


- Mais apparemment ce nom ne vous dit rien. En d’autres mondes, il en aurait fait trembler plus d’un. C’est d’un triste. Et au fait, j’ignore aussi votre nom, messire ?
- Lord Richard de Willhem.

Elle haussa un sourcil, demi-sourire moqueur :

- Voyez-vous ça, je suis tombée sur un noblion. Ça vous arrive souvent d’emmener dans votre chambre des pirates, Messire Willhem ?
- Je ne vous ai pas vraiment emmenée, c’est plutôt vous qui m’avez entraînée dans cette….sordide histoire.
- Sordide ? Un peu de respect voyons, pas plus sordide que de se faire arrêter par le diable sait quelle raison.
- Il doit bien y en avoir une pourtant.
- Sans doute, mais j’ignore laquelle. HEY… BANDES DE CLOPORTES, C’est possible de parler à un responsable dans ce pays???
- Je vous déconseille de vous attirer les foudres du shérif, je ne pense pas que ça va vous aider..NOUs aider à sortir d’ici.
- Shérif ?
- Celui qui dirige la milice du pays, reconnu pour n’avoir aucune pitié, particulièrement pour ceux qui enfreignent la règle des mages. Au fond, c’est peut-être pour ça que vous êtes ici.
- La règle des ..quoi ??

Et Lord Willhem lui expliqua les fameuses lois qui régissaient tout le pays, édictées par le roi Arthur en personne. Ce qui laissa la pirate fort songeuse.


- Je ne pratique pourtant pas de magie…

- Hmm…. L’expression de Richard était sceptique.
- A moins que…
- Oui ?

Mais Jesse se mura soudain dans le silence, l’expression sinistre….
Et s’ils avaient découvert le secret du White Star ?

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Ven 2 Déc - 20:28

120.

" OST Meet Joe Black - Whisper of a thrill "

Jesse n’avait plus prononcé un mot depuis un bon moment. Elle était cette fois, réellement inquiète, non pas pour elle, car elle restait persuadée qu’elle saurait s’en sortir d’une manière ou d’une autre, que le roi finirait par apprendre qu’on l’avait enfermée et que c’était une regrettable erreur. Non, si elle était inquiète, c’était pour Parangon, pour son White Star. Que se passerait-il s’ils découvraient ses origines de vivenef ? RAh elle l’écouterait encore ce maudit professeur avec ses idées à la con.

Mais comment se tirer de là ? Il lui fallait réfléchir, trouver une solution, pour sortir au plus vite. Et puis soudain, elle les vit, les hommes de son équipage, Manco, Yao, Goltech, Cala, tous…. Les soldats les poussaient vers les geôles en face d’elle. Ils étaient tous là, ou presque…
La pirate saisit les barreaux et approcha son visage pour appeler son second.

- Yao !!!!

Celui-ci se tourna alors qu’il venait à son tour d’entrer dans la cellule. Son visage était défait, si pâle.

- Yao…. Que s’est-il passé ? Ou est le professeur ?? Où est Xit ??? Qu’ont-ils fait du White Star ??

- Tais-toi morue, tu nous empêches de dormir, protesta un ivrogne allongé sur le sol et qui partageait sa cellule.

Mais bien sûr, elle ne l’écouta pas. Pourtant Yao ne semblait pas réagir, comme assommé. Ce qui ne fit qu’amplifier l’angoisse de la pirate.

- Yao, parle moi ! Que s’est-il passé ?
- Ils ont su pour votre navire…. Ils ont compris pour Parangon.

Le coup fut rude et fit reculer Jesse. Elle eut presque envie de se boucher les oreilles pour ne pas entendre la suite, car il n’avait pas fini. Il murmura si bas qu’elle ne fut pas sûre d’avoir entendu la fin de sa phrase…

- Qu’est-ce que tu dis ?

- Mon frère….. il ne voulait pas, il ne voulait pas les laisser faire…. Ils ont tiré sur lui….

Et devant les larmes de Yao qui fut soutenu par d’autres Tainos, Jesse sentit une rage terrible lui glacer le sang. Pas Xit, pas le meilleur allié que le White Star avait depuis si longtemps, pas son ami,…. Ce n’était pas possible…..

- Est-ce qu’il… est mort ? demanda-t-elle d’une voix sourde.
- Je ne sais pas, je ne sais pas.. oh mon capitaine, ils l’ont emmené, ils ont pris mon frère, ils ont pris le White Star ! Je suis si désolé, mais ils vont payer…. Ils payeront pour ça !
- GAAAAAAAAAAARdes !! GAAAAAAAAAARDes !!! Ouvrez-moi !!! Je veux parler au roi !!!
- Chuut, Lady Sparrow, je vous en prie, n’hurlez- pas ainsi, je vous l’ai dit, vous n’arrangerez pas votre sort ainsi.

Mais elle ne l’écoutait plus, saisie d’une fureur terrible. Elle sortirait de là coûte que coûte ! Au lieu de quoi les gardes qui venaient à peine de laisser les nouveaux prisonniers, revinrent sur leurs pas.

- Tu vas arrêter de gueuler comme ça ??
- Ouvrez –moi, faites venir le roi, je veux le voir, j’exige de le voir !! Je suis Lady Sparrow capitaine du White Star, et amie du roi Richard, Je VEUX parler au roi et sur le champ !! Si je ne le vois pas dans l’heure qui suit, vous allez le regretter !

Les gardes se mirent à rire et l’un d’eux cracha contre les barreaux.


- Fermes –là ou sinon ce n’est pas le roi que tu vas voir.

Mais Jesse ne pouvait renoncer, elle continua à exiger qu’on la laisse parler au roi et à tant hurler, on finit par lui ouvrir la porte de la cellule. Mais ce n’était pas pour la laisser sortir non…. Ils en avaient marre de ses braiements et c’est dans un cachot sans lumière qu’elle fut enfermée, hurlant de plus belle, mais sa voix se brisa bientôt sur des larmes d’impuissance et de désespoir…..

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Mar 6 Déc - 11:00

121.

"Ost City of Angels"

Depuis combien de temps était-elle enfermée là ? Elle n’en avait aucune idée, dans le noir tout perdait de sa consistance, le temps en particulier, le reste du monde. Elle était seule si seule, et n’avait aucune idée de la façon dont elle pourrait se sortir de là… Depuis qu’elle avait mis le pied sur Liberty, jamais elle n’avait été dans une situation aussi difficile. Elle maudissait le professeur même si elle avait conscience que ce n’est pas ce qui l’aiderait. Et où était-il ce bougre ? Lui qui connaissait Utopia, saurait peut-être faire quelque chose. Mais dans ce cas, pourquoi avait-il laissé ces imbéciles s’emparer du White Star ?

- Parangon…..


Dans un nouveau sanglot, elle se laissa glisser sur le sol, cachant son visage dans ses mains pour se laisser aller à son chagrin à tant d’inutiles regrets, avec la conscience aigue qu’elle était complètement impuissante à changer tout ça. Ce qui ne faisait que l’enfoncer un peu plus dans son désespoir. Et ce pauvre Xit….

- Je suis désolée…. Je suis si désolée…..
*Je le suis aussi, pour toi…..*

Quoi ? Quelle était cette voix ? Jesse cessa de se lamenter pour redresser la tête, regard aveugle sur ces quatre murs qui l’entouraient, plongée dans d’épaisses et insondables ténèbres.


- Pour moi ?
*Pour toi, pour moi, pour nous, pour eux, pour tout ce qui vous fait pleurer.*

Jesse s’essuya les yeux du revers de la main.

- Je ne pleurais pas.
*Inutile de mentir, je t’ai entendue depuis qu’ils t’ont amenée. Mensonges inutiles, créatures futiles.*

Que penser de tout cela ? Le silence était aussi lourd et aussi dense que les noirceurs qui l’entouraient et pourtant elle l’entendait cette voix dans sa tête, comme elle entendait les pensées de Parangon. Alors elle comprit….

- Qui êtes-vous ?

*Qui es-tu ? Qui êtes-vous , qui sommes nous pour juger l’autre. Qui sommes nous pour décider de leur droit à la liberté…….. à la vie, à la mort….*

La pensée était devenue un mince fil tenu qui semblait pouvoir se briser à tout instant. Et Jesse sentit la peine qui accompagnait ces quelques mots, la tristesse et la douleur.

*Ils ont décidé pour moi, pour toi, même vain combat. Humains si orgueilleux et vaniteux, vous entraînerez le monde à sa perte.*


Ces pensées étaient étranges et Jesse n’était pas certaine de tout comprendre. Pourtant c’était la seule chose de concrète ici à laquelle elle pouvait s’accrocher.

- Tu es prisonnière toi aussi…
*Enfermée par tes pairs, imbéciles vaniteux qui craignent ce que les dieux leurs ont offert. Et qui pleurent les regrets inutiles… *
- Tu as raison…les regrets sont inutiles. Pourtant, je donnerai tout pour sauver la vie de mon ami. Je suis responsable de ce qui lui est arrivé, je suis responsable de Parangon, parce que j’ai pris des risques inutiles, parce que j’ai oublié d’être prudente. Je m’en veux tellement. Mais il me faut sortir d’ici, il me faut aider mes amis, les sauver. Il me faut retrouver Parangon ! Je crains qu’ils ne décident le pire pour lui. J’ignore les lois qui régissent ce pays, mais Parangon est un être innocent et nul ne doit lui faire de mal.

Un long silence suivit cette déclaration émue et passionnée. La voix s’était tue ….

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Ades
Orientalis
Orientalis
avatar

Nombre de messages : 343
Age : 47
Localisation irl : Dans le rêve d'une Cancer
emploi irl : guerrier
humeur : en devenir
Points : 253
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: Amanda
Occupation, métier: Roi de Ur
Localisation: Summeria

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Mar 6 Déc - 12:50

Maraskull, le protecteur de Suméria, avait laissé son royaume sous la protection de ses enfants. Il restait tapis dans les eaux du port, pret à agir si Paragon avait besoin d'aide, personne ne faisait de mal à un être placé sous sa protection. Ensuite il lui enlèverait le sceau sacré si il le souhaitait.

Il sentait que se royaume était défavorable aux être issus du souffle des dieux. Mais il ne pouvait pas se montrer et menacer car il donnerait de l'eau à leur moulin. Peut-être pourrait-il y envoyer Ades ! A voir si il arrivait à localiser la pirate ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sparrow
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2763
Age : 46
Localisation irl : Suisse
emploi irl : Femme au foyer
humeur : Pas embêter!!tention
Points : 932
Date d'inscription : 10/02/2008

Feuille de personnage
Affinités: alone
Occupation, métier: Pirate!
Localisation: Sur le White Star

MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   Jeu 8 Déc - 21:04

122. " Ost Transformers"

Jesse ne pouvait rester là sans rien faire, elle allait devenir folle à attendre que le temps passe, tandis qu’ailleurs, on décidait du sort de son navire, de Parangon, tandis qu’il restait peut-être encore une chance pour Xit.

- Il faut que je sorte d’ici…. Il faut que j’aille chercher Xit, libérer les Tainos, et aller chercher Parangon. Je ne peux pas les laisser faire sans rien tenter. Si seulement….. si seulement je connaissais le moyen….

La pirate s’était redressée et tenait à présent son front appuyé contre la pierre glacée et humide. Elle murmura.

- Si le Sage avait été là, il aurait peut-être su me dire que faire.

- Le Sage dis-tu ?

Tiens voilà que la voix lui adressait à nouveau la parole et cette fois sans passer par ses pensées. Elle n’était pas très loin, peut-être juste de l’autre côté de ces cachots.

- Oui….. lui possède toutes les réponses, bien que jusque là, je n’aie été guère croyante. Mais je te jure qu’à cet instant, je veux bien le supplier si seulement il daignait me venir en aide. Oui, peut-être qu’il m’entendra… Il faut y croire.
- Je donnerai mon âme si seulement je pouvais sauver Parangon, je donnerai ma vie pour sauver ceux qui n’hésiteraient pas à me donner la leur. Peuple de cœur qui ont voué leur vie au White Star, pour moi. J’aimerai être digne d’eux, et me montrer à la hauteur. J’aimerai les sortir de ce mauvais pas et sauver Xit. Mon dieu, faites qu’il ne soit pas trop tard pour lui. Il n’est homme plus dévoué, il n’est homme plus serviable. Ils ne méritent pas ce sort, personne ne mérite d’être enfermé. Grand Dragon si seulement tu pouvais m’entendre….
- Alors leurs vies t’importent plus que la tienne ?
- Oui ! Leur liberté autant que la mienne ! Nul innocent ne devrait croupir derrière des barreaux.
- Innocente toi ?
- Parfaitement, je suis innocente des crimes dont on m’accuse !
- Qui est Parangon ?
- Mon meilleur ami, mon âme sœur, mon complice, il est tout cela et s’il lui arrive malheur, j’en serai responsable et jamais je ne me le pardonnerai. Qu’ils me gardent prisonnière si ça leur chante, mais pas lui.
- ….merci…..

Jesse redressa la tête surprise par cette réponse, les mains toujours appuyées contre le mur et soudain elle sentit la vibration, ainsi que le coup énorme qui se répercuta jusque dans son cachot. Surprise, elle recula et appela :

- Qu’est-ce qu’il se passe ? Que fais-tu ?


BOUMM, nouveau coup et cette fois, elle jura avoir entendu un mur s’effondrer ou du moins un bruit qui y ressemblait. D’autres bruits étranges, un grondement, puis un nouveau coup sourd plus proche encore cette fois, se firent nettement entendre. Un nouveau coup, et la porte pourtant énorme en bois, vola en éclat face à une pirate qui se recroquevilla pour éviter les éclats. Puis elle se redressa, écarquillant les yeux sous la lumière nouvelle qui éclairait le cachot, l’aveuglant quelques instants après avoir été si longtemps plongée dans l’obscurité.

Et ce qu’elle vit, lui fit ouvrir la bouche, sans que pourtant aucun mot n’en sorte.


- Tu es libre, pirate. Viens, ne restons pas là !lui dit le dragon à l’énorme tête brune aux écailles dorées et hérissée de piquants.

Mais sous le choc, Jesse eut du mal à réagir, face à ce dragon dont la tête était plus grande que l’ouverture dans le mur. Voilà qui expliquait les coups sourds entendus. Et cette voix…. Alors… c’était celle d’un dragon ?

- Parfaitement, un dragon, mais laissons les présentations pour plus tard ! Partons avant que la garde tout entière ne vienne.
- Mais je ne peux pas.
- Ne me dis pas qu’à présent tu ne veux plus partir ? AAaah ces humains, ingrates créatures !
- Non, c’est que…. Mes amis, les taïnos sont encore dans les geôles de cette forteresse !
- Alors pressons, si tu veux aller les libérer.

Et le dragon dans des reflets dorés, s’écarta de la porte pour ouvrir un autre trou béant dans le mur voisin, et cela sans la moindre difficulté. Il avança, détruisant ainsi tout sur son passage, carbonisant d’un jet de flammes impitoyables tous ceux qui osaient s’opposer à leur fuite. Et puis soudain ils se trouvèrent devant les cellules qui enfermaient tous les prisonniers. D’un seul souffle, le dragon fit fondre les serrures et libéra tous les hommes même si ces derniers affolés, s’étaient reculés dans le fond des cellules.

- Vite, filons d’ici !! intervint Jesse qui avait eu le temps de se remettre et avait ainsi suivi le dragon jusqu’aux geoles. Yao ! Sais-tu où est Xit ?
- Allez le chercher, et emmenez là au pied de la forteresse, je vous rejoindrai. Allez-y, je me charge de couvrir votre fuite.

Les Taïnos ne se le firent pas dire deux fois. Ce fut une véritable fuite en avant pour les quelques soixante hommes d’équipage, dont un groupe se dirigea vers l’endroit ou Yao avait vu pour la dernière fois son frère avant d’être emmené. Jesse restait en arrière pour s’assurer que tous s’en sortiraient, et pour voir ce que le dragon allait faire. Ils surgirent bientôt des profondeurs de la forteresse, le dragon détruisant tout derrière lui, faisant de la place quand il en manquait, créant de terribles vibrations dans toute la forteresse ainsi que des bruits de fin du monde, alors que la garde tentait misérablement de les retenir ou de leur barrer le chemin.

A chaque fois, bien mal leur en prit. Jesse avait retrouvé au passage son sabre et son pistolet sur le garde qui les lui avait volés et lui fit payer le prix le plus élevé, avant de suivre le groupe qui affrontait à présent une garnison désordonnée et affolée. Tandis que derrière eux, le dragon surgissait sous la lumière du soleil, lumineux, étincelant tel de l’or pur. Il était bien moins grand que le Sage, pourtant il dépassait en beauté tous les autres gardiens de liberty, n’était-ce que l’éclat de ses écailles qui semblaient faites d’or et brillaient au soleil comme autant d’écus.
Jesse resta un instant saisie par la beauté du dragon, mais celui-ci se chargea de la rappeler à l’ordre.

- Dépêchez-vous ! descendez au pied de la forteresse.

Jesse hésitait encore comme elle ne voyait toujours pas Yao et quelques autres Taïnos partis sur les traces de Xit. Puis soudain elle les vit surgir d’une bâtisse, portant à plusieurs tant bien que mal le corps de leur frère et compagnon d’arme.

- Xit ! souffla Jesse désespérée.
* Il n’est pas trop tard, pirate…. Dépêchez-vous ! *

Alors Jesse couvrit la fuite des hommes transportant le blessé, tandis que derrière eux, le dragon laissait exploser toute sa colère et faisait une terrible démonstration de sa force ainsi que de la puissance de son souffle de feu. Mais Jesse ne resta pas pour voir ce qu’il adviendrait de ces hommes. Elle emprunta avec les autres, un chemin qui menait aux pieds de la montagne sur laquelle avait été édifiée la forteresse. Ils pouvaient déjà apercevoir l’océan miroitant et à gauche le port dans lequel, Jesse ne manqua pas de reconnaitre le White Star.

Le souffle court, ils s’arrêtèrent sur cet aplomb rocheux, pour récupérer quelques forces, et Jesse en profita pour approcher Xit que les hommes déposèrent délicatement sur le sol. Elle tomba à genoux pour constater qu’il ne respirait plus.
Elle tressaillit au contact de la peau froide et croisa le regard de Yao brillant de larmes. Le sien se troubla tandis qu’elle lui murmurait :


- Elle a dit qu’il n’était pas trop tard, il ne peut pas être trop tard !

_________________

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://liberty-human.meilleurforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Utopia dix ans après   

Revenir en haut Aller en bas
 
Utopia dix ans après
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle : Le bonheur est dans l'après
» après moult essais, CR ne trouve pas les repères
» Réapparition mystérieuse 20 ans après le naufrage
» Merci de signer ici après avoir lu le règlement, quel est le plus de ce forum et constitution en association !
» Portrait dessin d'après photo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Liberty-Human, un nouveau monde: (RP) :: Utopia-
Sauter vers: