Forum de RP Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesPortailConnexion

Partagez | 
 

 L'appel

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'appel   Sam 16 Fév - 18:14

1.

Une nuit d’été, calme et sereine. Les dunes alentours rehaussées du reflet d’argent de la pleine lune se détachaient sur le sombre corps azuré de Nout la Divine.

Accrochée à son coup, Sirius la belle étincelait comme un phare céleste, attirant à elle les voyageurs en quête d’immortalité…
Sirius, la demeure des Grands Ancêtres, le royaume de l’autre monde, celui d’au-delà la mer céleste, destination des âmes appelées vers une autre destinée…


Quelques vagues se créaient sur la dune, vagues cristallines, portées par la douce brise du soir, portant en elles la semence d’une rose minérale, joyaux aride de cette terre inhospitalière…


En contre bas, calé comme une île au milieu de l’océan, un havre de verdure dont la ramure des palmiers les bras chargés de dattes s’élançait vers le ciel comme l’implorant qu’il daigne verser une larme et étancher leur soif de vie…

Vie perdue en plein désert, vie cachée au regard du voyageur, vie secrète du temple ayant été édifié en ce lieu pour la paix et le recueillement de ses prêtres.

Douce et calme nuit, faisant naitre les ombres lunaires, fantômes improbables d’âmes errantes autour du temple…Même Anubis ne parvenait pas à faire hurler sa horde !

Quelques ombres, portées par les torchères, vacillaient sur les murs ornés de hiéroglyphes…Les quelques dieux pétrifiés s’animent alors, yeux vides et noirs qui dansent à la frêle lueur des torches…


Couloirs désertés, ou ne résonne même plus la psalmodie du livre des morts… Sol froid, comme un fleuve mort conduisant au Naos, Naos silencieux lui aussi comme en attente de lumière, de Râ endormi en Amenti et dont la barque apparaitra demain, un autre jour…


Et le fleuve mort qui contourne l’île sacrée, pour se resserrer, plus étroit en un ru ténébreux, bordé sur ses rives de cellules vides et mortes…
Et puis, une lueur, la vie, l’espoir, là bas à la source, là au nait le fleuve, une torchère allumée, le signe qu’une âme hante ce lieu désert et muet…
La brise hésite un moment et s’engouffre entre les tentures de coton, ouvrant un passage.

L’air était doux et un léger souffle portait les essences de la palmeraie jusque sans la pièce…


Sur le côté, une paillasse sur laquelle il était endormi… Geb, Geb Mââti, le fils de la dame du ciel, comme ses Maîtres l’aimaient à l’appeler !
Sommeil gagné sur la dure journée qu’il avait passé… La table se trouvant de l’autre côté de la cellule était couverte d’une montagne de papyrus et tablettes d’argile…Quelques coffres de bois richement ornés de scènes religieuses ou domestiques se trouvaient entassées à même le sol, conteneurs de secrets, ou autres babioles dont seul Geb avait la connaissance…


D’un coup, la légère flamme de la lampe à huile se trouvant posée à même le sol prés de la paillasse de Geb vint à vaciller plus que de coutume… Un effet de la douce brise sans nul doute… Mais non elle avait cessé de visiter la pièce et s’en était retournée vers l’oasis à se charger de suaves effluves botaniques…


Non, la frêle lueur de la lampe vacillait sous le souffle de l’air venant d’un autre lieu, peut être d’un autre monde…


Le souffle caressait la joue de Geb, palpant doucement son visage endormi, parcourant tout son corps, comme cherchant une issue…


« Geb… Geb…. »

Dans son sommeil, une voix se fit entendre.

« Geb…Geb….Ouvres les yeux, ouvre tes oreilles »

Dans la nuit de son rêve sans vie, voilà qu’il ne se trouvait plus seul…


Ses yeux s’ouvrirent, ses oreilles s’affutèrent, sans qu’il n’ait eu à le décider…


Une forme se détachait, indescriptible de prime abord, puis se dégageant du néant, il put deviner ses contours, sa forme…Horus !!!


« Geb… Ecoutes moi…Sirius se meurt et son peuple avec lui… Vous ne serez plus à même d’honorer vos pères !!! Une autre étoile va guider vos âmes…Cherches cette étoile, suis son chemin, tu trouveras alors la réponse à tes questions…. »

Ces paroles prononcées, l’image d’Horus se nimba d’une lueur rose dorée et disparut de la nuit sans vie de Geb…


La lampe ne vacillait plus, sa flamme était éteinte laissant la cellule de Geb dans l’obscurité…
Revenir en haut Aller en bas
 
L'appel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bjornstad, Ketil] L'appel de la rivière
» Appel à illustration de couverture 2010
» REQUETE] Cherche soft qui fait un bip lors d'un appel ou sms manqué
» [AIDE] Je n'arrive pas à décrocher un appel
» Appel à communication - ICOM-CC - Textile - 8 et 11 novembre 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Human :: Archives :: Archives SAISON 1 :: Archives S1 RP-
Sauter vers: